En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

06.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

07.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 3 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 6 heures 22 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 8 heures 37 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 9 heures 15 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 14 heures 37 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 21 heures 47 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 14 heures 42 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 22 heures 37 min
© Reuters
© Reuters
Première

Obama en Israël : quelqu'un s'intéresse-t-il encore au conflit israélo-palestinien ?

Publié le 20 mars 2013
Le président américain Barack Obama effectue sa première visite de chef d''État en Israël. Un déplacement inédit qui ne déchaîne pourtant pas les passions, et qui laisse de nombreuses questions en suspens.
Sébastien Boussois est Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient  relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles), de l'OMAN ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois est Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient  relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles), de l'OMAN ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain Barack Obama effectue sa première visite de chef d''État en Israël. Un déplacement inédit qui ne déchaîne pourtant pas les passions, et qui laisse de nombreuses questions en suspens.

Atlantico : Barack Obama effectue son premier voyage en Israël depuis son accession à la présidence américaine. Comment interpréter ce déplacement de celui que les Israéliens accusaient d'être trop "pro-arabe" ?

Sébastien Boussois : A plus de 60%, les Israéliens ont toujours une opinion très négative de Barack Hussein Obama, prix Nobel de la paix 2009 et la majorité ne lui fait donc pas confiance. En réalité, il y a plusieurs raisons à cela, et pas seulement le discours du Caire en 2009 qui se révélait prometteur pour les pays arabes et pour le rapprochement entre le Moyen-Orient et la vieille Amérique. Malheureusement, le contexte régional tout comme l’indéfectible appui américain à Israël en définitive n’y a rien changé. Il y a depuis quatre ans, et ce à différentes phases du mandat d’Obama, eu des pics de tension et une incompréhension entre Netanyahou et  Obama qui ne s’apprécient pas plus que Sarkozy et le premier ministre israélien d’ailleurs. Faut il rappeler l’humiliation d’Obama qui se vit recevoir une fin de non recevoir au moratoire sur le gel de la colonisation dans les territoires et à Jérusalem-est en 2010 par Bibi et la honte infligée à Joe Biden, le vice président américain qui s’était vu recevoir des promesses vaines puisque le lendemain de son départ, le gouvernement donnait son accord pour la construction de nouvelles implantations en 2010. Nous savions tous que Obama ne pourrait rien faire lors de son premier mandat, et nous avons tous espéré un rééquilibrage des rapports de forces entre les deux personnalités, maintenant que le Président américain est dégagé d’une potentielle nouvelle réélection.

Il n’en est rien à l’heure actuelle et comme avait dit Georges Bush junior "J’ai des millions d’électeurs juifs, en ai je autant d’arabes ?". Tout est dit sur les choix stratégiques américains. Obama après la méthode forte va tenter la méthode douce, mais il a affirmé depuis un mois venir pour une "visite officielle de courtoisie" et ce sans plan de relance des négociations. Symbole de son parcours : il ira à Jérusalem, Ramallah et Amman. Rien de spécial n’est prévu à Tel Aviv mais peut être aurait il pu réaffirmer un minimum de ses convictions, et notamment celle qui veut que comme toute la communauté internationale quasiment qui la soutient, la capitale de l’État d’Israël soit là et non pas à Jérusalem où il profitera pourtant de toutes les institutions nationales. Ce qui est contesté depuis des décennies bien entendu par les Palestiniens. Cela aurait pu être un geste fort. Au lieu de cela, Obama va être baladé comme dans un voyage organisé. Par ailleurs, après le départ de la charismatique secrétaire d’Etat Hillary Clinton, qui a parcouru la région pendant quatre ans et le plus flegmatique et discret John Kerry à sa succession, et face à l'Égypte des Frères musulmans, Obama a la possibilité de reprendre la main sur les grands dossiers qui l’interpellent comme Bibi : l’Iran, la Syrie, et en dernier lieu la question palestinienne. La question est cella là : dans la transformation régionale unique que connaît le Moyen-Orient, le meilleur médiateur des grandes crises sera-t-il encore international ou redeviendra-t-il régional ? Et à ce sujet, les appétits sont aiguisés : l’Égypte et la Turquie notamment.  

Le conflit israélo-palestinien n'occupe plus une place centrale dans la politique étrangère américaine, Obama se rend d'ailleurs en Israël sans plan de paix. Qui ce conflit intéresse-t-il encore ?

Sébastien Boussois : Avec une note d’humour, je dirais moi. Je dirai surtout beaucoup d’intellectuels, analyses, chercheurs qui sont persuadés que la résolution de cette question signifiera peut être enfin la compréhension de deux mondes : l’Orient et l’Occident, le Nord et le Sud, et en aval les Juifs et les Musulmans. On est aujourd’hui dans l’impasse car les tendances politiques en action sont aux extrêmes dans un contexte régional instable et totalement transformé : le gouvernement d’Israël nouvelle mouture est celui des colons, nationalistes, et religieux, fervents défenseurs du grand Israël et prêt à en finir avec la moindre concession avec les Arabes ; côté palestinien, le Fatah mortifère reste confronté à la véhémence et la popularité encore certaine du Hamas depuis la guerre de Gaza en 2012 ; tout cela dans un contexte islamisant dans la région où il vaut mieux du coup, comme le prônent les Israéliens, préférer le statu quo et la gestion de la "situation" en bon père de famille, plutôt que de tout faire exploser et ce forcément en défaveur d’Israël qui tient à son intégrité, à sa sécurité et à ses acquis territoriaux. Ils s’en satisfont très bien aujourd’hui : mur, blocus, non relance des négociations, et sécurité maximale.

Quelles conséquences cela peut-il avoir sur l'attitude d'Israël dans la région et sur la politique menée ?

Une politique cohérente et radicale : éliminer tout risque pour la sécurité d’Israël. La visite d’Obama se focalisera sur deux points majeurs : l’Iran, éternel marronnier, et la Syrie en pleine guerre civile. Deux pays sont en paix avec Israël : l’Égypte et la Jordanie et le "risque" islamiste gronde. Netanyahou a donc les coudées franches pour renforcer son cabinet à la défense, augmenter le budget à la défense, couper la Palestine en deux avec le projet à Male Adoumim à proximité de Jérusalem afin de mettre un terme à toute velléité palestinienne d’avoir enfin un vrai État considéré comme un nouveau danger pour Tel Aviv, renforcer le dôme d’acier qu’Obama va découvrir à sa descente d’avion demain, monté à l’aéroport Ben Gourion pour l’occasion. Je finirai sur les propos du président Perès il y’a un mois qui invitait tout le pays, à commencer par le gouvernement, à réfléchir et peut être réinventer sa politique étrangère, en soulignant le fait que face à un milliard et demi de musulmans, la force et l’intransigeance n’étaient peut être pas les outils les plus adaptés pour la dialogue auquel tient tant Obama.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

05.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

06.

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

07.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
buck ofama
- 21/03/2013 - 22:43
Péres raisonne en comptable
"Face à un milliard et demi de musulmans, la force et l’intransigeance n’étaient peut être pas les outils les plus adaptés pour la dialogue". Est-ce avec un tel raisonnement qu'on traite le problème soulevé par le discours de Khaled Meshaal à Gaza le 8 décembre:«La Palestine de la mer au fleuve, du nord au sud, est notre terre et notre nation, dont on ne peut céder ni un pouce ni une partie. Nous ne pouvons pas reconnaître de légitimité à l'occupation de la Palestine ni à Israël»?
Alors qu'ils n'arrivent plus à occuper le devant de la scène face à la tourmente du Printemps Arabe, alors que le monde arabe se trouve dans un état de faiblesse qu'il n'a pas connu depuis la fin de l'empire Ottoman, les Palestiniens font mine de jouer le rapport de forces face à Israël. S'ils souhaitaient bloquer la colonisation, ils prendraient l'initiative de négocier sans conditions. Ils sont pourtant loin d'être de mauvais négociateurs, mais le statu quo est trop satisfaisant pour leur nomenklature, le statut de mouvement de libération restant plus avantageux (aides internationales doublant le PIB, irresponsabilité en terme de droit pénal international) que celui d'état de droit
ISABLEUE
- 21/03/2013 - 11:15
ROUDOUDOU
+ 1
Bien dit !!
Mani
- 21/03/2013 - 08:52
Ça fait bien longtemps que ce
Ça fait bien longtemps que ce conflit larvé occupe une place bien trop importante dans notre vie médiatique. Pour ma part, je m'en suis totalement désintéressé, pour éviter de devenir frustré par un événement qui ne devrait me toucher que de très loin.