En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Prise de position
Elections européennes : le plaidoyer de François Hollande pour l’Europe
Publié le 08 mai 2014
Le chef de l’Etat a publié une tribune dans Le Monde en date de ce jeudi dans laquelle il met en garde, entre autres, contre les populismes et la tentation de "sortir de l’Europe".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chef de l’Etat a publié une tribune dans Le Monde en date de ce jeudi dans laquelle il met en garde, entre autres, contre les populismes et la tentation de "sortir de l’Europe".

Les élections européennes ont lieu dans près de deux semaines. Le 25 mai prochain, les François sont invités à voter afin de désigner leurs représentants au Parlement européen. Mais ce scrutin ne passionne pas les Français. En effet, seuls 60% d’entre eux se disent intéressés par ce scrutin, dont seulement 24% de "très intéressés" selon un sondage BVA pour l'émission CQFD de I-Télé et Le Parisien/Aujourd'hui en France publié samedi. Dès lors, le risque d’abstention est grand. C’est notamment pour cela que Nicolas Sarkozy réfléchirait à s’exprimer dans les médias avant la date butoir. Mais c’est aussi ce qui a poussé François Hollande à intervenir. En effet, le président a publié une tribune dans Le Monde en date de jeudi. Tribune dans laquelle, il affirme que "sortir de l’Europe, c’est sortir de l’Histoire", estimant que l’abandon de l’euro serait "un piège, celui du déclin national".

En ce jour anniversaire de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, le chef de l’Etat rappelle "l’avertissement solennel de François Mitterrand, dans son dernier discours devant le Parlement européen : ‘le nationalisme, c’est la guerre !’". Et de poursuivre : "Nous l'avons vu il y a soixante-dix ans, quand la civilisation a failli succomber. Nous l'avons encore vu, hélas, dans l'ex-Yougoslavie déchirée par une guerre ethnique. Nous en observons encore aujourd'hui la menace, aux confins de l'Ukraine et de la Russie. Alors répétons cette évidence fondatrice : l'Europe, c'est la paix ! ".

François Hollande la juge cependant "menacée" par les "forces (qui) cherchent à la défaire en spéculant sur la déception, en misant sur le découragement, en exhumant les peurs, en désignant l'étranger comme un bouc émissaire, en misant sur la discorde religieuse, en opposant les identités nationales à l'engagement européen" alors qu’en France, le Front national pourrait être, selon les sondages, la première force politique au soir du 25 mai.

Pour autant, le chef de l’Etat reconnaît que l’Union européenne "déçoit", par "son impuissance" face au chômage ou ses "institutions et ses règles compliquées". Mais il s’agit selon lui "de choisir une Europe frileuse ou une Europe volontaire". Le président de la République "oppose" cette vision de l’Europe à celle d’une Europe de la "dilution" qui repose selon lui sur "une vision minimale, commerciale, apolitique de l’Europe, qui ne voit en elle qu’un marché, qu’un espace monétaire sans gouvernance".

François Hollande plaide aussi pour une Europe "qui agit là où on l’attend, qui clarifie ses modes de décision, allège ses procédures, avance plus vite avec les pays qui le veulent, se concentre sur les défis à venir". "Cette Europe est celle qui, à partir de la zone euro, redonne de la force à l’économie, met fin à l’austérité aveugle, encadre la finance avec la supervision des banques, fait de son grand marché un atout dans la mondialisation et défend sa monnaie contre les mouvements irrationnels", ajoute-t-il.

Enfin, dernier argument pour ceux qui hésiteraient à se rendre aux urnes, François Hollande explique que "le 25 mai prochain, chacun sera appelé à se prononcer sur la voie à suivre. Le résultat de ce scrutin déterminera la direction que l'Europe prendra pour les cinq prochaines années, et les responsables qui l'incarneront. Pour la première fois, les électeurs, par leur vote, désigneront le futur président de la Commission européenne". Et le président de conclure : "La France veut plus que le progrès de l’Europe, elle veut l’Europe du progrès".

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
L'identité de Jack l’Eventreur dévoilée
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (57)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le Lampiste
- 09/05/2014 - 11:44
Et la cerise sur le gateau : la Pologne veut intégrer le Zeuro !
Prenant prétexte de la crise qu'ils ont largement contribué à créer de toutes pièces en Ukraine pour faire satisfaire leur haine chronique des Russes, les polonais veulent intégrer l'euro.
Manquait plus que ces marionnettes des ricains pour compléter le tableau. On est sur qu'on aura une politique monétaire tout à fait indépendante de celle du dollar, avec leur bandes de nains formés chez Goldman-Sachs, comme le nain Iatseniouk, coopté Premier Minus d'Ukraine par ses copains nazillons formés en Pologne.
On vit une époque formidable, et à coup sur, IL FAUT PLUS DE CETTE EUROPE LA !
Le Lampiste
- 09/05/2014 - 11:35
L'UE est affolée par les sondages et paye des trolls !!! Gdv ???
Car il faut essayer de sauver le bidule infernal à n'importe quel prix.
L'information vient du Daily Telegraph :
http://www.20minutes.fr/monde/1101639-lue-finance-patrouille-trolls-contrer-eurosceptiques-reseaux-sociaux
Il faut savoir que le fromage est tellement bon que ça justifie toutes les magouilles les plus infectes : pour faire entrer de nouveaux fonctionnaires dont le salaire médian tourne autour de 20.000 ZEUROS/MOIS, NON SOUMIS A L’IMPÔT, l'UE en a fait partir 340 à la retraite anticipée à 50 ANS, avec une retraite moyenne de 9000 roros/mois
http://pharmanalyses.fr/fonctionnaires-de-lue-des-retraites-a-50-ans-avec-9-000-euros-par-mois/

Elle est pas belle, l'Europe et la Vie ???

GDV devrait demander à être payé, s'il ne l'est pas. Vu son niveau, un carambar par mois devrait suffire. Plus, c'est du détournement d'argent public.
XI
- 09/05/2014 - 11:34
"Pour autant, le chef de
"Pour autant, le chef de l’Etat reconnaît que l’Union européenne "déçoit", par "son impuissance" face au chômage ou ses "institutions et ses règles compliquées" .
Enlevez de cette phrase " l’Union européenne" et ajoutez "son incompétence" et Hollande vient de tracer son portrait . Une nullité , un trouillard .