En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 51 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 16 heures 32 sec
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 6 heures 13 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 30 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
L'adieu à un grand homme

Hommage universel à Mandela : mais aimons-nous vraiment tous le même ?

Publié le 15 décembre 2013
Les funérailles du premier président noir d'Afrique du Sud, mort la semaine dernière à l'âge de 95 ans, ont lieu ce dimanche à Qunu, le village de son enfance.
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les funérailles du premier président noir d'Afrique du Sud, mort la semaine dernière à l'âge de 95 ans, ont lieu ce dimanche à Qunu, le village de son enfance.

Un concert de louanges a fait suite au décès de Mandela. Lors de l'hommage rendu au stade de Soweto, les intervenants rivalisaient de superlatifs : « Géant de l’Histoire», « icône extraordinaire », « un des plus grands leaders de notre temps ». Au-delà des chefs d'Etat, les artistes, les intellectuels - plus largement la société civile - ont été invités à se joindre à l'hommage. Les micro-trottoirs réalisés par les médias du monde entier complétaient le tableau. Quelle que soit la langue utilisée, le langage commun révélait une admiration unanime, comme si 7 milliards d'êtres humains venaient de perdre un proche...

Un "télé-deuil" planétaire

Les "Grands hommes" ayant remplacé les saints - du fait de la sécularisation - à l'intérieur des "Panthéons" nationaux, la globalisation n'a fait qu'introduire un changement d'échelle, la devise du marquis de Pastoret - « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante » - s'étant mondialisée au cours du XXe siècle. La gloire est devenue supra-nationale : Mandela, comme Gandhi et Martin Luther King, appartient au patrimoine de l'humanité. Ses obsèques, télédiffusées dans le monde entier, sont au service d'une religion civique qui agit comme un ciment fédérateur d'une opinion internationale. Mandela, comme personnalité-monde, donne littéralement corps à une mondialisation qui peine à s'incarner. Comme le culte rendu à l'Empereur soudait il y a deux millénaires les citoyens de l'Empire romain, nous sommes aujourd'hui invités à partager l'hommage à un héros destiné à humaniser le "tournant global".

Les institutions internationales sont à l'origine de cette volonté : le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon expliquait que Mandela était « un citoyen du monde exemplaire » et « l'incarnation vivante des plus hautes valeurs des Nations unies. ». Depuis le 10 novembre 2009, l'Unesco a établi le Nelson Mandela Day, qui est célébré le 18 juillet de chaque année. Chaque citoyen du monde est appelé à consacrer soixante-sept minutes au service de la collectivité, rappelant les soixante-sept années du combat de Mandela.

Mais ce sont les mass médias qui contribuent le plus à ce culte mondialisé. Au sujet de l'assassinat de Kennedy, Edgar Morin évoquait l'"irradition planétaire d'une personnalité humaine". De même, nous avons tous "télé assisté" à l'agonie de Mandela - durant des mois, de fausses rumeurs en vrais démentis -. Nous avons tous "télé-participé" à l'angoisse de sa famille et de sa nation, via le système de communications. Mandela a été à l'origine de sa propre médiatisation. Il en a fait l'instrument privilégié de son combat, en scénarisant les moments-clefs de sa vie publique. En 1995, quelques jours avant la finale de la coupe du monde de rugby, il se félicite auprès de ses conseillers de ce que plus d'1 milliard d'humains puisse voir la victoire des springboks, et le port par un président noir du maillot or et vert jadis symbole de l'apartheid.

Aimons-nous tous le même Mandela ?

Si nous aimons tous Mandela, c'est aussi parce qu'il n'a jamais eu le souci des uns aux dépens des autres. Ayant appris la langue des Afrikaners à l'intérieur de sa prison, il tentait d'adopter tous les points de vue : « L'opprimé et l'oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. »... 

Mais si nous aimons tous Mandela, nous l'aimons différemment...

Quand les uns saluent l'homme du pardon, celui qui se rendit à Orania pour rencontrer la veuve d'Hendrik Verwoerd, l'architecte de l'apartheid, les autres célèbrent le résistant, qui refusa de troquer sa libération contre son silence. Quand les uns commémorent l'apôtre de la non-violence, les autres rappellent qu'il est, après le massacre de Sharpeville, le fondateur de la branche armée de l'ANC (Umkhonto we Sizwe), responsable de 190 sabotages entre 1961 et 1963. Quand les uns aiment en lui l'apôtre de Gandhi, les autres soulignent qu'il fut aussi un lecteur assidu de Carl von Clausewitz, de Mao Zedong, de Che Guevara.

Quand les premiers mettent en avant la "paix" - qui induit une modération dans le combat -, les seconds parlent de "liberté", qui renvoie à sa radicalité. Et quand tous regardent une photographie de Mandela, si les uns ont les yeux rivés sur son sourire - littéralement - désarmant, les autres voient son poing serré et son bras levé... Qu'on y regarde de plus près : cette différence a traversé les hommages officiels... Seuls deux dirigeants du monde occidental - Obama et Taubira - ont systématiquement utilisé son nom africain - Madiba -, cette manière originale de le nommer faisant glisser l'oraison du registre politique à celui de l'intime, de l'histoire familiale, de l'identité.

A-t-on le droit de ne pas aimer Mandela ?

A cette question, l'historien doit répondre qu'il a non seulement le droit, mais aussi le devoir, de ne pas laisser une émotion conditionner son analyse. Commémorer, c'est étymologiquement, se "souvenir ensemble". Or, si l'historien ne peut s'inviter à l'hommage unanime, c'est bien parce que son métier est articulé autour du devoir critique.

A l'écart des commémorations, sa mission sera donc d'expliquer que l'histoire de l'Afrique du sud ne confond pas avec celle de Nelson Mandela : il y a bien une lutte anti-apartheid avant Mandela - Alfred Xuma prône un suffrage universel non racial dès 1941 - avec Mandela - Oliver Tambo et Walter Sisulu l'accompagne dans la création de la ligue de jeunesse de l'ANC - et sans Mandela - pendant qu'il est en prison, c'est Steeve Biko et son "Mouvement de conscience noire" qui cristallise la lutte.

Contrairement à Martin Luther King ou à Gandhi, Mandela a exercé des responsabilités politiques, président de 1994 à 1999. L'historien devra donc rappeler l'ensemble des critiques qu'a suscité son bilan : absence de redistribution des terres, accroissement des inégalités économiques, doublement de la criminalité, explosion du sida etc.

Enfin, le devoir de l'historien sera de souligner que le consensus autour de sa personne est de date récente. En raison du classement de l'ANC comme « organisation terroriste », Mandela ne peut entrer aux États-Unis sans visas spéciaux jusqu'au 1er juillet 2008. L'historien devra également faire remarquer que ses plus fervents soutiens ont été mis au banc de la communauté internationale, comme le "frère leader" Kadhafi à qui Mandela a accordé en 1990 sa première visite d'homme libre. Le président Congolais Denis Sassou N'Guesso, qui avait consacré sa présidence de l’Organisation de l'Unité Africaine (OUA) au combat contre l’Apartheid n'a pas été invité à s'exprimer lors de la cérémonie du 10 décembre. Personne n'a songé non plus à citer le Maroc du roi Hassan II, pour son soutien de première heure à la formation et à l’armement de l’armée de l’ANC.

Quand l'ensemble des médias du monde souligneront avec emphase le nombre de délégations présentes - 91 chefs d'Etat et de gouvernement en exercice, 10 anciens dirigeants, ont déjà confirmé leur présence aux obsèques - l'historien fera remarquer l'absence d'Israël. En 1997, le président Mandela avait envoyé un message de soutien officiel à Yasser Arafat et aux Palestiniens : "Nous savons que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens".



Mais si le travail critique de l'historien est nécessaire, iI ne saurait déligitimer la construction d'une mémoire collective autour de sa personne.
D'abord, pour l'Afrique du sud : si Mandela est l'un des pères - mais l'un des pères seulement - de la destruction de l'apartheid, il fut l'instigateur unique du projet de "nation arc-en-ciel". En cela, l'enjeu est de transformer sa présence physique en présence symbolique, pour cristalliser autour d'elle le "vouloir vivre ensemble".

Enfin, pour la planète : quand les Lumières européennes ont fondé un universel unilatéral - au nom duquel de "grandes " civilisations ont cru civiliser de plus "petites" - l'idée d'"Ubuntu", sur laquelle s'appuyait Mandela, ouvre la voie d'un monde sans rapport de domination, où il ne s'agit plus d'imposer un humanisme moniste, mais de faire confluer des humanités plurielles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Lampiste
- 16/12/2013 - 20:02
Vaste rigolade !
Tout ce cirque va finir par sentir pas très frais...
Le Lampiste
- 16/12/2013 - 19:59
@nana de la falaise : une précision, svp
Sa "sagesse", c'est la façon dont ses sbires allumaient des pneus au cou de ses opposants, noirs ou blancs, donc parfaitement sans distinction raciale? Parce que certains disent que son "combat" se poursuivait de sa prison, où il avait peut être été mis pour un sitting ou une parole mal placée? rassurez nous; on a tant besoin de VRAIS saints purs et durs dans cette époque si laïque et si rationaliste.
VeLiVoS
- 16/12/2013 - 10:51
Daisy.A - 15/12/2013 - 09:08
 
Je vous trouve bien gentille avec la télé quand vous situez le début de son comportement “maboule” à une quinzaine de jours seulement ‼