En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 2 heures 10 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 3 heures 48 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 6 heures 41 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 7 heures 49 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 9 heures 2 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 10 heures 44 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 10 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 2 heures 49 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 4 heures 4 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 8 heures 39 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 9 heures 21 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 10 heures 27 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 10 heures 52 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 11 heures 18 min
© STR / AFP
© STR / AFP
Géopolitique

Seule une réinitialisation de leur relation servira les intérêts de l'Iran et des Etats-Unis

Publié le 22 novembre 2020
L'administration Biden va devoir repenser radicalement, et de façon plus ambitieuse, la politique américaine à l'égard de l'Iran.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'administration Biden va devoir repenser radicalement, et de façon plus ambitieuse, la politique américaine à l'égard de l'Iran.

Encore une fois, Donald Trump s'est laissé séduire par la possibilité de conduire une intervention militaire contre l'Iran. Encore une fois, ses plus proches conseillers l'en ont dissuadé. La scène s'est déroulée mardi dans le Bureau Ovale, à la suite d'un rapport de l'AIEA suspectant une intensification par Téhéran de son enrichissement nucléaire. Le stock d'uranium enrichi iranien serait, d'après les experts, douze fois supérieur à la limite autorisée par le JCPoA, une quantité suffisante pour produire deux bombes nucléaires d'ici le printemps prochain, soit bien après le départ de Trump.

Bien que ce stock soit largement inférieur à celui que possédait l'Iran avant la signature de l'accord de Vienne en 2015 et que la République islamique n'ait repris ses activités de développement nucléaire qu'avec une extrême lenteur conditionnée à la situation diplomatique, le président américain et certains de ses conseillers penchaient fortement pour un bombardement des sites sensibles, incluant Natanz. Une fois n'est pas coutume, une partie de son entourage le plus proche – notamment le vice-président Mike Pence et le Secrétaire d'Etat Mike Pompeo - ont au contraire souligné le risque très probable d'une escalade militaire qui entacherait les dernières semaines de pouvoir du président républicain.

L'épisode illustre le dilemme dans lequel se trouve Donald Trump, et le peu d'options dont il dispose pour occuper ses dernières semaines à la Maison-Blanche : s'il cherche plus que jamais à compliquer le début du mandat de Joe Biden, il ne peut s'aliéner sa base électorale, qui reste farouchement opposée à une nouvelle guerre américaine à l'étranger. Pourtant, Donald Trump garde ouverte la possibilité de frapper les alliés et proxies de l'Iran, notamment en Irak. Le limogeage de son Secrétaire à la Défense Mark Esper la semaine dernière et d'autres aides de camp du Pentagone laisse penser que le président pourrait tout de même prendre ce risque et lancer une opération, officielle ou officieuse, contre l'Iran avant l'investiture de Joe Biden en janvier 2021. Toutefois, l'action militaire au sol ou aérienne n'est pas la seule option disponible : celle-ci pourrait ainsi être combinée à des cyberattaques menées conjointement avec Israël.

C'est surtout la situation en Irak, et le risque de voir troupes et diplomates américaines subir des attaques de la part de milices soutenues par l'Iran qui semble préoccuper l'administration Trump, notamment à l'approche du premier « anniversaire » de l'assassinat de Ghassem Soleimani le 3 janvier 2020. Face à ces menaces potentielles, Mike Pompeo envisagerait de fermer l'ambassade américaine à Bagdad, la plus importante mission diplomatique déployée à l'étranger par les Etats-Unis, alors même qu'un tel processus prendrait plusieurs mois.

En réalité, toutes ces préoccupations sont déjà caduques. Le travail à venir ne concerne plus l'administration Trump, mais bien celle qui lui a succédée. L'administration Biden va en effet devoir repenser radicalement, et de façon plus ambitieuse, la politique américaine à l'égard de l'Iran, car aucun des deux pays ne veut la guerre. Pour sa part, l'Iran veut avant tout sortir de son isolement diplomatique, tandis que la politique américaine du « je t'aime, moi non plus », qui a prévalu ces quarante dernières années avec Téhéran, aura finalement mené les deux pays dans une impasse. Une politique agressive dessert à la fois les intérêts américains et iraniens, et ne fait que renforcer, des deux côtés, les faucons les plus radicaux – ainsi que les complexes militaro-industriels respectifs. In fine, le bellicisme ne sert à personne, et surtout pas au peuple iranien.

A court terme, l'administration Biden devrait avoir pour objectif de stopper la sortie progressive de l'Iran du JCPoA en lui octroyant la levée de toutes les sanctions économiques. A cet égard, les Européens se proposent déjà comme honnêtes courtiers pour faciliter la reprise des négociations entre Washington et Téhéran. Le chantier d'envergure est à envisager à plus long terme : les Etats-Unis doivent réaliser que leur relation dysfonctionnelle avec l'Iran, le pays le plus peuplé, éduqué et scientifiquement avancé du Moyen-Orient avec Israël, a sévèrement compromis la défense de leurs intérêts dans la région. Cette méfiance envers l'Iran a rendu les administrations américaines successives plus ou moins dépendantes des pétromonarchies arabes d'un côté, et d'un Etat hébreu de moins en moins démocratique de l'autre, ce qui a généré en réaction une influence croissante de l'Iran sur les populations chiites de la région et plus largement sur ses voisins. Les administrations américaines passent... mais l'Iran demeure, comme l'a souligné ironiquement Mohammad Javad Zarif dans un tweet le 9 novembre dernier. Néanmoins, Téhéran a également tout à gagner à quitter le sentier de la guerre – même si le régime a besoin de son opposition idéologique aux Etats-Unis pour survivre – afin de ne plus s'enferrer dans la stagnation.

L'administration Biden dispose donc d'une authentique occasion pour réinitialiser les relations irano-américaines. Elle a à sa disposition plusieurs options évidentes : lever l'intégralité des sanctions – y compris sur les transactions financières payées en dollars – pour relancer les négociations autour d'un JCPoA amélioré, assorti d'un pacte de non-agression entre l'Iran et les Etats-Unis et de concessions des deux côtés. L'objectif est peut-être idéaliste mais mérite d'être atteint, afin de permettre aux deux pays de se concentrer enfin leurs propres problèmes domestiques. Avec la conjonction de la crise sanitaire et économique, ceux-ci sont devenus abyssaux, et preuve en est que le bellicisme des quatre dernières années n'a absolument pas contribué à les guérir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 22/11/2020 - 12:21
des preuves
de l'etat hebreu de moins en moins democratique ? ... il ne faut pas se ficher du monde surtout dans un article sur l'Iran