En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 4 heures 46 min
pépite vidéo > International
Epicentre
L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans
il y a 7 heures 5 min
pépites > Politique
Secret de polichinelle
Municipales à Paris : Anne Hidalgo devrait officialiser sa candidature "dans les prochaines semaines"
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Politique
Effet de mode ?

Vraie fausse valeur : de Meghan Markle à Jean-Luc Mélenchon, anatomie de l'insoumission contemporaine

il y a 10 heures 26 min
light > Insolite
"Pleure pas nostalgie"
Didier Barbelivien relate le souvenir du jour où lui et Nicolas Sarkozy ont failli mourir en avion
il y a 11 heures 27 min
pépites > Politique
Vision politique
Valérie Pécresse plaide pour un "choc d'autorité" sur la question de l'immigration
il y a 12 heures 21 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de "phénomènes aériens non identifiés" ; Un fossile rare datant de 10 millions d’années éclaire l’évolution de l’Homme
il y a 14 heures 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 15 heures 37 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 5 heures 18 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
Journée sans voiture : les images surréalistes des rues de Paris
il y a 7 heures 46 min
pépites > Société
Engagement
Extension de la PMA : Agnès Buzyn ne partage pas les réserves émises par l'Académie de médecine
il y a 9 heures 14 min
pépites > Justice
Cour de justice de la République
Affaire Karachi : Edouard Balladur et François Léotard sous la menace d’un procès
il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Entretien

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

il y a 12 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Convictions
"ONPC" : François-Xavier Bellamy interpellé sur sa position sur la PMA et l'avortement
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Le chemin intérieur des prêtres face à la crise des vocations

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 15 heures 52 min
© Reuters
L’histoire de la compétition entre les industries automobiles françaises et allemandes est riche en coups de théâtre.
© Reuters
L’histoire de la compétition entre les industries automobiles françaises et allemandes est riche en coups de théâtre.
Copié-collé

Les méthodes de l'industrie automobile allemande sont-elles applicables chez nous ?

Publié le 22 janvier 2013
Alors que Renault a vu ses ventes mondiales diminuer de 6,3% en 2012, Volkswagen affiche une croissance mondiale de 11,2% et dépasse les 9 millions de véhicules vendus.
Jean-Pierre Corniou est directeur général adjoint du cabinet de conseil Sia Partners. Il est l'auteur de "1,2 milliards d’automobiles, 7 milliards de terriens, la cohabitation est-elle possible ?" (2012).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Corniou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Corniou est directeur général adjoint du cabinet de conseil Sia Partners. Il est l'auteur de "1,2 milliards d’automobiles, 7 milliards de terriens, la cohabitation est-elle possible ?" (2012).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Renault a vu ses ventes mondiales diminuer de 6,3% en 2012, Volkswagen affiche une croissance mondiale de 11,2% et dépasse les 9 millions de véhicules vendus.

Les chiffres 2012 sont cruels pour l’industrie automobile française qui impute à la crise ses pertes de volume et donc de rentabilité. Mais pourquoi ces arguments ne s’appliqueraient-ils pas aux voisins allemands ?

Sur un marché français en baisse de 13,9% en 2012, le groupe Renault/Dacia recule de 19,8%, et Nissan baisse de 3,3% avec 78 000 véhicules. Le groupe Volkswagen accuse également une baisse de 10% en France. Mais Volkswagen affiche en 2012 une croissance mondiale de 11,2% et dépasse les 9 millions de véhicules vendus. En 2012, Renault, très exposé en Europe, voit ses ventes mondiales diminuer de 6,3% pour se situer à 2,55 millions de véhicules alors que les ventes de la filiale roumaine de Renault ont continué de progresser de 4,8% avec 359 800 unités. Les dernières données sur huit mois font apparaître une croissance mondiale de 3,3% pour le groupe Nissan/Infinity.

L’histoire de la compétition entre les industries automobiles françaises et allemandes est riche en coups de théâtre. Volkswagen, en 1970 produisait autant que Renault et ses perspectives en tant que firme mono-produit étaient sombres… Mais rapidement le groupe Volkswagen a engagé une démarche de diversification de produits et de montée en gamme, sur le plan mondial, qui en fait aujourd’hui un candidat sérieux au premier rang mondial. Renault, malgré le succès de sa propre stratégie de constitution d’un groupe mondial, ne parvient  pas à sortir des turbulences.

En effet, Renault n’est plus du tout la régie très franco-française qu’elle fut jusqu’au début des années 1990. Renault s’est résolument engagé dans une stratégie mondiale qui l’a conduit, après son implantation au Brésil en 1997, à prendre 44% du capital de Nissan en 1999, puis la totalité du constructeur roumain Dacia et de la branche automobile de Samsung en Corée, et plus récemment en Russie avec une prise de participation de 25% dans AvtoVAZ, destinée à devenir majoritaire en 2014. Renault dispose aujourd’hui dans le monde de 38 sites industriels dans 17 pays. L’alliance Renault/Nissan dispose d’un poids mondial qui lui a permis d’apparaître en 2011 avec 8 millions de véhicules comme le 3e groupe automobile mondial très proche de Volkswagen avec 8,1 millions. Néanmoins, une dissymétrie croissante entre les marques Nissan et Infiniti (4,7 millions) très présentes aux Etats-Unis (1 million) et en Chine (1,2 million) et la marque Renault/Dacia (2,8 millions de véhicules) conduit à faire de la maison mère le maillon faible de l’alliance. Ce constat pose de graves problèmes de pérennité du poids de la France dans sa gouvernance, son dirigeant annonçant même que Renault pourrait ne plus exister sous sa forme actuelle…

La cohérence technique et organisationnelle de cette "alliance" bipolaire qui se défend d’être un groupe ne ressemble en rien au groupe Volkswagen et ses quatre grandes marques qui composent une gamme mondiale efficace soutenue par un appareil industriel puissant où le poids de l’Allemagne reste prépondérant. Avec au total sept marques, le groupe allemand a appris à exploiter pleinement les synergies sur le plan industriel sans mettre en concurrence directe les marques. Chaque marque se concentre sur un segment de marché bien identifié avec une forte image et une qualité perçue soigneusement calibrée. Mais l’intelligence réside dans le système industriel car toutes les usines doivent pouvoir produire un modèle siglé VW, Audi ou Seat. C'est, en Espagne, à l’usine Seat de Martorell qu’est réalisé l'assemblage de l'Audi Q3. Tous les designers du groupe sont mis en compétition dès qu'un nouveau modèle est conçu mais les ingénieurs doivent utiliser un maximum de composants communs pour partager jusqu'à 70 % du coût d'un véhicule entre plusieurs modèles. Volkswagen assure également une grande continuité esthétique dans ses modèles et sait parfaitement différencier entre ses marques des produits techniquement très proches. Ainsi la Golf introduite en 1974 en est à sa septième édition. 

Cette stratégie industrielle donne des résultats convaincants alors que l’Alliance Renault/Nissan, qui entre dans sa 14e année, ne pratique encore qu’à la marge l’exploitation des synergies industrielles, comme le projet initial en était porteur, pour gagner en compétitivité comme en complémentarité de ses marques. Renault a surtout mis l’accent sur la baisse des coûts des achats et l’alliance est un outil au service de cet objectif à travers la structure RNPO, Renault Nissan Purchasing Office. Nissan, qui est en fait une structure quadripolaire entre le Japon, la Chine, les Etats-Unis et l’Europe, est moins intégré que ne l’est le groupe Volkswagen.

Cette situation pourrait néanmoins évoluer face aux contraintes mondiales et au souci de rééquilibrer sur le plan mondial le positionnement des marques de l’alliance. Renault et Nissan ont ainsi lancé deux projets industriels communs en 2008 : Tanger au Maroc et Chennai en Inde et l’introduction de synergies industrielles et logistiques plus poussées pourrait donner une robustesse industrielle à l’alliance. Leur alliance dans le véhicule électrique, qui est un pari industriel et commercial, n’a pas encore donné les résultats escomptés compte tenu de la frilosité actuelle du marché du véhicule électrique.

Mais la compétition mondiale ne peut ignorer les caractéristiques génétiques des marchés nationaux. La France et ses constructeurs ont été historiquement cantonnés dans les voitures petits et moyennes, diesel pour plus de 70% et manuelles pour 90%. Ainsi la puissance moyenne des voitures composant en 2011 le parc français est parmi les plus faibles d’Europe : 1550 cm3 et 74 kW en France contre 1634 cm3 et 84 kW pour la moyenne des 15 pays européens, et en Allemagne 1756 cm3 et 96 kW. Avec des marges plus faibles sur des voitures moins rémunératrices, les constructeurs français n’ont pas réussi à imposer mondialement une stratégie de marque innovante et qualitative. Ils sont conduits pour des raisons de prix de revient, comme tous les constructeurs mondiaux, à produire leurs véhicules d’entrée de gamme dans les pays à faible coût de main-d’œuvre. Depuis 1997, leur production a baissé en France de 33%.

Pour l’avenir, la situation favorisera les constructeurs présents industriellement dans les pays qui représentent dès maintenant près de la moitié de la demande automobile mondiale. Renault n’a nullement profité de son contrôle de Nissan pour prendre pied sur les marchés américains et chinois. Les ventes de Renault au Japon sont confidentielles alors que Nissan a réussi à développer sa présence en France.

Face à une alliance moins concentrée, Volkswagen poursuit sa marche en avant. Le groupe a investi en 2011 plus de 6 milliards d'euros en R&D, soit plus que Renault, PSA et Michelin et a comme ambition de devenir le premier groupe mondial en 2018 avec plus de 10 millions de véhicules. En pleine crise, VW a ouvert en 2011 dans le Tennessee une usine de production à la pointe de la modernité pour développer sa présence aux Etats-Unis avec une capacité de 150 000 véhicules/an.

Dans tous les cas, l’avenir de l’automobile allemande et française passe par une implantation mondiale et par l’adaptation de leur appareil productif à l’évolution structurelle de la demande dans les pays matures, où la croissance du taux de motorisation ne compensera pas le recul démographique. Pour la marque Renault, on ne voit pas comment sa base industrielle française pourrait ne pas être durablement fragilisée dans une stratégie mondiale, même beaucoup mieux consolidée au niveau mondial avec Nissan, qui passe nécessairement par des implantations dans les marchés en croissance. Dans tous les cas, ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’emploi en Europe de l’ouest.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jlbaty
- 22/01/2013 - 20:30
arretons de pleurnicher et raconter des inepties
Dans le monde renault nissan avec 3 marque sont juste derrière volswagen qui a dix marques.
Renault à l'allemagne comme plus gros acheteur après le brésil .
Pour les snobinards de la voiture allemande si nos voitures étaient si pourries elles ne se vendraient plus en allemagne depuis des lustres .
Quand au 1.5 dci decrié ci dessous est le moteur le plus fabriqué en europe ,comme il est vraiement pourrie il va équiper les class a mercedes. Un moteur cassé pour 100000 fabriqués c'est pas plus pas moins que les moteurs des autre marque.
freddy
- 22/01/2013 - 17:36
Et il aurait été bon de dire comment nous en sommes arrivés là!
Il faut remonter à la fin de la 2ème guerre mondiale quand le conseil national de la résistance a décidé arbitrairement les rôles aux constructeurs, qu'ils ne devaient produire que des voitures populaires (idéologie gauchisante même si il est vrai que l'on manquait de métal et que le peuple s'était bien appauvri) et donc adieu aux joyaux qu'étaient Delage, Delahaye, Mathis, Hotchkis, ( et même Renault!!) et autres qui faisaient notre fierté avec leurs beaux 6 et 8 cylindres.Et nous avons gardé toutes ces années jusqu'à aujourd'hui cette mentalité de gagne-petit. La France incapable de produire autre chose que des 4 cylindres quand les Allemands alignent les V6,L6,V8,V12,W12 à la pelle.On mesure par conséquent que des décisions calamiteuses peuvent avoir des effets néfastes 60 ans plus tard!
PS: une petite histoire, au milieu des années 70 après le choc pétrolier, je me souviens d'une émission de radio qui m'avait choqué car un ''instruit'' invité dans l'émission avait prédit la disparition imminente de Mercedes et de BMW à cause de leurs consommations.....Voilà, je vous autorise à rire(jaune bien sûr).
Salvatore Migondis
- 22/01/2013 - 14:32
Les Français sont des veaux..
Ils se déplaceront donc en bétaillère.