En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 13 min 27 sec
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 heure 21 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 3 heures 1 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 5 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 6 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 7 heures 42 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 23 heures 47 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 37 min 17 sec
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 heure 39 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 3 heures 34 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 5 heures 59 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 23 heures 53 min
© Atlantico / Marie Slavicek
La Commission européenne affirme que la Chine subventionne ses sidérurgistes de façon illégale.
© Atlantico / Marie Slavicek
La Commission européenne affirme que la Chine subventionne ses sidérurgistes de façon illégale.
Chacun son camp !

La Chine accusée de subventionner l'acier, l'Europe prête à réagir : allons-nous vers une guerre tarifaire ?

Publié le 17 janvier 2013
La Commission européenne a affirmé que la Chine subventionnait ses sidérurgistes de façon illégale et pourrait même inciter les Etats européens à adopter des droits de douane comme mesure de rétorsion économique.
Antoine Brunet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Brunet est économiste et président d’AB Marchés.Il est l'auteur de La visée hégémonique de la Chine (avec Jean-Paul Guichard, L’Harmattan, 2011). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Commission européenne a affirmé que la Chine subventionnait ses sidérurgistes de façon illégale et pourrait même inciter les Etats européens à adopter des droits de douane comme mesure de rétorsion économique.

Quand un pays connaît une croissance très forte et très prolongée, ce pays s’expose à subir un déficit commercial de plus en plus marqué. C’est en tout cas ce qu’enseignent tous les manuels d’économie internationale. La Chine constitue une brillante exception à cette règle : depuis plus de 30 ans, elle réussit à renouveler un excédent commercial énorme en dépit d’une croissance de son PIB qui a fluctué entre +7 et +14% par an.

Quel est donc le secret de cette prospérité de la Chine ? La Chine a pour axe stratégique d’augmenter toujours plus sa part du marché mondial des produits manufacturés (elle en est déjà N°1 mondial en 2009 avec une part déjà égale à 14% selon le Centre d'études prospectives et d'informations internationales (CEPII)). C’est parce qu’elle y parvient que, d’année en année, le montant de ses exportations continue à dépasser le montant, pourtant fortement croissant, de ses importations.

Comment y parvient-elle ? En exploitant à fond, dans la concurrence qui l’oppose aux autres pays, les trois détestables privilèges commerciaux qu’elle s’est constitués :

  • Contrairement aux autres grands pays, la Chine continue à refuser tout droit civil à sa population et tout droit social à ses salariés, ce qui lui permet de maintenir ses coûts salariaux horaires extrêmement bas en termes absolus : cela se vérifie à travers une consommation qui n’y représente que 35% du PIB (à comparer à 60% au Japon, à 65% en zone euro et à 70% aux Etats-Unis et au Royaume-Uni). Avec des niveaux absolus aussi bas, la Chine est de très loin la championne du monde de l’exploitation de sa main-d’œuvre et dispose d’un avantage relatif énorme vis-à-vis de tous ses concurrents, Inde, Brésil et Turquie inclus.

  • La Chine est le seul grand pays développé à maintenir un dispositif policier de contrôle des changes, ce qui lui permet d’imposer au reste du monde que sa monnaie, le yuan, demeure sous-évalué d’environ 40% contre le dollar et d’environ 50% contre l'euro, en dépit même de ses excédents commerciaux massifs et renouvelés.

  • Depuis 2001, avec la complaisance de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la Chine continue à bénéficier d’un dispositif international de droits de douane qui est totalement asymétrique : la Chine fait subir aux produits en provenance des États-Unis et de l’Europe une taxe à l’importation pour environ 30% de leur valeur tandis que les produits que la Chine nous envoie ne sont soumis qu’à des droits de douane dérisoires. Cela lui vaut un élément supplémentaire de compétitivité-coût.

Ces trois privilèges de la Chine sont totalement inadmissibles au regard du commerce international : en en se cumulant et en se conjuguant, ils faussent complètement le jeu de la concurrence internationale. En 2012, le coût salarial horaire en Chine est encore environ 25 fois inférieur à celui de la zone euro. Comment la zone euro peut-elle durablement rivaliser avec la Chine avec un tel désavantage de coûts à quoi vient encore s’ajouter la différence en matière de droits de douanes ? Comment les entreprises des autres pays peuvent-elles réussir à bâtir dans leurs pays d’origine, des stratégies d’innovation et de développement industriel à long terme quand elles subissent un tel handicap, artificiel mais structurel, de compétitivité-coût ?

Ces trois privilèges de la Chine devraient donc être jugés inacceptables par l’Europe, les États-Unis, le Japon mais aussi par les autres grands pays comme l’Inde, le Brésil ou la Turquie. En les entérinant, tous ces pays se comportent comme des "bisounours" naïfs et crédules qui s’obstinent à croire encore que le libre-échange profitera à chacun quand en réalité le libre-échange dans des conditions aussi inégalitaires ne peut conduire qu’à la prééminence commerciale de la Chine et à la déroute commerciale des autres pays.

Et pourtant, tel n’est pas le cas. Pour toutes sortes de raisons qui sont identifiées mais qu’il serait trop long de développer ici, ces trois privilèges de la Chine restent en réalité largement entérinés par la passivité des autres pays. Et comme cela se vérifie dans toutes sortes de domaines, la passivité des uns alimente l’agressivité des autres. Depuis début 2012, la Chine a manifesté son agressivité dans le champ commercial et économique en cherchant à faire admettre un quatrième privilège en sa faveur.

Jugeant alors que la forte croissance de son PIB était menacée d’essoufflement et qu’il lui devenait par ailleurs difficile d’accentuer toujours plus son taux de pénétration du marché mondial pour renouveler son excédent commercial, la Chine tente de s’en octroyer un quatrième, devenir le seul pays à subventionner ses exportations. On le sait, les règles de l’OMC, gardienne supposée du libre-échange mondial, consistent d’abord et avant tout à interdire les droits de douane sur les importations mais aussi les subventions à l’exportation. Comment la Chine a-t-elle donc entrepris de violer l’une de ces deux règles ?

Début 2012, Pékin annonçait publiquement, à la grande satisfaction d’ailleurs du FMI (Monsieur DSK à l’époque), un plan de relance budgétaire qui se traduisait par un gonflement significatif de ses dépenses publiques, ce dont la Chine, à la différence des pays de l’OCDE, a les moyens, munie qu’elle est d’une dette publique limitée à 30% de son PIB et de réserves de change à 5.000 milliards de dollars.

Mais ce plan avait une particularité : pour une bonne part, ce supplément de dépense publique était dédié à réduire la fiscalité applicable aux seules entreprises qui sont exportatrices. En discriminant ainsi la fiscalité entre les entreprises qui sont exportatrices et celles qui ne le sont pas, Pékin organisait donc un dispositif qui violait les textes de l’OMC interdisant les subventions à l’exportation.

Et ce plan de relance très particulier a réussi. Ceux qui annonçaient un plantage de l’économie chinoise se sont eux-mêmes plantés. Ils n’avaient pas réalisé que la tactique de Pékin consistait à subventionner ses exportations et que cette tactique s’avérerait payante : Pékin a marqué de nouveaux points à l’exportation en 2012 ; au troisième trimestre 2012, la part de la Chine dans les exportations totales mondiales a marqué un nouveau record ; l’excédent commercial total de la Chine repartait à la hausse ; la croissance du PIB cessait de ralentir pour se stabiliser au rythme enviable de 7,5% par an.

Une fois encore, la croissance de la Chine est en bonne part volée aux autres pays : reflétant l’excédent commercial de la Chine qui se regonfle, le déficit commercial global des États-Unis s’approfondit à nouveau (en dépit de l’impact spécifique mécaniquement favorable de l’exploitation du gaz de schiste), l’excédent commercial de la zone euro se lamine (alors même que la récession franche qu’elle subit désormais aurait dû mécaniquement s’assortir d’un excédent accru) et, plus spectaculairement encore, le Japon voit son traditionnel excédent commercial global se transformer brutalement en un déficit significatif. Même à l’extérieur de l’OCDE, l’Inde, le Brésil et la Turquie subissent, eux aussi, une détérioration de leur solde commercial qui n’a pas manqué de se traduire par un ralentissement spectaculaire de la croissance de leur PIB.

Il est ainsi établi que la subvention de Pékin à ses entreprises exportatrices est non seulement contraire aux règles de l’OMC mais que, sans délai, elle s’avère très nuisible aux autres pays de l’OMC. Et pourtant à notre connaissance, l’institution de M. Lamy n’a toujours pas bougé. Elle aurait dû pourtant réagir sans délai à la violation délibérée de ses propres règles par Pékin.

C’est dans ce contexte très particulier que Bruxelles, pour une fois plus prompt que Washington et Tokyo, s’est emparée de ce dossier "subventions chinoises à l’exportation". On voit aujourd’hui le commissaire au Commerce extérieur, M.Karel De Gucht, qui nous avait habitué à une grande passivité à l’égard de la Chine, commencer à s’impatienter et proposer aux pays de l’Union des sanctions sur l’acier importé de Chine après en avoir proposé sur les panneaux solaires et les produits dérivés et avant d’en envisager sur les équipements téléphoniques (en quelques années, les deux nouveaux géants du secteur, Huawei et ZTE, tous deux chinois, se sont déjà emparés de 25% du marché intérieur européen).

Il est beaucoup trop tôt encore pour conclure que Bruxelles a enfin compris la nécessite de protéger les industries, les économies et les emplois des pays européens en les protégeant de la concurrence déloyale et dévastatrice de la Chine. On ne peut cependant s’empêcher de relever que ce changement d’attitude de Bruxelles intervient au moment où la nécessité d’une relance européenne est désormais devenue criante. Or il n’y aura ni reprise à court terme ni redressement à moyen terme des économies et de l’emploi en Europe si la question des relations commerciales avec la Chine n’est pas prise à bras le corps par les dirigeants européens. L’heure est maintenant venue pour les gouvernements européens de manifester, en paroles et en actes, leur volonté de s’opposer aux pratiques commerciales inacceptables de Pékin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 17/01/2013 - 15:13
L'Europe Social-démocrate de Mitterrand-Delors-Lamy
est en train de prendre le bouillon, après trop de mesures social-démagogiques contribuant à sa désindustrialisation et a sa mort programmée.
On leur avait pourtant dit de se méfier du parti Communiste Chinois, qui poursuit une vraie politique d'expansion impérialiste, sous le regard complaisant de nos médias occidentaux ( complaisance qui n'a jamais existé vis a vis de l'impérialisme américain, mais l'impérialisme rose a décidément moins de torts que le bleu...)
On les avait prévenus, les apprenti-sorciers de la construction Européenne, les pitoyables Mitterrand, Delors et Lamy, qu'il ne fallait pas subventionner les infrastructures et les copains Socialistes des pays entrants, à coup de désindustrialisation des pays riches, pour cause de dumping social et fiscal.
On leur avait dit qu'il ne fallait pas sacrifier l'ambition budgétaire et la politique Européenne a long terme pour les petits échanges mesquins de subventions et de PACS a court terme.
On leur avait dit que la démocratie Européenne méritait mieux que ce ramassis d'écolos-gauchistes mêlant leur pitance aux lobbyistes Bruxellois.
Les électeurs ont préfèré succomber à leur addiction préférée: la social-démagogie!
Equilibre
- 17/01/2013 - 13:18
@ FranzHammer
Merci pour le CV résumé Lamy.
Il a l'air d'avoir une bonne tête de vainqueur, lui aussi.
FranzHammer
- 17/01/2013 - 12:52
Remercions les abrutis de l'OMC
Yep.
Pascal Lamy en tête.
L'homme qui a prétendu au cours d'une conférence au MEDEF il y a plusieurs mois que la Chine ne faisait pas de dumping.
Ex eurocrate par ailleurs
Et qu'on risque de récupérer comme ministre quand porcinet fera vallser zayrault.
Par contre Karel De Gucht (Commissaire EU au commerce) n'est absolument pour rien dans la lutte contre les subventions aux exportations sidérurgiques chinoises: il s'agit du résultat de la plainte d'EUROFER auprès de la Commission et non pas d'un changement d'agenda de ce monsieur qui a décidé d'affaiblir les défense européennes à travers sa "réforme des instruments de défense commerciale" dont le projet sera dévoilé en Avril au parlement EU