En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 52 min 30 sec
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 1 heure 33 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 3 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 4 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 1 heure 7 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 2 heures 52 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 4 heures 23 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 7 heures 2 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 7 heures 43 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 8 heures 50 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 10 heures 4 min
© Reuters
© Reuters
Première

Obama en Israël : quelqu'un s'intéresse-t-il encore au conflit israélo-palestinien ?

Publié le 20 mars 2013
Le président américain Barack Obama effectue sa première visite de chef d''État en Israël. Un déplacement inédit qui ne déchaîne pourtant pas les passions, et qui laisse de nombreuses questions en suspens.
Sébastien Boussois est chercheur en sciences politiques associé à l’ULB (Bruxelles) et à l’UQAM (Montreal). Il est l' auteur de Pays du Golfe les dessous d’une crise mondiale (Armand Colin, 2019), de Sauver la mer Morte, un enjeu pour la paix au Proche...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois est chercheur en sciences politiques associé à l’ULB (Bruxelles) et à l’UQAM (Montreal). Il est l' auteur de Pays du Golfe les dessous d’une crise mondiale (Armand Colin, 2019), de Sauver la mer Morte, un enjeu pour la paix au Proche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain Barack Obama effectue sa première visite de chef d''État en Israël. Un déplacement inédit qui ne déchaîne pourtant pas les passions, et qui laisse de nombreuses questions en suspens.

Atlantico : Barack Obama effectue son premier voyage en Israël depuis son accession à la présidence américaine. Comment interpréter ce déplacement de celui que les Israéliens accusaient d'être trop "pro-arabe" ?

Sébastien Boussois : A plus de 60%, les Israéliens ont toujours une opinion très négative de Barack Hussein Obama, prix Nobel de la paix 2009 et la majorité ne lui fait donc pas confiance. En réalité, il y a plusieurs raisons à cela, et pas seulement le discours du Caire en 2009 qui se révélait prometteur pour les pays arabes et pour le rapprochement entre le Moyen-Orient et la vieille Amérique. Malheureusement, le contexte régional tout comme l’indéfectible appui américain à Israël en définitive n’y a rien changé. Il y a depuis quatre ans, et ce à différentes phases du mandat d’Obama, eu des pics de tension et une incompréhension entre Netanyahou et  Obama qui ne s’apprécient pas plus que Sarkozy et le premier ministre israélien d’ailleurs. Faut il rappeler l’humiliation d’Obama qui se vit recevoir une fin de non recevoir au moratoire sur le gel de la colonisation dans les territoires et à Jérusalem-est en 2010 par Bibi et la honte infligée à Joe Biden, le vice président américain qui s’était vu recevoir des promesses vaines puisque le lendemain de son départ, le gouvernement donnait son accord pour la construction de nouvelles implantations en 2010. Nous savions tous que Obama ne pourrait rien faire lors de son premier mandat, et nous avons tous espéré un rééquilibrage des rapports de forces entre les deux personnalités, maintenant que le Président américain est dégagé d’une potentielle nouvelle réélection.

Il n’en est rien à l’heure actuelle et comme avait dit Georges Bush junior "J’ai des millions d’électeurs juifs, en ai je autant d’arabes ?". Tout est dit sur les choix stratégiques américains. Obama après la méthode forte va tenter la méthode douce, mais il a affirmé depuis un mois venir pour une "visite officielle de courtoisie" et ce sans plan de relance des négociations. Symbole de son parcours : il ira à Jérusalem, Ramallah et Amman. Rien de spécial n’est prévu à Tel Aviv mais peut être aurait il pu réaffirmer un minimum de ses convictions, et notamment celle qui veut que comme toute la communauté internationale quasiment qui la soutient, la capitale de l’État d’Israël soit là et non pas à Jérusalem où il profitera pourtant de toutes les institutions nationales. Ce qui est contesté depuis des décennies bien entendu par les Palestiniens. Cela aurait pu être un geste fort. Au lieu de cela, Obama va être baladé comme dans un voyage organisé. Par ailleurs, après le départ de la charismatique secrétaire d’Etat Hillary Clinton, qui a parcouru la région pendant quatre ans et le plus flegmatique et discret John Kerry à sa succession, et face à l'Égypte des Frères musulmans, Obama a la possibilité de reprendre la main sur les grands dossiers qui l’interpellent comme Bibi : l’Iran, la Syrie, et en dernier lieu la question palestinienne. La question est cella là : dans la transformation régionale unique que connaît le Moyen-Orient, le meilleur médiateur des grandes crises sera-t-il encore international ou redeviendra-t-il régional ? Et à ce sujet, les appétits sont aiguisés : l’Égypte et la Turquie notamment.  

Le conflit israélo-palestinien n'occupe plus une place centrale dans la politique étrangère américaine, Obama se rend d'ailleurs en Israël sans plan de paix. Qui ce conflit intéresse-t-il encore ?

Sébastien Boussois : Avec une note d’humour, je dirais moi. Je dirai surtout beaucoup d’intellectuels, analyses, chercheurs qui sont persuadés que la résolution de cette question signifiera peut être enfin la compréhension de deux mondes : l’Orient et l’Occident, le Nord et le Sud, et en aval les Juifs et les Musulmans. On est aujourd’hui dans l’impasse car les tendances politiques en action sont aux extrêmes dans un contexte régional instable et totalement transformé : le gouvernement d’Israël nouvelle mouture est celui des colons, nationalistes, et religieux, fervents défenseurs du grand Israël et prêt à en finir avec la moindre concession avec les Arabes ; côté palestinien, le Fatah mortifère reste confronté à la véhémence et la popularité encore certaine du Hamas depuis la guerre de Gaza en 2012 ; tout cela dans un contexte islamisant dans la région où il vaut mieux du coup, comme le prônent les Israéliens, préférer le statu quo et la gestion de la "situation" en bon père de famille, plutôt que de tout faire exploser et ce forcément en défaveur d’Israël qui tient à son intégrité, à sa sécurité et à ses acquis territoriaux. Ils s’en satisfont très bien aujourd’hui : mur, blocus, non relance des négociations, et sécurité maximale.

Quelles conséquences cela peut-il avoir sur l'attitude d'Israël dans la région et sur la politique menée ?

Une politique cohérente et radicale : éliminer tout risque pour la sécurité d’Israël. La visite d’Obama se focalisera sur deux points majeurs : l’Iran, éternel marronnier, et la Syrie en pleine guerre civile. Deux pays sont en paix avec Israël : l’Égypte et la Jordanie et le "risque" islamiste gronde. Netanyahou a donc les coudées franches pour renforcer son cabinet à la défense, augmenter le budget à la défense, couper la Palestine en deux avec le projet à Male Adoumim à proximité de Jérusalem afin de mettre un terme à toute velléité palestinienne d’avoir enfin un vrai État considéré comme un nouveau danger pour Tel Aviv, renforcer le dôme d’acier qu’Obama va découvrir à sa descente d’avion demain, monté à l’aéroport Ben Gourion pour l’occasion. Je finirai sur les propos du président Perès il y’a un mois qui invitait tout le pays, à commencer par le gouvernement, à réfléchir et peut être réinventer sa politique étrangère, en soulignant le fait que face à un milliard et demi de musulmans, la force et l’intransigeance n’étaient peut être pas les outils les plus adaptés pour la dialogue auquel tient tant Obama.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
buck ofama
- 21/03/2013 - 22:43
Péres raisonne en comptable
"Face à un milliard et demi de musulmans, la force et l’intransigeance n’étaient peut être pas les outils les plus adaptés pour la dialogue". Est-ce avec un tel raisonnement qu'on traite le problème soulevé par le discours de Khaled Meshaal à Gaza le 8 décembre:«La Palestine de la mer au fleuve, du nord au sud, est notre terre et notre nation, dont on ne peut céder ni un pouce ni une partie. Nous ne pouvons pas reconnaître de légitimité à l'occupation de la Palestine ni à Israël»?
Alors qu'ils n'arrivent plus à occuper le devant de la scène face à la tourmente du Printemps Arabe, alors que le monde arabe se trouve dans un état de faiblesse qu'il n'a pas connu depuis la fin de l'empire Ottoman, les Palestiniens font mine de jouer le rapport de forces face à Israël. S'ils souhaitaient bloquer la colonisation, ils prendraient l'initiative de négocier sans conditions. Ils sont pourtant loin d'être de mauvais négociateurs, mais le statu quo est trop satisfaisant pour leur nomenklature, le statut de mouvement de libération restant plus avantageux (aides internationales doublant le PIB, irresponsabilité en terme de droit pénal international) que celui d'état de droit
ISABLEUE
- 21/03/2013 - 11:15
ROUDOUDOU
+ 1
Bien dit !!
Mani
- 21/03/2013 - 08:52
Ça fait bien longtemps que ce
Ça fait bien longtemps que ce conflit larvé occupe une place bien trop importante dans notre vie médiatique. Pour ma part, je m'en suis totalement désintéressé, pour éviter de devenir frustré par un événement qui ne devrait me toucher que de très loin.