En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 6 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 5 heures 44 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 24 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 13 heures 45 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 14 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 5 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 28 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 22 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 6 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 13 heures 36 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 14 heures 31 min
© D.R.
Le droit des brevets s’est imposé comme une institution clé de l’économie de l’innovation dès la première révolution industrielle.
© D.R.
Le droit des brevets s’est imposé comme une institution clé de l’économie de l’innovation dès la première révolution industrielle.
Nouvelle arme

Apple-Samsung : les dessous d’une guerre dans laquelle les brevets jouent un rôle trouble

Publié le 06 août 2013
Il y a quelques jours, la Commission américaine du commerce international a choisi de bannir certains produits Apple du territoire américain, donnant ainsi raison à Samsung dans le procès des brevets. Mais Barack Obama a opposé veto à cette décision. Les brevets : une guerre, mais pourquoi faire...
Yann Ménière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yann Ménière est professeur assistant d'économie à MINES ParisTech et titulaire de la Chaire Mines-Télécom sur "IP et marchés de la technologie". Outre ses publications dans des revues universitaires, il écrit avec F. Lévêque un manuel sur «l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a quelques jours, la Commission américaine du commerce international a choisi de bannir certains produits Apple du territoire américain, donnant ainsi raison à Samsung dans le procès des brevets. Mais Barack Obama a opposé veto à cette décision. Les brevets : une guerre, mais pourquoi faire...

Atlantico : Il y a quelques jours, la Commission américaine du commerce international a choisi de bannir certains produits Apple du territoire américain, donnant ainsi raison à Samsung dans le procès des brevets. Mais Barack Obama a opposé veto à cette décision (voir ici). Quel bilan peut-on faire de l’intérêt des brevets pour le fonctionnement de l'économie ? La protection qu'ils apportent (ou sont censés apporter) justifie-t-elle les freins qu'ils peuvent parfois constituer en termes d'innovation pour les entreprises ? 

Yann Ménière : Le droit des brevets s’est imposé comme une institution clé de l’économie de l’innovation dès la première révolution industrielle. Sa logique de base consiste à accorder aux inventeurs le monopole d’exploitation de leur invention pendant une durée maximale de 20 ans, ce qui leur permet d’écarter les imitateurs et de rentabiliser ainsi leurs dépenses de recherche et développement (R&D). En contrepartie, le brevet est publié et l’invention tombe dans le domaine public lorsque le brevet expire.

Aujourd’hui, ce modèle fonctionne toujours pour les industries pharmaceutiques, les biotechnologies, ou la mécanique, mais il ne rend pas compte de tous les usages actuels des brevets. Ces usages se sont en effet adaptés à de nouvelles réalités industrielles et technologiques, notamment dans le domaine des nouvelles technologies de l’information.

Les enquêtes montrent ainsi que le brevet n’est ni le seul ni forcément le meilleur moyen de lutter contre les contrefacteurs. Toutefois, d’autres fonctions se sont développées. La commercialisation des technologies sous forme de licences de brevets connaît un développement très rapide ; cela permet une meilleure division du travail entre R&D et exploitation des technologies, et serait impossible sans le brevet. Le brevet est aussi utilisé comme moyen de signaler l’arrivée d’une nouvelle technologie, ou de valoriser les actifs immatériels dans le bilan des entreprises. Les investisseurs financiers et les fonds de capital-risque sont particulièrement attentifs à ces derniers points : ils regardent le portefeuille de brevet avant d’investir.

L’évolution des usages est particulièrement marquée dans le secteur des TIC, où les technologies y sont très imbriquées (un Smartphone ou un ordinateur contiennent des centaines, voire des milliers de composants brevetés). En effet les inventions n’y sont plus exploitées de manière exclusive, et peuvent être très rapidement reproduites par les concurrents. Dans ce secteur précis, une étude récente montre que pour 1$ de profit réalisé grâce à un brevet, il y également 1$ de profit pour les concurrents de la même industrie. Les régularisations se font alors a posteriori sous forme de licences ou de licences croisées où les parties s’autorisent réciproquement à utiliser leurs brevets. Dans ce contexte, les entreprises ont tendance à déposer systématiquement des brevets : pour être en mesure de bloquer les concurrents et d’obtenir ainsi des revenus de licence tout en négociant l’accès aux brevets des autres. On voit ainsi apparaître une nouvelle organisation du processus d’innovation, dans laquelle les inventions sont largement diffusées dans l’industrie, et où l’inventeur récupère un profit en fonction de son poids en matière de brevet.

Les géants de l’industrie ont ainsi amassé des portefeuilles de dizaines de milliers de brevets, ce qui leur donne une grande force de frappe. Cela peut en revanche poser problème pour les petites entreprises. Elles doivent en effet réussir à naviguer dans un "buisson" de milliers brevets, avec des moyens limités pour traiter cette masse d’information. Elles peuvent aussi rencontrer des difficultés à entrer sur un marché si elles doivent préalablement obtenir une licence auprès de tous les "ayant-droits."

Les brevets ne constituent pas réellement un frein à l’innovation, comme en témoigne la concurrence et le rythme d’innovation très soutenus dans le secteur des télécoms aujourd’hui. Il existe toutefois des risques réels de dérive face auxquels il faut être vigilent. L’apparition d’entreprises n’ayant aucune activité de R&D ou de production, et qui achètent des brevets dans le seul but de "rançonner" de grands industriels en les poursuivant en contrefaçon, en est l’exemple le plus frappant. Toutefois, ces "patent trolls" sont surtout actifs aux États-Unis, tandis que le système de brevets et le fonctionnement des tribunaux en Europe leur sont beaucoup moins favorables.

L’instrumentalisation de brevets couvrant des standards technologiques (comme la 3G ou le Wi-Fi) est un autre risque, qui constitue le véritable enjeu des batailles de brevets actuellement en cours dans le secteur des télécoms. L’accès à ces brevets dits "essentiels" est en effet indispensable pour tous les acteurs exploitant des technologies compatibles avec ces standards - ce qui en fait des armes redoutables ! Pour cette raison, les propriétaires de ces brevets sont censés les licencier à tous ceux qui le veulent à des conditions "RAND" (raisonnables et non-discrimatoires) qui restent assez floues à ce stade. Une grande partie des procès  en cours parmi les géants des télécoms porte sur de tels brevets. Ils devraient permettre in fine de clarifier ce que signifie "RAND", et sont de ce fait suivis avec attention par les autorités de la concurrence.

Fonctionnent-ils de façon optimale ? Les entreprises y ont-elles toujours recours pour les bonnes raisons ?

En moyenne, tous secteurs confondus, le brevet n’est pas le meilleur moyen de se protéger. Il est plus efficace de parier sur le secret, ou sur le "temps d’avance" – c’est à dire le fait de mettre une innovation sur le marché en premier, et de profiter du temps que mettront les concurrents à la rattraper pour travailler sur l’innovation suivante.

La fonction de protection stricte du brevet est secondaire surtout dans les secteurs comme les télécoms. Il s’agit aujourd’hui plus d’une fonction stratégique, ils servent de moyen de blocage préalable à la négociation de licences.

Sont-ils toujours indispensables ? En quoi ? Faut-il réformer ?

Oui au sens où l’on n’a pas d’alternative efficace. Cela permet à chaque contributeur d’avoir une rémunération à la hauteur de son innovation.  Sans les brevets, il n’y a plus de base pour que les industriels innovent, et le fonctionnement de nombreuses industries seraient à réinventer, sans garantie de pouvoir préserver des incitations à innover aussi puissantes.

Le principal problème est le surnombre de brevets à l'heure actuelle, notamment dans les TIC. L’office américain des brevets a en particulier été très laxiste dans les années 1990, en délivrant de nombreux brevets pour des inventions peu innovantes. Cela a conduit à créer un "buisson" de centaines de milliers de brevets dans lequel tout le monde, et notamment les petites entreprises, a du mal à d’orienter. Cela crée des risques de poursuite en contrefaçon même s’il n’y a pas eu de véritable volonté de contrefaire. Aujourd’hui on est en train de rectifier le tir, y compris aux Etats-Unis avec les réformes initiés par l’administration Obama. Le principal objectif est d’améliorer  la qualité de l’examen des brevets, et faire en sorte qu’ils soient délivrés sur des innovations vraiment innovantes.

Propos recueillis par Manon Hombourger

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 06/08/2013 - 12:45
La France d'économie ringarde est elle concernée ?
J'ai peur que non car on a déjà laissé passer plusieurs TGV en les regardant passer avec les brevets et technologies nouvelles comme des vaches du Larzac regardant passer les bons fourrages et céréales OGM que leurs maitres arriérés leur refusent !
Je trouve que le veto d'Obama est beaucoup plus efficace que les fanfaronnades des Montebourg et Martin (ministre de l'écologie conservatrice) vis à vis du monde, voire de Mercedes !!. Mais en France quand on socialiste on ne se refait pas, d'ailleurs tous les autres pays sont des c... car ils refusent le brillant modèle économico-social !