En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 15 min 32 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 50 min 32 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 35 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 1 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 14 heures 55 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 34 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 28 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 22 heures 33 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 38 min 49 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 4 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 27 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 42 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 8 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 44 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 23 heures 13 min
© AFP via Nasa/Goddard/Arizona State University/
nasa astéroïde Bennu
© AFP via Nasa/Goddard/Arizona State University/
nasa astéroïde Bennu
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

Publié le 21 octobre 2020
La Nasa est parvenue à établir un contact entre sa sonde et l'astéroïde Bennu. Dans la nuit du 20 au 21 octobre 2020, le bras robotisé d'Osiris-Rex a pu toucher sa surface. Que peuvent nous apprendre les particules qui seront rapportées ?
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Nasa est parvenue à établir un contact entre sa sonde et l'astéroïde Bennu. Dans la nuit du 20 au 21 octobre 2020, le bras robotisé d'Osiris-Rex a pu toucher sa surface. Que peuvent nous apprendre les particules qui seront rapportées ?

Atlantico.fr : La sonde de la Nasa Osiris-Rex devait entrer en contact cette nuit avec l'astéroïde Bennu pour effectuer des prélèvements. Comment s'est déroulée l'opération ?

Olivier Sanguy : À l’heure où je réponds à votre question, la NASA annonce que la sonde suit sa programmation de façon nominale. Car l’opération est automatisée et sous la direction d’un ordinateur de bord. Bennu est bien trop loin de la Terre pour procéder à une quelconque télécommande directe de la sonde : les signaux radio mettent trop de temps. L’agence américaine devrait donner des nouvelles assez rapidement mercredi. Les premières données émises par la sonde indiquent toutefois que la procédure de prélèvement s’est déroulée correctement.

Le retour sur Terre d'Osiris-Rex est espéré fin 2023. Que peuvent nous apprendre les particules rapportées ?

En effet, le 24 septembre 2023, OSIRIS-REx aura accompli son voyage de retour et larguera vers la Terre une capsule contenant les précieux échantillons de l’astéroïde Bennu d’environ 500 m de large. Ces prélèvements peuvent nous apprendre beaucoup de choses. Les astéroïdes sont considérés comme les « laissés pour compte » de la formation du Système solaire. À ce titre, ils témoignent des conditions qui régnaient lorsque les planètes, et donc la Terre, se sont formées. Ce sont de véritables témoins très peu changés de ce passé très lointain (il y a un peu plus de 4 milliards d’années). En bref, comprendre les astéroïdes, c’est aussi comprendre l’origine de la Terre. L’intérêt d’un tel retour est de pouvoir analyser des morceaux d’astéroïdes avec des laboratoires au sol qui disposent, on le comprend, de bien plus de possibilités que les instruments embarqués sur des sondes (même si ces derniers sont de véritables chef-d’œuvre de technologie). On compte aussi en apprendre beaucoup sur la nature de ces objets dont certains pourraient un jour menacer notre planète d’une collision. Si on veut mettre sur pied des missions spatiales chargées de les dévier de leur trajectoire, connaître exactement leur composition et leur cohésion sont des prérequis indispensables. D’ailleurs, notez qu’OSIRIS-REx veut dire Origins Spectral Interpretation Resource Identification Security Regolith Explorer. Vous noterez les termes Security pour la sécurité de notre planète que je viens d’évoquer, tandis que Resource Identification est là pour le volet de l’identification des ressources. Ceci, car à plus long terme, certains caressent l’idée d’exploiter les astéroïdes pour leurs ressources. Mais en l’état actuel des technologies, ce qu’on ramènerait de ces objets couterait bien trop cher pour servir de base à un modèle économique.

Qu'en est-il des opérations précédentes ? En 2010 puis en 2019, le Japon avait déjà envoyé une sonde prélever des particules à la surface d'un astéroïde.

Avec la mission Hayabusa, l’agence japonaise JAXA a en effet ramené en 2010 des échantillons de l’astéroïde Itokawa. Malheureusement, le système de collecte n’a pas fonctionné comme prévu et la quantité saisie fut beaucoup plus faible qu’espéré. Toutefois, avec environ 1500 particules, cette mission a marqué une indéniable première. Le Japon a initié une autre mission similaire appelée Hayabusa2. Cette fois-ci, c’est l’astéroïde de 1 km de large Ryugu qui était visé. Tout indique que le système de collecte a été efficace. La capsule hébergeant les échantillons sera larguée le 6 décembre prochain et se posera sous parachute en Australie. Ce qui va se dérouler dans les années à venir pourrait du coup marquer des avancées significatives dans notre connaissance des astéroïdes. Il ne faut pas oublier que les scientifiques vont en effet pouvoir analyser avec précision des échantillons venant de 3 astéroïdes différents (Ryugu, Bennu et dans une moindre mesure Itokoawa) et prélevés sur place (au contraire des météorites ramassées sur Terre et qui sont bien en majorité des fragments d’astéroïdes, mais qui ont subi des altérations du fait de la rentrée atmosphérique). La comparaison entre  tous ses échantillons sera sans aucun doute aussi passionnante qu’instructive.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires