En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 9 heures 58 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 11 heures 36 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 14 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 15 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 16 heures 31 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 17 heures 36 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 18 heures 28 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 53 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 19 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 56 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 10 heures 30 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 15 heures 3 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 16 heures 11 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 46 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 18 heures 15 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 42 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 19 heures 57 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

Publié le 21 octobre 2020
Depuis plusieurs mois, l’Etat semble miser toute sa stratégie de lutte contre le coronavirus sur un vaccin que l’Institut Pasteur pourrait développer. Toute autre solution semble systématiquement s’embourber dans une boue bureaucratique digne de la Bérézina. Et pourtant la France ne manque ni d’idées ni de solutions rapides.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis plusieurs mois, l’Etat semble miser toute sa stratégie de lutte contre le coronavirus sur un vaccin que l’Institut Pasteur pourrait développer. Toute autre solution semble systématiquement s’embourber dans une boue bureaucratique digne de la Bérézina. Et pourtant la France ne manque ni d’idées ni de solutions rapides.

L’Etat sabote-t-il des médicaments français efficaces contre le coronavirus, au profit d’une stratégie « tout vaccin » dont l’Institut Pasteur serait le principal bénéficiaire ? Plusieurs indices, que nous citons par ailleurs, montrent que des médicaments sur lesquels de très sérieux laboratoires français travaillent depuis plusieurs mois, avec des espérances de réussite très fortes, ne bénéficient d’aucune aide de l’Etat et sont obligés de chercher activement des partenariats privés (y compris avec la fondation Gates) pour mener leurs travaux à bien. Cette situation étonne, si l’on songe aux déclarations guerrières d’Emmanuel Macron et de son gouvernement sur notre « souveraineté sanitaire » et sur les relocalisations nécessaires de médicaments.

avec Jean-Charles Teissèdre
Avocat pénaliste à Montpellier

Médicaments français cherchent financements publics

Nous citons par ailleurs les molécules (ou les solutions de test) que les pouvoirs publics engluent dans l’indifférence, la passivité administrative, les blocages réglementaires en tous genres, et en toute opacité, au lieu de faire diligence pour les encourager et les porter pour accélérer leur mise sur le marché. Et ils sont nombreux, venus de toute la France (Lille, Montpellier, Paris) et éclairent d’un jour nouveau l’affaire Didier Raoult.

Une question se pose : pourquoi les pouvoirs publics français marquent-ils si peu d’empressement à défendre des solutions curatives françaises au coronavirus, depuis les manœuvres directes de menaces et d’étouffements dans l’affaire de l’hydroxychloroquine, jusqu’à l’abandon financier dans d’autres dossiers ?

Toujours est-il que les financements publics font défaut à ces alternatives. Tout le monde se souvient du retrait de l’INSERM (antérieur à l’arrivée du coronavirus) vis-à-vis de l’IHU du professeur Raoult, sur fond de désaccords entre les patrons d’institutions. Mais les laboratoires qui travaillent sur des solutions alternatives à l’hydroxychloroquine ne bénéficient pas plus du soutien de l’Etat.

Le financement privé se substitue au financement public

Faute d’une aide de l’Etat, ces laboratoires sont donc contraints de se tourner vers des financements privés. Les uns ont une aide de Bill Gates. Les autres une aide de Bernard Arnault. Tous engloutissent un temps et une énergie considérables dans la recherche de solutions financières, au moment où l’Etat dépense des milliards dans un plan de relance sortis tout droit du cerveau de la bureaucratie.

Pourquoi une fraction de ces milliards (on parle ici de moins de 100 millions€ pour financer les recherches en cours) n’est-elle pas consacrée à des solutions proches d’aboutir mais qui manquent de l’ultime coup de pouce ? Il serait intéressant que la question soit posée officiellement aux pouvoirs publics.

Dans l’attente de cette explication, c’est le financement privé qui vient au secours de la recherche et qui pallie l’absence de l’Etat dans une mission qui est pourtant la sienne.

Une question stratégique de fond

Cette inaction de l’Etat pose évidemment la question de la pertinence stratégique des actions menées jusqu’ici. Depuis le début de l’épidémie, le gouvernement mise sur un vaccin et un test. Point. Le reste ne semble pas exister, et toute solution alternative est écartée, avec la violence qu’on a pu voir dans l’affaire de l’hydroxychloroquine lorsque cela est nécessaire, ou tout simplement par la lenteur désespérante de l’administration. L’affaire des tests salivaires l’a montré : le pouvoir des bureaux est immense dans le domaine de la santé, et n’importe quel bureaucrate peut paralyser une solution thérapeutique en se contentant… de ne pas agir. Par exemple en ne transmettant pas un dossier qu’il a entre les mains.

C’est précisément ce mono-centrage sur le vaccin et ce refus du reste qui nous pose problème. Il est le fait de quelques technocrates qui décident autoritairement dans un entre-soi troublant. Et il ne paraît guère conforme à l’intérêt général.

La bureaucratie sanitaire n’a toujours pas rendu de comptes

A ce stade, Emmanuel Macron, malgré ses déclarations guerrières, n’a en tout cas pas pris le taureau par les cornes. La destruction massive de masques depuis son arrivée au pouvoir, décidée par Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, selon ses propres propos à l’Assemblée Nationale, n’a donné lieu à aucune sanction, ni interrogation, ni remise à plat, ni rendu de compte devant les Français. L’incapacité du même Jérôme Salomon a organisé une campagne de tests digne de ce nom n’a pas non plus fait bouger les choses.

En lieu et place de ces mea culpa que la France attend, nous sommes supposés recevoir avec satisfaction les déclarations arrogantes et psycho-rigides du ministre de la Santé, qui s’est lui-même révélé incapable de mettre l’AP-HP au travail sur les tests salivaires cet été.

Quels sont les médicaments français en panne de financement public ?

Retrouvez leur liste sur notre article spécial abonnés consacré à la question. L’abonnement peut être interrompu à tout moment par un simple click. 

L’appareil sanitaire est-il verrouillé par la technostructure ?

Au fond, tout se passe comme si notre système de santé, et plus particulièrement notre appareil sanitaire (depuis les autorisations de mise sur le marché jusqu’aux recrutements dans les hôpitaux, en passant par la décision de travailler avec tel ou tel laboratoire ou prestataire, même au niveau local) était capté par une caste, une sorte de secte, obéissant aux mêmes mantras déconnectés de la réalité… et de l’intérêt général. Que les citoyens ne contrôlent pas l’appareil d’Etat n’est pas une nouveauté. Mais que celui-ci soit désormais capté par une classe sociale en ordre de marche, cohérente, décidée à faire de nous sa chose, est une évidence inattendue que la crise du coronavirus fait éclater au grand jour.

Cet article a été publié initialement sur le site Le Courrier des Stratèges : cliquez ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 22/10/2020 - 09:52
Oui et cela fait que les Français ne sont pas soignés
En tout cas pas au moment où c'est le plus rentable: au début
J'accuse
- 21/10/2020 - 15:48
L'Etat, c'est eux
Le titre devrait être affirmatif et non interrogatif, puisque l'article y répond de façon très nette par la positive, tout en disant comment et pourquoi.
Par "État", il faut entendre gouvernement et administration, agissant de concert pour servir des objectifs qui ne sont pas au profit de la population. Ils tiennent à montrer qu'ils peuvent imposer ce qu'ils veulent, et que ce n'est pas le privé qui va les guider: "nous sommes les maîtres de ce pays, et nous seuls décidons de ce qui doit être fait ou pas. L'intérêt des Français doit se soumettre à notre bon plaisir, après que nos pouvoirs et nos privilèges seront satisfaits et uniquement à ces conditions. Nous préférons qu'ils meurent plutôt qu'on nous en prive".