En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 8 heures 27 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 11 heures 29 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 12 heures 20 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 15 heures 37 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 18 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 18 heures 58 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 19 heures 32 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 8 heures 52 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 11 heures 54 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 15 heures 22 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 17 heures 21 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 17 heures 57 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 18 heures 54 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 19 heures 28 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 19 heures 50 min
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Nicolas Sarkozy Les Républicains LR François Baroin candidature
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Nicolas Sarkozy Les Républicains LR François Baroin candidature
Avenir des Républicains

LR enlisé dans le piège Sarkozy

Publié le 08 octobre 2020
Selon la rédaction de L'Opinion, François Baroin aurait notamment renoncé à s'impliquer dans la course à l'élection présidentielle suite à des incertitudes sur le soutien de Nicolas Sarkozy. Le rôle de Nicolas Sarkozy n'est-il pas à double tranchant pour Les Républicains et ses candidats ?
Arnaud Lachaize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Lachaize est universitaire, spécialiste de l’immigration. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon la rédaction de L'Opinion, François Baroin aurait notamment renoncé à s'impliquer dans la course à l'élection présidentielle suite à des incertitudes sur le soutien de Nicolas Sarkozy. Le rôle de Nicolas Sarkozy n'est-il pas à double tranchant pour Les Républicains et ses candidats ?

Atlantico.fr : Dans les colonnes de l'Opinion, on apprend que l'un des facteurs qui a incité François Baroin à ne pas se lancer dans la course à la présidentielle est l'incertitude sur le soutien de Nicolas Sarkozy. L'influence et le soutien de Nicolas Sarkozy sont-ils indispensables aux candidats de la droite pour espérer avec une chance de l'emporter à la présidentielle ?

Arnaud Lachaize : D’abord, je dirais qu’on n’a pas le droit de jeter la pierre à M. Baroin. La nature de la fonction présidentielle est très particulière aujourd’hui. Dans le régime politique actuel, le président de la République est avant tout l’incarnation de l’illusion du pouvoir. L’extrême personnalisation n’est rien d’autre que l’envers de l’impuissance publique. En parallèle, le chef de l’Etat devient le réceptacle naturel des malheurs collectifs, une sorte de bouc émissaire national. Nul n’est obligé d’avoir envie de jouer ce rôle étrange. Vouloir servir la France autrement qu’en étant à l’Elysée et un signe de lucidité. Cela n’enlève rien au courage qu’il peut y avoir à candidater à la présidence de la République pour tenter de conjurer la fatalité de l’échec et de l’impopularité. En revanche, l’incertitude quant au soutien de Nicolas Sarkozy est un prétexte puéril de la part de M. Baroin. L’élection présidentielle est la rencontre entre personnalité et le peuple. La caution d’un ancien chef de l’Etat n’a rien à y faire. L’influence de Nicolas Sarkozy serait certes un atout important susceptible de déplacer une frange de l’électorat mais on ne voit pas en quoi la droite devrait cesser d’exister en l’absence de certitude sur son soutien. 

Cette figure tutélaire de Nicolas Sarkozy, baron de la droite sans qui rien n'est possible, n'est-elle pas à double tranchant pour le parti et ses candidats, puisque ce dernier affirme que « la politique c’est fini » ? 

M. Sarkozy affirme que la politique électorale est finie. Mais il a toujours dit aussi qu’il se tenait au service de la France d’une autre manière. Sa position actuelle pourrait être, en effet, fatale à la droite, si un fort doute subsistait quant à ses intentions électorales. Son ombre serait alors étouffante et la droite serait contrainte à l’incertitude et à l’immobilisme en attendant qu’il révèle ses intentions. Mais tel n’est absolument pas le cas et pourquoi ne pas croire ce qu’il dit quand il affirme, dit et répète, qu’il n’a aucune intention de redescendre dans la mêlée électorale ? Son expérience et son attachement aux débats d’idées pourraient en revanche servir de canevas idéologique à la droite. Ses paroles sur les grands enjeux démographiques à long terme, l’immigration, l’affaiblissement de l’Europe face à l’Asie, la restauration nécessaire de la démocratie, la nécessité de refonder une Europe des Etats incluant la Grande Bretagne, pourraient constituer des fondamentaux pour une droite en quête d’idées et de projet. En matière d’animation du débat d’idées et de vision de l’avenir, il n’a évidemment pas été remplacé. Le passage de M. Sarkozy s’attache aussi à des réalisations : peines plancher, réformes sur l’immigration, sur l’héritage, les heures supplémentaires défiscalisées, la retraite à 62 ans, etc. La France lui doit les dernières réformes courageuses, non démagogiques, qui ont été accomplies. Même si ces réformes ont été en partie abrogées par la suite, son volontarisme peut aussi servir de modèle. 

Nicolas Sarkozy se donne-t-il actuellement les moyens de ce que cette responsabilité au sein de LR lui donne ? Est-ce une stratégie pour pouvoir apparaître lui-même en recours si Emmanuel Macron venait à ne pas se pouvoir se représenter ?

Il me semble que les médias en font beaucoup sur son supposé lien privilégié avec le président Macron. M. Sarkozy attache la plus haute importance à l’unité nationale. Il estime qu’il n’est pas dans le rôle d’un ancien chef de l’Etat de polémiquer avec l’un de ses successeurs. Il croit en une certaine continuité républicaine qui suppose le respect de l’institution présidentielle. Cela ne veut absolument pas dire qu’il approuve le gouvernement actuel qui est dans la continuité du quinquennat Hollande sur l’essentiel, l’économie, les sujets de société, l’international. C’est, de mon point de vue, fort mal connaître le président Sarkozy que d’imaginer un seul instant qu’il pourrait tourner sa veste et soutenir une candidature Macron contre un candidat de droite républicaine LR ou proche de LR. C’est pourquoi la déclaration de M. Baroin est, me semble-t-il, à côté de la plaque. Quant à servir de recours en cas de naufrage du pays dans l’apocalypse, personne ne peut le savoir. En cas de crise des Gilets Jaunes au centuple, c’est-à-dire d’effondrement de la France et de guerre civile, ce qui peut arriver dans le climat explosif où nous sommes, et d’appel au président Sarkozy, à l’image de de Gaulle en 1958, rien ne peut être exclu. C’est une affaire entre lui et sa conscience. J’ai le sentiment que dans une telle circonstance, si elle devait par malheur advenir, il répondrait présent. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas59
- 10/10/2020 - 09:15
Cirque LR
Ce mouvement politique va éclater en vol, ainsi que l’a subit le PS. Simplement , au lieu d’intervenir en 2017 , cela arrivera en 2022.
Il est visible que les envies d’aller à la soupe de Macron tourmentent la plupart des barons de LR.
Il calculent une élection 2022 identique à 2017 et ile rêvent de postes ministériels et autres prébendes. Certains y sont déjà et les autres en rêvent tout haut .
Baroin le sait et il ne veut pas se faire démolir comme Fillon.
Quand à la politique à mener , quelle est la différence entre les godillots majoritaires et les autres ?
Absolument rien ne les sépares sinon la chasse au plat de lentille.
zen-gzr-28
- 09/10/2020 - 20:49
Incroyable...
que LR soient toujours scotchés à N. SARKOSY alors que les électeurs l'ont rejeté .Ils ont été incapables de le remplacer, pleurnichant toujours. Les citoyens de droite attendent autre chose de leurs représentants.. Que se présentent aux prochaines présidentielles une kyrielle de candidats, c'est assurer le duel Macron/ le Pen et ce sera de la faute de la droite la plus bête du monde .Et qui trinquera...les électeurs et la France. Il serait temps de bousiller les EGO et de s'engager pour notre pays : LA FRANCE
Liberte5
- 09/10/2020 - 14:42
Tout cela nous confirme ...
que nous avons la droite la plus bête du monde.