En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Xavier Fontanet, ancien PDG d'Essilor
L'interview Atlantico Business

Xavier Fontanet : "L'État doit comprendre qu'il est au service des entreprises"

Publié le 24 septembre 2013
En présentant ses "34 plans" en faveur de l'industrie le gouvernement démontre, une fois de plus, son envie de recoller les morceaux avec les entreprises mais surtout de faire redémarrer l'activité. Pour Xavier Fontanet, ancien PDG d'Essilor, le vrai sujet est de "redonner de l'énergie" à l'ensemble des entreprises en réduisant leur fiscalité, possible uniquement par une baisse de la dépense publique.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En présentant ses "34 plans" en faveur de l'industrie le gouvernement démontre, une fois de plus, son envie de recoller les morceaux avec les entreprises mais surtout de faire redémarrer l'activité. Pour Xavier Fontanet, ancien PDG d'Essilor, le vrai sujet est de "redonner de l'énergie" à l'ensemble des entreprises en réduisant leur fiscalité, possible uniquement par une baisse de la dépense publique.

Atlantico Business : De plans pour l'industrie en investissements d'avenir, le gouvernement peut-il faire redémarrer les entreprises et particulièrement le secteur industriel ?

Xavier Fontanet : Ça va être compliqué car avec tout ce qui a été mis en place, on ne touche qu'une toute petite partie de l'économie. Le vrai sujet ce n'est pas vraiment de redonner de l'énergie à tel ou tel secteur, il faut redonner de l'énergie à toutes les entreprises. Un exemple très simple, la somme de tous les actifs des sociétés non financières c'est entre 3000 et 4000 milliards d'euros. Quand le gouvernement présente ses 34 mesures en faveur de l'industrie pour 3,7 milliards d'euros, on se rend bien compte que ce n'est même pas 0,1% du total ! Idem pour la BPI et ses 40 milliards de capitaux, c'est 1% tout au plus. Et en plus, tout cela est financé par des impôts.  

A-t-on les moyens de redonner de l'énergie à "toutes les entreprises" ?

Il n'y a qu'une seule façon de procéder : Il faut baisser les impôts. Et pour baisser les impôts il faut baisser les coûts de la sphère publique. Il y a, par exemple, un gisement gigantesque dans les régions où l'on injecte actuellement près de 200 milliards d'euros, tout ça en plus, pour créer des doublons de compétence avec les départements et avec l’État. Le gouvernement doit comprendre qu'il est beaucoup plus urgent de baisser le coût des dépenses chez lui que de faire des plans. Parce que les plans d'un côté, c'est forcement des impôts de l'autre. J'ai, au cours de ma carrière, rencontré des tas de patrons d'entreprises mondiales qui, regardant leurs comptes, me disait qu'il y avait moins d'argent en France que dans les autres pays. Pourquoi ? La réponse est simple : trop d'impôts, trop de réglementations, trop de complications. Avec du recul, on se rend compte que c'est paradoxale de beaucoup fiscaliser les entreprises et ensuite de leur dire "Allez-y, foncez !", en lançant je ne sais quelle plan.

Ce discours, les chefs d'entreprise l'ont depuis longtemps. Pourquoi les hommes politiques n'agissent pas en conséquence ?

Le problème c'est que ni la gauche ni la droite, de part leur histoire respective, ne fait confiance aux entrepreneurs. L’État doit comprendre qu'il est au service de la société, au service des entreprises. Quand un gouvernement investit pour financer ses entreprises, ça ne sert strictement à rien puisqu'il a piqué l'argent ailleurs. Le seul service que ce gouvernement peut rendre à son économie, c'est de réduire, c'est de maigrir. Il ne faut surtout pas commencer à rentrer, comme il vient de le faire avec ces 34 plans pour l'industrie, dans le micro-management. Il y a plus de 3 millions d'entreprises en France et plus de 100.000 secteurs... L’État ne peut pas gérer tout cela, qu'il fasse confiance aux entrepreneurs, qu'il les libère de la bureaucratie et allège leurs impôts.

Propos recueillis par Julien Gagliardi

>> Retrouvez Atlantico Business sur Twitter
>> Retrouvez Atlantico Business sur Facebook

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 24/09/2013 - 06:23
Ce sont des hommes...........
De cette envergure qui seront un jour ministres.
Brondillant
- 23/09/2013 - 23:16
Yen a marre
Que l'état fasse son boulot au lieu d'expliquer au chefs d'entreprises ce qu'ils doivent faire. Le job d'un chef d'entreprise c'est de faire marcher sa boîte, point.
Le gros problème c'est que pour nos politiques, tout parti confondus, l'entreprise n'est qu'une machine à cash que l'on doit ponctionner. Comme ils sortent tous du même moule; jamais de surprise.
L'état a des tâches régaliennes à accomplir, qu'il s'en occupe. Il aura assez de travail.