En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Fantômes

Syrie : mais qui sont les chabihas, ces milices pro-Assad au rôle trouble ?

Publié le 13 août 2012
En plus des troupes régulières, le régime de Bachar el-Assad peut compter sur des milices. Entre civils armés, troupes paramilitaires et bandits, les "chabihas" (fantômes en Français) comptent plusieurs dizaines de milliers d'hommes plus ou moins déterminés.
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Balanche est Visiting Fellow au Washington Institute et ancien directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En plus des troupes régulières, le régime de Bachar el-Assad peut compter sur des milices. Entre civils armés, troupes paramilitaires et bandits, les "chabihas" (fantômes en Français) comptent plusieurs dizaines de milliers d'hommes plus ou moins déterminés.

Atlantico : Depuis le début de la crise syrienne, observateurs et acteurs évoquent régulièrement les milices auxquelles Bachar el-Assad fait appel. Un nom revient souvent : les Chabihas. Qui sont ces miliciens ? Quel est leur rôle dans la guerre qui ravage le pays ?

Fabrice Balanche : En arabe, le mot « chabiha » veut dire fantôme. Le phénomène des chabihas date des années 1980. Ils sont apparus au moment où la famille Assad a eu des soucis avec les Frères musulmans. Ils entourent certains personnages emblématiques du régime comme Nizar el-Assad, l’un des cousins de Bachar, qui était une espèce de mafieux régnant sur la ville de Lattaquié. Il avait autour de lui des hommes de mains, des jeunes des quartiers et des villages : les chabihas.

Comme dans une mafia, ils servent à faire respecter le territoire de leur patron. Dès lors que le patron en question est au pouvoir, ils peuvent aussi servir ce même pouvoir politique, lorsqu’il faut aller arrêter des opposants politiques par exemple.

Il s’agit de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Leurs effectifs sont variables et augmentent en temps de crise. Dans une situation comme celle d’aujourd’hui, vous pouvez trouver tel général ou tel colonel qui va aller recruter les jeunes désœuvrés pour rejoindre ces chabihas pour 300 à 400 euros par mois. Au début, on leur donnait des bâtons pour aller casser les manifestations. Maintenant, on leur donne des kalachnikovs pour mener des expéditions punitives que l’armée syrienne répugne à faire.

Comment s’articule les relations entre l’armée et les chabihas ? Travaillent-ils ensemble ? Ont-ils une hiérarchie commune ?

Officiellement, il n’y a pas de lien. La plupart des militaires les méprisent en public. Mais dans les coulisses, des officiers de l’armée régulière commandent des groupes de chabihas en plus de leurs brigades. Ils les utilisent en parallèle de leurs troupes lors d’opérations militaires.

Il n’y a pas de commandement ni de hiérarchie institutionnalisé pour diriger les chabihas. Ils sont tous plus ou moins liés à des chefs militaires.

Il faut en cela distinguer deux sortes de chabihas. Il y a des chabihas alaouites et des chabihas sunnites, notamment à Alep, où ils obéissaient à l’origine à des grandes familles mafieuses auxquelles le pouvoir de Damas avait délégué certains pouvoirs depuis les années 1980. Ces dernières faisaient la loi.

Lorsque les rebelles syriens ont repris certains quartiers d’Alep, ils ont exécuté des membres de ces clans et de ces chabihas.

Ces milices représentent-elles une force solide sur laquelle le régime peut compter coûte que coûte où leurs membres risquent-ils de fuir en cas de retournement de situation sur les terrains où ils opèrent ?

Il y a une multitude de cas de figures. Dans certains endroits, on trouve des gens qui ont rejoint les chabihas plus ou moins contraints et forcés. Il peut s’agir de dettes : un général a rendu un service à un moment donné donc il faut aujourd’hui répondre à son appel aux armes.

D’autres veulent fermement défendre le régime. On les trouve notamment au sein des populations alaouites. A Homs, on va trouver des chabihas qui sont parmi les plus déterminées. Ils se sont fait tirer dessus pendant des mois par les rebelles qui tenaient les quartiers sunnites. Quand le pouvoir a distribué des armes pour défendre aussi bien le régime que leurs quartiers, ils n’ont pas hésité. Eux, iront jusqu’au bout.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
laïcité
- 13/08/2012 - 15:53
si vous faisiez preuve d'un minimum
de neutralité sur la Syrie, vous parleriez aussi des nombreux islamistes intégristes étrangers qui ont rejoint la rébellion !!!
HdT
- 13/08/2012 - 15:38
Qui sont les Chabihas?
Ceux qui ont parfaitement compris la situation.
François78
- 13/08/2012 - 12:53
On vous le dit
Les chabihas sont des milices maffieuses très troubles,
On ne dit pas rebelles, on opposants, qui sont limpides, voire cristallins.