En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 2 heures 9 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 3 heures 48 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 6 heures 41 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 7 heures 49 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 9 heures 1 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 10 heures 44 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 10 heures 52 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 2 heures 49 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 8 heures 6 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 8 heures 39 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 9 heures 20 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 10 heures 27 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 11 heures 17 min
© PETER KLAUNZER, Jim WATSON / AFP / POOL
© PETER KLAUNZER, Jim WATSON / AFP / POOL
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

Publié le 26 octobre 2020
La Chine semble considérer le mandat de Donald Trump comme le signe de l'accélération du déclin des Etats-Unis. La Chine peut-elle vraiment supplanter les Etats-Unis comme première puissance mondiale ?
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine semble considérer le mandat de Donald Trump comme le signe de l'accélération du déclin des Etats-Unis. La Chine peut-elle vraiment supplanter les Etats-Unis comme première puissance mondiale ?

Atlantico.fr : La Chine voit-elle le mandat de Donald Trump comme le signe de l'accélération du déclin des Etats-Unis ?

Barthélémy Courmont : Les dirigeants chinois sont convaincus depuis plusieurs années que les Etats-Unis sont en déclin. C'est évidemment un constat que de nombreux observateurs des relations internationales partagent, et qui se vérifie à l'aune de l'engagement de Washington sur la scène internationale et de l'influence que la Maison-Blanche exerce sur le reste du monde. Mais dans le cas de la Chine, ce constat est associé à la montée en puissance chinoise, et c'est ainsi sur la base d'un balancier que Pékin voit son influence grandir au fur et à mesure que celle de Washington diminue. Tant sur les questions économiques que stratégiques et culturelles, le déclin des Etats-Unis est clairement identifié en Chine depuis deux décennies. Il coïncide avec plusieurs évènements aussi différents que convergents sur l'impact qu'ils exercèrent sur la place de Washington dans le monde: les attentats du 11 septembre 2001, l'entrée de la Chine à l'OMC quelques semaines plus tard, la guerre d'Irak de 2003... et plus près de nous la crise économique de 2008, née de la crise des subprimes aux Etats-Unis. En parallèle, la Chine a officialisé sa stratégie de soft power en 2007, lancé sa Belt & Road Initiative (BRI) en 2013, accru ses capacités militaires et son influence diplomatique et renforcé son économie jusqu'à concurrencer le géant américain. La dernière décennie fut ainsi marquée par l'affirmation de puissance de la Chine, tandis qu'elle marqua dans le même temps la perte d'influence progressive des Etats-Unis.

Le mandat de Donald Trump eut un effet accélérateur sur le désengagement américain, et était même la volonté du président américain, comme en témoigne le retrait du Trans-Pacific Partnership (TPP) dès sa prise de fonction, puis le retrait d'instances onusiennes et le désintérêt manifesté à l'égard d'enjeux transnationaux. En ce sens, le locataire de Washington fit le jeu de Pékin, qui profita de ce repli sur soi américain pour étendre son influence et pour compenser la vacance du leadership américain. Pékin voit ainsi clairement dans le mandat de Donald Trump une accélération d'un déclin enclenché dès le tournant du millénaire, à tort ou à raison. Mais cela ne veut pas dire que Pékin voit potentiellement dans une victoire de Joe Biden le "retour" de Washington, puisque les dirigeants chinois sont convaincus que déjà sous le mandat de Barack Obama, le déclin américain était bien enclenché et qu'il faut continuer de capitaliser dessus.

Guerre commerciale, gestion de la crise sanitaire... Pour le Président américain, toutes les occasions sont bonnes pour rabaisser la Chine. Cette obsession donne-t-elle raison aux Chinois ? 

Depuis deux décennies, quelle que soit l'administration au pouvoir, la politique asiatique de Washington est en fait une politique chinoise, dont le seul objectif est de contenir, voire contrer, l'émergence de Pékin. A l'endigagement prôné sous l'administration Bush fils a succédé la stratégie du pivot de Barack Obama, et enfin les guerres commerciales de Donald Trump. Si la méthode est très différente, l'objectif reste le même: trouver toutes les conditions permettant de contenir Pékin en Asie. Avec le mandat Trump, cette obsession chinoise a franchi un nouveau cap, puisque c'est désormais toute la politique étrangère de Washington qui est une politique chinoise, traduisant l'incapacité des dirigeants américains, républicains ou démocrates, à répondre autrement que par l'obsession à la montée en puissance chinoise. Donald Trump ne cherche pas à rabaisser la Chine, il l'accuse de tous les maux dont souffre l'Amérique. Mais en ce sens, il ne s'éloigne pas de la ligne de ses prédécesseurs, seule l'ampleur des problèmes auxquels sont confrontés les Etats-Unis a augmenté. On peut même s'interroger: quand une puissance n'existe plus que dans le miroir de son compétiteur désigné et de ses succès, est-elle encore une grande puissance?

Le diagnostic de Donald Trump sur le déclin américain face à la Chine  au début de son mandat était juste. Mais il ne fut jamais en mesure de trouver le bon remède, et son obsession de plus en plus prononcée fait même le jeu de Pékin, qui peut se présenter comme bouc-émissaire et se positionner exactement à l'opposé de ce que fait Washington pour accroître son influence. Ainsi, quand les Etats-Unis se retirent des instances internationales, la Chine insiste sur leur importance; et quand Washington privilégie l'intérêt national, c'est la mondialisation et l'inclusion que Pékin met en avant. Si les décideurs politiques et analystes américains sont obsédés par la Chine, les Chinois sont de leur côté à l'affût de tout ce que proposent les Etats-Unis, pour exploiter toutes les failles, et cette obsession chinoise est ainsi devenue le principal problème de Washington, plus que la Chine elle-même.

La Chine peut-elle vraiment supplanter les Etats-Unis comme première puissance mondiale ?

Aujourd'hui, la question n'est plus tant de savoir si la Chine peut devenir la première puissance mondiale, mais quand et avec quelles conséquences. Il y a d'abord la question du système dans lequel nous vivons depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, et qui consacre la place centrale des Etats-Unis. La Chine aura-t-elle la volonté, et la puissance, de bouleverser ces règles du jeu, en imposant de nouvelles organisations ou en détournant celles existantes à son profit? Il y a aussi la question de la nature du régime. Les Etats-Unis sont souvent critiqués sur la scène internationale, mais ils restent une démocratie, ce que n'est pas la Chine. A quoi peut ressembler un ordre international au sommet duquel se hisse un Etat non démocratique? Il y a une question d'ordre culturel. Pour la première fois depuis cinq siècles, le centre de gravité des relations internationales sera - s'il n'est déjà - en Asie. Se pose ainsi la question du rapport de la Chine avec ses voisins et des valeurs qu'elle véhicule, à coup de confucianisme et de Tianxia. Enfin, et surtout se pose la question des perceptions de cette transition de puissance, ce qui nous ramène à la manière avec laquelle les dirigeants américains réagiront face au déclin relatif mais réel de leur pays (et on voit bien que c'est déjà le cas), car dans cette transition de puissance, c'est surtout la puissance en déclin qui peut être tentée de modifier un rapport de force qui lui est défavorable, et ainsi être révisionniste.

En clair, la question n'est pas ici de savoir si le monde sera plus stable et plus prospère ou au contraire instable et injuste avec la Chine comme première puissance mondiale, mais dans quelles conditions cette transition de puissance s'opère. C'est le principal sujet des relations internationales contemporaines.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 28/10/2020 - 10:09
Déja vu?
Au siècle dernier les fascistes étaient persuadés de l'inévitable effondrement des démocraties. C'était également le cas pour staline, les soviétiques et marx qui tous prophétisaient l'autodestruction du capitalisme. C'est maintenant le cas pour l'écologie politique.
Audois
- 27/10/2020 - 11:53
Le gagnant sera celui qui saura faire preuve d'humilité
Bien entendu, la montée en puissance de la Chine suscite partout et d'abord chez ses voisins des craintes face à ce qui est perçu comme un impérialisme. Sa politique à Hong-Kong, en mer de Chine, son attitude sur la frontière Indienne, etc. tout ceci renforce les pays asiatiques et les autres dans leurs craintes.
Et de même, les USA suscitent de fortes réactions de rejet lorsqu'ils se laissent aller à à une diplomatie "musclée" ou à des guerres de domination non justifiées (Irak notamment).
A terme, au niveau du leadership mondial, le gagnant sera celui sachant faire preuve d'humilité ou au moins de retenue dans l'affirmation de sa puissance.
Et cela, malheureusement, ni Trump ni Biden, ni l'opinion publique américaine ne le comprennent. Pas plus que Xi Jingping évidemment. Il faudra une nouvelle génération de dirigeants.
jurgio
- 26/10/2020 - 15:58
Le déclin de l'esprit américain
Il avait ses gros défauts mais il tenait d'une puissante énergie. Une hégémonie trop longue qui est devenue peu à peu une maladie. Cette sorte de socialisme de pacotille qui sème ses métastases parmi ses élites appauvrira à terme ce grand pays comme il a su le faire pour tant d'autres. Les Américains ont choisi de mettre les deux genoux en terre, reste plus qu'à y faire toucher le menton.