En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Drame
Violences sexuelles: 81% des victimes sont des mineurs et 94% des coupables sont des proches
Publié le 01 mars 2015
Une femme sur cinq et un homme sur quatorze déclarent avoir déjà subi des violences sexuelles, selon une enquête de l'association Mémoire Traumatique et Victimologie, soutenue par l'Unicef France.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une femme sur cinq et un homme sur quatorze déclarent avoir déjà subi des violences sexuelles, selon une enquête de l'association Mémoire Traumatique et Victimologie, soutenue par l'Unicef France.

Cette étude nationale a été réalisée de mars à septembre 2014 sur 1214 victimes de violences sexuelles âgées de 15 à 72 ans, dont 95% de femmes. 184 questions ont été diffusées sur les sites et réseaux sociaux de l'association Mémoire Traumatique et Victimologie. Elles étaient divisées en trois grands groupes: sur les violences sexuelles subies, sur le parcours judiciaire, et sur la santé et la prise en charge médicale. Les réponses étaient anonymes.

70% des répondants ont déclaré avoir subi des violences sexuelles, 68% un viol, et 40% une situation d'inceste. 80% des victimes l'ont été alors qu'elles étaient encore mineures et la moitié d'entre elles avaient moins de 11 ans. .

Les agressions sur mineur sont majoritairement liées à l'inceste. La proportion atteint 70% lorsque la victime a moins de six ans. L'enquête montre que dans 96% des cas, l'agresseur est un homme et qu'il s'agit d'un proche dans 94% des situations. Un enfant victime sur deux est agressé par un membre de sa famille. Dans un cas sur 4, l'agresseur lui-même est mineur.



A l'âge adulte, un viol sur deux serait un viol conjugal. "Le viol qui hante l’imaginaire collectif de nos sociétés patriarcales, celui perpétré sur une jeune femme par un inconnu armé, dans une ruelle sombre ou un parking, est donc loin d’être représentatif de la réalité", souligne le rapport.

Le rapport montre que 96% des victimes agressées dans l'enfance ont des conséquences sur leur santé mentale: anxiété, idées suicidaires, dépression, phobies... Il en va de même pour les conséquences physiques, que connaissent 69% des victimes agressées dans l'enfance: douleurs chroniques, troubles alimentaires...

Les auteurs de l'enquête rappellent les limites de leur travail : certaines parties de la population, notamment les hommes, sont sous-représentées, et l'échantillon n'est pas représentatif de la population des victimes de violences sexuelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
Maltraitance dans les Ehpad : pourquoi des formations des personnels soignants peuvent faire une grande différence pour les personnes âgées
05.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
06.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
07.
La métamorphose déroutante et préoccupante du paysage médiatique
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 01/03/2015 - 18:19
On trouve de violeurs dans toutes
les couches de la société, du plus haut dignitaire, au dernier cas social. Si ces crimes étaient fait uniquement par ces derniers, il y a belle lurette que tout aurait été mis en œuvre pour punir sévèrement les violeurs. Seulement, combien de scandales auraient eu lieu dans les "grandes" familles, genre DSK, De Villiers (problèmes avec un des fils qui a tout déballé aux USA) et autres. Donc, tout est étouffé et très souvent, la victime qui attend un soutien (surtout chez un ou une jeune qui est candide encore), se retrouve montré du doigt et pris pour cible par la famille, mère en tête, ce qui n'est pas mieux que le viol proprement dit.
Henrik Jah
- 01/03/2015 - 13:54
Problème minoré
On sous-estime largement le nombre d'agressions sexuelles commises en France. Selon les experts dans ce domaine, plus d'une victime sur deux ne portera jamais plainte. Si les violeurs savaient qu'on les tortureraient pour leurs méfaits ou qu'on leur couperaient les cou***es, je vous garantie que vous diminuez par 98% ces actes de violences sexuelles. Les gouvernements successifs n'ont rien fait et laisse des prédateurs dans la nature, les prochaines victimes seront peut-être (je vous le souhaite pas évidemment) vos femmes et vos filles.