En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Sarkolâtre

Nadine Morano : "Personne à l'UMP n'a la stature de Nicolas Sarkozy"

Publié le 25 août 2012
Bien que retiré de la vie politique, Nicolas Sarkozy continue d'être le centre de gravité de l'UMP. En l'absence d'université d'été, le parti se réunit à Nice, à l'initiative de l'association des "amis de Nicolas Sarkozy", pour célébrer l'ancien président de la République. Pour Nadine Morano, qui pour l'instant ne soutient aucun candidat à la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy continue à rassembler sa famille politique et au-delà...
Nadine Morano est membre des Républicains. Aujourd'hui député européenne, elle a été ministre chargée de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nadine Morano
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nadine Morano est membre des Républicains. Aujourd'hui député européenne, elle a été ministre chargée de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que retiré de la vie politique, Nicolas Sarkozy continue d'être le centre de gravité de l'UMP. En l'absence d'université d'été, le parti se réunit à Nice, à l'initiative de l'association des "amis de Nicolas Sarkozy", pour célébrer l'ancien président de la République. Pour Nadine Morano, qui pour l'instant ne soutient aucun candidat à la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy continue à rassembler sa famille politique et au-delà...

Atlantico : En l'absence d'université d'été, la plupart des membres du parti et les militants se réunissent à Nice pour célébrer Nicolas Sarkozy. L’ancien champion de la droite assure-t-il toujours l’unité au sein du parti ?

Nadine Morano : Il y a l'UMP, qui est notre famille politique, et l'association des "amis de Nicolas Sarkozy" qui rassemblent les amis de l'ancien président de la République. Mais qui sont ses amis ? Pas seulement des sympathisants ou des militants, mais tout ces Français qui nous ont interpellé dans la rue en nous disant leur déception de cette campagne basée sur l"intoxication anti-sarkozyste". Le score de Nicolas Sarkozy a été bien meilleur que prévu déjouant tous les pronostics. Il y avait donc cette nécessité de porter le bilan de Nicolas Sarkozy, de faire vivre sa réflexion politique et d'assurer une continuité. Nous sommes là pour être des vigies de ce qui a été fait.

Mais pour ce qui est de l'unité à l'intérieur du parti...

Nicolas Sarkozy a exercé un leadership exceptionnel. C'est un grand rassembleur qui a su unir sa famille politique au-delà de la droite et du centre et a même obtenu l'adhésion de personnalités de sensibilités différentes. Nicolas Sarkozy continue à être rassembleur puisque tout le monde sera là vendredi et samedi à Nice en son honneur

La quasi-totalité des ténors du parti seront présents à Nice… L'ancien Premier ministre François Fillon excepté. Regrettez-vous son absence ?

Tout le monde sait que François Fillon a une grave blessure. Il faut qu'il se soigne. Son absence n'est pas délibérée. S'il n'avait pas eu cet accident, il serait venu.

D'après un sondage Ifop-JDD, 53% des sympathisants UMP veulent que Nicolas Sarkozy "soit candidat de la droite" en 2017. Partagez-vous ce souhait ?

Je ne suis pas étonnée car cela correspond à ce que j'entends dans mon département. Nicolas Sarkozy a marqué et marque encore notre famille politique. Il a eu le courage de réformer. Nicolas Sarkozy a une stature que personne n'a pour l'instant à l'UMP. C'est sa décision personnelle, mais s'il décidait de revenir en politique et de concourir à l'élection présidentielle, je serais au rendez-vous !

Avant l’élection Nicolas Sarkozy avait déclaré qu’en cas de défaite, il quitterait la vie politique…

Il n'a pas dit ça. Il a eu une discussion "off" avec les journalistes où il évoquait la possibilité de sa défaite...  Et heureusement, parce qu'en politique rien n'est acquis : ce n'est pas un contrat à durée indéterminée. (Ndlr: Nicolas Sarkozy a bien déclaré qu'il arrêtait la politique en cas de défaite en direct sur RMC le 8 mars 2012)

Croyez-vous son retour possible ?

Encore une fois, la décision lui appartient. En tout cas, je crois qu'il ne se désintéressera jamais de la vie politique comme le montre son intervention sur le dossier syrien. Parce qu'il a été président de la République. Parce qu'il aime l'action politique.  Parce qu'il aime la France !

Après sa défaite à l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy n’incarne-t-il pas déjà le passé ?

Non je ne le crois pas. Il est encore jeune et il incarne tellement la modernité qu'il ne peut pas représenter le passé. Nicolas Sarkozy est celui qui ne triche pas, qui ne bluffe pas. On voit bien la différence aujourd'hui. François Hollande s'est construit un personnage. Son retour de vacances en train me fait sourire. François Hollande est dans la mise en scène permanente alors que Nicolas Sarkozy était dans la vérité et ne trichait pas sur sa personnalité. 

Le cœur des militants semble toujours battre pour Nicolas Sarkozy. Peut-on être élu à la tête de l'UMP sans faire assaut de sarkozysme ?

Il y a une volonté de la part de beaucoup de candidats de se retrouver dans ce qu'a incarné Nicolas Sarkozy. Et au regard des chiffres de popularité que vous avez cités, on comprend pourquoi !

La réunion sera précédée par la projection d’un film retraçant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. N'existe-t-il pas une part de culte de la personnalité  autour de Nicolas Sarkozy ?

Non ce n'est pas notre tempérament et ce n'est pas le sien non plus. Il nous semblait légitime de rappeler quelle a été son action. Cela n'a rien à voir avec un culte de la personnalité !

Vous êtes proche du secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, candidat à la présidence de l'UMP. Le considérez-vous comme l'héritier légitime de Nicolas Sarkozy ?

En démocratie il n'y a ni dauphin, ni héritier. Pour l'instant, je n'ai apporté mon soutien à aucun candidat. Au moment où nous parlons, tous n'ont pas fait acte de candidature. J’attendrai avant de me prononcer.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (44)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 26/08/2012 - 20:49
mais qui parle ? les 200.000 militants ?
maus que representent les militants UMP dasn le corps electoral ? 200.000 sur 42 millions d'electeurs . 0,5% sur corps électoral ..... oui il est bon de rappeler que les syndicats n'ont pour adherents que 5% des salariés ..... l'ump cela fait 10 fois moins . avis a tous ces bons comiques qui nous parle continuellemnt de la représentativité et qui comme par hasard n'oblige toujours pas à la production de comptes certifies l'ensemble des organisations syndicales. c'est tellement mieux d'entretenir le flou d'un coté et faire campagne en 2007 pour un syndicalisme fort ... En attendant ils representent certainement plus que les adherents des partis politiques. et pour le poids reels faudra revoir le corps electoral prud'hommal la prochaine fois que l'on devra entendre parler de représentativité.
Nb: les 200.000 apriori car il est fini le temps ou l'ump affichait son chrono d'adhhésion en page d'accueil de son site , en meme temps que ses recherches de stagiaires pour 6 mois ....
jerem
- 26/08/2012 - 20:42
Sinon la deduction fiscale , cela se passe bien
l'association des amis de sarkozy etant (selon ses statuts) un mouvement politique (et pas une douce amicale comme on veut nous le servir) , comment se passe les adhesions ? le reduction d'impot de 66% sur les donations .... ca se passe comment ? l'amicale pour un ami qui est en retrait mais pour qui les 7500 euros par donateurs peuvent tomber des cette année , chaque année .... vous parlez d'une belle entourloupe ....
cloberval
- 26/08/2012 - 16:25
à gégé Fou Fou
Il y avait 20 % de sièges à la proportionnelle dans le futur élu territorial.Cela a été supprimé .
De toute façon on ne peut pas gouverner avec 11 % de Mélenchonnés, 3 % de Verts, 17 % à la Peine, 9 % à Bayroutus et le reste opposé.