En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

02.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

03.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

06.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

07.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 37 min 30 sec
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 1 heure 6 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 4 heures 24 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Politique
VGE

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 6 heures 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 52 min 20 sec
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 1 heure 23 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 3 heures 20 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 5 heures 36 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 6 heures 7 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 6 heures 42 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 15 heures 52 min
© ADEM ALTAN / AFP
© ADEM ALTAN / AFP
Grandeur passée

Le néo-ottomanisme d’Erdogan

Publié le 06 septembre 2020
Le président turc semble vouloir, à tout prix, transposer, à la lettre, le passé ottoman dans la Turquie moderne et ne cesse d’y oeuvrer grâce des gestes symboliques
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président turc semble vouloir, à tout prix, transposer, à la lettre, le passé ottoman dans la Turquie moderne et ne cesse d’y oeuvrer grâce des gestes symboliques

Depuis plusieurs années le mot d’ordre à Istanbul semble être le néo-ottomanisme. Les observateurs et politiques européens voient dans  la volonté nostalgique du président turc de puiser dans la gloire passée de son pays une nécessité a sa survie politique. En effet, avec une économie en pleine récession, les investissements étrangers à l’arrêt, une monnaie dévalorisée, une capitalisation boursière en chute libre et un déficit budgétaire qui ne cesse de s’alourdir, Erdogan a peu à montrer pour sa présidence ces dernières années. Les urnes commencent d’ailleurs à le lui rappeler, en témoigne le succès de l’opposition lors des élections du maire d’Istanbul.

Or s’il y a un domaine où il semble exceller et qui lui permet de séduire et d’exalter sa base électorale c’est celui du rappel de la grandeur passée de son pays qui s’exprimait par le biais de trois axes, celui de la religion, de l’aventurisme militaire extérieur et par l’autoritarisme. Le président turc semble vouloir, à tout prix, transposer, à la lettre, le passé ottoman dans la Turquie moderne et ne cesse d’y oeuvrer grâce des gestes symboliques

A l’occasion de l’avènement de la nouvelle année musulmane, il a transformé en mosquée la cathédrale mythique de Byzance, la sainte Sophie et l’église Chora et y a célébré lui-même la prière collective de la nouvelle année. Ce geste qui théoriquement visait à rappeler la conquête musulmane sur Byzance et la suprématie de cette religion sur le christianisme, souligne également le peu d’égard qu’avait l’empire Ottoman pour ces minorités éthniques et religieuses. Le traitement inhumain subi par la minorité alévie chiite et en particulier par les Kurdes démontre parfaitement la transposition dans la continuité de la politique ottomane par Erdogan. 

Outre la répression des minorités, Erdogan a aussi retenu la leçon de l’expansionnisme territorial des Ottomans. Ainsi, on voit de nouveau les bâtiments turcs perpétrer des actes de piraterie. Les récents heurts, en Méditerranée orientale, avec les marines grecques et françaises traduisent cette volonté hégémonique turque sur les théâtres des conflits antérieurs vieux de plusieurs siècles. De même, l’aventurisme turc en Syrie et en Libye participe du même esprit néo-Ottoman provoquant au passage l’union européenne. En effet, la Turquie semble n’avoir aucune inhibition à chercher des querelles avec ses partenaires grecs et français de l’Otan, ni d’état d’âme à s’immiscer dans la politique de l’UE,  la menaçant d’ouvrir les vannes migratoires au départ de son territoire. Pire encore, la Turquie,  grâce à sa présence militaire en Libye, contrôle directement à la source la vanne de l‘immigration sub-saharienne.

Il ne déplaira surement pas à Erdogan de se faire sacrer Sultan Ottoman, Calife des croyants, avec une  volonté farouche de replacer Istanbul de nouveau à la tête du monde musulman. C’est ainsi que le président turc ne cesse de valoriser le Sultan Selim, grand sultan ottoman, qui en conquérant l’empire des Mameluks d’Égypte, avait permis à son pays de devenir pour la première fois, en 1517, un pays à majorité musulman. C’est ce symbolisme d’association avec l’image du Sultan Selim qui a d’ailleurs mis la Turquie en confrontation frontale avec l’Arabie Saoudite qui s’octroie le titre de chef de la communauté des musulmans de par la présence des deux lieux saints de l’Islam sur son territoire, à savoir la Mecque et Médine. Le diffusion en compte goute des informations ayant trait à l‘assassinat odieux de Khashoggi dans le consulat saoudien à Istanbul a participé de son effort de saper l’aura de Riad dans le monde en général et dans le monde musulman particulier.

L’attrait du président turc pour le grand Sultan Selim traduit aussi son engouement pour l’autoritarisme qu’il ne cesse de manifester avec un traitement pour le moins restrictif de la liberté de la presse et e l’indépendance du pouvoir judiciaire.

En se faisant qualifier de petit fils et non de fils des Ottomans, il saute une génération, celle de Mustafa Kamal Atatürk et son rêve d’une Turquie séculière et moderne. Depuis 1923 et l’avènement de la Turquie moderne, il est le seul chef de l‘exécutif qui se revendique du passé ottoman alors que tous ses prédécesseurs aspiraient à la modernité. Le fait qu’il transpose à la lettre le passé dans le présent, vient envenimer ses relations avec les pays voisins.

L’empire Ottoman n’a pas laissé qu’un souvenir folklorique, pour s’en convaincre suffit d’interroger les Arméniens, Grecs ou Bulgares.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RODIER
- 07/09/2020 - 11:39
a/s Turquie
La capitale de la Turquie n'est pas Istanbul mais Ankara.
Cela ne change rien à la valeur de cet article auquel je tiens juste à ajouter que le néo-ottomanisme justement pointé du doigt par l'auteur est le paravent de la politique des Frères musulmans conduite actuellement par Ankara et Doha.