En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Nouveaux rebondissements

Décret Alstom : Matignon justifie son action, General Electric va poursuivre les discussions avec le gouvernement

Publié le 15 mai 2014
"On adopte un dispositif qui existe déjà par ailleurs, comme en Allemagne, en Italie, en Espagne, de même qu'aux Etats-Unis" ont fait valoir les services du Premier ministre.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"On adopte un dispositif qui existe déjà par ailleurs, comme en Allemagne, en Italie, en Espagne, de même qu'aux Etats-Unis" ont fait valoir les services du Premier ministre.

Le dossier Alstom est loin d'être bouclé. Et jusqu'au bout la France compte bien jouer un rôle. C'est pourquoi le gouvernement s'est doté d'une nouvelle arme qui pourrait lui permettre de bloquer les visées étrangères sur Alstom, et notamment celles de General Electric. En clair, un décret "relatif aux investissements étrangers soumis à autorisation préalable" et publié ce jeudi au Journal officiel devrait permettre à l'Etat de s'opposer à la prise de contrôle  d'entreprises françaises dans cinq nouveaux secteurs (énergie, transports, eau, santé et télécom).Un décret confirmé et justifié par Matignon ce jeudi : l'Etat "doit avoir son mot à dire".

>>>>> A lire aussi : Alstom : la France renforce son mécanisme de protection des entreprises  <<<<<<<<

"Le gouvernement considère que la puissance publique doit avoir son mot à dire quand des secteurs stratégiques sont en jeu", a-t-on dit dans l'entourage du Premier ministre Manuel Valls, qui a cosigné le décret avec son ministre de l'Economie Arnaud Montebourg. "On adopte un dispositif qui existe déjà par ailleurs, comme en Allemagne, en Italie, en Espagne, de même qu'aux Etats-Unis. Bien entendu, la France reste ouverte aux investissements étrangers, mais dans les cas sensibles, la puissance publique doit avoir son mot à dire et le dossier Alstom nous a fait prendre conscience qu'on avait besoin d'un dispositif de ce type", a fait valoir Matignon.

Selon une autre source gouvernementale, le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg, "qui y pensait depuis plus longtemps", a évoqué ce projet de décret le 1er mai avec le Premier ministre Valls, car "avec le décret de 2005, seule une partie d'Alstom était concernée". "Il n'y a aucune victoire actée, on ne met pas GE dehors, on ne met pas Siemens dehors, mais on va pouvoir se défendre plus", a aussi souligné cette source.

Face à l'annonce de ce décret, General Electric n'a pas tardé à réagir."Nous avons pris note du décret du gouvernement français publié ce matin", a indiqué à l'AFP le conglomérat américain."Nous reconnaissons l'importance du secteur de l'énergie pour la France, et nous poursuivrons nos discussions constructives avec le gouvernement" a indiqué le groupe américain, en défendant à nouveau sa proposition de rachat partiel d'Alstom.

"Notre projet industriel est bon pour Alstom, pour ses employés et pour la France. Notre projet est de bâtir une entreprise leader mondiale dans le secteur de l’énergie, avec quatre sièges basés en France, tout en préservant et en créant des emplois", a ainsi fait valoir General Electric.

Concrètement, le nouveau décret soumet à l'autorisation préalable du ministre de l'Economie les investissements par des groupes étrangers, européens ou non, dans une série de cas listés dans le texte, comme la pérennité de l'activité, la continuité des infrastructures ou la préservation de certaines compétences indispensables à l'exercice d'une activité cruciale pour "l'intérêt national". Plutôt que d'une interdiction, il s'agit d'une autorisation qui peut être accordée sous réserve que l'entreprise respecte certains engagements.
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 15/05/2014 - 16:44
Le national socialisme en marche !
Contrôle renforcé de la sphère économique,
Report d'un an des élections régionales,
Entraves à la communication sous prétexte d'exception culturelle française,
Et je pourrais en écrire des centaines de lignes...
Mais rassurons tout ceci est fait pour notre bien et dans le respect du politiquement (de l’hypocritement) correct cher à nos dirigeants du BOBOLAND Parisien.
Soyons vigilants...
Fredja
- 15/05/2014 - 14:25
Ne pas se mêler de ce qu'on ne maîtrise pas !
Ce Montebourg est une véritable catastrophe ambulante. Ce n'est pas difficile : pour savoir ce qu'il faut stratégiquement faire, il faut faire exactement le contraire de ce qu'il préconise. Alstom et Siemens ne peuvent pas se saquer, et si Siemens rachète partiellement Alstom, cela promet un fiasco, à cause des doublons qui seront supprimés. Alors que GE a déjà son siège à Belfort, donc des emplois Français, et continuerait certainement à créer des emplois en France.
Tant qu'on sera dirigés par des incompétents idéologistes, cela ne risque malheureusement pas de s'arranger.
le Gône
- 15/05/2014 - 14:11
Ah Nom de Dieu...
négocier avec ce gouvernement de Branquignoles..et de faignasse telle que montbourg et l'autre baudruche de couille molle..je sens que les Americains ont pas finit de se foutre de nous!! et ils auront bien raison!