En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 23 min 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 2 heures 35 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 4 heures 57 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 5 heures 20 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 5 heures 31 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 6 heures 5 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 6 heures 50 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 6 heures 59 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 7 heures 29 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 5 heures 24 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 5 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 7 heures 21 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 8 heures 11 min
La sécurité à bord des vols low cost serait tout aussi fiable que pour les autres compagnies.
La sécurité à bord des vols low cost serait tout aussi fiable que pour les autres compagnies.
Se foutre en l'air

Congo, Indonésie, Pakistan, Gabon, Soudan... ces pays où il faut absolument éviter de prendre l'avion

Publié le 15 août 2013
Selon un sondage diffusé sur la chaîne britannique Chanel 4, 89% des pilotes de Ryanair jugent ni ouverte ni transparente la culture de l'entreprise en matière de sécurité. Deux tiers des pilotes hésiteraient même à signaler un problème de sécurité à leur hiérarchie.
Xavier Tytelman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Formateur en aéronautique, spécialiste de la sécurité aérienne et président du Centre de Traitement de la Peur de l'Avion (www.peuravion.fr), Xavier Tytelman est également chargé d'étude Veille Analyse Anticipation au profit du Bureau Opérations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage diffusé sur la chaîne britannique Chanel 4, 89% des pilotes de Ryanair jugent ni ouverte ni transparente la culture de l'entreprise en matière de sécurité. Deux tiers des pilotes hésiteraient même à signaler un problème de sécurité à leur hiérarchie.

Atlantico : Selon un sondage interne, les pilotes de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair s’inquiètent du manque de la transparence sur la sécurité de leurs propres vols. On sait que le prix est un facteur déterminant dans le choix d'une compagnie. Jusqu’où peuvent aller les compagnies low cost pour réduire leurs coûts ? Faut-il avoir peur de prendre l’avion ?

Xavier Tytelman : En réalité, les pilotes de Ryanair ne mettent pas directement en cause la sécurité de leurs vols, mais estiment que la compagnie n’a pas "une culture de la sécurité ouverte et transparente". Autrement dit, la remontée d’informations après un incident ne serait pas parfaite. Ce processus n’a rien de spécifique à une compagnie low cost et il est probablement perfectible chez de nombreux autres transporteurs. Une telle demande est donc tout à fait légitime et pourrait être observée ailleurs sans que cela n’indique un niveau de fiabilité à la baisse. Au contraire, les pilotes exigent toujours plus de sécurité, tout comme les passagers et les régulateurs.

Dans les faits, aucun accident mortel ne peut être reproché à Ryanair alors que la compagnie existe depuis 1984 et qu’elle est aujourd’hui le premier transporteur sur le continent européen. Un élément contribue par contre à l’impression d’insécurité qui existe face aux low cost : la communication adoptée par le patron de Ryanair, Michael O’Leary. Ce dernier a clairement choisi d’utiliser la provocation pour être présent dans les médias à moindre frais. Annoncer une surtaxe pour les personnes en surpoids, que les toilettes seront désormais payantes ou que les passagers vont pédaler pour produire l’électricité de l’avion, ça amuse ou ça choque, mais ça s’arrête là. Mais lorsqu’il annonce qu’il ne veut réaliser les vols qu’avec un seul pilote ou en entassant les passagers debout, la compagnie fait réellement penser que la sécurité est sacrifiée sur l’autel du bas coût. Personne ne croit à ces propositions au sein de l’industrie aéronautique, mais une impression s’est petit à petit installée dans le grand public : les low cost seraient dangereux. Dans les faits, il n’en est rien.

Les compagnies low cost sont-elles moins attentives à la sécurité pour proposer de tels tarifs ? Doit-on prendre le prix en considération lorsque l’on voyage ? Est-on plus en sécurité sur une grande compagnie que sur une compagnie low cost ?

Etre une société low cost, ça veut avant tout dire que l’on adopte une stratégie de chasse aux coûts dans de nombreux domaines. Côté compagnie, tout est optimisé : les avions volent plus et sont très modernes pour permettre une maintenance moins onéreuse, les employés travaillent davantage, les charges sociales sont payées en Irlande, les avions ne se posent que sur des aéroports secondaires et ces derniers s’engagent à verser des subventions très décriées aux compagnies, les personnels navigants payent leurs repas et leur tenue de travail… Côté passagers, le service client est faible voire nul, les sièges sont plus serrés, il n’y a pas d’écran pour le divertissement à bord, le taux de remplissage des avions est plus élevé et chaque option est facturée : bagage en soute, enregistrement au guichet, choix de la place, collation en vol… Tout cela évite aussi d’emporter des tonnes de bagages, de repas ou de magazines, et la compagnie fait alors voler des avions plus légers, donc moins gourmands en pétrole. Une économie de plus.

Et la sécurité ? Et bien il n’y a rien à dire dans ce domaine. Les pilotes ont les mêmes qualifications dans toutes les compagnies et réalisent leurs simulateurs deux fois par an, les temps de repos réglementaires sont strictement respectés, les emports de pétrole sont conformes à la réglementation (un avion part toujours avec au moins deux heures de pétrole supplémentaire par rapport à son trajet), et la maintenance est réalisée suivant les recommandations des constructeurs. Si au cours d’une vérification, un contrôleur se rend compte qu’une compagnie a volontairement omis l’une de ses obligations, la sanction peut être radicale. Le transporteur pourrait être inscrit sur la liste noire et tout vol lui serait alors interdit. La réglementation est trop stricte et les contrôles trop fréquents pour qu’une compagnie ose prendre un tel risque, low cost ou pas.

On pourrait faire un parallèle avec le transport ferroviaire. La compagnie Ouigo propose son trajet Paris-Marseille en TGV à partir de 10€ alors qu’il en coûtera souvent 10 fois plus cher avec la SNCF. La sécurité du train est-elle mise en cause ? Aucunement ! La différence se fait sur le service, le confort, les bagages, la gare desservie plus lointaine, tout comme pour le transport aérien.

Pour le passager, il n’y a donc qu’une seule question à se poser : les économies réalisées sur le prix du billet valent-elles vraiment les efforts consentis en termes de confort et de services ? Les Européens semblent avoir fait leur choix, et il est majoritairement positif.

Dans le choix d’une compagnie, faut-il se référer à la liste noire européenne des compagnies aériennes, à l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI), à l’approche des Etats-Unis qui demandent des audits internes ou encore à l'Association internationale du transport aérien (IATA) ? Quels critères permettent d’affirmer qu’une compagnie est "sûre" ?

L’aviation civile n’a jamais été aussi fiable que ces dernières années, avec un record de sécurité atteint en 2012 : seulement 15 accidents mortels pour 37 millions de vols, provoquant 414 décès pour 3 milliards de voyageurs transportés, et l’année 2013 promet de battre encore ce record. Mais ces chiffres rassurants cachent néanmoins de fortes disparités.

La Liste Noire européenne interdit à toute compagnie dont la fiabilité ne peut être garantie de se poser sur le territoire européen. Lorsque l’on décolle ou que l’on atterrit d’Europe, il n’y a donc aucune question à se poser : le vol peut être considéré comme totalement fiable, quel que soit le type de compagnie utilisé. Il en va de même dans les zones fortement réglementées comme l’Amérique du Nord où les contrôles sont très stricts, du même niveau que ceux constatés en Europe.

Mais la question de la sécurité se pose réellement lorsque l’on sort des sentiers battus, et particulièrement en Afrique qui cumule près des trois quarts des crashs. La quasi-totalité des accidents ont lieu dans des situations extrêmes. Le Népal multiplie ainsi les crashs sur ses pistes montagneuses en pente, l’Afrique a de grosses difficultés avec ses terrains non goudronnés, le Nigéria, l’Iran ou le Libéria n’entretiennent plus leurs avions, et les pays de l’ancien bloc soviétique n’ont toujours pas mis tous leurs vieux Antonov à la casse…

Malgré ces éléments peu encourageants, une liste peut néanmoins donner une indication fiable sur la sécurité d’une compagnie aérienne : l’Association Internationale du Transport Aérien ou IATA. Cette association a développé une norme mondiale pour la vérification de la sécurité des procédures d’exploitation des transporteurs aériens, et le résultat est sans appel : les 240 compagnies membres de l’IATA n’ont connu aucun accident mortel en 2012 alors qu’elles représentent plus de 93% du trafic mondial ! Avant de choisir un vol local dans un pays sur lequel un doute existe, vérifiez simplement si la compagnie fait bien partie de l’IATA. Si c’est le cas, vous pouvez réserver sans crainte.

Y a-t-il une hausse des accidents d’avion ? De quelle nationalité sont les compagnies les plus exposées aux risques ? Comment l’expliquer ?

L’exigence extrême qui existe face au transport aérien au niveau mondial a permis d’atteindre un niveau de sécurité d’un niveau sans précédent et qui continue de s’améliorer. De gros efforts sont actuellement menés pour encore réduire les risques, particulièrement au sein des zones les moins fiables.

Il faut néanmoins rester objectif : même dans ces régions, il ne faut pas abandonner l’avion pour un autre moyen de transports. Si vous souhaitez vous rendre dans une montagne du Népal, l’avion restera plus sur que la voiture, même si la fiabilité du transport aérien dans la région est bien en dessous des standards internationaux 

Propos recueillis par Karen Holcman

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Peter6809
- 15/08/2013 - 19:10
@ un_lecteur
Il n'y a pas que RyanAir. EasyJet vole également avec des avions remplis et modernes, avec un minimum de bagages.
Des compagnies comme AIr Europa aussi remplissent leurs vols au maximum. C'est la stratégie de tout le monde, et c'est normal.
Quand à l'incidence de Beauvais avec ses descentes directes...j'ai bien peur que l'économie faite dans l'avion soit totalement compensée par le carburant que chaque passager dépense pour se rendre à Beauvais!
un_lecteur
- 15/08/2013 - 14:34
Ryanair écologique
Il est vrai que les pilotes de ryanair ont moins de repos que ceux d'air France, qui dorment en vol comme le commandant de bord du Rio Paris qui dormait dans les orages!
.
Un point jamais abordé dans les média : la consommation de kérosène par Km/passager est plus faible chez ryanair. Donc moins de pollution, moins de CO2...
- leurs avions sont très modernes
- leur taux de remplissage est élevé
- chasse au poids inutiles
- utilisation d'aéroports secondaires, ce qui évite les attentes au décollage et à l'atterrissage.
À l'arrivée sur Beauvais, par exemple, l'avion fait une descente directe et de pose. À Roissy, il peut attendre un quart d'heure son tour avant de pouvoir se poser.
.
Les vrais écolos choisiront donc les compagnies low-cost, et supporteront les petits désagrément en pensant à la planète.
Xavier Tytelman
- 15/08/2013 - 11:32
Pour resumer
En résumé: lorsque vous sortez d'Europe, ne banissez pas des pays entiers, renseignez vous juste sur la liste noire et l'IATA.