En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

La mort de Ben Laden

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 1 heure 1 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 1 heure 55 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 2 heures 41 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 3 heures 39 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 5 heures 54 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 8 heures 32 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 10 heures 33 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 1 heure 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 2 heures 17 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 2 heures 55 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 7 heures 8 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 9 heures 56 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 10 heures 34 min
© Reuters
L'idée d'un "racisme inversé" a été théorisée depuis plus de 20 ans par le Front national, en opposition aux mouvements antiracistes.
© Reuters
L'idée d'un "racisme inversé" a été théorisée depuis plus de 20 ans par le Front national, en opposition aux mouvements antiracistes.
Racisme à l'envers ?

La question du racisme anti-blanc est-elle vraiment d'extrême droite ?

Publié le 28 septembre 2012
Dans son dernier livre, "Manifeste pour une droite décomplexée", Jean-François Copé dénonce l'existence d'un racisme anti-blanc dans certains quartiers difficiles. Des propos vertement critiqués par la gauche, qui l'accuse de "poser les bases d'une alliance avec le FN", selon SOS Racisme.
Gilles-William Goldnadel et Tarik Yildiz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles William Goldnadel est un avocat pénaliste et essayiste aux prises de position contestataires, président fondateur d'Avocats sans frontières. Il est l'auteur de Réflexions sur la question blanche (2011) chez Jean-Claude GawsewitchTarik...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son dernier livre, "Manifeste pour une droite décomplexée", Jean-François Copé dénonce l'existence d'un racisme anti-blanc dans certains quartiers difficiles. Des propos vertement critiqués par la gauche, qui l'accuse de "poser les bases d'une alliance avec le FN", selon SOS Racisme.

Atlantico : Dans son dernier livre, "Manifeste pour une droite décomplexée", à paraître le 3 octobre, Jean-François Copé dénonce l'existence d'un racisme anti-blanc dans certains quartiers difficiles et dit vouloir "briser un tabou". Existe-t-il un déni de réalité autour de cette question ? 

Gilles-William Golnadel : Si on en doutait, certaines réactions outrancières me conduisent malheureusement à vous le confirmer. Je croyais naïvement qu'on pouvait aujourd'hui traiter de ce sujet tranquillement. Le persiflage de certains journalistes et certains politiques de gauche autour de "la  droite très très décomplexée" et surtout la référence obligatoire au Front national me consternent. Comme si on ne pouvait pas traiter d'un sujet qui apparait tellement clairement dans les banlieues, tellement clairement dans certaines agressions, tellement clairement dans les chansons de rap, tellement clairement dans certaines questions internationales...

Nier cette évidence, en appeler au Front national et à la répulsion qu'il inspire, c'est le degré zéro de la politique et de la culture. Il s'agit même d'une véritable régression intellectuelle puisque l'année dernière, comme je le soulignais dans mon livre (Réflexions sur la question blanche. Du racisme blanc au racisme anti-blanc), le président de la Licra a fini par reconnaitre l'existence du racisme anti-blanc. Ce n'est pas le Front national qui a inventé le racisme anti-blanc et ce n'est pas le Front national qui l'a découvert. Est-ce que, sous prétexte que le FN parle depuis des années du racisme anti-chrétien en terre d'orient, dont aujourd'hui tout le monde reconnait enfin la réalité, on serait condamné à taire le racisme anti-chrétien ? Oui, malheureusement, le racisme anti-blanc est toujours tabou. Et Jean-François Copé a parfaitement raison d'en traiter dans son livre.

Tarik Yildiz : Pour ce qui est des responsables politiques traditionnels, il y a effectivement un déni de réalité, notamment à gauche et dans certaines associations anti-racistes. On préfère ne pas évoquer le problème. C'était justement tout le sujet de mon livre : Le racisme anti-blanc. Ne pas en parler : un déni de réalité. Depuis sa parution en 2010, les mentalités n'ont pas beaucoup évolué. 

Pourquoi cette question suscite-t-elle autant le malaise à gauche et au sein même des associations antiracistes ?

Gilles-William Golnadel : La seconde guerre mondiale et la Shoah ont entrainé une grande confusion dans l'esprit occidental, car cette catastrophe a été commise au nom de la race blanche par des blancs. Il en a résulté une sorte d'auto-détestation de l'homme occidental par lui-même et également par voie de conséquence, ce que j'appelle la "dilection pour l'altérité". Autrement dit, l'homme blanc est passé d'un excès à l'autre. Il se vivait improprement comme supérieur, le voilà qui se vit comme inférieur. "L'autre est forcément meilleur que moi, moi le pire de tous", se dit l'occidental. C'est ce qui explique pourquoi Madonna a appelée à voter pour Barack Obama "parce qu'il est noir et musulman". Du point de vue de Madonna, il faut voter pour Obama, non pour des raisons politiques, mais simplement à cause de sa couleur de peau ou de sa religion supposée.

Si "l'autre" est meilleur, il ne peut pas être raciste. L'homme occidental est le seul  bourreau tandis que l'"autre" est forcément la victime. C'est le dogme anti-raciste professionnel qui existe depuis le choc médiatique de la Shoah au tournant des années 70. Ce prêt-à-penser a conduit à la trahison du véritable anti-racisme par des associations anti-racistes professionnelles souvent inféodées à l'extrême-gauche. Ces dernières sont borgnes. Elles ne voient que le racisme des occidentaux, qui existe bien sûr, et occulte le racisme équivalent des orientaux. Le racisme est malheureusement la chose la mieux partagée du monde. On pourrait citer des exemples historiques occultés, comme la traite des esclaves barbaresques. Le véritable anti-racisme ne saurait avoir d'œillères. C'est cette hémiplégie intellectuelle qui empêche de traiter certains sujets, comme le racisme anti-blanc.

Tarik Yildiz :  Il y a deux raisons principales. La première est que le Front national en a fait l'un de ses thèmes majeurs. A chaque fois qu'on évoque le sujet, on a donc peur d'être taxé de proximité avec l'extrême droite.

La deuxième raison, c'est que dans l'inconscient collectif de certains, il y a l'idée qu'un enfant d'immigré qui vit dans les quartiers ne peut pas être un bourreau. Il doit obligatoirement être une victime. Il y  a quelque temps, il y avait eu une polémique avec le MRAP, qui avait reconnu pour la première fois le racisme anti-blanc. Dans une pétition, des intellectuels ont interpelé l'association et expliqué qu'on ne pouvait pas mettre sur le même plan "les dominés" et "les dominants". Sous-entendu, le blanc appartient forcément à la catégorie des dominants. C'est une vision du monde que je récuse totalement. Un jeune vivant à Saint-Denis, même s'il est "Français de souche", n'appartient pas au groupe des dominants. Cela n'a pas de sens...

Ne devrait-on pas parler de racisme en général plutôt que d'antisémitisme, d'islamophobie ou de racisme anti-blanc ? Catégoriser ainsi le racisme, n'est-ce pas finalement faire le jeu des communautarismes et de la concurrence victimaire ?

Gilles-William Golnadel : Lorsque vous traitez d'un sujet, vous êtes bien obligé de sous-traiter des catégories. En matière d'antisémitisme, vous ne pouvez pas vous interdire de parler du racisme de l'extrême droite, du racisme de l'extrême gauche ou du racisme islamiste. Sous couvert d'avoir peur de parler de certaines choses, vous ne pouvez pas les diluer de manière générique. 

Tarik Yildiz : Il y a effectivement un risque de tomber dans la compétition victimaire. Il y a du racisme ; et le racisme anti-blanc est un racisme parmi les racismes. Mais pour désigner des phénomènes, il faut parfois apporter des précisions. Cela ne veut pas dire qu'un racisme est plus important qu'un autre. Le racisme est unique, même s'il peut toucher des personnes différentes.

Dans son livre, Jean-François Copé constate : "La diversité manque autant à Bobigny que dans le 7e arrondissement de Paris et dans les deux cas, les minorités peuvent se sentir mal à l'aise". Au-delà du problème du racisme, n' y a-t-il pas un problème de mixité en France ?

Gilles-William Golnadel : C'est une illusion de l'esprit que de penser un seul instant que si les gens étaient mélangés de manière harmonieuse, il n'existerait pas de racisme. Je ne crois pas à cette explication. Le racisme n'est pas un problème de voisinage, mais de fantasme. C'est une création fantasmatique basée soit sur la peur, soit sur le ressentiment, soit sur les rumeurs propagées. Penser un seul instant que, sur le terrain de la seule raison, vous allez répartir harmonieusement les communautés et effacer le racisme, c'est faire preuve d'angélisme.

Tarik Yildiz : Jean-François Copé a raison de le souligner : il y a d'abord une homogénéisation sociale qui s'est créée. Mais on retrouve le problème du manque de diversité sociale partout dans le monde. A ma connaissance, il n'y a pas vraiment d'endroit où riches et pauvres vivent dans le même immeuble.

En revanche, il y a aussi un problème de diversité ethnique dont on ne parle pas. La solution n'est pas de forcer les gens à vivre côte-à-côte. Par contre, il faut régler les problèmes là où ils sont. Par exemple, les questions de sécurité ou les problèmes d'accès à une éducation de haut niveau. A travers les recherches que j'ai fait, j'ai pu constater que le niveau scolaire dans les collèges de banlieue n'était pas le même. Cela n'est pas seulement dû au niveau des élèves. Souvent dans ces collèges là, les professeurs tentent de s'adapter au niveau des élèves. Il n'y a donc pas de nivellement vers le haut, mais un nivellement vers le bas. Il y a donc un certain nombre de problèmes et je pense que si on les règle, on retrouvera une certaine forme de mixité. Il n'y a pas de raison. En France, les gens ne sont pas fondamentalement racistes.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (57)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
CN13
- 28/09/2012 - 11:34
d'accord avec Titan 75 :
Je n'ai pas encore vu ou entendu qu'un sos racisme prendre la défense d'un "blanc" qui se fait attaquer par une bande de bazanée. C'est toujours l'inverse !
à parisienne : personne n'oblige des français "à se taire et subir". Ce n'est pas la peur au ventre mais bien la justice qui donne toujours raison à ces bazané(e)s violents en trouvant des excuses inexcusables comme : pas d'emplois, pas de ceci, pas de cela... alors qu'on les voit avec des baskets dernier cri, des blousons de marque... encore moins quand il s'agit de leurs parents qui ne savent pas les éduquer.
texarkana
- 28/09/2012 - 09:08
bien sûr que non
JJ Bourdin a extrêmement bien résumé la chose sur RMC ;"je suis contre tout racisme , anti noir, anti arabe, anti jaune, anti blanc, je ne vois pas pourquoi on ne dénoncerait pas le racisme anti blanc au même titre que les autres racismes".
Mani
- 28/09/2012 - 00:02
@papounetIer
Allons, allons... un peu plus et vous allez nous dire que l'homme blanc n'a pas été le seul à pratiquer l'esclavage, ou alors qu'il faisait en cela affaire avec des Noirs qui vendaient d'autres Noirs ! Voyons, un peu de bon sens : c'est impossible, vous le savez bien.