En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 1 min 42 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 3 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 4 heures 56 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 1 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 6 heures 53 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 18 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 7 heures 57 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 8 heures 29 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 47 min 42 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 35 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 11 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 40 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 7 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 34 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Avis de tempête

Carnage en vue sur les banques européennes ?

Publié le 21 novembre 2020
Les banquiers se préparent à la plongée économique en cours, avec la résurgence du Covid-19. Car ils savent l’amélioration sera lente et surtout différenciée, entre faillites et succès.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les banquiers se préparent à la plongée économique en cours, avec la résurgence du Covid-19. Car ils savent l’amélioration sera lente et surtout différenciée, entre faillites et succès.

Les banquiers sont ce l’on voudra, mais tout sauf idiots. Ils savent qu’ils sont depuis longtemps dans une période hostile et que le COVID-19 sera là pour longtemps. C’est d’abord l’économie qui fléchit durablement, avec l’inflation et les taux d’intérêt, bases de leur chiffre d’affaires, avec donc la montée des risques, qui menace leurs résultats. C’est ensuite la révolution technologique, qui permet souvent de fonctionner sans eux, notamment dans les activités qui étaient les plus rentables. Ce sont enfin les banques centrales (!), qui veulent une économie plus réactive à leurs politiques, donc une plus grande sensibilité des entreprises et des ménages aux marchés financiers. Ceci implique, notamment en zone euro, plus de financement de l’économie par les marchés, donc des banques plus solides, mieux capitalisées, donc moins nombreuses. Et tout cela se passe quand vient et revient le COVID-19 !

Donc il faut comprendre que les « meilleurs résultats » des banques au deuxième trimestre, tout étant relatifs, sont seulement la préparation à la bourrasque qui vient. Ces « meilleurs résultats » viennent largement en effet des soutiens budgétaires, avec des crédits assortis de garanties d’état et des accords de chômage partiel qui ont amorti le choc, sachant qu’ils ne pourront suffire à éponger les pertes à venir dans l’industrie, les commerces (petits et grands) et plus encore les services (restaurant, hôtel, tourisme, locations…). Amortir le pire au deuxième trimestre 2020, avec le répit procuré par le déconfinement, ne saura suffire : le virus revient partout. Fin 2020 sera donc une nouvelle baisse d’activité, peut-être début 2021 une récession s’installe, en tout cas une « année difficile », comme on dit. Ensuite, l’amélioration sera lente et surtout différenciée, entre faillites et succès. Vallourec proposera à ses créanciers de devenir plutôt actionnaires, et l’on ne comptera plus les entrées en bourse retentissante (IPO).

Déjà, les banquiers revoient leurs budgets pour 2021 et 2022. Ils accélèrent, tous, leurs efforts pour « améliorer leurs structures », autrement dit réduire leurs coûts, cesser des achats jugés de confort, demander à leurs fournisseurs de diminuer leurs prix, abandonner ou réduire des activités peu ou pas assez profitables, et surtout revoir les augmentations de salaires, sauf aux plus bas, pour mettre l’accent sur les primes, bonus, intéressement et participation. Ensuite les banques les plus fragiles vont hâter leurs préparatifs pour ne pas être achetées par plus gros et disparaître : elles fusionnent au plus vite avec des banques de taille semblable. Enfin les plus grosses veulent étendre leur empire, pour devenir de plus en plus paneuropéennes ici, et plus mondiales quand elles sont américaines.

Concentration avec plus moins de problèmes politiques : en Espagne (encore) peu, en Italie davantage. L’Espagne est un cas d’école des restructurations bancaires en cours en zone euro, après la crise des années 2000-2010. Contre 60 grandes banques et caisses d’épargne alors, on y en compte onze (Santander, BBVA, CaixaBank, Bankia, Sabadell, Bankinter, Unicaja, Liberbank, Kutxabank, IberCaja et Abanca), sachant que Caixa et Bankia vont se rapprocher, en attendant BBVA et Sabadell, puis Unicaja et Liberban (à voir). L’Italie est dans une phase permanente de concentration de ses structures souvent médiévales, derrière ses deux leaders (Intesa San Paolo et Unicredit) qui font leurs emplettes sans trop susciter d’oppositions locales (et nationalistes), tandis que Crédit Agricole avance pas à pas. Le problème bancaire italien est double : accroître les tailles des entités pour gagner en efficacité et réduire les crédits non performants, « en souffrance » selon l’expression italienne. Ils datent de dizaines d’années et freinent toute expansion. D’où la question : comment se concentrer en étant ainsi plombés, sans aide massive et permanente de l’état, tout en restant italien ?

L’Allemagne présente un autre cas de figure, avec un système bancaire atomisé, complexe, protégé et opaque, donc très politique. Atomisé, avec plus de 1 700 banques, complexe avec de nombreuses banques privées (plus de 200, petites), derrière Deutsche Bank et Commerzbank, toutes deux à la peine. Deutsche Bank est officiellement la seule à présenter un risque systémique global aux yeux de la BCE, contre 4 en France (BNP, Crédit Agricole, BPCE et SocGen), à côté des banques mutualistes (plus de 1000), des caisses d’épargne locales (plus de 400 Sparkassen) et des banques régionales (6 Landesbanken). Ces banques régionales dont la taille de bilan est telle, le hasard ou les pressions allemandes faisant bien les choses, qu’elles échappent à la surveillance de la BCE pour être sous celle, plus… proche, de la Banque Centrale Allemande (BUBA). On comprend le secret : le système bancaire allemand est trop éparpillé et trop peu efficace, avec des coûts de structure très élevés, les plus élevés de la zone euro, peut-être propice à des soutiens et interventions locaux. Avec une croissance lente, des taux longtemps bas ce qui comprime les marges d’intermédiation de ces banques, au fond, traditionnelles, on comprend aussi que la BUBA soit aussi conservatrice. Pourtant, il faudra bien qu’elle fasse accélérer la concentration du système qu’elle gère : 2,5 établissements pour 100 000 habitants, contre 1 en France, et que se dévoilent certaines réalités.

Le système français, à sa manière, se prépare à la longue bourrasque qui vient. La bourse n’aime pas les banques, françaises ou non, victimes de la conjoncture et des taux bas : depuis le début de l’année, le titre de la Société Générale a perdu 47%, ceux du Crédit Agricole 33% et de BNP 22%. La difficile cession d’HSBC montre le peu d’appétit en France pour les réseaux de détail et les interrogations sur le futur des PME et TPE. La Société Générale le sait : elle continue de réduire son propre réseau d’agences et aussi ses effectifs en banque d’affaire. Elle veut intégrer sa filiale le Crédit du Nord, trop petite sans doute par les temps actuels et pour optimiser aussi ses frais de structure. Elle met actuellement Lyxor en vente, sa filiale de gestion d’actifs qui attire beaucoup d’intérêts, dont Amundi (Crédit Agricole) et BNP. Tout cela : pour se renforcer seule, ou pour « un mariage entre égaux » (avec qui ?), ou pour se vendre plus cher (à qui, mais difficilement à une banque française, pour des raisons de concurrence) ? De son côté, le Crédit Agricole est certes puissant, possédé à plus de 55% par les Caisses régionales donc « inachetable », ce qui ne l’empêche évidemment pas de s’étendre dans les activités de détail, en France et en Italie pour l’heure. Aime-t-il la banque d’affaires internationale, lui qui vient de vendre la part qui lui restait dans sa filiale en Arabie Saoudite ? La BNP doit avoir des problèmes d’extension en banque de détail, pas assez rentable, et s’interroger sur la banque d’affaires, trop risquée ?

Ce qui se passe dans les banques d’affaires internationales est très intéressant pour la suite des opérations. Dans les neuf premiers mois de l’année, les douze plus importantes banques d’affaires mondiales (Bank of America, Barclays, BNP, Citi, Crédit Suisse, Deutsche Bank, Goldman, HSBC, JPMorgan, Morgan Stanley, SocGen et UBS) ont à peu près maintenu leurs effectifs en front office, sachant que, dans cet ensemble, les banques européennes ont diminué les leurs de 5% et que les valorisations des banques américaines font mieux que tenir.

Au total, la banque de réseau va partout se concentrer en Europe, autant que possible sur une base domestique, pour des raisons politiques, ce qui laissera la porte ouverte à des banques fin tech, à moindre image nationale. Les banques des PME et TPE vont se concentrer et développer une activité de fusion-acquisition, de détourage (carve out) pour structurer les parts valorisables de leurs clients en difficulté. Enfin, la BCE et la Banque de France ici, demandent à ce que naissent de grandes banques d’affaires paneuropéennes, pour des raisons politiques européennes (par rapport à américaines) et, officiellement, pour répartir les risques. Alors, la BNP est-elle prête à acheter Deutsche Bank, Crédit Agricole BBVA, ou vont-elles choisir des mariages (des proies) plus petits, mais qui ne feront pas la différence dans ce monde, quand viennent les banques chinoises. Moralité : les banquiers européens ont de quoi se préparer !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 21/11/2020 - 17:20
Je résume:
Jean-Paul ne sait pas ce qui va arriver mais tient à nous faire savoir.