En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

06.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

05.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 2 heures 34 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 2 heures 52 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 3 heures 17 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 22 heures 9 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 23 heures 9 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 23 heures 45 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 22 heures 56 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 23 heures 28 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
Xavier Fontanet, ancien PDG d'Essilor
© Reuters
Xavier Fontanet, ancien PDG d'Essilor
L'interview Atlantico Business

Xavier Fontanet : "L'État doit comprendre qu'il est au service des entreprises"

Publié le 24 septembre 2013
En présentant ses "34 plans" en faveur de l'industrie le gouvernement démontre, une fois de plus, son envie de recoller les morceaux avec les entreprises mais surtout de faire redémarrer l'activité. Pour Xavier Fontanet, ancien PDG d'Essilor, le vrai sujet est de "redonner de l'énergie" à l'ensemble des entreprises en réduisant leur fiscalité, possible uniquement par une baisse de la dépense publique.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En présentant ses "34 plans" en faveur de l'industrie le gouvernement démontre, une fois de plus, son envie de recoller les morceaux avec les entreprises mais surtout de faire redémarrer l'activité. Pour Xavier Fontanet, ancien PDG d'Essilor, le vrai sujet est de "redonner de l'énergie" à l'ensemble des entreprises en réduisant leur fiscalité, possible uniquement par une baisse de la dépense publique.

Atlantico Business : De plans pour l'industrie en investissements d'avenir, le gouvernement peut-il faire redémarrer les entreprises et particulièrement le secteur industriel ?

Xavier Fontanet : Ça va être compliqué car avec tout ce qui a été mis en place, on ne touche qu'une toute petite partie de l'économie. Le vrai sujet ce n'est pas vraiment de redonner de l'énergie à tel ou tel secteur, il faut redonner de l'énergie à toutes les entreprises. Un exemple très simple, la somme de tous les actifs des sociétés non financières c'est entre 3000 et 4000 milliards d'euros. Quand le gouvernement présente ses 34 mesures en faveur de l'industrie pour 3,7 milliards d'euros, on se rend bien compte que ce n'est même pas 0,1% du total ! Idem pour la BPI et ses 40 milliards de capitaux, c'est 1% tout au plus. Et en plus, tout cela est financé par des impôts.  

A-t-on les moyens de redonner de l'énergie à "toutes les entreprises" ?

Il n'y a qu'une seule façon de procéder : Il faut baisser les impôts. Et pour baisser les impôts il faut baisser les coûts de la sphère publique. Il y a, par exemple, un gisement gigantesque dans les régions où l'on injecte actuellement près de 200 milliards d'euros, tout ça en plus, pour créer des doublons de compétence avec les départements et avec l’État. Le gouvernement doit comprendre qu'il est beaucoup plus urgent de baisser le coût des dépenses chez lui que de faire des plans. Parce que les plans d'un côté, c'est forcement des impôts de l'autre. J'ai, au cours de ma carrière, rencontré des tas de patrons d'entreprises mondiales qui, regardant leurs comptes, me disait qu'il y avait moins d'argent en France que dans les autres pays. Pourquoi ? La réponse est simple : trop d'impôts, trop de réglementations, trop de complications. Avec du recul, on se rend compte que c'est paradoxale de beaucoup fiscaliser les entreprises et ensuite de leur dire "Allez-y, foncez !", en lançant je ne sais quelle plan.

Ce discours, les chefs d'entreprise l'ont depuis longtemps. Pourquoi les hommes politiques n'agissent pas en conséquence ?

Le problème c'est que ni la gauche ni la droite, de part leur histoire respective, ne fait confiance aux entrepreneurs. L’État doit comprendre qu'il est au service de la société, au service des entreprises. Quand un gouvernement investit pour financer ses entreprises, ça ne sert strictement à rien puisqu'il a piqué l'argent ailleurs. Le seul service que ce gouvernement peut rendre à son économie, c'est de réduire, c'est de maigrir. Il ne faut surtout pas commencer à rentrer, comme il vient de le faire avec ces 34 plans pour l'industrie, dans le micro-management. Il y a plus de 3 millions d'entreprises en France et plus de 100.000 secteurs... L’État ne peut pas gérer tout cela, qu'il fasse confiance aux entrepreneurs, qu'il les libère de la bureaucratie et allège leurs impôts.

Propos recueillis par Julien Gagliardi

>> Retrouvez Atlantico Business sur Twitter
>> Retrouvez Atlantico Business sur Facebook

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 24/09/2013 - 06:23
Ce sont des hommes...........
De cette envergure qui seront un jour ministres.
Brondillant
- 23/09/2013 - 23:16
Yen a marre
Que l'état fasse son boulot au lieu d'expliquer au chefs d'entreprises ce qu'ils doivent faire. Le job d'un chef d'entreprise c'est de faire marcher sa boîte, point.
Le gros problème c'est que pour nos politiques, tout parti confondus, l'entreprise n'est qu'une machine à cash que l'on doit ponctionner. Comme ils sortent tous du même moule; jamais de surprise.
L'état a des tâches régaliennes à accomplir, qu'il s'en occupe. Il aura assez de travail.