En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Jim Sanborn
La sculpture Kryptos est installée dans l'enceinte du QG de la CIA depuis 1990.
Casse-tête chinois

Plus fort que la CIA : quand la NSA avait craqué sans le dire le code qui tenait tout le monde en échec depuis des années

Publié le 12 juillet 2013
L'énigme gravée sur la sculpture Kryptos, qui trône dans l'enceinte du quartier général de la CIA depuis 1990, a été en partie résolue par l'agence de renseignement en 1998. C'était chose faite pour la NSA depuis... 1992 !
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'énigme gravée sur la sculpture Kryptos, qui trône dans l'enceinte du quartier général de la CIA depuis 1990, a été en partie résolue par l'agence de renseignement en 1998. C'était chose faite pour la NSA depuis... 1992 !

Plus de 8 ans. C'est le temps qu'il a fallu à un informaticien du nom de James Gillogly pour décrypter trois des quatre parties de Kryptos, une sculpture créée par l’artiste Jim Sanborn et le cryptographe Edward M. Scheidt, qui trône dans l'enceinte du quartier général de la CIA (en Virginie) depuis 1990. Lorsque Gillogly a déclaré publiquement, en 1999, avoir craqué 768 des 865 caractères de Kryptos, la CIA a révélé qu'un de ses analystes, David Stein, avait résolu cette section en 1998... uniquement à l'aide d'un papier et d'un crayon. Pour arriver à ce résultat, il lui aura tout de même fallu 400 heures de travail.

Cette sculpture est composée d’un petit bassin entouré de bois flotté, de blocs de granite et d’une large plaque de cuivre en forme de "S" dans laquelle ont été découpées des lettres de l’alphabet. L’inscription est divisée en quatre parties distinctes, chacune correspondant à un message. Pour l'heure, et malgré les efforts des meilleurs cryptographes, la 4e partie du message n'a pas encore été décodée. La légende veut que ces messages constituent eux-mêmes une énigme, faisant référence à quelque chose qui serait enterré sous le sol de la CIA…

Aussi intelligentes soient-elles, les personnes qui ont réussi à décrypter une partie de Kryptos sont bien loin du record établi par la National Security Agency (NSA), qui est elle aussi parvenue à craquer ces codes... en à peine un mois ! C'est ce que révèlent des documents de l'Agence nationale de la sécurité américaine, rapporte le site Wired. Une information qui était jusqu'à présent restée enfouie au fin fond dans les archives de la NSA.

Tout commence en 1991, lorsqu'un groupe de "stagiaires" de la NSA se rend au siège de la CIA. Ces derniers notent alors sur des feuilles le code inscrit sur la sculpture. Ils rapportent ensuite l'énigme dans leur besace à l'Agence de sécurité américaine pour tenter de la résoudre. En décembre de la même année, un groupe d'experts de la NSA se réunit pour discuter des méthodes qu'ils pourraient employer pour parvenir à décoder la sculpture.

Toute cette affaire est bien entendu tenue secrète : une note rédigée à l'issue de cette réunion stipule en effet l'interdiction pour ces spécialistes de discuter en public des efforts réalisés pour tenter de résoudre l'énigme.

A la suite de cela, les choses n'évoluent guère pendant plusieurs années. Il faut attendre 1992, pour que William O. Studeman, alors directeur-adjoint de la CIA et ancien de la NSA, mette au défi un ancien collègue de la NSA de résoudre le code. Un défi relevé "avec enthousiasme" par le "Groupe Z", du nom d'une équipe de cryptographes de l'agence. Très motivés à l'idée de coiffer au poteau la CIA, ces experts forment un groupe de travail informel en novembre 1992.

En travaillant à partir des notes prises en 1991 par les stagiaires de la NSA, ils se rendent rapidement compte que la sculpture comporte quatre parties bien distinctes. Ils sont aussi certains que ce code a été conçu à la main, sans l'aide d'un ordinateur. En à peine quelques jours, l'équipe réalise l'exploit de déchiffrer les trois premières parties du puzzle. Rapidement, ils décident de ne pas poursuivre leurs travaux : la 4e et dernière partie étant trop compliquée à décrypter, cela leur aurait pris beaucoup trop de temps et les aurait détourné de leur mission initiale. Vous avez dit "programme Prism" ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
glopglop
- 12/07/2013 - 17:35
et le gagnant....
.....trouve la chouette d'or......
Cybians
- 12/07/2013 - 17:00
@Lrt64
ici:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kryptos_%28sculpture%29
Lrt64
- 12/07/2013 - 16:19
Et donc ...
le resultat de cette enigme c'est quoi au juste?
C'est bien beau de dire j'ai decode une enigme mais encore faut-il en apporter la preuve