En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 3 min 59 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 37 min 22 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 59 min 34 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 19 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 45 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 39 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 18 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 7 min 46 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 41 min 22 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 22 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 48 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 11 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 52 min
© Marco BERTORELLO / AFP
© Marco BERTORELLO / AFP
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

Publié le 25 octobre 2020
Bryan Walsh publie "Le guide des fins du monde" chez FYP éditions, 2020. L'humanité est plus en danger qu'elle ne l'a été tout au long de son existence. Pandémies, biotechnologies, guerre nucléaire, dérèglement climatique, astéroïdes... Bryan Walsh propose un panorama complet des menaces qui pèsent sur l'espèce humaine. Extrait 2/2.
Bryan Walsh
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste d'investigation scientifique, Bryan Walsh a été rédacteur en chef du Time pendant plus de 20 ans. Il a livré des enquêtes à travers le monde sur des sujets environnementaux et sur les extinctions de masse. Aujourd'hui, il couvre les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bryan Walsh publie "Le guide des fins du monde" chez FYP éditions, 2020. L'humanité est plus en danger qu'elle ne l'a été tout au long de son existence. Pandémies, biotechnologies, guerre nucléaire, dérèglement climatique, astéroïdes... Bryan Walsh propose un panorama complet des menaces qui pèsent sur l'espèce humaine. Extrait 2/2.

Nous voulons tous sauver le monde. Dans presque tous les récits sur la fin du monde, au dernier moment, des héros désamorcent le compte à rebours nucléaire, inventent un vaccin pour arrêter une pandémie, triomphent d’une armée de machines malveillantes ou d’envahisseurs extraterrestres. C’est ce qui se passe aussi dans la réalité. Des héros comme Vasili Arkhipov ont pris des décisions difficiles qui ont permis d’éviter une catastrophe mondiale. À maintes reprises, nous avons simplement eu de la chance, mais chaque fois que le monde a frôlé l’apocalypse, celle-ci a été repoussée. Enfin, jusqu’à présent.

Durant la plus grande partie de notre existence, la survie de l’humanité a été une question de chance. Comme pour la majorité des espèces de notre planète, notre bonne fortune — notre « ombre anthropique » — fait que nous n’avons pas disparu. Aujourd’hui nous n’en sommes plus là. Désormais, la survie ou l’extinction de notre espèce dépend principalement de nos propres décisions : serons-nous à la hauteur de la tâche qui consiste à nous sauver, y compris de nous-mêmes ?

Cependant, même les plus avisés d’entre nous finiront par se tromper. Si l’on se projette dans le futur, tôt ou tard, une catastrophe mondiale, due à une guerre nucléaire, un supervolcan ou un virus, se produira. Mais la fin n’est pas toujours la fin de tout. D’un côté, il y a des menaces qui causeront l’extinction définitive de notre espèce et, de l’autre, une catastrophe qui laissera entrevoir une possibilité de survie. Or les enjeux du risque existentiel sont permanents. Si nous pouvons survivre et rebondir après une catastrophe, quelle qu’en soit la gravité, notre histoire se poursuivra et cette catastrophe deviendra une page historique, tout comme la super-éruption de Toba il y a des dizaines de milliers d’années.

L’énergie que nous parvenons à mobiliser sur le risque existentiel est surtout consacrée à la prévention de catastrophes, mais elle ne prépare pas aux terribles conséquences qui s’ensuivent. Personne ne souhaite contempler la dernière agonie de notre monde. Cependant, pour nous préparer au pire, nous avons besoin non seulement de prévention, mais aussi de résilience.

*

Au cours des sept premiers jours qui suivirent l’élection de Donald Trump en 2016, 13 401 Américains se sont inscrits auprès des autorités de l’immigration en Nouvelle-Zélande. Mais ce n’est pas pour répondre à un ardent désir de voir les lieux du tournage de la trilogie du Seigneur des Anneaux. La Nouvelle-Zélande, accessible par avion privé, est devenue le refuge des super-riches et des ploutocrates qui peuvent s’y terrer en cas de catastrophe majeure. Pour l’élite survivaliste, la Nouvelle-Zélande représente ce que les îles Caïmans ont longtemps été pour leurs comptes bancaires. Des géants de la technologie, comme Peter Thiel, y ont acheté des terres dans le but de survivre à l’apocalypse. Thiel est même allé jusqu’à obtenir la nationalité néo-zélandaise après avoir passé seulement douze jours dans le pays.

L’explosion des « retraites discrètes » en Nouvelle-Zélande est la parfaite expression d’une époque où les riches revendiquent toujours plus de choses pour eux-mêmes, y compris récupérer tous les gilets de sauvetage.

Il n’y a pas que les ultra-riches qui ont des plans de survie pour échapper au pire. En 2017, deux tiers des Américains ont déclaré avoir constitué des stocks de fournitures pour survivre à une catastrophe naturelle. Plus de trois millions d’Américains se revendiquent survivalistes (doomsday preppers77) et se préparent activement à survivre à des catastrophes naturelles, mais aussi à des fléaux d’ordre mondial. Ils se retrouvent dans des organisations comme l’American Preppers Network, lisent des magazines tels que Recoil OffGrid, partagent des podcasts et des blogs ou se rendent dans des salons comme le Survival Expo ou le Self-Reliance Expo. On y trouve toutes sortes de conseils pour préparer l’apocalypse ou pour accéder, sans autorisation, à des sites sécurisés (une technique dite de talonnage, ou tailgating), et des idées de cadeaux pour la fête des mères ou de pères — par exemple le Rocket Stove, un excellent outil pour cuisiner et se chauffer en cas d’effondrement total du réseau électrique.

Une enquête du National Geographic Channel a révélé que 40 % des Américains pensent que la préparation d’un abri anti-atomique ou le stockage de fournitures est un meilleur investissement que le financement d’un plan d’épargne retraite. Si vous faites partie de ceux-là, il existe de nombreux services prêts à prendre votre argent. Vous pouvez acheter un bunker de luxe auprès de la société Vivos pour 20 000 à 50 000 dollars, y compris dans un ancien dépôt de munitions de l’armée dans le Dakota du Sud qui est considéré comme « la plus grande communauté de survie sur Terre ». Si vous préférez attendre l’apocalypse chez vous, Atlas Survival Shelters, qui vend des abris antiatomiques depuis la guerre froide, vous construira un habitat personnel adapté à une éventuelle apocalypse. La version en dôme de béton vous coûtera un demi-million de dollars et, s’il vous reste un peu de pécune, vous pourrez vous procurer le sac contenant un kit de survie complet pour deux personnes (le Prepster Ultra Advanced Fireproof Emergency Bag) pour de 4 995 dollars. Ce serait dommage de s’en priver et de se passer d’articles tels que les produits de toilette Malin+Goetz, le dentifrice Marvis ou les barres de chocolat Mast Brothers. Après tout, que serait la fin des temps sans confiseries !

Ces tendances expriment en réalité une profonde inquiétude et la plupart de nos craintes sont souvent justifiées. Mais nous préférerons nous livrer à des mesures de survie individualistes, plutôt que de retrousser nos manches et relever le défi collectif du risque existentiel. Chacun de nous peut mettre de côté des provisions pour faire face à une catastrophe, d’origine naturelle ou humaine, qui perturbe l’approvisionnement en eau et en nourriture pendant plusieurs jours. Une réserve de médicaments, un sac de voyage, des photocopies de documents importants, tout le monde devrait les avoir à portée de main. Toutefois, un plan de survie qui se concentre uniquement sur les individus et les familles ne suffira pas pour faire face à une catastrophe existentielle. Ce type de comportement correspond au principe individualiste de nos sociétés. Il est choquant, par exemple, de voir qu’un pays qui se prépare à l’apocalypse se soit montré peu disposé à aider ses concitoyens les plus vulnérables lors de catastrophes telles que l’ouragan de Porto Rico, en 2017, ou le Covid-19, en 2020, et soit incapable de traiter des menaces à plus long terme comme le dérèglement climatique.

Planifier les catastrophes majeures au niveau national fait partie de l’héritage des grands plans de défense civile de l’époque de la guerre froide. Entre le milieu des années 1950 et la fin des années 1960, quelque 7 000 volontaires ont participé à la construction d’abris d’urgence, certains pouvant accueillir une famille, d’autres plus de 1 000 personnes. Ces essais ont conduit à l’élaboration de normes nationales pour les abris souterrains destinés à protéger d’un holocauste nucléaire. Mais les abris et les recommandations qui consistent à conserver une réserve de nourriture n’auraient pas été d’une grande utilité en cas d’holocauste nucléaire causé par le surarmement — ce que les Américains eux-mêmes ont fini par admettre.

Une fois que chacun, y compris les responsables chargés de la sécurité nationale les plus belliqueux, a fini par admettre que les survivants d’une guerre nucléaire ne peuvent qu’envier le sort des morts, tous les plans de défense civile ont été remis en question. Les opposants aux armes nucléaires pensaient que les actions de défense civile ne faisaient que souligner la folie du risque nucléaire — et ils avaient raison. Aujourd’hui, au lieu de se préparer en tant que société à une guerre nucléaire et à d’autres menaces existentielles, la plupart d’entre nous choisissent simplement d’ignorer le risque, tandis que les survivalistes et les preppers, une minorité d’individus cherchant tous les moyens pour survivre à une apocalypse, en sont obnubilés.

Il est faux de croire que les plans nationaux de survie et de défense civile sont inutiles, mais il est tout aussi fantaisiste de penser qu’un survivaliste pourrait affronter à lui seul une catastrophe existentielle, peu importe le niveau de sa préparation ou de sa fortune. Pour le théoricien Douglas Rushkoff, « être un humain n’est pas qu’une question de survie individuelle. C’est un sport d’équipe. Quel que soit l’avenir de l’humanité, il sera collectif. » Cela concerne aussi la survie de notre espèce.

A lire aussi : Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

Extrait du livre de Bryan Walsh, "Le guide des fins du monde", publié chez FYP éditions, 2020

Lien vers la boutique : cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires