En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Le roi Abdallah d'Arabie Saoudite.
Nouvelle donne
Les Chinois à Ryad et les Américains à Téhéran, nouvelle donne des relations entre Arabie saoudite et États-Unis ?
Publié le 27 octobre 2013
La production de plus en plus importante de pétrole et de gaz par les Etats-Unis et le retour de l'Iran dans le concert des nations ont profondément changé la donne au Moyen-Orient. Les Etats-Unis se détournent de leur allié historique saoudien pour lorgner vers Téhéran, potentiel contrepoids à l'influence chinoise dans la région.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La production de plus en plus importante de pétrole et de gaz par les Etats-Unis et le retour de l'Iran dans le concert des nations ont profondément changé la donne au Moyen-Orient. Les Etats-Unis se détournent de leur allié historique saoudien pour lorgner vers Téhéran, potentiel contrepoids à l'influence chinoise dans la région.

Un jour de la Saint Valentin, un certain 14 février 1945, à la fin de la seconde guerre mondiale, eu lieu une rencontre historique à bord de l'USS Quincy sur le canal de Suez. Ce jour-là, à bord de ce bâtiment de la marine américaine, le Président Franklin D. Roosevelt aboutit à un accord avec le Roi de l’Arabie saoudite, Abdul Aziz Ibn Saoud. Cet accord prévoyait le soutien indéfectible des États-Unis à la famille royale saoudienne ainsi qu’à la société pétrolière Aramco tant que les Saoudiens étaient à même d’assurer la livraison ininterrompue de l’or noir. Cette relation perdura jusqu’à nos jours malgré des hauts et des bas principalement liés au conflit israélo-palestinien.

Or, la lune de miel semble avoir pris fin et ce pour trois raisons.

En premier lieu, vient la prochaine indépendance énergétique américaine. Le pays a ainsi connu une baisse de presque 50% de ses importations pétrolières depuis une petite dizaine d’années. Cette baisse de la dépendance américaine au pétrole importé est principalement attribuable à une augmentation de la production des hydrocarbures sur leur sol national grâce notamment au développement d’hydrocarbures non conventionnels tels que le pétrole et le gaz de schiste. Début 2013, la production américaine a dépassé les 7 millions de barils/jour, ce qui représente une hausse de presque 20% en une année seulement. Les États-Unis deviendront d’ici peu, entre 2017 et 2020, le premier producteur mondial de pétrole devant l’Arabie Saoudite. Ils deviendront peu de temps après, eux-mêmes exportateurs d’hydrocarbures. Cette nouvelle donne signifie que Washington regardera les pétromonarchies arabes du golfe persique, non plus comme fournisseur indispensable de leurs besoins énergétiques mais comme des concurrents.

La deuxième raison tient au fait que, depuis le 11 septembre 2001, les Américains ont pris conscience que le conflit de civilisation qui les menace est dû à une forme particulière d’Islam, celle du wahhabisme. Cette vision de l'islam est incarnée par l’Arabie saoudite et le Qatar, qui sont les deux seuls pays musulmans dominés par cette version particulièrement rétrograde de l’Islam. Tous les terroristes du 11 septembre étaient des sunnites radicaux dont quinze étaient des ressortissants saoudiens. Les américains ont ainsi saisi que la quasi-totalité des attentats terroristes qui ont secoués le monde occidental ces vingt-cinq dernières années étaient perpétrés par les affidés de cette version de l’Islam. Le dernier en date étant celui de Nairobi. Ils voient aussi que ceux contre lesquels ils sont en conflit, qu’il s’agisse des Talibans en Afghanistan ou les islamo-fascistes du Front Al-Nusra en Syrie ou en Irak sont des mouvements sunnites radicaux soutenus, financés et armés par les saoudiens.

En troisième lieu vient le retour graduel de l’Iran dans le concert des nations depuis l’élection du nouveau Président modéré et pragmatique Hassan Rouhani. L’Iran, qui recèle en son sein la deuxième réserve gazière au monde et la troisième pétrolière est à même de rééquilibrer le jeu énergétique au Moyen-Orient. Avec une population de 80 millions d’habitants ayant un niveau d’éducation équivalent à celui de l’Occident, la réintégration de ce pays dans le système économique mondial sera le plus grand rajout depuis l’intégration du bloc soviétique. L’Iran saura, par ailleurs, faire barrage aux avancées chinoises en devenant un contre poids régional de taille à la Chine et au Pakistan, État en voie de vassalisation tant de l’Arabie Saoudite que de la Chine. Washington perçoit de plus en plus Téhéran non seulement comme un allié en devenir dans la stratégie américaine visant à contenir l’essor de la Chine mais un remplacement potentiel pour le pétrole saoudien.

C’est cet ensemble de raison qui font que les États-Unis et l’Arabie saoudite sont engagés dans une course dont la collision est proche. Il suffit que les Américains adoptent une position diplomatique pour que les Saoudiens fassent l’inverse. Au lendemain du coup d’Etat contre le Président Morsi au Caire, alors que Washington a réduit les trois quart de son aide militaire à l’Egypte, les Saoudiens ont promis de combler ce manque. Il a suffi qu’Obama demande aux Saoudiens de ne pas fournir des missiles sol-air aux rebelles islamistes en Syrie pour que Riyad fasse l’inverse. Ou encore, il a fallu que Washington demande aux Saoudiens de ne pas intervenir dans la révolution populaire au Bahreïn pour que l’armée saoudienne pénètre dans Manama et écrase dans un bain de sang les velléités de libertés de la population bahreïnie.

Pareillement, les Saoudiens n’ont pas supportés l’inertie américaine dans le soutien à apporter aux rebelles islamistes et encore moins leur décision de ne pas frapper militairement Damas suite à l’usage d’armes chimiques prétendument effectué par le régime. Le comble de l’hostilité entre les deux pays fut atteint à l’occasion de l’échange téléphonique entre le président Obama et le président iranien, alors que les Iraniens sont perçus comme ennemi par les Saoudiens. Il est clair que le rapprochement irano-américain est inversement proportionnel à l’éloignement entre Washington et Riyad.

C’est parce que cette rupture d’alliance est en train de s’opérer que les Saoudiens se sont abstenus, en signe de mécontentement à l’égard de Washington, non seulement de prendre la parole à l’Assemblée Générale de l’Onu il y a un mois mais aussi d'occuper le siège qui leur revenait au Conseil de Sécurité. Il faut s’attendre à un renversement étonnant des amitiés, les Chinois remplaçant les américains en Arabie Saoudite et les Américains remplaçant les Chinois à Téhéran.

Et ceci dans un avenir très proche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
06.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
07.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gile
- 27/10/2013 - 15:05
vivement que les chinois s'occupent des arabes
Avec les chinois les bédouins marcheront à la baguette.

L'aramco, version pékin, renaîtra de ses cendres et avec elle on verra arriver à la mecque de nouveaux pèlerins qui trusteront les marchés et imposeront, comme en afrique, leurs ouvriers et ingénieurs.

Les arabes n'aiment pas les américains, ils vont adorer les chinois avec leurs colonies de petits commerçants qui, comme en algérie par exemple, font la nique aux commerçants locaux en mettant sur le marché leurs produits pas chers.

Pour les américains, il leur suffit de conserver leur flotte dans les parages
Jonas
- 27/10/2013 - 12:53
Quand les calamités , quelles qu'elles soient s'abattent sur...
Le monde arabe et musulmans, il y a toujours un pays à qui on en fait le reproche: Israël.
Qu'un pays arabe fait une révolution contre son dictateur, c'est la faute d'Israël. Que la révolution échoue c'est la faute d'israël. Que les sunnites , massacrent les chiites c'est la date d'israël. Que les chiites se vengent en massacrant à leur tour les sunnites , c'est la faute d'Israël.
Les massacres , entre tribus, ethnies, mafieux, religieux etc c'est la faute d'israël
Que des terroristes , prennent des otages en Algérie comme a In Amenas et que l'armée de ce pays abattent otages et terroristes c'est la faute d'Israël.
Que les algériens en 2013 aillent chercher de l'eau potable a dos de mulet en parcourant plusieurs kilomètres c'est la faute d'Israël.
La prise de pouvoir par les " Frères " en Egypte c'est la faute d'Israël. Dans ce même pays le coup d'Etat militaire c'est la faute d'israël.
Que le peuple égyptien soit analphabète à + 50 % c'est la faute d'israël.
Que l'Algérie , malgré ses 193, 5 milliards de dollars de réserves de change soit classée 100 eme sur 148 pays , dans le domaine des innovations c'est la faute d'israël..
pipodeparis
- 27/10/2013 - 12:49
LES POSSIBLES SURPRISES DE RENVERSEMENTS D'ALLIANCES....
DURANT LA GUERRE DE 7 ANS À LAQUELLE PARTICIPA LA FRANCE, CELLE-CI DÉLAISSA SON ALLIANCE AVEC LA PRUSSE AU PROFIT DE L'AUTRICHE.
LE RÉSULTAT FUT LA PERTE DU CANADA, DE L'INDE CAR LA PRUSSE S'ALLIAT DE CEFAIT AVEC L'ANGLETERRE.
QUAND AUX CHINOIS, QUI NE CONCÈDERONT RIEN À LA CULTURE WAHABITE DANS SES FRONTIÈRES, LE GRAND ÉCART SAOUDIEN SERA INTÉRESSANT À CONTEMPLER AU TURKMENISTAN CHINOIS, OU LES OUÏGOURS SONT EN TRAIN D'ÊTRE SUBMERGÉS PAR LES HANS, COMME AU TIBET.
CONTRAIREMENT AU TIBET, LES OUÏGOURS SONT IGNORÉS PAR LE MONDE OCCIDENTAL.
SANS DOUTE EST CE LÀ LA RANÇON DE LA PERCEPTION PAR LES POPULATIONS OCCIDENTALES DE LA TENTATIVE D'ENVAHISSEMENT ET D'ASSERVISSEMENT DE LA PART DU MONDE MAHONÉTAN-