En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 6 min 4 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 56 min 9 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 24 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 1 heure 32 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 14 heures 54 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 19 heures 27 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 20 heures 35 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 11 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 22 heures 40 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 17 min 47 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 1 heure 28 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 22 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 1 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 18 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 19 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 20 heures 56 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 22 heures 36 sec
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 22 heures 53 min
© TOLGA BOZOGLU / POOL / AFP
PSG Istanbul Paris-Saint-Germain
© TOLGA BOZOGLU / POOL / AFP
PSG Istanbul Paris-Saint-Germain
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

Publié le 29 octobre 2020
Grandement bousculé par le champion de Turquie et rapidement privé de Neymar (sorti sur blessure, 26e), le PSG s'en est sorti grâce à un doublé de Moïse Kean, servi deux fois par Mbappé. Grâce à cette précieuse victoire (2-0), mais sans convaincre, les Parisiens se relancent tout de même dans la course aux huitièmes de finale.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grandement bousculé par le champion de Turquie et rapidement privé de Neymar (sorti sur blessure, 26e), le PSG s'en est sorti grâce à un doublé de Moïse Kean, servi deux fois par Mbappé. Grâce à cette précieuse victoire (2-0), mais sans convaincre, les Parisiens se relancent tout de même dans la course aux huitièmes de finale.

Le football étant depuis toujours indissociable de la géopolitique, c'est peu dire que le déplacement du PSG à Basaksehir s'inscrivait dans un contexte bien particulier. Pour l'expliquer autrement, aller jouer le club du Président Erdogan sur fond de fortes tensions internationales entre la France et la Turquie n'avait rien d'une sinécure. Et quand on dit LE club du Président, on n'exagère pas puisque Erdogan en a fait un étendard autant sportif que politique depuis 2014... Date à laquelle il a décidé de la privatisation du club Stambouliote et de presque tout le reste : la couleur officielle de l'équipe (orange) est celle de l'AKP, son parti, et les liens qui unissent le chef d'État au club s'étendent de l'économie à la sphère privée. Pour faire simple, depuis la construction du stade, en passant par le sponsoring et jusqu'au mariage de sa nièce avec le président du club, rien ne lui a échappé. Ce décor étant planté, il faut rappeler que le PSG n'avait pas le choix : après son match raté sur tous les plans contre Manchester United et au-delà de la symbolique politico-sportive de la rencontre, il lui fallait ramener les trois points et se relancer...
 
Tuchel n'avait pas attendu le coup d'envoi pour annoncer la couleur : en choisissant d'évoluer en 4/4/2, avec Danilo en défense centrale et Marquinhos au milieu de terrain, le coach Allemand alignait un onze symptomatique de la bisbille qui l'oppose à Leonardo depuis quelques semaines (le premier reprochant au second de ne pas avoir recruté les joueurs qu'il appelait de ses vœux). Les plus optimistes loueront le caractère affirmé du technicien tandis que les plus cyniques clameront qu'on peut aisément se permettre de mener ce genre de fronde quand on sait qu'on ne fera pas de vieux os dans le coin... 

En tous cas, ce n'est pas le niveau de jeu affiché hier soir qui empêchera les sceptiques de continuer à voir le doute planer au-dessus de la tête du coach Allemand (faut être observateur, c'est un phénomène très discret). Car c'est à grands coups de points... d'interrogations... que la leçon espérée n'aura pas été dispensée face à l'équipe prétendue la plus faible de poule. Ces interrogations, ces carences, nous commençons à bien les connaître puisque ce sont les mêmes que nous avions déplorées contre Manchester la semaine passée : un style de jeu illisible, des lignes par trop espacées, un milieu peu créatif, une équipe souvent coupée en deux et surtout une sorte de morosité (un tir cadré en première période), voire de fatigue récurrente. Mais au cœur de ce brouillon de match et au plus fort des trop nombreuses occasions Turques, le PSG aura quand même pu s'appuyer sur deux valeurs sûres et une autre montante. Incontestablement, Keylor Navas est la première de ces valeurs. Sans ses parades à répétitions (25e, 56e et 70e) et sa présence rassurante, on ne sait pas où serait le PSG ce matin. Le gardien Costaricain continue d'empiler les bons matchs en se montrant toujours aussi discret qu'efficace, comme un sous-entendu... La seconde est Kylian Mbappé, le seul capable d'étincelles dans une équipe très tôt privée d'un Neymar toujours absent (d'une manière ou d'une autre) dans les soirées qui comptent. Hier, comme en témoignent ses deux passes décisives, nous avons pu apprécier l'attaquant Français dans un registre qu'on lui connaît trop peu et qui fait beaucoup de bien à tout le monde, l'altruisme. La valeur montante en question est Moïse Kean, dont le premier doublé en Ligue des Champions est forcément, vous vous en doutiez, à graver dans le marbre... ce jeune Italien est peut-être LA bonne pioche d'un mercato Parisien qui fera jaser encore longtemps. 

Mais finalement, la bonne surprise de la soirée est peut-être venue du côté d'un Layvin Kurzawa qu'on n'attendait pas, il faut bien l'avouer, à un niveau pareil depuis deux matchs. Entreprenant, propre dans la relance et très actif, il rend une copie encourageante. Au bout du compte, c'est peut-être celui que l'on pensait le plus malade qui aura pris soin de toute l'équipe.

Même en jouant mal, même en ne rassurant personne, cette victoire Parisienne est extrêmement précieuse. Elle permet au club de la capitale d'ouvrir son compteur dans la phase de poules et de se replacer dans la course aux huitièmes de finale. Un objectif toujours réaliste mais rendu difficile à atteindre par les limites régulièrement affichées par l'équipe et par une liste des blessés qui n'en finit pas de s'allonger puisque l'indisponibilité de Neymar s'ajoute à celles d'Icardi, Paredes, Verrati et Draxler... Mais en évitant une sortie de route qui aurait eu de terribles conséquences, l'équipe s'est au moins donné la chance de se remettre dans le droit chemin.

Évidemment, si ce résultat fait les affaires du Paris Saint Germain, nous pouvons parier qu'il ne réjouira pas un Président Turc dont la défaite est double. Une défaite sportive, bien évidemment... mais pas que... Pour illustrer ce propos, et en détournant une citation célèbre de Von Clausewitz, on pourrait dire que le sport moderne n'est rien d'autre que le prolongement de la politique, par d'autres moyens. Depuis les jeux antiques, en passant par ceux de Berlin ou d'autres organisés pendant la guerre froide et jusqu'à aujourd'hui, les performances sportives et leurs mises en scènes ont toujours contribué au rayonnement des nations (ou des tyrans) en livrant leurs petites vérités. Le maillot incarnant le nationalisme aussi bien que la tenue militaire, il a toujours été facile de transformer les victoires sportives en succès politiques ou les défaites en tâches disgracieuses sur le costume de certains hauts dirigeants... Et Erdogan d'essuyer ce matin un affront qui n'est pas que sportif en se posant cette délicate question : comment assumer un revers sans perdre la face ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires