En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 2 heures 28 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 3 heures 17 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 4 heures 2 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 5 heures 29 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 5 heures 48 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 9 heures 13 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 9 heures 52 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 10 heures 14 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 10 heures 17 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 2 heures 52 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 3 heures 39 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 4 heures 55 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 10 heures 15 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 10 heures 17 min
© Reuters
Le 15 septembre 2008, la faillite de Lehman Brothers déclenchait la crise financière, puis économique.
© Reuters
Le 15 septembre 2008, la faillite de Lehman Brothers déclenchait la crise financière, puis économique.
La crise 5 ans après son déclenchement

Ce que 5 ans de crise ont concrètement changé dans nos vies

Publié le 15 septembre 2013
Avec
Le 15 septembre 2008, la banque d'investissement américaine Lehman Brothers se déclarait en faillite, marquant ainsi le début de la crise. Premier volet de notre série.
Augustin Landier est un économiste. Il enseigne à la Toulouse School of Economics. Il est normalien en mathématiques et a obtenu un doctorat en économie au MIT (Massachusetts Institute of Technology) en 2002. Il est le co-auteur de 10 idées qui coulent...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Augustin Landier est un économiste. Il enseigne à la Toulouse School of Economics. Il est normalien en mathématiques et a obtenu un doctorat en économie au MIT (Massachusetts Institute of Technology) en 2002. Il est le co-auteur de 10 idées qui coulent...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 15 septembre 2008, la banque d'investissement américaine Lehman Brothers se déclarait en faillite, marquant ainsi le début de la crise. Premier volet de notre série.
Avec

Il y a cinq ans jour pour jour, la faillite de Lehman Brothers précipitait la finance mondiale dans l'effroi. Echanges interbancaires bloqués, cours de bourse en chute libre, prix devenus fous, la panique allait durer quelques mois, avant qu'un calme relatif ne finisse par revenir sur les marchés. L'économie réelle, elle, est encore en crise, intoxiquée par l'amoncellement des dettes accumulées pendant les années de bulle.

La faillite de Lehman, c'est pour beaucoup le glas qui sonne la fin de la finance dérégulée, le crépuscule de l'ère "néolibérale", qui glorifiait la cupidité 
et ringardisait l'action publique. Après Lehman, l'Etat allait revenir en force, taxer les riches qui spéculent, mettre les banquiers en prison, reprendre la main sur l'économie, donner un cap aux Français déboussolés. Avec leur nouveau président démocrate, les Américains eux-mêmes semblaient solder la fin des années Bush avec leurs hausses d'impôts, leur réforme de la finance et leur "sécu" toute neuve. Les grand-messes du G20 mettaient en scène l'union sacrée des souverains pour dompter la finance folle et éviter la dépression économique. Pendant plusieurs années, les politiques ont fait de la faillite du libéralisme l'unique fil directeur de leurs discours de campagne.

Mais ce récit bien commode s'est vite heurté à la réalité.

Paralysé par le surendettement et son interventionnisme brouillon, l'Etat a vite montré les limites de son action. Car le déclencheur de la crise, ce n'est pas Lehman Brothers mais le surdendettement hérités des années de taux bas et de laxisme réglementaire: celui des ménages (Irlande, Espagne, Etats-Unis, Royaume-Uni) ou des Etats (Portugal, Italie). En France, c'est l'Etat qui est surendetté. Nul trader pervers ni hedge fund maniaque n'est responsable de la paralysie française. Nous nous sommes faits ça tous seuls, en quarante ans de gestion irresponsable de nos finances publiques : malgré une fiscalité toujours plus lourde, l'Etat n'en a jamais assez, engluée dans un spectre de missions toujours plus large. Il a abordé la crise  sans aucune marge de manœuvre, avec une dette publique colossale, et ne semble pas capable de réduire son endettement de manière crédible. La sphère publique, qui dépense 57% du PIB dans notre pays, doit évidemment remettre ses finances en ordre, mais surtout apprendre à définir sa zone d'intervention, ce qui est de son 
ressort et ce qui ne l'est pas. La crise forcera l'Etat à délimiter le périmètre de son action.

Un exemple criant en ces temps de néo-colbertisme revendiqué : il est grand temps de rompre avec le capitalisme de subvention qui empoisonne ce pays depuis tant d'années. Assommés par une pression fiscale insensée, nos entrepreneurs en sont réduits à se faire chasseurs d'aides publiques et de niches fiscales : jeunes entreprises innovantes, FCPI, crédit d'impôt pour la recherche, la compétitivité et l'emploi, emprunt bonifie de la BPI, subventions pour les 34 filières d avenir, etc. A force de vouloir être partout, l'Etat rend son action illisible, et favorise le capitalisme de connivence : corruption soft par les grands patrons influents, coup de pouce à la petite PME méritante qui a tapé dans l'œil du ministre. Avec, en prime, le retour de la planification concertée façon Jean Monet : l'organisation par la puissance publique elle-même d'une kermesse aux subventions où les entreprises en place peuvent décider elles-mêmes qui mérite de faire partie du club. Bref, une gabegie contre-productive dans l'économie contemporaine. C'est elle que nous dénonçons dans notre dernier livre Dix Idées qui Coulent la France (Flammarion).

Bien sûr, l'Etat a un rôle essentiel à jouer pour accompagner les mutations économiques que connaissent, depuis plusieurs décennies, tous les grands pays : la transition vers une économie de services et de la connaissance. Pour le faire, l'Etat doit "mettre la table", c'est à dire créer les institutions et la fiscalité stables qui encouragent les talents, français ou étrangers, à venir créer de la valeur chez nous. Il doit mieux financer l'éducation et la recherche fondamentale - la désaffection pour la science tient en grande partie dans la faiblesse des salaires dans l'enseignement supérieur. Il doit promouvoir les emplois de services tout en préservant le pacte social auquel tiennent les Français. Vaste programme, mais réalisable.


Dans ce cycle long, la crise a agi comme un divertissement néfaste dans notre démocratie gouvernée par la communication et l'effet de manche. Elle a permis aux politiques de surfer sur la vague antilibérale, sur fond de nostalgie des Trente glorieuses et de pompidolisme vintage. Elle a détourné l'attention des gouvernants français -  de droite et de gauche - des véritables enjeux de la société post-industrielle. Nous avons perdu cinq précieuses années, mais il n'est pas trop tard.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cWal
- 16/09/2013 - 21:08
@ Imragen :
Je veux juste dire que supprimer des postes de fonctionnaires tout en gardant les structures qui allaient avec ne sert strictement à rien, sinon que les services publics marcheront plus mal au final...
Et jusqu'à présent c'est le cas.
Enfin ils n'auront d'ailleurs même plus besoin de moins recruter dans l'éducation puisque le métier est devenu tellement attractif que depuis des années il n'y a plus assez de candidats pour pourvoir les postes... Idem dans les hôpitaux et la police.
boblecler
- 15/09/2013 - 21:22
nicolas sarkozy a laissé 640 milliards de dettes
Nicolas sarkozy a laissé 640 milliards de dettes et ceux qui votent à droite sont aussi responsables que lui. Je suis obligé de payer des impôts à cause de vous et de lui. Sarkozy mérite la prison?.... pour relancer l'Econmie, suffit de supprimer les 80 milliards d'euros par an d'alloc rsa, transformer l'arguic arco En fond de pEnsion, rouvrir le second marché comme à lyon pour financer les pme et créer des emplois. Si on place 400 milliards on peut espérer 100 milliards de roi en 2020 pour couvrir le déficit. Hollande va supprimer des fonctionnaires dans l'armée
Sophile
- 15/09/2013 - 20:52
Puisque l'on sait que
Ce sont les banques et certains banquiers surtout, qui ruinent les pays, pourquoi les gouvernants ne font-ils rien ???