En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

03.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

06.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

07.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Rapatriement
10 000 Français bloqués à l'étranger après la faillite de Thomas Cook
il y a 13 min 46 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Le cours classique" : L'éducation continue de faire parler ... au théâtre aussi

il y a 1 heure 16 min
light > Histoire
Fiesta loki
Comment les berserkers vikings entraient en transe avant le combat
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Société
Blindhunter

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Sport
Se queda

LYON/PSG: O/1 : Grâce à Neymar, les Parisiens s'imposent sans trembler et marquent les esprits

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Finance
Ca va tweeter

Pour Trump, la Fed et Jerome Powell n’en font jamais assez… pour compenser les effets de sa politique !

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Société
Profit

Comment les géants du porno en ligne profitent du "revenge porn" malgré leurs dénégations

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Economie
En même temps

Martin Wolf 1 - Thomas Piketty 0 : ou comment comprendre les dérives du capitalisme financier sans renoncer au libéralisme

il y a 7 heures 24 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Contre l'écologisme" de Bruno Durieux : Contre l'écologisme, Pour une croissance au service de l'environnement

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

il y a 1 heure 28 min
pépites > Politique
Immigration et personnes âgées
Sibeth Ndiaye : Le débat sur l'immigration souffre de "trop de passions"
il y a 4 heures 8 min
décryptage > Société
Les yeux ouverts

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Social
La chair est faible, l'esprit aussi

Etude sur les conditions de travail : pourquoi la pénibilité a changé de camp

il y a 6 heures 10 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment le nouvel Ipod touch réhabilite un support parfois jugé obsolète
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Religion
Repentance

Abus sexuels dans l’Eglise : ce renouveau spirituel qui devrait accompagner l’appel au témoignage

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Politique
Division des droites ?

LR face à la Convention de la droite : deux droites différentes ou deux générations ?

il y a 7 heures 9 min
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 19 heures 27 min
pépite vidéo > International
Epicentre
L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans
il y a 21 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Première

Obama en Israël : quelqu'un s'intéresse-t-il encore au conflit israélo-palestinien ?

Publié le 20 mars 2013
Le président américain Barack Obama effectue sa première visite de chef d''État en Israël. Un déplacement inédit qui ne déchaîne pourtant pas les passions, et qui laisse de nombreuses questions en suspens.
Sébastien Boussois est spécialiste de la question israélo-palestienne  et chercheur à l'Université Libre de Bruxelles. Il est l'auteur de Sauver la mer Morte, un enjeu pour la paix au Proche-Orient ? aux édtions Armand Colin. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois est spécialiste de la question israélo-palestienne  et chercheur à l'Université Libre de Bruxelles. Il est l'auteur de Sauver la mer Morte, un enjeu pour la paix au Proche-Orient ? aux édtions Armand Colin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain Barack Obama effectue sa première visite de chef d''État en Israël. Un déplacement inédit qui ne déchaîne pourtant pas les passions, et qui laisse de nombreuses questions en suspens.

Atlantico : Barack Obama effectue son premier voyage en Israël depuis son accession à la présidence américaine. Comment interpréter ce déplacement de celui que les Israéliens accusaient d'être trop "pro-arabe" ?

Sébastien Boussois : A plus de 60%, les Israéliens ont toujours une opinion très négative de Barack Hussein Obama, prix Nobel de la paix 2009 et la majorité ne lui fait donc pas confiance. En réalité, il y a plusieurs raisons à cela, et pas seulement le discours du Caire en 2009 qui se révélait prometteur pour les pays arabes et pour le rapprochement entre le Moyen-Orient et la vieille Amérique. Malheureusement, le contexte régional tout comme l’indéfectible appui américain à Israël en définitive n’y a rien changé. Il y a depuis quatre ans, et ce à différentes phases du mandat d’Obama, eu des pics de tension et une incompréhension entre Netanyahou et  Obama qui ne s’apprécient pas plus que Sarkozy et le premier ministre israélien d’ailleurs. Faut il rappeler l’humiliation d’Obama qui se vit recevoir une fin de non recevoir au moratoire sur le gel de la colonisation dans les territoires et à Jérusalem-est en 2010 par Bibi et la honte infligée à Joe Biden, le vice président américain qui s’était vu recevoir des promesses vaines puisque le lendemain de son départ, le gouvernement donnait son accord pour la construction de nouvelles implantations en 2010. Nous savions tous que Obama ne pourrait rien faire lors de son premier mandat, et nous avons tous espéré un rééquilibrage des rapports de forces entre les deux personnalités, maintenant que le Président américain est dégagé d’une potentielle nouvelle réélection.

Il n’en est rien à l’heure actuelle et comme avait dit Georges Bush junior "J’ai des millions d’électeurs juifs, en ai je autant d’arabes ?". Tout est dit sur les choix stratégiques américains. Obama après la méthode forte va tenter la méthode douce, mais il a affirmé depuis un mois venir pour une "visite officielle de courtoisie" et ce sans plan de relance des négociations. Symbole de son parcours : il ira à Jérusalem, Ramallah et Amman. Rien de spécial n’est prévu à Tel Aviv mais peut être aurait il pu réaffirmer un minimum de ses convictions, et notamment celle qui veut que comme toute la communauté internationale quasiment qui la soutient, la capitale de l’État d’Israël soit là et non pas à Jérusalem où il profitera pourtant de toutes les institutions nationales. Ce qui est contesté depuis des décennies bien entendu par les Palestiniens. Cela aurait pu être un geste fort. Au lieu de cela, Obama va être baladé comme dans un voyage organisé. Par ailleurs, après le départ de la charismatique secrétaire d’Etat Hillary Clinton, qui a parcouru la région pendant quatre ans et le plus flegmatique et discret John Kerry à sa succession, et face à l'Égypte des Frères musulmans, Obama a la possibilité de reprendre la main sur les grands dossiers qui l’interpellent comme Bibi : l’Iran, la Syrie, et en dernier lieu la question palestinienne. La question est cella là : dans la transformation régionale unique que connaît le Moyen-Orient, le meilleur médiateur des grandes crises sera-t-il encore international ou redeviendra-t-il régional ? Et à ce sujet, les appétits sont aiguisés : l’Égypte et la Turquie notamment.  

Le conflit israélo-palestinien n'occupe plus une place centrale dans la politique étrangère américaine, Obama se rend d'ailleurs en Israël sans plan de paix. Qui ce conflit intéresse-t-il encore ?

Sébastien Boussois : Avec une note d’humour, je dirais moi. Je dirai surtout beaucoup d’intellectuels, analyses, chercheurs qui sont persuadés que la résolution de cette question signifiera peut être enfin la compréhension de deux mondes : l’Orient et l’Occident, le Nord et le Sud, et en aval les Juifs et les Musulmans. On est aujourd’hui dans l’impasse car les tendances politiques en action sont aux extrêmes dans un contexte régional instable et totalement transformé : le gouvernement d’Israël nouvelle mouture est celui des colons, nationalistes, et religieux, fervents défenseurs du grand Israël et prêt à en finir avec la moindre concession avec les Arabes ; côté palestinien, le Fatah mortifère reste confronté à la véhémence et la popularité encore certaine du Hamas depuis la guerre de Gaza en 2012 ; tout cela dans un contexte islamisant dans la région où il vaut mieux du coup, comme le prônent les Israéliens, préférer le statu quo et la gestion de la "situation" en bon père de famille, plutôt que de tout faire exploser et ce forcément en défaveur d’Israël qui tient à son intégrité, à sa sécurité et à ses acquis territoriaux. Ils s’en satisfont très bien aujourd’hui : mur, blocus, non relance des négociations, et sécurité maximale.

Quelles conséquences cela peut-il avoir sur l'attitude d'Israël dans la région et sur la politique menée ?

Une politique cohérente et radicale : éliminer tout risque pour la sécurité d’Israël. La visite d’Obama se focalisera sur deux points majeurs : l’Iran, éternel marronnier, et la Syrie en pleine guerre civile. Deux pays sont en paix avec Israël : l’Égypte et la Jordanie et le "risque" islamiste gronde. Netanyahou a donc les coudées franches pour renforcer son cabinet à la défense, augmenter le budget à la défense, couper la Palestine en deux avec le projet à Male Adoumim à proximité de Jérusalem afin de mettre un terme à toute velléité palestinienne d’avoir enfin un vrai État considéré comme un nouveau danger pour Tel Aviv, renforcer le dôme d’acier qu’Obama va découvrir à sa descente d’avion demain, monté à l’aéroport Ben Gourion pour l’occasion. Je finirai sur les propos du président Perès il y’a un mois qui invitait tout le pays, à commencer par le gouvernement, à réfléchir et peut être réinventer sa politique étrangère, en soulignant le fait que face à un milliard et demi de musulmans, la force et l’intransigeance n’étaient peut être pas les outils les plus adaptés pour la dialogue auquel tient tant Obama.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

03.

Sous prétexte de soutenir la croissance, les taux d’intérêt négatifs reviennent à créer un impôt mondial perçu sur l’épargne des classes moyennes

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

Serial killers : Pourquoi ils échappent de plus en plus aux radars des services de police

06.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

07.

Voici comment Lyon II est devenu le laboratoire de la haine décoloniale

01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

05.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
buck ofama
- 21/03/2013 - 22:43
Péres raisonne en comptable
"Face à un milliard et demi de musulmans, la force et l’intransigeance n’étaient peut être pas les outils les plus adaptés pour la dialogue". Est-ce avec un tel raisonnement qu'on traite le problème soulevé par le discours de Khaled Meshaal à Gaza le 8 décembre:«La Palestine de la mer au fleuve, du nord au sud, est notre terre et notre nation, dont on ne peut céder ni un pouce ni une partie. Nous ne pouvons pas reconnaître de légitimité à l'occupation de la Palestine ni à Israël»?
Alors qu'ils n'arrivent plus à occuper le devant de la scène face à la tourmente du Printemps Arabe, alors que le monde arabe se trouve dans un état de faiblesse qu'il n'a pas connu depuis la fin de l'empire Ottoman, les Palestiniens font mine de jouer le rapport de forces face à Israël. S'ils souhaitaient bloquer la colonisation, ils prendraient l'initiative de négocier sans conditions. Ils sont pourtant loin d'être de mauvais négociateurs, mais le statu quo est trop satisfaisant pour leur nomenklature, le statut de mouvement de libération restant plus avantageux (aides internationales doublant le PIB, irresponsabilité en terme de droit pénal international) que celui d'état de droit
ISABLEUE
- 21/03/2013 - 11:15
ROUDOUDOU
+ 1
Bien dit !!
Mani
- 21/03/2013 - 08:52
Ça fait bien longtemps que ce
Ça fait bien longtemps que ce conflit larvé occupe une place bien trop importante dans notre vie médiatique. Pour ma part, je m'en suis totalement désintéressé, pour éviter de devenir frustré par un événement qui ne devrait me toucher que de très loin.