En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Le buzz du biz

Pourquoi, même s'il le voulait, l'Etat ne pourrait (heureusement) pas réguler l'innovation

Publié le 19 décembre 2013
Le discours d'Arnaud Montebourg à la conférence "LeWeb'13" révèle toute la difficulté de l'Etat français à penser l’économie numérique et le rôle de l’innovation. Décryptage, comme chaque semaine, dans la chronique du "Buzz du biz".
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le discours d'Arnaud Montebourg à la conférence "LeWeb'13" révèle toute la difficulté de l'Etat français à penser l’économie numérique et le rôle de l’innovation. Décryptage, comme chaque semaine, dans la chronique du "Buzz du biz".

Récemment se tenait à Paris la conférence "LeWeb'13", qui réunit tous les acteurs du secteur d’internet. C’est un peu La Mecque du numérique en France. Arnaud Montebourg y a fait une déclaration tonitruante reprise sur les réseaux sociaux. Imparfaitement rapportée, elle n’en révèle pas moins les difficultés de l’Etat à accepter les bouleversements de l’économie de marché en général et de l’écosystème numérique en particulier. Elle montre en conséquence leur propension à ériger des barrières à la création économique.

Le ministre du Redressement productif était invité à dialoguer avec les entrepreneurs du Web. En anglais, il a tenu des propos dont la traduction a fait débat. Certains ont retranscrit en écrivant : « we need to slow down the innovation to protect the old businesses » ; ce qui a été traduit par : « il faut ralentir l’innovation pour protéger les vieux business ». La traduction est fidèle, mais l’original ne l’était pas : les propos d’Arnaud Montebourg étaient plus mesurés (« quand l’innovation détruit les systèmes, nous devons aller lentement »).

Au premier abord, tout le monde semble d’accord avec cette formule toute en équilibre. Elle se heurte cependant à de nombreux écueils : l’Etat n’a pas plus que quiconque la capacité d’anticiper les évolutions économiques et ses réglementations freinent la croissance.

La logique défendue par le ministre suppose que l’innovation heurte et que l’Etat peut et doit légitimement prendre en charge les évolutions économiques. Le constat est vrai : l’innovation perturbe les écosystèmes existants, en particulier ceux dont les activités sont directement concernées (qu’on se rappelle ce que la Western Union Telegraph Company pensait de Bell quand celle-ci a introduit le téléphone). La solution l’est moins : non seulement il est très ambitieux de demander à une administration d’anticiper et gérer les mutations économiques, mais c’est aussi tout à fait irréaliste : aucune structure centralisée, publique ou privée, ne peut gérer efficacement la diversité actuelle et potentielle du marché.

Dans le discours de Monsieur Montebourg, il est implicite que l’Etat, positionné au-dessus de la société, définit une stratégie guidée par l’« intérêt général », dont il aurait un sens inné. En conséquence, les entreprises devraient s’y plier car, quoiqu’elles veuillent, elles doivent servir ce but supérieur et le prestige public. Ce discours rappelle Montchrestien et Colbert. Arnaud Montebourg l’a parfois exprimé plus clairement, notamment quand il disait vouloir « retrouver l’ADN historique de ce qu’a été le capitalisme français, c’est à dire d’abord un modèle entrepreneurial innovant et d’essence patriotique ». 

C’est cette vision qui justifie, dans le discours politique, l’érection de nombreuses barrières réglementaires.

Pour préserver l’équilibre défini par l’Etat, les innovateurs doivent accepter de ralentir leur course. Au besoin, la puissance publique les contraindra : c’est ce qu’elle fait pour les taxis et ce qu’elle défend quand elle attaque Free. Il ne faut pas perturber les plans de transition harmonieux prévus par Bercy.

Ce raisonnement économique est contraire à l’esprit même d'Internet. Que cela plaise ou non (et même si le mot est un peu galvaudé tant il est utilisé) les changements d’Internet sont "disruptifs". L’innovateur est celui qui vient, par définition, bouleverser l’écosystème précédent, en proposant une offre qui satisfait les clients (une meilleure qualité) ou en révolutionnant les modes de production (des prix plus bas). Quand le gouvernement empêche la concurrence, il finit par protéger les rentiers.

La multiplication des réglementations se révèle surtout inefficace. Les innovateurs contournent les textes ou franchissent les frontières. Ce n’est pas nouveau : au XIVè siècle, la régulation contraignante des tisserands parisiens les empêchait de répondre aux nouvelles demandes … et fit la fortune des Flandres ; au XVIIIè, le domicile de John Kay qui avait révolutionner le tissage en inventant la navette volante fut détruit par les ouvriers des ateliers traditionnels en colère, mais fit la fortune de l’Angleterre ; dans un autre domaine, Timur Kuran considère que ce sont les réglementations islamiques trop contraignantes qui ont fait péricliter la civilisation islamique.

Le discours d’Arnaud Montebourg était certes mesuré, mais il révèle une vision qui n’est pas adaptée à l’ère numérique et aux mutations économiques que le monde traverse. Le vrai débat n’aurait pas dû porter sur la traduction, mais bien sur le sens de ses propos.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 20/12/2013 - 05:29
Inutile de vouloir...............
"réguler l'innovation", ceux qui la portent en eux sont partis depuis longtemps. Par contre pour ceux qui restent, on pourrait songer à réguler.......la natalité !
la saucisse intello
- 20/12/2013 - 05:26
@ Ignace.............
C'est pourquoi quand les américains posèrent le pied sur la lune en juillet 1969, les russes conclurent "leurs allemands sont meilleurs que les notres" !
ignace
- 20/12/2013 - 01:15
vinas veritas......tout est bon a prendre ne soyons pas naifs
a la fin de la guerre une grande chasse commençait. Elle fit l’objet d’une âpre concurrence entre les alliés pour s’emparer des chercheurs nazis, notamment ceux qui avaient mis au point les fameux V1 et V2.(Wernher von Braun)

Cette chasse aux scientifiques et aux secrets des nazis fut orchestrée essentiellement par les USA et l’Union Soviétique. Leurs premiers succès dans la conquête spatiale sont dus pour une large part aux savoirs transférés par les scientifiques allemands. Les alliées se ruèrent sur les chercheurs allemands et s’emparèrent quand ils le purent de documents et de matériels. Dans certains domaines les allemands notamment au niveau des sous-marins ou des avions avaient technologiquement des décennies d’avance.
les U-boats de type XXI et XXIII qui servirent de modèle aux puissants sous-marins américains et soviétiques d’après-guerre.

plus de détails et des croustillants (de bonne guerre!!!!)

http://users.skynet.be/bk212103/savants_nazis.html