En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 6 heures 44 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 9 heures 15 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 13 heures 48 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 7 heures 11 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 12 heures 37 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 12 heures 57 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 13 heures 29 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 13 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 13 heures 48 min
Vote blanc

J'ai voté nul (et je ne veux pas que ça se reproduise)

Publié le 29 mars 2011
Avec Koz
Pour la première fois en 17 ans, en tant qu'électeur de droite, j'ai voté blanc, vote nul. Pour éviter que cela ne se reproduise, que d'autres fassent le même choix, ou reprennent la voie de l'abstention, la droite et le centre-droit doivent entamer maintenant leur recomposition.
Koz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour la première fois en 17 ans, en tant qu'électeur de droite, j'ai voté blanc, vote nul. Pour éviter que cela ne se reproduise, que d'autres fassent le même choix, ou reprennent la voie de l'abstention, la droite et le centre-droit doivent entamer maintenant leur recomposition.
Avec Koz

Cette affichette, dans l'isoloir, n'avait jamais retenu mon attention. Dimanche, je l'ai lue avec l'application du débutant. Comment fait-on pour voter blanc ? C'est que le vote blanc n'est pas dans mes convictions. Règle n°1 : je vote. Règle n°2 : au deuxième tour, je départage. J'étais d'ailleurs de ceux qui sont opposés à la comptabilisation du vote blanc.

Aujourd'hui, j'ai respecté la règle n°1. En ayant une bonne idée de ce que j'allais y faire, j'ai fait le détour par le bureau de vote, et je suis dans l'isoloir avec mes deux bulletins. Chez moi, un divers droite sans grande ampleur contre un UMP. Bref, je suis derrière mon rideau, et je lis l'affichette. Alors, on fait comment ? Je rends une enveloppe vide ? Je barre un nom ? Je n'ai pas pensé au stylo et puis, barrer un nom....   En fin de compte, je reprends les bulletins dans la poubelle, et je mets les deux.

Je ne suis jamais resté aussi longtemps dans un isoloir

Mon vote est nul. J'ai fait sciemment la démarche d'exprimer une opinion qui ne sera pas prise en compte. Mon vote est nul, comme l'a été cette campagne, nulle comme l'orientation que prennent l'exécutif et l'UMP. Nul comme l'état de la droite.

Je lisais avant de voter que Nicolas Sarkozy n'attachait aucune importance à ce scrutin. " En 2012, les gens raisonnables iront voter " , aurait-il déclaré. C'est possible. J'irai voter, c'est vrai. Mais qui sait si je n'opposerai pas le même vote aux candidats que l'on me proposera ? Je ne me suis jamais abstenu depuis dix-sept ans que je suis en âge de voter. Je n'ai même jamais raté un premier tour. Aujourd'hui, je ne conçois aucune fierté de mon vote, je n'en conçois que de l'amertume. Ce vote est un crève-coeur, une transgression de dépit. Pas une transgression des valeurs des autres, non, une transgression des miennes. Certes, il a raison : il y a encore moins de chances que je m'abstienne aux présidentielles qu'à ces cantonales à l'enjeu très limité. Mais j'ai horreur qu'on joue de mon propre sens des responsabilités.

Lundi soir, dans mon département des Hauts-de-Seine, j'aurais voulu être électeur de Neuilly-sur-Seine ou de Levallois-Perret. Contribuer au score pharaonique et pourtant tellement démocratique de Jean-Christophe Fromantin. Contribuer au score d'Arnaud de Courson contre Isabelle Balkany. Pour une autre politique, un autre rapport à la politique, et pour une autre droite.

Mais assez geint : quel doit être l'avenir ? L'UMP a vécu. Elle était réunie autour d'un projet aussi électoraliste qu'inconsistant : une union pour une majorité. Elle n'est jamais parvenue, même symboliquement, à le dépasser. Aujourd'hui, l'UMP est un étouffoir pour toute une partie de la droite. Il y a près d'un an, on pouvait s'estimer à la croisée des chemins : soit reconquérir un centre, soit virer un peu plus encore à droite. Aujourd'hui, Nicolas Sarkozy choisi sa route. Il serait ravi des polémiques lancées par Claude Guéant ces derniers jours, nous dit-on. Lundi matin, Jean-François Copé prétend avoir "entendu le message" et reste englué dans la laïcité. Et quand Nicolas Sarkozy "met en garde ceux qui voudraient mettre en cause l'unité de l'UMP", il devrait s'appliquer cet avertissement le premier. Nul ne nous oblige à les suivre. Nul ne nous oblige à taire nos valeurs, à forcer nos principes, pour accepter ce que l'on refusait hier.

L'étiquette UMP est devenue un handicap

Nicolas Sarkozy est convaincu que la société s'est droitisée. Pourtant, dans mon entourage, très majoritairement à droite, je n'ai jamais connu autant d'abstentionnistes, autant de votes blancs, autant d'indécision, de mécontentement et de malaise. L'étiquette UMP est devenue un handicap et la disgrâce un avantage.

Les partis de centre-droit, les partis de droite sociale, doivent quitter l'UMP. L'argument selon lequel il vaudrait mieux être à l'intérieur du parti pour y faire entendre une voix différente, pour peser sur les décisions, ne tient plus. Quel bilan les représentants de cette droite peuvent-ils tirer aujourd'hui de leur participation à l'UMP ? En quoi ont-ils pesé ? Ont-ils infléchi le positionnement du président, celui de l'UMP ? S'ils s'interrogent sur leur visibilité demain, hors de l'UMP, s'ils craignent que leur voix soit étranglée, qu'ils considèrent simplement la situation actuelle : aujourd'hui, leur voix est étouffée, mais en interne, elle n'a même pas une chance d'être entendue dans le pays. Pire encore : les voilà contraints de porter les couleurs d'une politique avec laquelle ils sont en désaccord.

Nicolas Sarkozy n'accorde aucune importance aux scrutins locaux, sacrifiés à l'enjeu présidentiel. Ce faisant, il est également en train de sacrifier le tissu de représentation de la famille centre-droit. Et, en 2012, après les présidentielles et les législatives, la question qui se posera pourra aussi être tout simplement celle des conditions de la survie.

On fait de la politique parce que l'on a un message à porter

Une clarification est donc nécessaire, et urgente. Se fera-t-elle au préjudice de la victoire dans les urnes ? Si, à terme, l'UMP ainsi délestée s'alliait avec le Front National, composant un bloc de droite dure fort et militant, cette droite pourrait être prise en étau. Et l'on sait de surcroît que la pondération  du discours n'est pas la meilleure stratégie médiatique. Peut-être... Mais il serait grand temps de retrouver l'honneur de la politique, qui ne se fait pas pour une union électorale mais pour l'affirmation de convictions, qui ne se fait pas en sondant l'électorat pour se précipiter sur son chemin présumé mais en incarnant une voie et, osons-le, une doctrine. On fait de la politique parce que l'on a un message à porter et non des postes à occuper.

S'il fallait convaincre encore les réticents, on trouvera des voix dans ce réservoir de mécontentement, chez ces électeurs abstentionnistes, chez ceux qui, en votant, n'ont fait que "leur devoir" là où ils brûlent de s'enthousiasmer. Et pour ne citer que quelques exemples, à Neuilly, à Levallois, à Rueil-Malmaison, ou encore à Versailles (avec Olivier de la Faire, PCD), opposés à un candidat UMP, ce sont les candidats Divers Droite qui l'ont emporté.

André Rossinot, pour le parti radical, a donné un mois à l'UMP pour se réformer, pour "faire vivre en son sein la diversité". Il est des ultimatums qui ne visent qu'à clarifier les responsabilités d'une issue inévitable. Celui-ci en est un. Ou doit l'être.

Un autre parti associé s'interroge depuis longtemps, se voyant comme "un caillou dans la chaussure du président", c'est le Parti Chrétien-Démocrate. Comme il l'indique, "les électeurs cherchent une droite cohérente et porteuse de valeurs". Samedi, lors de son Conseil National, il se dit avec insistance que le PCD pourrait officialiser une première prise de distance avec l'UMP.

Cette démarche doit aller à son terme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
UMP, droite, cantonales, Vote
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
FIGAROCB
- 29/03/2011 - 11:14
Attention aux centristes !
Comme à l'accoutumée, lorsqu'il s'agit de tenter de faire barrage à l'étatisme, les centristes quittent le navire de droite pour partir vers la gauche, comme M. BORLOO par exemple. Par contre, la vraie droite et les libéraux ne peuvent correctement s'exprimer afin de faire passer leurs idées.
La FRANCE devra pourtant bien sortir un jour de l'étatisme et de l'état providence, les caisses sont vides
Koz
- 28/03/2011 - 19:13
@zeliclic
La question financière a évidemment son importance, mais je ne crois pas qu'elle soit à ce point déterminante.
Koz
- 28/03/2011 - 19:12
@ Arnaud
Pas impossible. Reste à savoir si tout ce petit monde serait appelé ou non à cohabiter, ce qui n'est pas évident.