En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 30 min 20 sec
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 5 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 10 heures 36 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 11 heures 29 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 4 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 6 heures 49 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 9 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 9 heures 35 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 9 heures 52 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 10 heures 41 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 12 heures 11 min
© Reuters
Les acteurs du secteur culturel français se plaignent du manque de moyen.
© Reuters
Les acteurs du secteur culturel français se plaignent du manque de moyen.
E-culture

Le coût d’une exception française : le problème de la culture est-il vraiment un manque de moyens ?

Publié le 15 mai 2013
Pierre Lescure a présenté ce lundi avec la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, son rapport sur "l'acte II de l'exception culturelle". Mais cette fierté de notre pays, que beaucoup juge malade, ne souffre-t-elle pas d'autre chose que d'un manque de moyens ?
Jean-Michel Tobelem
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Tobelem est docteur en gestion, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et d’études supérieures de droit public.Il est directeur de l’Institut d’étude et de recherche Option Culture.Jean-Michel Tobelem est l'auteur des ouvrages...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Lescure a présenté ce lundi avec la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, son rapport sur "l'acte II de l'exception culturelle". Mais cette fierté de notre pays, que beaucoup juge malade, ne souffre-t-elle pas d'autre chose que d'un manque de moyens ?

Atlantico : le rapport rendu hier par Pierre Lescure à Aurélie Filippetti sur l’acte II de l’exception culturelle française préconise la création de nouvelles taxes. Les acteurs du secteur culturel français mettent en cause de manière récurrente le manque de moyens mais le facteur financier est-il l’unique problème dont la culture française souffre ?

Jean-Michel Tobelem : la question budgétaire est importante pour se donner les moyens d’une ambition légitime, mais elle n’est pas la seule en effet.

D’autres enjeux concernent la préservation de l’offre culturelle, le soutien aux formes artistiques émergentes, la préservation d’une création exigeante et l’accessibilité des citoyens aux œuvres de l’art et de l’esprit (y compris par conséquent la culture scientifique et technique).

Et cela dans une période où les industries culturelles et audiovisuelles tendent vers un nivellement qui accompagne l’essor de la consommation culturelle de masse.

Mais ne noircissons pas trop le tableau : la France a la chance de disposer d’un vaste réseau de bibliothèques, centres d’archives, théâtres, salles de spectacles, conservatoires, musées et monuments, sans oublier les innombrables festivals et le développement des pratiques en amateur.

Même si la politique culturelle semble ne plus être au cœur des politiques publiques, il n’en reste pas moins qu’un consensus existe pour faire de la culture un axe important des pouvoirs publics, à l’intérieur de notre territoire comme en termes de politique culturelle extérieure (la force de la diplomatie culturelle française est d’ailleurs reconnue dans le monde entier).

L’allocation des fonds par l’État et de transparence dans leur utilisation par les pouvoirs décentralisés sont-ils optimaux ? Qu’en est-il de la répartition des rôles et du pouvoir de décision de la politique culturelle française ?

On parle beaucoup de « désengagement » de l’état et de « rattrapage » par les collectivités locales. En dehors de la période récente de baisse du budget du ministère de la Culture, sur fond de crise économique, la réalité est que les collectivités territoriales – responsables de la plupart des équipements culturels de notre pays – ont toujours dépensé plus que l’état.

C’est en fait le mouvement inverse qui s’est produit, car le rapport entre l’État (ministère de la Culture et autres ministères) et les collectivités territoriales est passé d’environ 40 % - 60 % en 1980 à environ 50 % - 50 % depuis le début des années 1990.

Reste que le ministère de la Culture donne le sentiment d’être asphyxié par la montée en puissance des institutions nationales et des grands établissements publics (dont la majorité est située à Paris et dans sa région). Cela laisse peu de place à de nouvelles initiatives, tandis que les collectivités territoriales sont nombreuses pour leur part à « miser » sur l’« investissement » culturel, au risque d’une certaine forme d’instrumentalisation.

L’enjeu est donc de conserver une vision d’ensemble (en termes de création, diffusion, formation, éducation artistique, démocratisation) et de poursuivre un indispensable aménagement culturel du territoire pour remédier aux disparités et aux inégalités d’accès à l’offre culturelle.

Les politiques d’offre et de soutien à la création présentent des résultats contrastés (on pense notamment au cinéma), comment pourrait-on les améliorer ?

L’idée d’un ministère de la Culture qui serait d’abord celui des artistes part d’une idée généreuse, mais il convient là aussi de ne pas oublier les deux bouts de la chaîne. Autrement dit de se préoccuper également de la diffusion : l’objectif étant de faire en sorte que les spectacles de musique, de théâtre, d’opéra ou de danse connaissent un nombre plus important de représentations qu’à l’heure actuelle.

Il convient également de se préoccuper de l’accessibilité à la culture, compte tenu du fait que la fréquentation des lieux culturels (bibliothèques, musées, monuments, théâtres, salles de concerts, maisons d’opéra…) est étroitement corrélée au niveau d’éducation des individus, ainsi qu’à leur appartenance socio-professionnelle.

S’agissant plus particulièrement des industries culturelles (cinéma, musique, littérature), une vigilance est nécessaire pour non seulement soutenir une production nationale, mais également pour garantir une réelle diversité des productions culturelles afin de tenir compte des impératifs de qualité, d’innovation et d’expérimentation.

Dans le secteur du cinéma, reconnaissons – malgré certaines critiques justifiées – que la France possède un écosystème qui permet non seulement de présenter aux spectateurs des films venant du monde entier, mais également de faire vivre de nombreux professionnels du cinéma défendant une réelle diversité esthétique.

Pour ce qui est de la musique, il ne suffit pas de s’assurer que les auditeurs ont accès à des productions francophones, encore faut-il vérifier qu’une offre diversifiée et de qualité est préservée, qui ne peut se résumer à la diffusion massive de « hits ».

L’approche privilégiée par le rapport Lescure sur les questions liées au financement de la propriété intellectuelle à l’ère du numérique est-elle la bonne ?

Il est important de préserver un équilibre entre les droits des artistes et ceux des citoyens. Nous vivons actuellement une période de transition entre un modèle dont les fondements sont remis en cause par l’Internet et par les nouvelles techniques de la communication, d’une part ; et, d’autre part, un nouveau modèle permettant un financement adéquat des entreprises culturelles sur des bases renouvelées, qui est encore en émergence.

Toutefois, il importe de ne pas adopter une approche répressive de la diffusion des biens culturels par l’Internet, car l’accès facilité à d'innombrables œuvres de l’art et de l’esprit constitue potentiellement un fantastique outil de transmission de la culture.

Pensons à cet égard à l’ouverture inégalée à ce jour qu’il permet, ainsi qu’aux potentialités immenses offertes dans le domaine éducatif.

Quel bilan faire de la philosophie du « tout culturel » ? Quels sont ses effets sur l’accès des Français à la culture ?

L’élargissement progressif de l’intérêt de la puissance publique pour de nouvelles formes artistiques (jazz, bande-dessinée, nouveau cirque, musiques actuelles, création numérique, arts de la rue, etc.) peut se justifier, compte tenu de l’évolution des conditions de la création artistique.

Le risque est néanmoins que tout devenant « culture », les arts disparaissent dans le vaste ensemble des industries culturelles et créatives, un ensemble disparate regroupant l’architecture, la mode, le design, les jeux vidéo ; voire les logiciels, le tourisme et la gastronomie…

La tentation serait alors de renvoyer les individus vers la culture de leur « communauté » (la culture « pour chacun »), en s'éloignant de l’idée de créer les conditions leur permettant d’accéder aux formes artistiques les plus hautes – et les plus exigeantes – de l’art (la culture « pour tous »).

À défaut, la « haute culture » sera de plus en plus réservée à une minorité aisée et éduquée, avec le risque de perdre de vue l’objectif de démocratisation qui reste un principe fondamental de la politique publique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ilmryn
- 16/05/2013 - 04:05
@Vat78 - Parlons de la lecture effectivement (1/2)
Par Vat78 - "les Français ne veulent pas de la culture... Quand j'observe la bibliothèque de ma ville dont pourtant l'accès est quasi gratuit.... je n'y vois personne"
.
Celle-là est tordante parce qu'une initiative d'état "le prix unique du livre pour sauver les librairies" de 81 a fini de torpiller la lecture. Qui veut ou peut avoir une vie de lecteur à 20-30 euros le livre alors que 3 euro vont à l'écrivain ?
.
Pour la bibliothèque, reliquat mal foutu d'une autre siècle avec un choix misérable et usagé payé à grand frais par les impôts, il ne correspond plus depuis au moins 50 ans aux besoins de la population.
.
Le double effet kiss-cool: moins de pouvoir d'achat et livre plus chers.
.
L'école a bien torpillé la lecture aussi grâce à une logique typique demaerde© : au lieu de donner le gout de la lecture avec des trucs amusants et facile, on essaie de faire rentrer de force des machins morbide et difficiles considérés comme essentiels à la pensée socialiste ; Après quelques Nausées en Rouge et Noir, c'est l'Assomoir, le jeune qui est à un age d'insouciance et de vie est fixé : ce machin morbide et misérabiliste qu'est la lecture lui colle définitivement la gerbe.
Ilmryn
- 16/05/2013 - 04:03
@Vat78 - Parlons de la lecture effectivement (2/2)
Conclusion: encore une fois l'état pour le prix d'un pont à foutu la merde et torpillé tout un pan de la culture. Entre copinage corporatiste et acharnement idéologique de l'EDNAT.
.
Grace au ciel arrive le e-book, une offre pléthorique, toujours disponible, en accès immédiat et bon marché (5-6 euro).
.
Et que fait l'état ? Il légifère sur le prix du e-book pour le maintenir au niveau des livres papiers. Qui va acheter un fichier texte qui ne coute rien à produire à 15-20 euro ? (Record mondial du prix du e-book et des ventes qui ne décollent pas)
.
Et cette merde qu'est devenu l'état Français occupe 56% du PIB et 51% des ressources. Voilà qui explique bien des choses sur la situation de la France.
warren11
- 15/05/2013 - 23:39
bobo Kanal a pensé
Pierre Lescure, tout un programme dit culturel... Comme le disait récemment Gérard Jugnot au jtv le problème est que de nombreux pseudos artistes qui ne vivent pas de leur absence de talent ( il y a une morale....) devrait penser à se recycler .C'est pourquoi taxer indifféremment les supports n'est pas le problème le problème est que nous ne pourrons pas ( ou plus) intervenir sur la distribution de ce flux d'argent automatique et devront subir les troupes de maison de la culture du pauvre subventionnées avec notre argent.Reste l'euthanasie en Suisse mail pourquoi moi???