En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 58 min 1 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 46 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 3 heures 16 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 33 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 54 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 9 heures 3 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 59 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 22 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 32 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 52 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 17 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 29 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 35 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 13 heures 7 min
Le web est-il en train de basculer du côté obscur ?
Le web est-il en train de basculer du côté obscur ?
En perdition

La victoire des trolls : comment Internet a été abandonné aux tyrans et aux mauvais esprits

Publié le 08 octobre 2013
Sous couvert du principe de liberté d’expression, les trolls sont en train de modifier la culture d’Internet pour y faire régner la haine.
  Olivier Le Deuff est maître de conférences à l’université de Bordeaux 3 et chercheur en sciences de l’information et en humanités numériques. Il possède un doctorat un doctorat en sciences de l’information et de la communication.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Le Deuff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
  Olivier Le Deuff est maître de conférences à l’université de Bordeaux 3 et chercheur en sciences de l’information et en humanités numériques. Il possède un doctorat un doctorat en sciences de l’information et de la communication.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sous couvert du principe de liberté d’expression, les trolls sont en train de modifier la culture d’Internet pour y faire régner la haine.

Ah les trolls ! S'ils n'existaient pas Internet n'aurait pas la même saveur. Pas besoin d'être un génie de l'informatique pour comprendre ce qu'est un troll. Est considérée comme telle, toute personne malfaisante dont l'objectif est de perturber le bon fonctionnement des forums de discussion. Pour arriver à ses fins, le troll multiplie les messages sans intérêt ou fait en sorte de lancer des débats qui n'en sont pas vraiment. Autant dire que sur les réseaux sociaux, il en existe un certain nombre. Cependant, tous les trolls n'agissent pas de la même manière. Il y a plusieurs catégories de troll : le troll "kikoo-lol", le troll agressif et insultant, le troll bête, le troll casse-pieds... Parfois même un troll peut avoir toutes ces caractéristiques en même temps.

Cependant, voici une série d'attributs qui permettent de mieux reconnaître un troll d'un internaute lambda. En règle générale le troll agit sur plusieurs sites, il fait des fautes d'orthographes, il use et abuse des smileys, il veut être modérateur du forum,
il insulte beaucoup et cherche à faire de l'humour (souvent, très souvent même il n'est pas drôle) et enfin il suscite et nourrit artificiellement une polémique (même si le débat est clos, le troll le relance avec un argument quelque peu étrange). Cependant, force est de constater que le troll a gagné. C'est en tout cas ce qu'assure Francisco Dao dans un article sur Pandodaily. En effet, l'auteur constate que si dans le monde réel, les trolls seraient des parias, sur Internet, ils possèdent des fans. "Les trolls ont réussi à manipuler toute la culture de l'internet. Ils l'ont transformé en un lieu où la colère règne en maître et ont entraîné tout le monde vers le bas" écrit-il.

En effet, selon Francisco Dao, les trolls ont réussi à faire accepter un comportement inacceptable. Sur Internet, désormais, estime-t-il, les gens ne réfléchissent pas pas deux secondes avant de lancer des attaques violentes à une personne si celle-ci ne va pas dans son sens. Difficile de croire que dans la vie de tous les jours, une telle violence soit tolérée. Mais le troll a gagné en cela que si certains internautes lui font remarquer qu'il dépasse un peu les bornes, il y aura toujours quelqu'un pour le défendre en sortant le Graal de la liberté d'expression. Résultat final : les débats sont tirés vers le bas, "la décence est considérée comme l'exception et non la règle" affirme l'auteur. En avilissant les discussions, les trolls ont donc gagné.

Qu'en pense Olivier Le Deuff maître de conférences à l’université de Bordeaux 3 et chercheur en sciences de l’information et en humanités numériques ?

Atlantico : Fausse tribunes, accusations publiques, diffamation, les trolls et leurs intimidations en ligne ont envahi le web. Internet et les réseaux sociaux semblent libérer la violence et la bassesse de chacun. Le web est-il en train de basculer du côté obscur ?

Olivier Le Deuff : Plusieurs aspects méritent d'être découplés. Ce qui se relève être parfois du registre de l'impulsion ou de la colère qui peut s'exprimer facilement et dont le "like" est la plus simple expression, ce qui relève des enjeux de démonstration de sa réputation et enfin ce qui relève de la rumeur ou du complot, qui peuvent évidemment trouver sur les réseaux de quoi plus aisément s’alimenter.

Pourquoi les usages numériques entraînent-ils un nivellement par des valeurs négatives plutôt que positives ?

Il s'agit en fait bien souvent d'un problème d'autorité dans la mesure où effectivement chacun peut s'exprimer, ce qui est bien pour la liberté d'expression, mais qui constitue une remise en cause des autorités traditionnelles et des légitimités habituelles des mécanismes d'expression. L'affaiblissement des autorités et de leur crédibilité incite aussi à l'expression de remise en cause et à leur critique récurrente. Il reste qu'il s'agit d'un mécanisme démocratique souhaitable.

Comment le web laisse-t-il impuni des actes qui seraient interdits dans « la vraie vie » ? Profite-t-il d’abord d’un laisser-faire généralisé ou d’un manque de réglementation ?

Le plus inquiétant réside alors dans le risque d'explosion d'une info-pollution avec un web trop chargé en information contaminée, dégradée voire manipulée. Nul n'est à l'abri et par conséquent l'effort repose sur l'ensemble des citoyens qui doivent être armés pour opérer de plus en plus eux-mêmes cette "évaluation de l'information" qui ne peut plus être assumée par les circuits classiques de l'imprimé qui permet de garantir une information relativement vérifiée notamment dans les centres de  documentation et bibliothèques. Ce savoir, cette capacité à évaluer l'information mérite d'être davantage enseignée. C'est l'enjeu d'une véritable formation à la culture de l'information et aux médias notamment dans les environnements numériques qui devient clef. Or pour l'instant, elle est insuffisante. Mais elle fait clairement partie des fondements nécessaires à l'exercice d'une citoyenneté numérique. Elle suppose à la fois une connaissance technique du web mais aussi une capacité d'exercice critique, qui suppose une forme de capacité d'arrêt, de réflexion et de mise à distance, ce qu'on peut appeler la Skholé, qui a donné le mot école, et qui est en fait la véritable école car l'école est ce "bagage" de connaissances et de savoirs et de  compétences qu'il s'agit de mobiliser à chaque instant.

Or, la masse d'informations, le triomphe des informations rapides et prêtant une grande importance aux faits divers font négliger la skholé pour privilégier à l'inverse des formes spontanées et impulsives comme le "like". Du coup, le temps d'arrêt et de vérifier l'information est court-circuité, et il est difficile d'y résister y compris pour des travailleurs du savoir comme les enseignants et journaliste qui peuvent se faire piéger. Le danger serait de tomber dans un registre de l'impulsion et d'un doute perpétuel qui fait qu'on accorde sa confiance à l'information qui fasse le plus de buzz même si sa véracité est remise en doute quelques heures plus tard.

Comment rendre la toile de nouveau hospitalière et civile ?

La solution simple mais néanmoins dangereuse serait de pouvoir attribuer clairement toute réaction, billet de blog ou production d'information à un auteur clairement authentifié. C'est le rêve des états espions, des dictatures mais aussi des géants du web comme Facebook et Google qui aimeraient pouvoir tout  authentifier. Néanmoins, il est souvent possible de trouver qui se cache derrière les pseudos. La dénonciation des pseudonymes n'est pas nouvelle puisque déjà le bibliothécaire Adrien Baillet écrivait en 1690 un ouvrage dénonçant les pseudos.
Il n'y a donc pas de solution miracle mais il apparaît opportun de défendre la liberté d'expression, et le like en fait partie, mais d'associer à ce pouvoir, les compétences qui vont avec. Plutôt que la sanction, la censure ou les risques de délation, il est préférable d'envisager l'éducation, avec notamment un enseignement autour de la culture de l'information. Hélas, pour l'instant, c'est plus le volet de mise en garde sur les réseaux voire la prévention du piratage qui domine. L'enjeu est donc celui d'une culture numérique. Il reste aussi le droit de dire des bêtises, et il faut bien faire avec. Quant aux propos xénophobes ou racistes, ils peuvent quand même tomber sous le coup de la législation. Il reste aussi à faire la part des choses pour éviter de tomber dans une logique répressive qui obligerait à une expression aseptisée sans la moindre catharsis. Et il vaut mieux que  s'exprime parfois la méchanceté et la bêtise sur le web, comme elle peut s'exprimer dans la conversation, plutôt qu'elle reste refoulée et qu'elle explose dans une violence bien plus dangereuse.


Propos recueillis par Pierre Havez

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cpamoi
- 08/10/2013 - 08:11
Le troll "prof" qui dénonçait les trolls "cancres".
Rien que le titre : "sous couvert de la liberté d'expression". Le principe de la liberté c'est qu'elle ne recouvre rien, qu’elle est transparente par essence. Il s'agit donc d'un abus de langage, voire d'une escroquerie sémantique du même tonneau que la célébrissime : "croissance négative".

La liberté d'expression gêne cet auteur qui déblatère avec arrogance sur les mauvaises pulsions intellectuelles des masses qu’il convient d’éduquer, mais toujours à ses propres idées.

Citation de Lao Tseu à destination de nos merveilleuses élites intellectuelles :
« Celui qui tient à ses vues n’est point éclairé.
Celui qui s’approuve lui-même ne brille pas
Celui qui se vante n'a point de mérite
Celui qui se glorifie ne subsiste pas longtemps ».

Tiré du Tao Te King, le livre de la voie et de la vertu.

Le principe de la démocratie est : un débile égale une voix. Faut-il interdire le vote à toute personne dont le QI est inférieur à 139 ? Moi, je vote, et vous ?
Bruno Cortona
- 08/10/2013 - 02:44
morts aux trolls!
ils font rien qu'à dire des choses bêtes QUAND ON ESSAYE D'ÊTRE UN PEU SERIEUX c'est vrai à la fin.
vangog
- 08/10/2013 - 00:49
@loupdessteppes quand je pense qu'ils nous traitent
de "Nazillons" à longueur de médias (nous les FN)...
Décidément, on nage en pleine inversion des valeurs et du sens des mots!