En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Capitalisme et économie de marché : l'exception française

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 13 heures 34 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 14 heures 43 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 15 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 18 heures 16 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 19 heures 13 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 20 heures 36 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 jour 39 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 14 heures 3 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 15 heures 12 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 16 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 18 heures 22 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 19 heures 58 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 22 heures 20 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 jour 37 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 jour 38 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 jour 40 min
Dure réalité

Comment les nazis ont aidé les entreprises allemandes Bosch, Mercedes, Deutsche Bank et VW à devenir riche

Publié le 20 juin 2014
Le magazine d'affaire allemand WirtschaftsWoche révèle que 300 000 personnes des camps de concentration ont été forcées à travailler pour ces entreprises.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le magazine d'affaire allemand WirtschaftsWoche révèle que 300 000 personnes des camps de concentration ont été forcées à travailler pour ces entreprises.
C'est difficile à croire, et pourtant... Un classement illustrant le passé nazi des plus grandes entreprises allemandes telles que Bosch, Mercedes, Deutsche Bank, VW et beaucoup d'autres a été publié ce vendredi par le magazine allemand. On y apprend que ces sociétés exploitaient près de 300 000 travailleurs forcés. Une situation qui se résume à de l'esclavagisme, devenue pratique courante à l'époque. 
 
Le tableau révèle également que Audi, aussi connu sous le nom d'Auto Union pendant la période nazie, était un grand adepte du travail forcé. L'entreprise aurait fait travaillé 20 000 détenus des camps de concentration dans ses usines.
 
Même si cette nouvelle fait froid dans le dos, ce n'est pourtant pas la première fois que WirtschaftsWoche dévoile le sombre passé de grandes entreprises allemandes. En 2011, la célèbre marque BMW a admis, après des décennies de silence, avoir travaillé main dans la main avec les plus hautes sphères du parti nazi pendant la seconde guerre mondiale à l'aide d'une main-d'œuvre obtenue par les camps de concentration.   
 
Mais BMW n'est pas la seule entreprise allemande à avoir profité de cette main-d'œuvre facile. Daimler, propriétaire de Mercedes, a reconnu dès 1986 qu'il avait employé 40 000 travailleurs forcés dans des conditions épouvantables pendant la guerre, lui permettant de générer d'énormes sommes d'argent. Le géant électrique Bosch a quant à lui exploité 20 000 détenus tandis que le sidérurgiste ThyssenKrupp en a fait travaillé 75 000.
 
Mais la liste est encore longue. Le fabricant de produits chimiques IG Farben avait même construit une usine au sein même du camp d'extermination d'Auschwitz. Ce qui lui a permis d'instaurer un travail pénitentiaire dans la production de caoutchouc synthétique et de l'huile.
 
Cependant, la révélation la plus infame reste celle de la vente du Zyklon B, le poison utilisé dans les chambres à gaz nazies. À son apogée en 1944, cette usine a fait usage de 83 000 travailleurs forcés.
 
La plus grande banque d'Allemagne, Deutsche, n'employait pas d'esclaves, mais est devenue aussi très riche sous le nazisme. La banque a licencié tous les administrateurs juifs quand les nazis sont arrivés au pouvoir et à partir de 1938, la Deutsche Bank est devenue la banque la plus riche en Allemagne. C'est à ce moment qu'elle a pris part à la fameuse "Aryanising", c'est à dire la prise en charge des entreprises appartenant à des Juifs.
 
Siemens, le constructeur de train et géant de l'ingénierie électrique s'est quant à lui toujours montré discret à l'égard de ses anciennes activités en temps de guerre. Selon le directeur de recherche du Musée allemand à Berlin, Siemens a expliqué jusqu'à présent que son passé était une "histoire qui regarde la société". Des entreprises comme Adidas et C&A travailleraient encore sur les antécédents des sociétés sous le nazisme.

 

Vu sur : lu sur dailymail
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Capitalisme et économie de marché : l'exception française

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 21/06/2014 - 18:53
Eux au moins
Ils savaient comment faire marcher les prolos
lexxis
- 21/06/2014 - 12:51
@NK
Le sujet traité n'était pas celui-là et on ne combat pas les oublis par d'autres oublis.
N.K.
- 21/06/2014 - 12:37
Toujours sélectif "devoir de mémoire"
Et l'ex URSS alors?
Industrialisation sans le GOULAG?
Raffinement: les camps de spécialistes tel que celui décrit dans le Premier cercle de Soljenitsyne.
Mais se souvenir de ce frère siamois du III Reich est de mauvais goût...