En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

03.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

06.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

07.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

05.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 7 min 12 sec
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 1 heure 23 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 6 heures 29 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 7 heures 48 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 18 heures 10 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 19 heures 42 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 48 min 28 sec
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 1 heure 42 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 5 heures 19 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 6 heures 47 sec
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 8 heures 5 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 19 heures 1 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 20 heures 20 min
Bonnes feuilles

La traque : Mohamed Merah était-il vraiment le terroriste qu'il prétendait être ?

Publié le 27 octobre 2013
Hugues Moutouh a été au cœur des 168 heures qu'a duré la traque de Mohamed Merah. Du profilage des suspects à leur filature jusqu'à l'assaut final mené par le Raid, il a vécu l'affaire minute par minute. Extrait de "168 heures chrono: la traque de Mohamed Merah" (2/2).
Hugues Moutouh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Moutouh, préfet, était conseiller spécial du ministre de l'Intérieur au moment de l'affaire Merah.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Moutouh a été au cœur des 168 heures qu'a duré la traque de Mohamed Merah. Du profilage des suspects à leur filature jusqu'à l'assaut final mené par le Raid, il a vécu l'affaire minute par minute. Extrait de "168 heures chrono: la traque de Mohamed Merah" (2/2).

Progressivement, Amaury et ses hommes s’aperçurent qu’en dépit de ses déclarations répétées Merah ne se rendrait pas facilement. Personne, à ce moment-là, n’était vraiment capable de déchiffrer ses intentions. Le Raid misait beaucoup sur le fait que Merah semblait fier de ses actes qui avaient « fait trembler la France ». L’organisation d’un procès pourrait très bien lui servir de tribune pour les exposer au monde entier. Tout au long de la matinée, un débat avait eu lieu au sein du PC. Le patron du Raid se trouvait dans le camp des optimistes, avec le chef négociateur. Olivier Richardot, en revanche, se montrait plutôt pessimiste. Quant au psychologue, il était très réservé sur les chances réelles d’une reddition sans histoires. Le profil de Merah lui paraissait mortifère et sa démarche profondément suicidaire. Si les pulsions de mort l’emportaient sur son instinct de survie, il y avait peu de chances pour qu’il se laisse prendre vivant. En tout cas, une chose paraissait claire à tout le monde : se précipiter pour donner l’assaut ne servirait qu’à aggraver la situation. Il fallait laisser une chance aux deux négociateurs, en misant particulièrement sur la relation de confiance que Merah semblait entretenir avec Hassan.

Au début, l’agent de la DCRI avait paru un peu fébrile au Raid. Il est vrai que son métier ne l’avait guère préparé à gérer une telle situation. Il fallait imaginer ce petit homme maigre, plutôt habitué à l’analyse qu’aux opérations de terrain, parachuté brutalement au milieu d’une zone de combats, revêtu d’un gilet pare-balles et chargé de négocier avec un tueur en série se réclamant d’Al-Qaïda. Merah avait tout fait, au début, d’ailleurs, pour le déstabiliser, en lui apprenant que son nom était en bonne place sur la liste noire des personnes qu’il comptait abattre.
 
Pire encore, il était déjà passé à côté de la mort sans le savoir, puisque Merah lui avait tendu un guet-apens, sans succès. « Je t’avais ciblé », avait-il tranquillement dit à Hassan. Il avait prévu de l’attirer quelque part, sous prétexte de lui donner une information, avant de l’abattre d’une balle en pleine tête. Merah n’avait pas prévu que le policier chargé de transmettre le message à Hassan ne lui ferait pas la commission. Que celui-ci ait tout simplement oublié, ou qu’il ait trouvé le procédé suspect, Hassan lui devait une fière chandelle.
 
L’agent de la DCRI n’était qu’une des nombreuses cibles repérées par Merah. Tout au long de la discussion, on allait s’apercevoir qu’il y en avait beaucoup d’autres encore. Le lundi 19 mars, il s’était ainsi posté, aux environs de 5 heures du matin, devant le domicile d’un militaire travaillant à la caserne du quartier Pradère à Toulouse. Il l’avait suivi comme à son habitude, quelques jours auparavant. Il connaissait ses habitudes. Embusqué près du portail, derrière les poubelles, il avait prévu de tirer sur lui à travers le pare-brise, au moment où le véhicule marquerait un temps d’arrêt devant lui. Mais ce jour-là, le militaire avait décidé d’ouvrir son portail de loin, et sa voiture était passée devant Merah, sans s’arrêter. Les enfants de l’école Ozar-Hatorah n’auraient pas cette chance, puisque c’est en chemin pour rentrer chez lui, deux heures plus tard, qu’il s’en prendrait à eux, à l’improviste.
 
Ce jour même où le Raid intervenait à son domicile, Merah avait programmé de retourner chez ce militaire pour tenter à nouveau de l’abattre. L’opération ne présentait, en effet, guère de risque. Mais il avait décidé, cette fois, d’être prudent et de changer son mode opératoire pour brouiller les pistes : il aurait pris sa voiture au lieu de son scooter et porté une cagoule noire à la place de son habituel casque intégral. Il aurait changé d’arme, aussi, en utilisant le colt qu’il venait de remettre à la police. Toujours du 11.43. Les hommes d’Amaury avaient eu beaucoup de chance de le trouver chez lui, parce qu’il s’apprêtait à quitter définitivement son appartement pour s’installer en lieu sûr, chez une de ses amies. Il l’avait recroisée récemment en discothèque et lui avait demandé de l’héberger quelques jours, juste le temps de « régler des problèmes personnels ».
 
Ce n’était pas tout. Merah avait encore d’autres objectifs en tête, des policiers, en particulier, comme le chef de la brigade anticriminalité de Toulouse. Il avait réussi à obtenir son adresse, comme celle d’un certain nombre de ses collègues de la région. En décidant de l’interpeller immédiatement, dans la nuit de mardi à mercredi, on avait sans doute évité l’une des pires cavales sanglantes de ces dernières années. Car Merah n’aurait reculé devant aucune extrémité. Sachant dès le départ que ses jours étaient comptés et que la police finirait forcément par l’arrêter ou le tuer rapidement, il avait décidé de multiplier les attentats, au culot, presque au hasard, s’en prenant à n’importe quel policier ou gendarme dans la rue. Il avait même imaginé un final en forme d’apothéose, à la Rambo ou à la Scarface : projeter une voiture-bélier puissante sur la façade d’un commissariat, et ouvrir le feu, une fois dedans : « J’aurais canardé jusqu’à ce qu’on me tue. »
 
Tuer… Ce geste qui l’avait fortement éprouvé la première fois, après le meurtre d’Ibn Ziaten, fatigué psychologiquement et physiquement, au point de ressentir le besoin de dormir, était désormais devenu naturel pour lui. Enfermé dans une spirale infernale, maladive, il avouait y avoir pris goût après la fusillade de Montauban : « Je ressentais mon cœur apaisé. Et comme il était apaisé je voulais refaire ça… Je me sentais de mieux en mieux. » Hassan et ses voisins de la cellule de négociation comprenaient que le jeune délinquant des Izards était devenu en l’espace de quelques années, sous couvert de fanatisme religieux, un authentique tueur en série boulimique, un dangereux psychopathe retirant du plaisir de ses crimes. Son comportement de prédateur et son mode opératoire le rapprochaient d’ailleurs davantage du serial killer que du terroriste.
 
Extrait de "168 heures chrono: la traque de Mohamed Merah", Hugues Moutouh, (Plon éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
lsga
- 28/10/2013 - 12:52
vite : des théories complotistes impliquant le Mossad !
 
jean fume
- 27/10/2013 - 22:36
En réponse à la question du titre :
Certainement pas ! C'était des notions qui devaient le dépasser.
Probablement, juste une petite merde qui se prenait pour un caïd.
Mais à partir du moment où il avait flingué "gratuitement", il ne méritait aucune considération.
sam84
- 27/10/2013 - 18:45
Par ce qu'un terroriste n'est pas un serial killer ?
On nous prend vraiment pour des billes il y aurait une différence entre le Djihadiste qui prend son pied en tuant des innocents et un tueur en série Le "cas" Merah la patate chaude qui ne doit surtout pas être classée islamiste Dormez brave gens dormez