En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 52 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 16 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 6 heures 14 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
Libertés publiques

"Depuis un an, les libertés sont mieux respectées en France"

Publié le 02 mars 2011
Grand constitutionnaliste, Didier Maus nous livre son bilan sur les un an de la réforme des questions prioritaires de constitutionnalité.
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grand constitutionnaliste, Didier Maus nous livre son bilan sur les un an de la réforme des questions prioritaires de constitutionnalité.

Il est rare qu’un anniversaire concerne une réforme juridique. Et pourtant, c’est le cas. Depuis le 1er mars 2010, il existe en France une procédure constitutionnelle nouvelle, la question prioritaire de constitutionnalité - ou QPC - qui permet à toute personne, physique ou morale, impliquée dans un procès de demander à ce que la loi qui s’applique soit soumise au Conseil constitutionnel pour que ce dernier vérifie qu’elle n’est pas contraire "aux droits et libertés que la Constitution garantit". En clair, il s’agit de s’assurer que la loi ne porte pas atteinte aux droits de l’homme. La réforme était attendue depuis 1989. Elle n’est devenue effective que l’an dernier.

Libertés : mieux respectées aujourd'hui en France

Comme toute procédure nouvelle il y a des améliorations possibles, même souhaitables, mais le bilan est là ; il ne faut pas le bouder ou le contester, depuis un an, les libertés sont mieux respectées en France :

  • Lorsque le Conseil constitutionnel juge que le régime de la garde à vue est déséquilibré au profit de la police, c’est un progrès.
    • Lorsqu'il juge qu’il n’y a aucune raison que des anciens combattants vivants dans le même pays ne reçoivent pas la même pension, c’est un progrès.
      • Lorsqu'il juge que dans certains cas le régime automatique de l’imposition au vu des signes extérieurs de richesse est contraire aux droits de la défense, c’est un progrès.
        • Lorsqu'il juge que l’interdiction du mariage de deux personnes du même sexe est conforme à la Constitution et qu’il appartient au Parlement, s’il l’estime utile, de changer cette règle, il s’agit d’une confirmation des rôles respectifs de l’autorité politique, le Parlement, et du juge, donc de la démocratie.

 

A travers quasiment 100 décisions, le Conseil constitutionnel, saisi par la Cour de cassation et le Conseil d’État, eux-mêmes actionnés par les juges de premier degré, s’efforce de réunifier le droit français autour d’une part de notre charte des droits et libertés, la Constitution (y compris la déclaration de 1789 et ses autres renvois) ; d’autre part de deux principes essentiels communs à toutes les juridictions constitutionnelles et internationales, les principe d’égalité et de proportionnalité

Lorsque deux situations sont comparables elles doivent être traités de la même manière, la discrimination doit être objective et justifiée. Lorsque deux principes constitutionnels sont en conflit (les nécessités de l’enquête et les droits de la personne, par exemple) la loi ne doit pas déséquilibrer l’un au profit de l’autre.

La sagesse du Conseil constitutionnel

Depuis un an le Conseil constitutionnel a utilisé toutes les possibilités offertes par la révisions de la Constitution de 2008 :

  • Il a fait jouer l’effet différé des décisions d’annulation, laissant ainsi un peu de temps au Parlement pour combler le vide
    • Il a accompagné les décisions de conformité de réserves d’interprétation qui ne laissent guère de choix aux juges du fond
      • Il a admis que des personnes morales pouvaient avoir intérêt à intervenir dans un tel procès, même si elles n’en sont pas à l’origine
        • Il a rappelé qu’il n’est chargé que de la conformité des lois à la Constitution et que le contrôle de leur compatibilité avec des conventions internationales (la convention européenne des droits de l’homme au premier rang) ou le droit de l’Union européenne appartient aux juges ordinaires.

 

Cette nouvelle procédure n’a pas conduit au désordre juridique craint par ses adversaires. En vérité, le Conseil constitutionnel fait œuvre de sagesse, s’appliquant à lui-même la formule, "les sages", qui le qualifie parfois. Certes, chacun des auteurs des requêtes ou des commentateurs peut regretter telle ou telle décision, mais le bilan est nettement positif, au delà même probablement des attentes des inventeurs. Tant mieux ! Si les libertés sont mieux garanties en France depuis un an, qui pourrait le regretter ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gone with the Wind
- 02/03/2011 - 15:18
Et mon cul? C'est du poulet?
Et mon cul? C'est du poulet?
Torchon votre site
tilm
- 02/03/2011 - 14:09
Eh oui
N'en déplaise à la gôooooooche
Episodique
- 02/03/2011 - 12:24
Selon l'heure les libertés changent
te promène pas trop bronzé dans le XX eme ou ne roule pas dans une voiture pas assez propre les gendarmes ont l'oeil pour faire du fric facile.
Kontrol sur Kontrol les libertés sont françaises, mais rien à voir avec la vraie liberté de s'arrêter sur le trottoir et parler à plusieurs sans devoir être habillé en Armani pour ne pas être bousculé par des flics à l'haleine douteuse.