En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

02.

Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

05.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

06.

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

07.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

01.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
Un EHPAD en folie !
Var : un strip-tease dans une maison de retraite fait d’heureux résidents
il y a 29 min 8 sec
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La victoire des Conservateurs de Boris Johnson: conjoncturelle ou structurelle ?

il y a 2 heures 14 min
décryptage > Media
On va où là ?

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Economie
Bonne année !

Jerome Powell à la Fed et Christine Lagarde à la BCE nous souhaitent une bonne année 2020. Et voilà comment ils comptent nous la garantir

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Santé
App santé

Grève : si vous marchez jusqu’au bureau, attention, vous pourriez devenir addicts au sport

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Politique
A court ou long terme ?

Grèves : la semaine du tournant sur les retraites ?

il y a 6 heures 4 min
pépites > Défense
"Bring the soldiers back home"
Les Etats-Unis s’apprêteraient à retirer 4.000 soldats d'Afghanistan
il y a 8 heures 33 min
light > Culture
Actrice mythique
Disparition d’Anna Karina, l’icône de la Nouvelle Vague, à l’âge de 79 ans
il y a 9 heures 46 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Mars : de la glace détectée à 2,5 cm seulement sous la surface ; Science décalée : on boit plus d’alcool dans les pays froids et sombres
il y a 11 heures 36 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Social
SOS

SOS modèle social français en danger ? 2 doigts de raison, une dose de névrose collective

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
(Petite) guerre ?

Sites miroir : la guerre (sans espoir) du gouvernement contre l’internet français continu

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Economie
Fibre sociale ?

Boris Johnson, l’homme qui voulait rendre une fibre sociale aux Conservateurs

il y a 4 heures 59 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
IA : pourquoi nous devrions songer à restreindre sérieusement les techniques de détection des émotions
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Politique
Toxique ?

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

il y a 6 heures 5 min
light > Justice
Triste nouvelle
Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin
il y a 9 heures 9 min
pépite vidéo > France
Emotion
Clémence Botino, Miss Guadeloupe, a été élue Miss France 2020
il y a 10 heures 43 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La Silicon Valley chinoise : Shenzhen, la ville d'adoption de Huaweï, véritable atout pour l'innovation, la stratégie et le rayonnement mondial de l'entreprise

il y a 14 heures 1 sec
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La clé de la réussite pour une stratégie efficace face à la radicalisation : la nécessité de lutter contre la source du recrutement djihadiste

il y a 15 heures 3 min
Vers l'infini et au-delà

Le secteur privé se lance dans la conquête spatiale, après des décennies d'exploits financés par l'argent public

Publié le 28 mai 2012
Ce vendredi, les passagers de la station spatiale internationale ont reçu pour la première fois de l'histoire un ravitaillement de la part d'un cargo spatial dont la conception et le lancement est l’œuvre d’une société privée. Où en est la recherche actuelle sur les programmes spatiaux ? A quoi servent-ils ? Ont-ils été victime de la crise ?
Michel Capderou est Maître de conférences en Physique à l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC – Paris-6, Jussieu), Paris et chercheur au LMD de l'Ecole Polytechnique, Palaiseau.Ses spécialités sont l'étude du bilan radiatif de la Terre, la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Capderou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Capderou est Maître de conférences en Physique à l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC – Paris-6, Jussieu), Paris et chercheur au LMD de l'Ecole Polytechnique, Palaiseau.Ses spécialités sont l'étude du bilan radiatif de la Terre, la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce vendredi, les passagers de la station spatiale internationale ont reçu pour la première fois de l'histoire un ravitaillement de la part d'un cargo spatial dont la conception et le lancement est l’œuvre d’une société privée. Où en est la recherche actuelle sur les programmes spatiaux ? A quoi servent-ils ? Ont-ils été victime de la crise ?

Vendredi 25 mai, les passagers de la station spatiale (ISS) ont reçu leur ravitaillement d’un cargo spatial très spécial, nommé Dragon, lancé par la fusée Falcon-9. Sa particularité : le véhicule, de sa conception au lancement,  est l’œuvre d’une société privée, SpaceX, créée il y a quelques années et développée sur ses fonds propres, avec la bénédiction de la NASA. Réalisé par SpaceX, ce ravitaillement de l’ISS a coûté à la NASA la moitié du prix « habituel ». Ainsi, en se recentrant sur sa fonction première – l’innovation dans la conquête spatiale – l’agence américaine laisse aux entreprises privées la partie « routinière ». Lorsqu’elle aura fait ses preuves, SpaceX pourra même s’occuper des vols habités.

La conquête spatiale est ainsi jalonnée de surprises, de revirements. Et de très nombreux exploits technologiques, scientifiques, et de quelques drames. La première surprise ? Elle remonte au 4 octobre 1957, lorsque le ciel bleu des Etats-Unis d’Amérique  fut déchiré par les « bip-bip » de Spoutnik-1. Quel coup de massue pour les Américains, eux qui étaient si sûrs d’être les premiers à mettre un satellite en orbite ! Tellement certains que le gouvernement avait laissé se développer deux projets concurrents, Vanguard pour l’US Navy et Orbiter pour l’US Army.

Et le 3 novembre, second uppercut : mise en orbite de Spoutnik-2, 508 kg dont une chienne, alors qu’à la même époque les fusées américaines explosent au sol et que le satellite en préparation ne pèse qu’un kilogramme et demi – d’où son surnom de « Pamplemousse ». Mais fini de plaisanter : le gouvernement américain arrête cette rivalité Navy-Army en créant la NASA (National Aeronautics and Space Administration) le 1er octobre 1958. Quelques temps, l’URSS fera la course en tête (premier homme dans l’espace), mais dépassée par les Etats-Unis dans la course à la Lune, elle sera ensuite largement distancée, ce qui préfigurait l’effondrement du régime soviétique.

Certes, c’est facile d’analyser le passé avec le recul, mais il faut noter une différence fondamentale d’esprit, à l’aube de l’astronautique : Spoutnik-1 ne faisait que « bip-bip », Spoutnik-2 ne faisait que « ouah-ouah » (traduction : un satellite d’une demi-tonne peut héberger une bombe à la place du chien). Le premier satellite américain, Explorer-1, contenait les instruments scientifiques préparés par Van Allen, qui permirent de détecter, autour de la Terre, une ceinture de radiations qui portent depuis son nom.

Cinquante cinq ans après, l’espace est rempli de milliers de satellites, de toutes les tailles (de 10 cm pour un satellite d’université à une antenne de 100 mètres pour Trumpet-3, satellite américain d’ « intelligence électronique »), de toutes les masses (d’un kg pour un picosatellite à plusieurs tonnes), de tous les prix (le satellite militaire NROL-32, lancé en 2010, coûtait 2 milliards de dollars, d’après Aviation Week). Ces satellites circulent sur des orbites extrêmement variées, de basses (200 km d’altitude environ) à très hautes (36000 km pour un satellite géostationnaire), circulaires ou très allongées (ellipse très excentrée). Et dans cet espace fort occupé, n’oublions pas de caser les satellites qui ne fonctionnent plus, mais qui tournent toujours, et des milliers, des millions de débris. Et cette grande variété se retrouve également dans le type de mission.

Le but purement idéologique est maintenant moins prononcé que du temps de Spoutnik (encore qu’en 2009, le lancement du satellite iranien Omid reste dans cette catégorie).  Citons les domaines principaux de mission pour donner une idée générale.

      • Satellites pour la géodésie. Lancés dès le début de l’ère spatiale, et lancés encore actuellement, ils permettent d’affiner notre connaissance de la forme de la Terre et d’ainsi mieux calculer les trajectoires des satellites.

      • Satellites pour l’environnement physique de la Terre (champ magnétique, vent solaire).

      • Satellites pour l’étude du climat et la météorologie (dont on voit les images chaque jour dans les bulletins météo).

      • Satellites de télédétection, pour la cartographie (ils alimentent Google Maps), pour la surveillance (satellites espions).

      • Satellites pour les communications (télévision par satellite, téléphone, internet).

      • Satellites pour l’océanographie (le niveau des mers augmente-t-il ?) et l’étude des glaces (la banquise fond-elle ?).

      • Satellites pour la navigation. Les 30 satellites Navstar pour le GPS, ceux du système russe Glonass, sans oublier les projets européen Galileo et chinois Compass-M.

      • Satellites pour l’astronomie (le célèbre télescope Hubble), l’astrophysique, et toutes les sondes spatiales envoyées pour l’exploration des planètes et du Système solaire.

      • Satellites pour la physique fondamentale (vérification des lois d’Einstein sur la relativité générale), pour les avances technologiques.

      • Satellites à missions spécifiquement militaires (alerte précoce, « guerre des étoiles »).

      • Satellites à présence humaine, qui n’ont pas très bonne presse dans les milieux scientifiques (à juste titre : quelle est l’avancée scientifique apportée par l’homme dans l’espace, à part la préparation de la mission suivante ?)

Toutes ces missions sont financées par les organismes d’état, sauf une partie des missions de télédétection et la grande majorité des missions de communication. Aujourd’hui, avec la crise, où en est-on ? 

Le rythme de lancement des satellites de communication (qui remplissent le carnet de commande d’Ariane) ne faiblit pas, pour l’instant. Les Etats, par contre, resserrent les budgets. La NASA supprime plusieurs missions (comme Clarreo, pour l’étude du changement climatique, ou une mission d’exploration de l’atmosphère de Mars). En début d’année, la France a annoncé qu’elle réduisait sa participation au programme d’observation de la Terre prévu par l’agence européenne (ESA) pour 2013-2017. Comme notre pays est le contributeur principal de l’ESA, les missions pour ces études environnementales risquent d’être retardées ou supprimées. Le nouveau gouvernement ne s’est pas encore prononcé.

Depuis cinquante ans, le secteur spatial s’est développé en suivant, en gros, les aléas économiques. En période de crise, on supprime plus facilement un satellite lancé pour vérifier la relativité généralisée  qu’un autre qui va annoncer les cyclones sur la Floride. Certains domaines sont devenus si primordiaux qu’ils s’inscrivent en dur dans le paysage économique. On ne touchera pas aux satellites de communication, aux satellites de météorologie opérationnelle. Qui conduirait sans GPS ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

02.

Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

05.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

06.

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

07.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

01.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires