En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 44 min 22 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 33 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 3 heures 2 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 20 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 40 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 11 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 8 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 19 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 39 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 3 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 15 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 21 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 11 heures 1 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 53 min
E-sécurité

Les assurances "e-réputation" vous protègent-elles vraiment ?

Publié le 04 juin 2012
Après Swisslife, c’est désormais l’assureur français Axa, qui propose de surveiller l'e-réputation de ses clients. Mais jusqu'où va cette protection ?
Antoine Chéron est avocat spécialisé en propriété intellectuelle et NTIC, fondateur du cabinet ACBM.Son site : www.acbm-avocats.com
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Chéron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Chéron est avocat spécialisé en propriété intellectuelle et NTIC, fondateur du cabinet ACBM.Son site : www.acbm-avocats.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après Swisslife, c’est désormais l’assureur français Axa, qui propose de surveiller l'e-réputation de ses clients. Mais jusqu'où va cette protection ?

Après Swisslife, c’est désormais l’assureur français Axa, qui a lancé récemment une nouvelle assurance couvrant les risques liés à Internet et en particulier ceux qu’ils désignent par le néologisme « d’e-réputation ».

Il est vrai qu’internet, compte tenu de sa rapidité, de sa simplicité et de son caractère mondial facilite ou amplifie la commission de certaines infractions ou leurs conséquences.

Néanmoins, les atteintes aux tiers sur internet peuvent être de qualifications variées (escroquerie sanctionnée pénalement, atteinte à la vie privée envisagée par le code civil, violation des données personnelles, etc.). L’appréhension de ces atteintes nécessite de connaître les réglementations applicables, c’est pourquoi le recours à une assistance juridique peut s’avérer nécessaire.

Par conséquent, il convient de s’interroger sur le contenu de la protection suggérée par les assurances afin d’en analyser la pertinence.

Par nature, une assurance n’a pas vocation à couvrir l’intégralité des dommages auxquels l’assuré est exposé. Ainsi, le service fourni par l’assurance sera nécessairement limité.

En premier lieu, le type de dommages couvert par l’assurance est circonscrit. Dans le cas d’AXA, il existe de nombreuses exceptions à la prise en charge, parmi lesquelles on peut citer toutes les données laissées par l’assuré lui-même comme par exemple les commentaires publiés sur un forum qu’il souhaiterait supprimer. De la même manière, les contenus ayant un lien avec l’activité professionnelle, associative, politique ou syndicale de l’intéressé ne sont pas couverts. Ainsi, les actions engagées afin de retirer les critiques injurieuses à l’égard du commerce ou des produits de l’assuré, postées sur internet ne seront pas prises en charge. Enfin les contenus diffusés par voie de presse ne sont pas couverts par l’assurance.

En second lieu, le type de prestation proposé par l’assistance juridique de l’assureur est, lui aussi, limité.

Le contrat d’assurance distingue deux phases de prise en charge du litige. La première consiste en sa résolution amiable. A ce titre, l’assureur s’engage à faire nettoyer les données malveillantes sur Internet. Il convient de préciser d’une part, qu’il s’agit d’une obligation de moyens et non de résultat. D’autre part, le « nettoyage » de données consiste à mandater un prestataire chargé soit de supprimer les données lorsque cela est possible, soit de les noyer de sorte qu’elles n’apparaissent pas en première page sur les moteurs de recherche.

Concernant la suppression des données, celle-ci exige que le prestataire prenne contact avec l’éditeur, ou à défaut avec l’hébergeur du site internet litigieux, car ce sont les seuls à même de retirer les contenus litigieux.

S’agissant de la noyade des données, cette procédure ne peut être efficace qui si elle fait l’objet d’un suivi permanent et perpétuel par le prestataire. En outre, ces données demeurent disponibles sur la toile même si elles deviennent plus difficilement accessibles.

Dans tous les cas, le remboursement de ces prestations par l’assureur ne dépassera pas la somme de 5.000 euros par an et par litige. Reste à savoir si ce montant est suffisant pour que les moyens mis en œuvre par le prestataire soit efficaces.

La seconde phase du litige couvert par l’assurance consiste en l’action judiciaire. A titre liminaire, l’assureur précise que les frais engagés pour la défense de l’e-réputation de l’assuré ne sont pris en charge que si l’action est « opportune ». L’appréciation du caractère opportun de l’action reste bien évidemment, à la discrétion de l’assureur.

En outre, la prise en charge des frais judiciaires est conditionnée au dépôt d’une plainte par l’assuré. Or si la diffamation et l’injure sont des infractions pénales, l’atteinte à la vie privée relève du juge civil et le dépôt d’une plainte est totalement injustifié. 

Enfin, le montant de la réparation du dommage par l’assurance, sera plafonné. En l’espèce, le montant des frais ne pourra dépasser la somme de 10.000 euros par an et par litige, sur lequel s’impute un montant maximal de garantie par type de prestation. A titre d’exemple, le recours en référé sera couvert à hauteur de 460 €.

En tous les cas, le remboursement d’au moins une partie des frais consacrés au retrait des données indésirables circulant sur internet, de manière imminente, peut justifier la souscription à une telle assurance. En effet, a contrario, les sommes engagées dans une action en justice ne peuvent être recouvertes, du moins partiellement, que lorsque la décision à un caractère définitif, autrement dit, plusieurs années après le début du litige.

Néanmoins, le prix de ces assurances (environs 10 € par mois) n’est pas toujours  justifié au regard des prestations effectivement proposées.  Les assurances e-réputation constituent ainsi un véritable produit d’appel pour les assureurs, qui jouent sur la peur d’internet et sur la méconnaissance des problématiques juridiques y afférant pour fixer leurs tarifs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires