En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
"Manuel Valls est probablement celui qui manifeste, avec Arnaud Montebourg, le plus d’indépendance par rapport à son Premier ministre et au Chef de l’Etat."
Du pareil au même
Valls sera-t-il à Hollande ce que Sarkozy a été à Chirac ?
Publié le 23 juillet 2013
Si l'on proposait Matignon à Manuel Valls, il "assumerait ses responsabilités", déclarait-il récemment. Ce mardi, François Hollande a répondu à son ministre de l'Intérieur : "C'est le président de la République qui décide". Cette mise au point présidentielle n’est pas sans rappeler le "je décide, il exécute" de Jacques Chirac envers son ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy.
Yves Thréard est éditorialiste au journal Le Figaro.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Thréard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Thréard est éditorialiste au journal Le Figaro.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l'on proposait Matignon à Manuel Valls, il "assumerait ses responsabilités", déclarait-il récemment. Ce mardi, François Hollande a répondu à son ministre de l'Intérieur : "C'est le président de la République qui décide". Cette mise au point présidentielle n’est pas sans rappeler le "je décide, il exécute" de Jacques Chirac envers son ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy.

Atlantico : "Quant à Manuel Valls, il fait du bon travail et il sait que c'est toujours le président de la République qui décide". C'est la mise au point qu'a faite François Hollande mardi suite aux déclarations de Manuel Valls. Remarque qui n’est pas sans rappeler celle de Jacques Chirac remettant Nicolas Sarkozy à sa place par un "je décide, il exécute". Plus largement, Manuel Valls est-il à Hollande ce que Sarkozy était à Chirac ? Peux-ton comparer le rapport de force Valls-Hollande et Sarkozy-Chirac ?

Yves Thréard : On ne reproduit jamais les mêmes schémas. Il est vrai que Manuel Valls est probablement celui qui manifeste, avec Arnaud Montebourg, le plus d’indépendance par rapport à son Premier ministre et au Chef de l’Etat. Néanmoins, Manuel Valls opère de manière beaucoup plus judicieuse car ses déclarations sont toujours accompagnées d’attentions et sans provocations vis-à-vis de François Hollande. Il y avait une forme d’affront dans les déclarations de Nicolas Sarkozy à propos de Jacques Chirac. Il s’était affranchi de toute forme d’autorité vis-à-vis du Chef de l’Etat.

D’autre part, le ministre de l’Intérieur fait très attention à ne pas montrer d'empressement, de précipitation dans sa conquête du pouvoir. La posture de Nicolas Sarkozy était sur ce point littéralement différente, ne cachant pas son but ultime : l’Elysée.

Le rapport de force Valls-Hollande n’est pas du même ordre que le rapport Sarkozy-Chirac. Manuel Valls n’est pas aussi populaire et aussi indépendant dans l’esprit des Français comme l’était Nicolas Sarkozy. Pour les Français, Manuel Valls fait partie de la "Hollandie". Nicolas Sarkozy était en dehors de la "Chiraquie". Nicolas Sarkozy était un personnage atypique à droite où la discipline a toujours régné sous le mandat de Jacques Chirac, à l’exception d’Edouard Balladur. A gauche, il n’y a jamais eu de discipline. 

Manuel Valls gêne-t-il autant François Hollande que ne le faisait Nicolas Sarkozy avec Jacques Chirac?

Yves Thréard : La donne était différente car à partir de 2002 il était évident que Jacques Chirac ne se représenterait pas à la présidence et de fait il n’était pas gêné par la montée de Nicolas Sarkozy. François Hollande peut tout à fait prétendre à un deuxième mandat mais on observe clairement que Manuel Valls se prépare déjà pour 2017, ce qui peut lui poser un problème incontestable pour se représenter.

Manuel Valls peut-il se servir du ministère de l’Intérieur comme d’un tremplin, d’une place forte se rendant incontournable sur l’échiquier politique comme la fait Sarkozy ?

Yves Thréard : Oui le ministère de l’Intérieur s’y prête, s’il ne fait pas d’erreurs.  Manuel Valls copie la méthode, la façon de faire de Nicolas Sarkozy qui a porté ses fruits. Il a repris l’expression  "premier flic de France". La sécurité est une thématique chère aux Français et son bilan, s’il est bon, peut jouer pour lui.

Propos recueillis par Nicolas Hanin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Il manque d'écraser un malvoyant et sort de sa voiture pour le frapper
07.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 06/06/2013 - 21:08
Valls, c'est presque un mort par jour!
Et des morts dont on ne parle pratiquement pas, de peur d'affoler les statistiques de la délinquance...
ils sont les témoins muets des quartiers qui s'étouffent sous le joug socialiste...
Et d'autres qui sont commentés en boucle par les médias aux ordres, car ils ont la chance, eux, d'appartenir à l'extrême gauche et que le pouvoir doit être très gentil avec elle, pour la conserver parmi ses alliés potentiels.
En France, il vaut mieux être un fasciste rouge mort, qu'un Corse mort, ou un habitant des quartiers nord mort...
zebulon54
- 06/06/2013 - 08:01
Valls
n'est qu'une marionnette de Caton 1er pour continuer à exister sur l'échiquier national.
A l'image de celui qui le manipule, il crée la tension au sein des collaborateurs et permet à Caton 1er de continuer à régner sur les différents égos surdimensionnés qui auraient quelques velléités de se singulariser.
Toute une technique d'un responsable dont le seul emblème reflète manipulation et fourberie.
cloette
- 05/06/2013 - 20:28
Attention
Les autoritarismes des Etats dans le monde quels qu'ils soient (sauf en Corée du Nord cas particulier ) passent de moins en moins . Ces Etats durent plus longtemps en cas de bonne gestion économique ,mais quand celle ci n'y est pas ,attention !