En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 14 min 39 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 39 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 49 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 2 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 35 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 42 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 5 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 34 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 38 min 35 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 24 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 21 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 52 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 4 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 37 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 53 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 40 min
© MIKE SEGAR / POOL / AFP
© MIKE SEGAR / POOL / AFP
Stratégie trumpienne

Face à l'Iran, la « défaite » américaine signe la fin d'une époque

Publié le 18 octobre 2020
Dans le bras de fer qui l'opposait à Washington, c'est finalement Téhéran qui l'a emporté, puisque le Conseil de Sécurité de l'ONU a refusé de prolonger l'embargo sur les armes imposé à la République islamique.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le bras de fer qui l'opposait à Washington, c'est finalement Téhéran qui l'a emporté, puisque le Conseil de Sécurité de l'ONU a refusé de prolonger l'embargo sur les armes imposé à la République islamique.

Bien qu'illégitimes à intervenir dans le dossier du nucléaire iranien depuis leur retrait unilatéral du Joint Comprehensive Plan of Action en mai 2018, les Etats-Unis ont imposé un nouveau régime de sanctions économiques à l'Iran depuis lors, et usé de tous les manœuvres extra-judiciaires pour empêcher la levée de cet embargo, prévue au 18 octobre 2020 par l’accord nucléaire. Déjà en août dernier, le projet de résolution américaine en ce sens avait échoué à fédérer la communauté internationale, et particulièrement les signataires européens, de plus en plus défiants envers les prises de position de l'administration Trump. Cette ultime fin de non-recevoir émise par le Conseil de Sécurité met un terme définitif aux visées des Américains sur ce dossier. Elle signe surtout l'échec patent de la « pression maximale » mise en œuvre par Washington contre Téhéran, en dépit de la nouvelle sanction imposée mardi à 18 banques iraniennes pour les couper du circuit financier international.

L'évènement, salué comme une défaite « historique », voire une « humiliation » par la communication du régime iranien, confirme que nous vivons la fin d'une époque : celle de l'hyperpuissance américaine, leader du monde occidental, du multilatéralisme et de ses instances de représentation internationales depuis 1945. En quatre ans, la « stratégie iranienne » de Washington, et plus largement la diplomatie disruptive déployée par Donald Trump, ont exacerbé les tensions avec les adversaires des Etats-Unis et créé une rupture radicale avec leurs alliés traditionnels. Aujourd'hui, l'Amérique renvoie l'image d'une nation diplomatiquement isolée et décrédibilisée, mais aussi profondément affaiblie par une crise sanitaire, économique et sociale, ce qui constitue sans doute sa plus grande défaite.

La levée de cet embargo ouvre désormais un certain nombre de possibilités pour l'Iran en matière d'équipement militaire et de projection de puissance au Moyen-Orient. La Chine et la Russie, les deux membres du Conseil de Sécurité naturellement les plus réfractaires à la poursuite de cet embargo, pourront désormais lui exporter des armes en toute légitimité. Elles pourront notamment l'aider à affiner sa méthode d'identification des cibles, puisqu'en matière de précision des frappes, Téhéran a donné la preuve de sa maîtrise à maintes reprises, que ce soit en septembre 2019 contre les sites pétroliers saoudiens ou en janvier 2020 contre les bases américaines en Irak. Néanmoins, les sanctions économiques également imposées aux banques russes qui limitent leurs transactions avec l'Iran, nécessiteront sans doute la signature d'un accord de coopération militaire plus formel entre les deux pays, notamment dans le but pour Moscou de concurrencer le « Lion-Dragon Deal » de 25 ans signé entre Téhéran et Pékin.

Deux ans de désarroi économique ont aussi conforté Téhéran dans la nécessité de renforcer son autonomie économique et de développer sa production nationale, comme l'a souligné le Guide Suprême lundi dernier. Pour autant, le complexe militaro-industriel iranien, fort d'une auto-suffisance acquise de longue date, peut d'ores et déjà s'orienter vers l'exportation. Le Moyen-Orient, et plus récemment la Transcaucasie avec le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au Haut-Karabakh, constituent à ce titre des marchés potentiels, d'autant plus pertinents en termes géostratégiques pour l'Iran qu'ils peuvent lui permettre de réaffirmer son influence face à l'expansionnisme turc dans la région. Téhéran accuse en effet un retard par rapport aux exportations militaires turques, qui s'élevaient à près de 2,74 milliards de dollars en 2019, mais à la différence d'Ankara, très dépendante de l'importation de composants occidentaux, son autonomie technologique constitue un atout considérable.

Le détroit d'Ormuz, où de nouveaux exercices de tir réel et navals ont été réalisés début octobre, offre également aux Gardiens de la Révolution une vitrine idéale pour faire la démonstration de leur maîtrise militaire. Forts de la capacité de dissuasion de l'Iran, désormais suffisamment crédible pour éviter tout embrasement dans la région, les Pasdarans devraient par ailleurs renforcer l'utilisation de drones de plus en plus performants pour surveiller les eaux du Golfe Persique et la mer d'Oman. Du point de vue de Téhéran, cette stratégie fait d'autant plus sens depuis les récents rapprochements diplomatiques entre certaines pétromonarchies locales et Israël contre la promesse d'un renforcement de leur arsenal technologique et sécuritaire. Ceux-ci sont en effet considérés par Téhéran comme une menace directe de la part des Israéliens contre sa « profondeur stratégique », qui s'étend jusqu'au Yémen.

Par ailleurs, le Golfe Persique concentrera encore l'expression des tensions persistantes entre l'Iran et les Etats-Unis, chacun réussissant pour l'heure, et en dépit de manœuvres agressives dans ces eaux, à éviter une irréversible escalade militaire particulièrement préjudiciable aux deux parties. Soucieux de ne pas s'impliquer dans un nouveau « conflit sans fin » au Moyen-Orient, les Etats-Unis se gardent bien de franchir le Rubicon avec Téhéran – en témoigne leur absence de représailles contre les tankers iraniens en direction du Venezuela. Certes, comme les Etats-Unis, l'Iran vit une situation domestique dramatique sur le plan économique et sanitaire. En revanche, contrairement à eux, il conserve un avantage certain au Moyen-Orient : la « pression maximale » n'a diminué en rien ni ses capacités militaires, ni son influence dans la région. Pour Washington, l'échec est donc total.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 19/10/2020 - 12:35
il y en a qui croient
en la parole des mollahs. Mais en 2015 ils n'ont jamais arrete leur programme. Ils ont roule dans la farine les occidentaux (pour Obama et Kwrry c'est un peu different je pense qu'ils s'en doutaient). Rohani le soi disant modere faisait parti des apparatchiks du nucleaire lors de la decennie precedente. L'AEIA n'a pu verifeir que les sites acceptes par Teheranet pas les militaires. Le programme balistique a continue, le soutien aux milices et aux suppletifs (Irak, Syrie, Liban, Yemen) egalement ainsi que les menaces pour destabiliser le MoyenOrient . Crire les Iraniens, OUI croire les ayatollahs JAMAIS
TPV
- 19/10/2020 - 09:39
Siber95 le troll de Biden
Attendons le résultat des élections pour savoir si les partisans des Aytollahs de la Chine, d'Erdogan, et des minorités déjantées vont triompher.
siber95
- 19/10/2020 - 00:09
Les trolls américains de sortie
Bon allez, on va dire que la victoire de Trump est éclatante.
C’est vrai quoi, plus personne n’a confiance dans la signature américaine après le retrait unilatéral de l’accord sur le nucléaire.
Les sanctions maximales ont eu pour effet de radicaliser un peu plus les iraniens, et de les pousser à reprendre leur programme.
Et pour en finir, les USA se sont ridiculisés dans leur tentative de maintenir l’embargo sur les armes.