En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 3 heures 14 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 4 heures 35 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 7 heures 41 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 10 heures 53 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 11 heures 31 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 2 heures 49 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 4 heures 16 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 5 heures 7 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 6 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 7 heures 33 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 11 heures 17 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 11 heures 36 min
50 ans plus tard...

Pourquoi Marilyn Monroe ne peut avoir d'équivalent à l'ère d'Internet

Publié le 05 août 2012
Elvis, Brigitte Bardot ou Marilyn Monroe avaient en commun d'éclore à la faveur de la libération des moeurs. Alors que déhanchés rock'n'roll et silhouettes féminines dénudées ont perdu de leur intérêt, de qui célèbrera-t-on l'anniversaire demain ?
Poète, l'écrivain Jean-Michel Espitallier est aussi un passionné de musique. Il est l'auteur de De la célébrité : théorie et pratique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Espitallier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Poète, l'écrivain Jean-Michel Espitallier est aussi un passionné de musique. Il est l'auteur de De la célébrité : théorie et pratique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elvis, Brigitte Bardot ou Marilyn Monroe avaient en commun d'éclore à la faveur de la libération des moeurs. Alors que déhanchés rock'n'roll et silhouettes féminines dénudées ont perdu de leur intérêt, de qui célèbrera-t-on l'anniversaire demain ?

Atlantico : Ce dimanche, nous fêterons les cinquante ans de la mort de Marilyn Monroe. Avec la « pipolisation » des mœurs et la production massive de stars par internet ou la téléréalité, une icône d’une telle envergure peut-elle exister encore aujourd’hui ?

Jean-Michel Espitallier : Je ne pense pas. Marilyn Monroe est liée à une époque : l’après-guerre, la reconstruction… Il y a une forte dimension contextuelle, historique. Ce n’est pas pour rien que le rock’n’roll apparaît à ce moment-là.

Depuis une vingtaine d’années, les stars qui émergent sont éphémères. Elles sont devenues des produits de grande consommation portés par des opérations marketing. Sauf pour quelques exceptions, leur ascension est très rapide.

Le culte voué à Marilyn et à d’autres célébrités cristallise une propension de la société contemporaine à commémorer les choses, comme si l’on regardait vers un paradis perdu. On pleure toujours sur le passé et ses grandes figures.

Marilyn a un parcours sans faute : la jeune américaine un peu éthérée, qui pourtant fréquente les plus grands – puisqu’elle a même entretenu une relation avec Kennedy, et surtout une mort tragique, énigmatique. Un vrai conte de fée, ou plutôt une tragédie grecque (le conte de fée finit très mal), qui plaît forcément.

Quel a été l’impact d’internet et des réseaux sociaux, qui rendent les stars plus accessibles ?

Il me semble que cette ambition de proximité ne fait que tuer les idoles. Car ce qui est important pour une idole, c’est qu’on ne peut pas l’atteindre. Dans les années 1930, Walter Benjamin parlait de la fin de l’« aura » au sujet de la photographie, estimant que la possibilité de tout reproduire favorisait une proximité et que cette proximité effritait la distance qui justement crée une sorte d’aura. Jadis, pour voir la Joconde, il fallait aller au Louvre. Aujourd’hui, elle est partout. Désormais, grâce à Facebook, on peut être ami avec Justin Bieber, Claude Debussy, John Lennon, Marilyn Monroe, etc. Même si cela n’est qu’une fiction, c’est une fiction qui donne l’illusion d’une proximité, et presque d’une intimité.

Vous estimez que, demain,  c’est le titre d’« illustre inconnu » qui sera convoité. A-t-on tué notion même de « célébrité » ?

L’émergence de Marilyn Monroe, Elvis ou les Beatles correspond à l’émergence des médias de masse. Enfant, lorsque j’étais fan des Beatles, on avait beaucoup de mal à trouver des photos. Il y avait une pénurie d’images qui favorisait une espèce de manque. Alors qu’aujourd’hui, avec internet, les photographies et les vidéos les plus inédites sont accessibles en deux clics, ce qui amoindrit le désir. Car le désir est une tension qui n’existe que parce que l’objet du désir est ailleurs. La téléréalité a tué ce lieu de désir qu’étaient les médias, lieu magique parce qu’inaccessible. La prophétie warholienne du quart d’heure de célébrité pour chacun d’entre nous est devenu une réalité.

Quelles seraient les équivalents de Marilyn Monroe aujourd’hui ? De qui fêterons-nous l’anniversaire dans cinquante ans ?

On ne peut pas trouver un remplaçant. Ce sont des époques qu’on fête, pas des personnes. Il n’y a pas de qualité intrinsèque des vedettes. Nous sommes continuellement en demande de stars. Marx disait que ce ne sont pas les hommes qui font l’histoire mais l’histoire qui fait les hommes. L’idée est ici la même : c’est l’époque qui génère les idoles. Ressentira-t-on encore ce besoin, dans cinquante ans, de commémorer ? Je n’en suis pas sûr. En tout cas, pas de cette façon…

J’ai l’impression que les grands héros de la culture populaire - de la culture pop, en fait – ont existé dans les années 1950, 60, 70. C’est Elvis, John Lennon, Marilyn, à la limite les Sex Pistols, Marlon Brando, les grands réalisateurs ou acteurs hollywoodiens… Bizarrement, ils ont tous émergé au même moment. De même pour le rock’n’roll : pour moi, l’histoire du rock s’arrête avec les punks, et si on veut aller plus loin, on peut dire qu’elle s’arrête en 1994 à la mort de Kurt Cobain. Je m’intéresse particulièrement à la musique, et s’il existe aujourd’hui beaucoup de groupes intéressants, il s’agit surtout de redite, de réchauffé. C’est quasiment de la parodie : sur scène, on adopte des postures, on veut ressemble aux Who, aux Beatles, aux Stones ou aux Clash. On dirait qu’il y a eu un âge d’or et que la société contemporaine n’est plus capable que de le célébrer. On adopte des postures qui ne font plus sens aujourd’hui.

En juillet 2011 dernier, j’étais interviewé par un journaliste sur une chaîne en ligne qui me disait que ces gens qui pleurent à la mort de leurs idoles sont ridicules. A ce moment-là, une dépêche d’agence nous informa de la mort d’Amy Winehouse. Le journaliste nous a alors proposé de faire une minute de silence, se contredisant totalement. Cela montre bien qu’on est tous concernés, qu’on ne peut y échapper.

Alors, en 2061, on ne fêtera pas l’anniversaire de la mort d’Amy Winehouse ?

En tout cas, je peux vous dire qu’Amy Winehouse ne s’inscrit pas comme Marilyn Monroe dans une mythologie historique aussi forte. Marilyn c’est la Guerre froide, les Trente glorieuses, Kennedy, l’âge d’or d’Hollywood… Elle représente la libération des mœurs.

Ce qui a marqué les gens avec Elvis Presley, au-delà de sa musique, c’est qu’il se déhanchait sur scène. A l’époque, c’était carrément pornographique.

On a connu une révolution de l’image qui est liée à l’après-guerre, quand le monde se colorise, à partir des années 1950, pour simplifier. La télévision a rendu les artistes plus visibles : on ne les voit plus seulement sur scène, mais aussi à la télévision.

Au contraire, aujourd’hui, la libération des mœurs, c’est fini. Même si, bien sûr, il y a toujours des choses à gagner.

C’est un peu comme pour Brigitte Bardot : la femme libre, libérée, un peu iconoclaste, qui ne pouvait exister que dans les années 1960. Une fille qui revendiquerait le droit de montrer ses fesses à la télévision aujourd’hui, ça endormirait tout le monde

Propos recueillis par Ania Nussbaum

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires