En direct
Best of
Best of du 2 au 8 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

06.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

07.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

Comment basculer vos groupes de conversations WhatsApp sur Signal

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 heure 37 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 2 heures 25 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 heures 2 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 heures 40 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Politique
Stratégie du gouvernement

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

il y a 6 heures 30 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 heure 50 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 2 heures 47 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 heures 19 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 heures 55 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 5 heures 44 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 5 heures 53 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 6 heures 15 min
pépites > Justice
Vie Privée
La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart
il y a 6 heures 31 min
Atlantico Green

Dérèglement climatique : les plus gros pollueurs de la planète se cachent en pleine lumière

Publié le 04 octobre 2020
Le calcul de l'empreinte carbone des entreprises pose un réel problème, entre leurs émissions effectives et celles affichées les différences peuvent être considérables.
Philippe Charlez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Charlez est ingénieur des Mines de l'École Polytechnique de Mons (Belgique) et Docteur en Physique de l'Institut de Physique du Globe de Paris. Expert internationalement reconnu en énergie, Charlez est l'auteur de nombreuses publications et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le calcul de l'empreinte carbone des entreprises pose un réel problème, entre leurs émissions effectives et celles affichées les différences peuvent être considérables.

Il y a un peu plus d’un an, l’ONG environnementaliste « Les Amis de la Terre » accusait dans un document public Total d’émettre davantage de CO2 que la France entière. En étudiant le dossier de près, cette affirmation est à la fois fantasque et exacte. Tout dépend comment les émissions sont comptabilisées et à qui elles sont attribuées. Et, sur ce point le débat est non seulement sans issue mais surtout, selon la classification actuelle, les émissions peuvent être comptabilisées plusieurs fois et attribuées à qui bon vous semble. Un imbroglio dont peuvent user et abuser les industriels, les gouvernements de pays producteurs ou consommateurs mais aussi les ONG environnementalistes qui identifient souvent l’émetteur qui convient le mieux à leur orientation idéologique.

Les émissions de GES sont catégorisées en type 1, 2 et 3. Les catégories 1 et 2 ne souffrent pas discussion puisqu’elles sont directement liées aux activités industrielles. Ainsi les émissions 1 et 2 d’un groupe pétrolier correspondent aux GES émises lors de l’extraction du pétrole ou du gaz, extraction qui nécessite de brûler de l’énergie et notamment du gaz pour fabrique de l’électricité propre aux opérations. Pareil pour un cimentier un verrier ou un sidérurgiste. Aucune ambiguïté sur ce point : les émissions sont attribuées aux industriels. Ceux-ci ont d’ailleurs réalisé d’énormes progrès au cours des dernières années. Grâce à de nouvelles technologie (notamment le digital) mais aussi à de meilleurs procédés et organisations, ils ont réduit de façon significative leur consommation propre d’énergie et leurs émissions.

C’est quand on passe aux émissions de type 3 que tout devient flou, ces dernières correspondant pour un groupe pétrolier aux émissions résultant de la combustion des produits vendus. Ainsi une Compagnie Pétrolière produisant annuellement davantage de pétrole et de gaz que la France entière n’en consomme émet davantage de GES que l’hexagone. Excepté qu’en raisonnant de la sorte on comptabilise les émissions deux fois, les émissions du pays et celles de la compagnie étant en partie communes.

Les émissions de type 3 représentent pour l’ensemble de la chaîne une forme de déresponsabilisation. Si les émissions de type 3 sont attribuées au seul groupe pétrolier vendant ses produits, le consommateur est donc dédouané de toute responsabilité émettrice. Il est considéré comme la « pauvre » victime d’un système lui imposant de consommer un produit nocif un peu comme un drogué face à un dealer. Pourtant, contrairement à l’héroïne ou le cannabis, aucun gouvernement au monde ne considère le le gaz, le pétrole ou le charbon comme des produits illicites.  Le même raisonnement s’applique au motoriste qui dans cette logique n’a finalement aucun intérêt à développer des moteurs plus économes. Pourquoi faire de la R&D pour développer des moteurs moins émetteurs si la responsabilité repose exclusivement sur le fournisseur de carburant ?

Le raisonnement inverse est aussi couramment appliqué. Prenons l’exemple d’un tee-shirt façonné à bon compte en Chine ou au Bengladesh à l’aide d’une machine à coudre fonctionnant à l’électricité charbonnière puis transporté vers l’Europe pour y être revendu à un consommateur français. A qui la responsabilité de l’émission : au charbonnier, à l’électricien bénéficiant d’une matière première bon marché, au producteur de tee-shirt profitant d’une électricité concurrentielle ou au consommateur final préférant un tee-shirt chinois à bas prix produit sans aucune norme environnementale à un tee-shirt européen deux fois plus cher? Alors que les règles d’usage attribuent les émissions à l’électricien, de nombreuses ONG néomarxistes en combat permanent contre la société de croissance l’attribueront au consommateur. Ainsi les émissions officielles des français de l’ordre de 5 tonnes de CO2/an sont-elles régulièrement accrues en intégrant celles du…tee-shirt chinois importé. En procédant de la sorte les émissions auront été comptées au moins deux fois. Alors que les émissions officielles sont en France de 4,6 tCO2/hab les émissions dites « grises »atteignent selon certaines ONG 10 tCO2/hab. Mais, comme elles ont déjà été comptabilisées dans les pays producteurs on les compte donc deux fois.

Dans un « monde idéal », l’électricien chinois capterait le CO2 émis et le réinjecterait dans le sous-sol. Le surcoût serait intégré au kWh, facturé à l’industriel local façonnant le tee-shirt qui le répercuterait sur le prix de vente final. En achetant le tee-shirt en Europe, c’est donc finalement le consommateur qui supporterait le coût du CCS et de l’empreinte carbone nulle. Qui sait ! Un tee-shirt fabriqué au normes françaises pourrait alors devenir plus compétitif qu’un tee-shirt chinois fabriqué avec de l’électricité charbonnière. 

Les émissions de type 3 représentent donc une invraisemblable confusion permettant à chacun d’attribuer les émissions à qui bon lui semble. Dans un article récent Bloomberg pointe d’une part la façon dont les acteurs peuvent en profiter pour accommoder leurs chiffres mais d’autre part tombe lui-même dans le panneau en confondant émissions de type 1 et 2 et émissions de type 3. Ainsi pointe-t-il justement les émissions exactes de type 3 (correspondant à leurs productions respectives d’hydrocarbures et donc à leurs produits vendus) de BP (497 MtCO2), Shell (474 MtCO2) et Rosnef (802 MtCO2) ainsi que la sous-estimation grossière des charbonniers déclarant seulement..829 MtCO2. Chacun apprécie donc à sa guise ses émissions. En revanche quand Bloomberg attribue 1,7 GtCO2 à la sidérurgie il s’agit clairement de consommation opérationnelle et donc d’émissions de type 1 ou 2 et non d’émissions de type 3. La même remarque s’applique à la mine. Les émissions minières (hors charbon et uranium) sont exclusivement des émissions de type 1 et 2 et non des émissions de type 3. En cumulant toutes les émissions mentionnées dans ce papier, on excède largement les 35 GtCO2 émises annuellement ce qui démontre une comptabilité multiple adaptée à chaque intérêt et chaque idéologie. Une ONG pointant du doigt le trafic aérien pourra à son gré cumuler les émissions au fournisseur de carburant (1X), à l’avionneur (2X), à la compagnie aérienne (3X) et au passager (4X). Chacun porte certes une responsabilité dans la chaîne d’émission mais elles ne peuvent être cumulées pour autant.

Une méthode simple pourrait mettre tout le monde d’accord : les émissions de type 1 et 2 sont de la responsabilité de l’industriel qui les émet durant ses opérations et les émissions de type 3 celles du premier utilisateur, celui qui « brûle » l’énergie fossile. Ainsi les émissions liées au tee-shirt chinois seraient d’abord et avant tout de la responsabilité de l’électricien charbonnier et celles émises par une voiture celles du conducteur. Probablement trop simple pour faire l’unanimité. A suivre !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
henir33
- 05/10/2020 - 15:15
polluant
il est bon de rappeler avec insistance que le CO2 n'est absolument pas polluant mais un gaz essentiel dans le cycle du carbone sans lequel il n'y aurait pas de vie sur terre. En effet le gaz carbonique est absorbé par les plantes qui le transforment pour croître. Si son taux tombait à moins de 200 ppm la végétation souffrirait mais par contre-coup la faune aussi y compris nous. rappelons aussi que les sous marins supportent sans problème des concentrations 10x supérieures à celles que nous connaissons. le seul défaut du CO2 est d'être un gaz à effet de serre dont le doublement ne fait croître la température (hors rétroactions positives plus qu'incertaines mais intégrées dans les modèles dont on nous parle à longueur de temps) que de ... 1 degré F à 1 degré C pas de quoi en faire un plat sauf pour les écolos incultes par construction ...
hoche38
- 04/10/2020 - 15:56
Encore une imposture de la secte écologiste!
Le CO2 n'est pas la cause du réchauffement climatique. Le CO2 et l'énergie solaire permettent la photosynthèse oxygénique qui maintient constant le taux d'oxygène dans l'atmosphère terrestre et fournit toute la matière organique ainsi que l'essentiel de l'énergie utilisées pour la vie sur Terre. Au cours du Crétacé, la concentration en CO2 a varié entre 1200 et 2000 ppm soit entre 3 et 5 fois plus qu'aujourd'hui: wiki/File:Phanerozoic_Carbon_Dioxide.png.

Cette forte concentration en CO2 explique que jamais dans toute son histoire, la terre n'a connu un tel foisonnement de la vie et une telle explosion de luxuriance végétale avec l'apparition des dinosaures géants et celui des mammifères.