En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Pas toujours de bon conseil
La Cour des comptes estime que l'Etat perd trop d'argent dans l'usage de cabinets de conseil
Publié le 13 mars 2015
L'Etat dépenserait environ 150 millions par an dans l'usage de cabinets de conseil. Bien trop selon la juridiction financière.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat dépenserait environ 150 millions par an dans l'usage de cabinets de conseil. Bien trop selon la juridiction financière.

Encore une fois, la gestion de l'Etat est pointée du doigt par la Cour des comptes. Selon Les Echos de ce vendredi, l'Etat perdrait trop d'argent dans la sous-traitance. Il dépenserait environ 150 millions par an dans l'usage de cabinets de conseil. Bien trop selon la juridiction financière qui insiste sur le fait que l'Etat pourrait davantage utiliser ses propres compétences.

Toutefois, dans le détail, même si le budget total (1,1 milliard, toutes administrations confondues) consacré à la sous-traitance apparaît 4 fois moins coûteux qu'en Grande-Bretagne et près de trois fois moins qu'en Allemagne, les magistrats de la rue de Cambon jugent que c'est davantage "la façon dont l'administration fait appel à ces conseils qui peut soulever de légitimes interrogations".

Pour la Cour des comptes, les propres compétences de l'administration devrait être utilisées. L'Etat payerait en moyenne 1 500 euros par jour un consultant extérieur alors qu'elle ne dépenserait que 500 euros si elle faisait appel à l'un de ses fonctionnaires. Deux exemples pour illustrer cela selon Les Echos. "Dans le cas de l'écotaxe, l'Etat est allé jusqu'à externaliser la rédaction de textes réglementaires ou, dans le cas des autoroutes, de contrats de concession" écrit le journal. 

Selon la Cour des comptes, "10 cabinets de conseil se partagent plus de 40% du volume total de facturation entre 2011 et 2013". Capgemini est celui qui empoche le plus avec 56 millions d'euros acquis. Bearingpoint a quant à lui gagné 19 millions d'euros. Par ailleurs, dans son rapport, la juridiction financière vise les conseils extérieurs commandés par l'Agence des participations de l'Etat. Entre 2011 et 2013, l'APE a signé pour près de 32 millions d'euros "d'autorisations d'engagements". Elle souligne aussi que HSBC est devenue "le premier banquier conseil de l'État sur la période (2011-2013) avec 2,78 millions de facturation et six mandats, l'APE justifiant le recours à cette banque par le caractère ‘historique' de leurs relations". La Cour des comptes estime que "dans certaines situations, le caractère secret invoqué par l'agence n'était manifestement pas avéré". L'APE s'est "à la suite des observations de la Cour", à davantage justifier les situations où ils concluent des conventions de gré à gré.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Julie Gayet a touché un petit pactole après la révélation de sa relation avec François Hollande
05.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
06.
Les dessous de la superpuissance américaine : une (super) puissance militaire ?
07.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 13/03/2015 - 21:48
Conseils
Le bon budget en cabinet de conseils c'est zéro. Ce sont tous des branques qui se contentent de vanter la théorie à la mode et qui trois ou cinq ans après vous conseilleront exactement le contraire de ce qu'ils avaient dit. Seul des débiles peuvent faire appel à eux. Mais ce n'est pas ça qui manque.
jmpbea
- 13/03/2015 - 17:15
Mais le blaireau n'en a rien a faire, de vos conseils!
Il place ses copains, utilise les cabinets conseils de ses coreligionnaires de l'ENA et consorts pour faire circuler la monnaie qui reste...alors la Cour des Comptes rien à cirer comme dirait un de ses anciens conseillers...on se demande pourquoi elle parle encore...