En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

06.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

07.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 4 heures 39 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 5 heures 17 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 2 sec
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 55 sec
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 12 heures 57 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 14 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 4 heures 59 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 1 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 9 heures 55 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 12 heures 38 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 12 heures 54 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 13 heures 8 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 25 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 14 heures 4 min
© MYCHELE DANIAU / AFP
agriculture biologique légumes
© MYCHELE DANIAU / AFP
agriculture biologique légumes
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

Publié le 26 septembre 2020
Selon une conclusion du dernier avis sur la durabilité rédigé par l'Institut fédéral allemand pour l'évaluation des risques, les soutiens publics sont trop focalisés sur l'agriculture bio. Existe-t-il un risque à plébisciter une agriculture bio en termes de rendement global sur l’agriculture ?
Léon Guéguen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Léon Guéguen est directeur de recherche honoraire de l'INRA, ancien directeur du laboratoire de nutrition et sécurité alimentaire et ancien membre de comités d'experts de l'AFSSA (Anses) et de conseils (Institut français pour la nutrition).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une conclusion du dernier avis sur la durabilité rédigé par l'Institut fédéral allemand pour l'évaluation des risques, les soutiens publics sont trop focalisés sur l'agriculture bio. Existe-t-il un risque à plébisciter une agriculture bio en termes de rendement global sur l’agriculture ?

 Atlantico.fr : Une conclusion du dernier avis sur la durabilité rédigé par l'Institut fédéral allemand pour l'évaluation des risques rappelle que les soutiens publics sont trop focalisés sur l'agriculture bio. Quels problèmes soulignent ce rapport sur l’agriculture bio ? Quels risques existent à plébisciter une agriculture bio en terme de rendement global sur l’agriculture ? 

Léon Guéguen : Certes, les conclusions du rapport du BrF sont iconoclastes, mais elles sont dictées par le bon sens et ne sont ni nouvelles ni isolées. En effet, depuis quelques années, plusieurs études étrangères (Etats-Unis, Canada, Suède, Grande-Bretagne...) dont une méta-analyse de l’université du Minnesota, les confirment. Le principal facteur limitant de l’AB est le plus faible rendement des cultures et de la production animale. Ainsi, pour les grandes cultures, le rendement du blé bio est plus de deux fois plus faible que celui du blé conventionnel en France. Il est évident qu’il faudrait de 25 à 30 % en moyenne de surfaces cultivées en plus pour obtenir la même production alimentaire, cela aux dépens des forêts, des jachères, des zones humides et des prairies permanentes. Est-ce ce que l’on souhaite pour la biodiversité et le stockage du carbone ?
 
Bien sûr, on peut choisir de produire moins, mais alors aussi de sacrifier la balance commerciale et la souveraineté alimentaire. Au niveau national, les exportations diminueraient et il faudrait importer davantage de produits de base. L’émission de gaz à effet de serre serait plus faible par hectare mais bien plus forte par kg d’aliment produit. Au niveau mondial, ce serait aggraver les pénuries alimentaires, notamment pour les incontournables céréales, alors que la FAO prévoit qu’il faudrait augmenter la production alimentaire de 50 à 70 % avant 2050.
 
L’AB n’est pas durable sans l’apport, pour remplacer les engrais minéraux interdits, de matière organique produite ailleurs ou provenant de l’élevage associé. Or, pour nourrir les animaux, il faut aussi des surfaces cultivées. L’AB ne peut être durable pour le revenu de l’agriculteur que sous condition du maintien de subventions et de prix de vente plus élevés. Qu’adviendrait-t-il si une forte expansion du bio ou des importations massives faisaient baisser les prix de vente ? L’AB ne serait alors plus rentable car les coûts de production, notamment en main-d’oeuvre, ne diminueraient pas.
 
Pour le consommateur, la justification du bio n’est pas non plus évidente. Quel est son intérêt d’acheter des aliments de 30 à 100 % plus chers alors qu’ils ne sont pas meilleurs pour la nutrition et la santé ? Ce système est sans doute durable pour les plus riches mais socialement inacceptable pour les autres. Pourquoi imposer 20 % d’aliments bio dans les cantines scolaires (si ce n’est par idéologie ou électoralisme) alors que cela ne représenterait qu’un repas tout bio sur la vingtaine de repas hebdomadaires ? Pour la santé des enfants, il serait préférable de veiller à la diversité, à l’équilibre et à l’appétence des menus.
 
Le projet d’atteindre 25 % de la SAU en AB en 2030 en Europe me semble irresponsable et probablement irréaliste. L’AB a sa place dans le système agricole et alimentaire puisque le marché existe et satisfait bon nombre de producteurs et de consommateurs (et les distributeurs !). Mais un seuil de 12 à 15 % me semble raisonnable pour ne pas trop pénaliser la productivité agricole. Quant au 100 % bio que d’aucuns prônent, c’est évidemment une pure utopie !

Y-a-t-il une solution pour que l’agriculture devienne plus responsable sans pour autant passer par le « tout bio » ?

Alors que faire pour produire mieux en protégeant l’environnement ? Ne pas focaliser les aides publiques sur l’AB mais soutenir aussi d’autres formes de production aussi vertueuses pour l’environnement, moins dogmatiques dans leurs principes et qui préservent les rendements : haute valeur environnementale (HVE), de précision, de conservation, voire raisonnée... Quoi qu’il en soit, la souveraineté alimentaire pour certains pays et la sécurité alimentaire pour la majorité des autres ne pourront pas être assurés sans une production agricole intensive et, de préférence, sur le moins possible de surfaces.
 
Pour l’environnement et peut-être pour la santé, il serait possible de manger moins de viande (mais pas moins de lait !), mais la fertilisation en AB est quasi-totalement tributaire des déjections animales et, pour de multiples raisons (n’en déplaise aux radicaux véganes ou antispécistes !), l’élevage doit être et sera maintenu, notamment les ruminants pour valoriser l’herbe, entretenir les paysages et produire du lait.
 
Léon Guéguen a notamment participé à l'ouvrage "Idées reçues et agriculture. Parole à la science", publié aux Presses des Mines, 2019.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 28/09/2020 - 11:47
BEN....
De toute manière c'est pas compliqué: imaginons que le bio soit étendu au monde entier et pas cantonné à notre Europe déliquescente, l'humanité va crever de faim pour le plus grand plaisir posthume de ce grand humaniste qu'était le commandant Cousteau et qui préconisait 350 000 morts par jour pour sauver la planete: combien de places, d'avenues ou de rues Cousteau dans les viles de France ?
SD..
- 27/09/2020 - 20:39
Arvensis
Vous êtes retraité et restez le!
Les vergers en bio marchent effectivement bien mais quand ce sont de vieux vergers dont le bon développement jeune a été assuré par les pesticides.
Quand aux rendements blé en bio dans le 27, cette année ils vont de 0,5 t par hectare à .... 500 kg a l’hectare!!!! De plus, en conventionnel, le blé se cultive 1 année sur 2, et en bio c’est plutôt 1 année sur 4. Donc si on convertit tout en bio en France, on va diviser la production environ par 4; ce qui fait que nous devrons importer !!!!!
Quant aux primes PAC, vous pouvez aussi comprendre qu’elles rétablissent quelque peu la différence avec les pays dont la main d’œuvre est moins chère (donc tous les autres pays hors Europe en fait!!)
evgueniesokolof
- 27/09/2020 - 20:35
Ah oui Arvensis
La connerie coûte moins cher que les concombres bios qui ont créé des intoxications en allemagne après qu'on ait accusé les espagnols
Parce que vous les multipliez...les déjections animales....pour cela il faut peut être du maïs et des céréales sinon avec l'herbe, en février vos vaches n'auront plus que les cornes: c'est à cette époque que les agriculteurs bio achetent du foin à ceux qui ne le sont pas....
Pour le reste on peut effectivement remplacer le steak par des abricots
Vous êtes un âne et c'est un fils d'agriculteur qui vous le dit....mais du crotin d'âne bio....ça doit pouvoir faire du caviar pour Gilets jaunes