En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 heure 29 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 heures 22 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 heures 19 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 heures 51 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 5 heures 27 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 7 heures 17 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 7 heures 26 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 7 heures 48 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 heures 9 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 heures 58 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 heures 35 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 5 heures 13 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 5 heures 50 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 7 heures 20 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 8 heures 3 min
© MIKE SEGAR / POOL / AFP
© MIKE SEGAR / POOL / AFP
Stratégie trumpienne

Face à l'Iran, la « défaite » américaine signe la fin d'une époque

Publié le 18 octobre 2020
Dans le bras de fer qui l'opposait à Washington, c'est finalement Téhéran qui l'a emporté, puisque le Conseil de Sécurité de l'ONU a refusé de prolonger l'embargo sur les armes imposé à la République islamique.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le bras de fer qui l'opposait à Washington, c'est finalement Téhéran qui l'a emporté, puisque le Conseil de Sécurité de l'ONU a refusé de prolonger l'embargo sur les armes imposé à la République islamique.

Bien qu'illégitimes à intervenir dans le dossier du nucléaire iranien depuis leur retrait unilatéral du Joint Comprehensive Plan of Action en mai 2018, les Etats-Unis ont imposé un nouveau régime de sanctions économiques à l'Iran depuis lors, et usé de tous les manœuvres extra-judiciaires pour empêcher la levée de cet embargo, prévue au 18 octobre 2020 par l’accord nucléaire. Déjà en août dernier, le projet de résolution américaine en ce sens avait échoué à fédérer la communauté internationale, et particulièrement les signataires européens, de plus en plus défiants envers les prises de position de l'administration Trump. Cette ultime fin de non-recevoir émise par le Conseil de Sécurité met un terme définitif aux visées des Américains sur ce dossier. Elle signe surtout l'échec patent de la « pression maximale » mise en œuvre par Washington contre Téhéran, en dépit de la nouvelle sanction imposée mardi à 18 banques iraniennes pour les couper du circuit financier international.

L'évènement, salué comme une défaite « historique », voire une « humiliation » par la communication du régime iranien, confirme que nous vivons la fin d'une époque : celle de l'hyperpuissance américaine, leader du monde occidental, du multilatéralisme et de ses instances de représentation internationales depuis 1945. En quatre ans, la « stratégie iranienne » de Washington, et plus largement la diplomatie disruptive déployée par Donald Trump, ont exacerbé les tensions avec les adversaires des Etats-Unis et créé une rupture radicale avec leurs alliés traditionnels. Aujourd'hui, l'Amérique renvoie l'image d'une nation diplomatiquement isolée et décrédibilisée, mais aussi profondément affaiblie par une crise sanitaire, économique et sociale, ce qui constitue sans doute sa plus grande défaite.

La levée de cet embargo ouvre désormais un certain nombre de possibilités pour l'Iran en matière d'équipement militaire et de projection de puissance au Moyen-Orient. La Chine et la Russie, les deux membres du Conseil de Sécurité naturellement les plus réfractaires à la poursuite de cet embargo, pourront désormais lui exporter des armes en toute légitimité. Elles pourront notamment l'aider à affiner sa méthode d'identification des cibles, puisqu'en matière de précision des frappes, Téhéran a donné la preuve de sa maîtrise à maintes reprises, que ce soit en septembre 2019 contre les sites pétroliers saoudiens ou en janvier 2020 contre les bases américaines en Irak. Néanmoins, les sanctions économiques également imposées aux banques russes qui limitent leurs transactions avec l'Iran, nécessiteront sans doute la signature d'un accord de coopération militaire plus formel entre les deux pays, notamment dans le but pour Moscou de concurrencer le « Lion-Dragon Deal » de 25 ans signé entre Téhéran et Pékin.

Deux ans de désarroi économique ont aussi conforté Téhéran dans la nécessité de renforcer son autonomie économique et de développer sa production nationale, comme l'a souligné le Guide Suprême lundi dernier. Pour autant, le complexe militaro-industriel iranien, fort d'une auto-suffisance acquise de longue date, peut d'ores et déjà s'orienter vers l'exportation. Le Moyen-Orient, et plus récemment la Transcaucasie avec le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au Haut-Karabakh, constituent à ce titre des marchés potentiels, d'autant plus pertinents en termes géostratégiques pour l'Iran qu'ils peuvent lui permettre de réaffirmer son influence face à l'expansionnisme turc dans la région. Téhéran accuse en effet un retard par rapport aux exportations militaires turques, qui s'élevaient à près de 2,74 milliards de dollars en 2019, mais à la différence d'Ankara, très dépendante de l'importation de composants occidentaux, son autonomie technologique constitue un atout considérable.

Le détroit d'Ormuz, où de nouveaux exercices de tir réel et navals ont été réalisés début octobre, offre également aux Gardiens de la Révolution une vitrine idéale pour faire la démonstration de leur maîtrise militaire. Forts de la capacité de dissuasion de l'Iran, désormais suffisamment crédible pour éviter tout embrasement dans la région, les Pasdarans devraient par ailleurs renforcer l'utilisation de drones de plus en plus performants pour surveiller les eaux du Golfe Persique et la mer d'Oman. Du point de vue de Téhéran, cette stratégie fait d'autant plus sens depuis les récents rapprochements diplomatiques entre certaines pétromonarchies locales et Israël contre la promesse d'un renforcement de leur arsenal technologique et sécuritaire. Ceux-ci sont en effet considérés par Téhéran comme une menace directe de la part des Israéliens contre sa « profondeur stratégique », qui s'étend jusqu'au Yémen.

Par ailleurs, le Golfe Persique concentrera encore l'expression des tensions persistantes entre l'Iran et les Etats-Unis, chacun réussissant pour l'heure, et en dépit de manœuvres agressives dans ces eaux, à éviter une irréversible escalade militaire particulièrement préjudiciable aux deux parties. Soucieux de ne pas s'impliquer dans un nouveau « conflit sans fin » au Moyen-Orient, les Etats-Unis se gardent bien de franchir le Rubicon avec Téhéran – en témoigne leur absence de représailles contre les tankers iraniens en direction du Venezuela. Certes, comme les Etats-Unis, l'Iran vit une situation domestique dramatique sur le plan économique et sanitaire. En revanche, contrairement à eux, il conserve un avantage certain au Moyen-Orient : la « pression maximale » n'a diminué en rien ni ses capacités militaires, ni son influence dans la région. Pour Washington, l'échec est donc total.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 19/10/2020 - 12:35
il y en a qui croient
en la parole des mollahs. Mais en 2015 ils n'ont jamais arrete leur programme. Ils ont roule dans la farine les occidentaux (pour Obama et Kwrry c'est un peu different je pense qu'ils s'en doutaient). Rohani le soi disant modere faisait parti des apparatchiks du nucleaire lors de la decennie precedente. L'AEIA n'a pu verifeir que les sites acceptes par Teheranet pas les militaires. Le programme balistique a continue, le soutien aux milices et aux suppletifs (Irak, Syrie, Liban, Yemen) egalement ainsi que les menaces pour destabiliser le MoyenOrient . Crire les Iraniens, OUI croire les ayatollahs JAMAIS
TPV
- 19/10/2020 - 09:39
Siber95 le troll de Biden
Attendons le résultat des élections pour savoir si les partisans des Aytollahs de la Chine, d'Erdogan, et des minorités déjantées vont triompher.
siber95
- 19/10/2020 - 00:09
Les trolls américains de sortie
Bon allez, on va dire que la victoire de Trump est éclatante.
C’est vrai quoi, plus personne n’a confiance dans la signature américaine après le retrait unilatéral de l’accord sur le nucléaire.
Les sanctions maximales ont eu pour effet de radicaliser un peu plus les iraniens, et de les pousser à reprendre leur programme.
Et pour en finir, les USA se sont ridiculisés dans leur tentative de maintenir l’embargo sur les armes.