En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

07.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 5 heures 34 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 6 heures 14 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 7 heures 39 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 13 heures 38 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 13 heures 41 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 6 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 7 heures 25 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 13 heures 38 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 13 heures 38 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 13 heures 41 min
© Valery HACHE / AFP
© Valery HACHE / AFP
Vecteur

Ce moustique qui pourrait accroître la dengue, le zika et le chikungunya en France

Publié le 15 août 2020
À force de se focaliser sur la CoVid-19, on en oublie les autres virus pourtant menaçants. La dengue est une maladie virale qui peut être grave et qui s’étend géographiquement. Son virus est transmis par le moustique tigre. Nous sommes concernés en France.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
À force de se focaliser sur la CoVid-19, on en oublie les autres virus pourtant menaçants. La dengue est une maladie virale qui peut être grave et qui s’étend géographiquement. Son virus est transmis par le moustique tigre. Nous sommes concernés en France.

Atlantico : Quelle est donc cette maladie appelée dengue ?

Stéphane Gayet : Le nom de cette maladie n’a rien à voir avec l’adjectif familier dingue. Le mot dengue provient du swahili, la langue bantoue parlée sur et près de la côte africaine de l'Océan indien, et répandue dans l'Afrique orientale (Kenya, Tanzanie, Ouganda, Rwanda, Burundi, Est de la République démocratique du Congo…) : il signifie « attaque subite semblable à une crampe musculaire ». Car la dengue se caractérise par un début brutal avec fièvre et douleurs musculaires et articulaires.

La dengue est une maladie infectieuse d’origine virale. Son virus a un génome de type ARN simple brin positif (comme les coronavirus) ; quand le génome d’un virus à ARN est de type simple brin positif, cet ARN, une fois libéré dans la cellule hôte (infectée) après décapsidation, joue directement le rôle d’ARN messager pour la synthèse des protéines virales (traduction), ce qui rend le cycle de multiplication virale par la cellule à la fois simple et rapide. Comme les coronavirus, ce virus est dit « nu » car il n’a pas d’enveloppe (peplos), ce qui en fait un virus physiquement fragile (l’enveloppe d’un virus est le contraire d’une protection).

Le virus de la dengue appartient à la famille des Flavivirus, tout comme le virus de la fièvre jaune (virus amaril), le virus de l’hépatite C, le virus de l’encéphalite européenne à tique (Europe de l’Est), le virus de l’encéphalite japonaise (Asie du Sud-Est) et le virus de la fièvre West Nile.

Les arthropodes comprennent notamment les insectes (trois paires de pattes) et les arachnides (araignées, tiques… qui ont quatre paires de pattes). Les arbovirus sont un groupe épidémiologique de virus qui sont véhiculés par des arthropodes. Le terme arbovirus n’a rien à voir avec les arbres : il provient de l’anglais « Arthropod-borne-virus », ce qui signifie « virus véhiculé par des arthropodes ». Les Flavivirus sont essentiellement des arbovirus (à part le virus de l’hépatite C).

Les deux grandes familles de moustiques (insectes) sont les Culex et les Aedes. Le virus de la dengue est transmis par des Aedes (Aedes aegypti, Aedes albopictus), comme celui de la fièvre jaune (Aedes aegypti) ; celui de l’encéphalite européenne à tique est transmis par une tique (Ixodes ricinus), celui de l’encéphalite japonaise par des Culex, comme celui de la fièvre West Nile (mais qui peut parfois être transmis par une tique).

Il existe une relative exigence spécifique d’un virus vis-à-vis de son ou ses vecteurs : le virus de la dengue (quatre types différents numérotés de 1 à 4) ne peut pas être véhiculé par le moustique commun ou indigène de France (Culex pipiens), mais par un moustique de la famille Aedes. Aedes albopictus est couramment appelé « moustique tigre », plus exactement moustique tigré (albopictus signifie : rayé de blanc) ; car c’est un petit (5 mm) moustique noir avec des rayures blanches.

Alors que le moustique commun ou indigène (Culex pipiens) est un peu plus grand et que sa couleur est gris-beige.

Symptômes et signes de la dengue

La dengue peut se présenter de différentes façons, ceci lui est particulier. Son évolution est imprévisible, depuis une forme bénigne jusqu’à la forme mortelle. Les formes asymptomatiques (pas de fièvre) ou paucisymptomatiques sont majoritaires (75 à 90 % des cas), contrastant avec les formes graves.

La période d’incubation va de 4 à 7 jours, avec des extrêmes de 2 et 14 jours. Le début est brutal (phase d’invasion), avec une fièvre élevée qui dure de 2 à 6 jours. Il y a une fatigue (asthénie) intense et des douleurs marquées : mal de tête en arrière des yeux (céphalée rétro-orbitaire), douleurs musculaires (myalgies) et douleurs articulaires (arthralgies, dont des lombalgies ou maux dans le bas du dos). Dans 50 % des cas apparaît sur le visage, le thorax et l’abdomen, une éruption de « boutons » (exanthème « maculeux », sans relief ; ou exanthème « maculo-papuleux », avec un léger relief). L’exanthème est souvent retrouvé sur les membres inférieurs (« jambes »), où il peut apparaître sous la forme de petites taches rouge foncé (purpura) ; on peut aussi le voir sur les paumes et les plantes de pied ; il peut parfois démanger (prurit). Des manifestations digestives sont fréquentes : baisse d’appétit (anorexie), troubles du goût (dysgueusie), nausées, vomissements, douleurs abdominales et diarrhée. Il peut y avoir de petits saignements (nez, gencives). Le purpura, quand il est présent, témoigne d’une fragilité capillaire due à l’infection. Parfois, le foie et la rate sont augmentés de volume, comme les ganglions (adénopathies). Il peut aussi survenir des fourmillements (paresthésies) dans les membres inférieurs (« jambes »).

Dans cette forme bénigne, l’évolution est favorable en 7 à 8 jours, mais laissant parfois une fatigue résiduelle prolongée.

Mais la dengue peut parfois être grave, voire mortelle.

Les signes d’alerte sont une altération de l’état général, une sensation de malaise intense, un pouls rapide, une chute de la pression artérielle (« chute de tension »), des difficultés respiratoires, des hémorragies, une confusion mentale (le sujet ne sait plus bien où il en est, il est ralenti et comme absent), une jaunisse (ictère). Ces complications apparaissent dans moins de 5 % des cas et après 4 à 7 jours d’évolution, quand la fièvre commence à baisser.

Quand des complications apparaissent, l’hospitalisation est nécessaire. En l’absence d’une prise en charge précoce en milieu hospitalier, le risque de décès est élevé, dès l’instant ou des hémorragies surviennent.

Il n’existe ni vaccin vraiment efficace et satisfaisant ni traitement curatif. La dengue est une maladie à déclaration obligatoire.

Quelle est la répartition géographique de la dengue ?

La dengue est une arbovirose des régions tropicales, subtropicales et méditerranéennes, transmise par la piqûre de moustiques de la famille Aedes.

C’est une infection émergente de plus en plus fréquente chez les voyageurs : il s’agit de la deuxième cause d’hospitalisation pour fièvre au retour d’un voyage en pays tropical, après le paludisme.

La dengue menace de se répandre dans les régions tempérées où Aedes albopictus est implanté. La dengue connaît une expansion géographique continue et le nombre annuel de nouveaux cas (incidence) dans le monde augmente régulièrement. On estime qu’il y a 400 millions de cas de dengue dans le monde chaque année, dont 500 000 sont hospitalisés et 12 500 personnes en décèdent (enfants, surtout). Les voyageurs font beaucoup moins souvent une forme grave que les sujets autochtones des pays où elle est endémique (c’est-à-dire habituelle, fréquente). La dengue est surtout présente dans les zones urbaines et à proximité immédiate des villes, en raison de l’habitat des Aedes qui est un moustique anthropophile.

En France, étant donné la colonisation du territoire par Aedes albopictus (« moustique tigre »), c’est une maladie émergente en progression. Ce moustique « tigre » est apparu en France en 2004 dans le sud du pays, venant d’Italie ; depuis, sa progression vers le Nord est régulière. Voici ce qu’il en était en début d’année.

 

À la différence du moustique commun ou autochtone (indigène), les moustiques Aedes ont donc une forte préférence pour l’être humain (anthropophilie) et ont une activité diurne (de jour). Il faut savoir que seules les moustiques femelles piquent, car le sang leur est nécessaire pour la maturation des œufs.

Dans le monde, c’est Aedes aegypti qui est le principal vecteur de la dengue. Mais Aedes albopictus qui a réussi à coloniser la France, effectue bien cette transmission. Toutefois, il est possible que l'espèce aegypti revienne en Europe méditerranéenne où elle a été éradiquée ; cependant, l’espèce albopictus est plus adaptée aux régions tempérées qu’elle, en raison d’une grande résistance de ses œufs (phénomène dit de « diapause »).

En France

Dans les Antilles françaises et en Guyane, la dengue est endémo-épidémique (fond permanent et épidémies). La Martinique et la Guadeloupe connaissent des épidémies récurrentes (1997, 2001, 2005, 2007 et 2010, 2013 et 2014) liées chacune à la circulation d’un ou de deux types prédominants du virus de la dengue. Ces épidémies durent en général 4 à 6 mois et peuvent toucher jusqu’à 10 % de la population (40 000 cas estimés en Martinique en 2010). La « séroprévalence » (prévalence ou fréquence des personnes ayant développé des anticorps) était estimée en 2011 chez les personnes âgées de 18 ans et plus, à 90 % en Martinique et 96 % en Guadeloupe.

La Guyane est caractérisée par une circulation ancienne du virus de la dengue, avec des épidémies récurrentes depuis les années 1970, dont une épidémie majeure en 2006, puis 2009 et 2012-2013. La séroprévalence est légèrement plus faible qu’aux Antilles (autour de 70 %).

Dans l’océan Indien, les virus de la dengue circulent de façon épisodique à Mayotte, avec des épidémies importantes en 2010 et 2014, en lien avec l’épidémiologie de la dengue aux Comores. La séroprévalence estimée en 2006 chez les personnes âgées de 2 ans et plus était de 23 %. La Réunion était caractérisée jusqu’en 2016 par une circulation discontinue, avec de longues périodes inter-épidémiques ; mais, depuis 2017, on constate une transmission continue du virus, avec la survenue d’une épidémie modérée en 2018 qui se poursuit en 2019. À l’issue de l’épidémie de 2018, la séroprévalence était estimée à 5-10 % de la population.

Dans le Pacifique, en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie, la circulation de la dengue se fait sur un mode endémo-épidémique.

En métropole, le nombre de cas annuels importés de dengue varie selon le contexte épidémiologique international et le flux des voyageurs de retour des zones endémiques. En 2018, 225 cas de dengue importés ont été notifiés.

Depuis 2004, le moustique vecteur Aedes albopictus s’est implanté dans plusieurs départements méditerranéens, puis il a étendu son implantation vers le Nord et l’Ouest. En 2019, il était implanté dans 51 départements métropolitains, dont l’Île-de-France. La présence de ce moustique entraîne un risque de dissémination de la dengue à partir de patients infectés lors de séjours en zone de circulation virale et virémiques (c’est-à-dire ayant du virus dans le sang : si un moustique les pique, il va se charger en virus qu’il pourra ensuite transmettre) à leur retour dans ces départements. Onze épisodes de transmission locale à l’origine de moins de 30 cas ont été identifiés en France métropolitaine de 2010 à 2019.

Ce risque de dissémination n’existe que pendant la période d’activité du moustique (après sortie de la diapause des œufs), c’est-à-dire entre le 1er mai et le 30 novembre de chaque année. Dans le cadre du plan anti-dissémination, la surveillance de la dengue repose sur trois dispositifs complémentaires : la déclaration obligatoire depuis 2006, un réseau de laboratoires et un dispositif régional de surveillance renforcée de mai à novembre dans les départements où Aedes albopictus est implanté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 15/08/2020 - 22:27
Cela n'est pas prêt de s’arrêter
Quand on voit la valse des conteneurs maritimes de 40 et 20 pieds acheminés par cargos (certains ont plus de 8000 boites) à travers le monde entier, il ne faut pas s'étonner. En Afrique, des conteneurs appartenant à la Défense et qui devaient revenir à vide par camion avant d’être embarqués au port, étaient remplis de troncs d'arbres exotiques(magouilles entre africains). L'odeur d'essence des arbres est si forte que les conteneurs sont interdits à vie pour les bouteilles d'eau (l'eau est imbuvable). Un jeune Sergent, plein d'allant, s'était fait piquer au dos par une araignées; en peu de temps, il est devenu un légume. Il y a toutes sortes de bestioles exotiques dans ces conteneurs. Il suffit de regarder le parc à conteneurs de chaque port et de chaque entreprises géante et cela donne une idée sur ces "passagers clandestins", invisibles, mais bien présents et surtout sournois.
pierre marie
- 15/08/2020 - 21:24
les insectes ne seraient pas en déclin ?
Les insectes ne seraient pas tous en déclin ? Je croyais que les pesticides des agriculteurs, vendus aux lobbies de la chimie, les avaient tous tués...

Donc les gentils papillons, comme la pyrale du buis, disparaissent tous ? La punaise du lit aussi.? Et les moustiques feraient exception ? Ces salauds d'agriculteurs vendus à l'agro chimie n'ont pas réussi à les tuer ?

Bonne nouvelle !!! les bios vont être content... Pareil pour les pucerons, ils sont heureux comme tout sur les betteraves. La biodiversité, c'est aussi çà
SD..
- 15/08/2020 - 16:43
On verra
On verra si les bio et les ecolo choisiront d’être malades ou d’épandre qq pesticides ....