À Propos

Florence Heymann est anthropologue, chercheur au CNRS, en poste au Centre de recherche français à Jérusalem. Elle a publié Le Crépuscule des lieux. Identités juives de Czernowitz (Stock 2003, Prix Wizo 2004) et, avec Dominique Bourel, une édition des Lettres choisies de Martin Buber 1899-1965 (CNRS Éditions, 2004).

Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bonnes feuilles

Les déserteurs de Dieu, témoignages de ces ultra-orthodoxes qui sortent du ghetto : "ce mode de vie ne laisse pas une minute pour penser"

On les appelle les « sortants vers la question », ces hommes et ces femmes issus des milieux utra-orthodoxes israéliens qui, un jour, décident de rejoindre la vie laïque. Ce choix douloureux les plonge dans un univers inconnu où ils sont coupés de leur famille, souvent sans ressources et sans éducation autre que religieuse. Là d’où ils viennent, la vie est réglée de façon précise et immuable, soumise à une loi implacable mais rassurante. Là où ils vont, ils sont seuls face à eux-mêmes. Extrait de "Les déserteurs de Dieu", de Florence Heymann, publié chez Grasset (1/2).
28/09/2015 - 15h58
0 1
Le départ spirituel

Florence Heymann : "Jusqu'à il y a encore peu, le gouvernement israélien n'avait nullement pris conscience des sortants, ces juifs orthodoxes qui quittent la religion"

"Sortir de l'ultra orthodoxie est dur. Contrairement à ceux qui quittent le culte orthodoxe et connaissent le monde laïque, les sortants sont abandonnées : ils ne connaissent pas les codes du monde laïque, n'ont pas fait de service militaire".
27/09/2015 - 10h06
0 0
Bonnes feuilles

"Les déserteurs de Dieu" : pourquoi de plus en plus de jeunes s’arrachent de leur milieu ultra-orthodoxe

On les appelle les « sortants vers la question », ces hommes et ces femmes issus des milieux utra-orthodoxes israéliens qui, un jour, décident de rejoindre la vie laïque. Ce choix douloureux les plonge dans un univers inconnu où ils sont coupés de leur famille, souvent sans ressources et sans éducation autre que religieuse. Là d’où ils viennent, la vie est réglée de façon précise et immuable, soumise à une loi implacable mais rassurante. Là où ils vont, ils sont seuls face à eux-mêmes. Extrait de "Les déserteurs de Dieu", de Florence Heymann, publié chez Grasset (2/2).
28/09/2015 - 15h57
0 6
Contributeurs les + lus
Période :
24 heures
7 jours