En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 7 heures 43 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 8 heures 22 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 9 heures 48 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 15 heures 47 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 15 heures 50 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 8 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 9 heures 34 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 10 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 15 heures 44 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 15 heures 46 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 15 heures 47 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 15 heures 49 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 15 heures 50 min
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
© STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

Publié le 09 août 2020
Le plan de relance décidé par la France est bien loin de soutenir la comparaison avec celui mis en place outre-Rhin.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le plan de relance décidé par la France est bien loin de soutenir la comparaison avec celui mis en place outre-Rhin.

La parution récente des chiffres de la conjoncture française (- 13,8% de recul du PIB au deuxième trimestre) montre l'ampleur de l'impact de la récession sur l'emploi, sur la situation financière des entreprises et à titre de corollaire sur le futur tassement des rentrées fiscales. La situation préoccupante rend urgente la mise en place du plan de relance qui ne sera rendu public que le 24 Août 2020 ce qui paraît objectivement tardif.

Les mesures prises en avril et mai par le Gouvernement ont aidé la trésorerie des entreprises notamment via l'endettement généré par le système des prêts garantis par l'État (PGE) par l'entremise de BPI France. A l'heure actuelle, nombre de firmes présentent un bilan dégradé et se posent donc la question de la conversion de certaines dettes en quasi-fonds propres (avances conditionnées, obligations convertibles en actions sans droit de vote) voire en instruments de capital.

En effet, les entreprises qui redémarrent ont besoin d'un fonds de roulement pour amorcer leur cycle de production, pour acquérir leurs volumes d'intrants requis à leur exploitation.

Pour l'heure, Bruno Le Maire s'exprime sur beaucoup de sujets mais n'a pas abordé de solutions opérationnelles pour la bonne salubrité faciale des bilans et surtout pour la reprise des exploitations au moyen de sources innovantes de fonds de roulement.

Il serait opportun que le plan de relance de 100 milliards d'euros du mois d'Août comporte des réponses à ce double défi.

On pourrait aussi former le vœu que ce plan puisse soutenir la comparaison avec ce qui se passe en Allemagne.

Outre-Rhin, un plan immédiatement qualifié de "bazooka" a été décidé au Printemps et recouvre plusieurs mesures.

Rompant avec la sempiternelle logique de rigueur budgétaire, le Bundestag a voté un plan de 1100 milliards d'euros (soit près d'un tiers du PIB du pays !) qui se parcourt selon trois axes forts.

D'une part, il est instauré un fonds de soutien destiné aux grandes entreprises. D'un total de 600 milliards d'euros, ce fonds est ainsi composé : 400 milliards de garanties à destination des dettes des entreprises (ce qui dépasse déjà le volume de nos 300 milliards de PGE). 100 milliards pour des prêts ou même des prises de participations. 100 autres milliards pour renforcer la banque publique d'investissement nommée : KfW (fondée en 1948).

Puis, il a été voté une recapitalisation de 357 milliards de KfW qui sera ainsi en mesure d'apporter sa garantie à 822 milliards d'euros de prêts. Là, notre pays ne tient pas la comparaison et de loin par-delà les assertions médiatiques récentes de BPI France dont il est à craindre une dégradation du bilan sous 2 ou 3 ans. Les banquiers qui disent "oui" trop facilement sur injonction étatique sont, à la fin du film, ceux dont le bilan fait dire "ouille" aux contribuables. Il suffit de relire un certain rapport parlementaire de Philippe Seguin relatif au Crédit Lyonnais de ce cher président Haberer.

Enfin, une enveloppe de 100 milliards de crédits budgétaires (au niveau fédéral) sera destinée au soutien aux PME voire à leurs salariés.

Loin de la politique du "zéro déficit", l'Allemagne est rentrée dans une phase de sérieux interventionnisme étatique qui n'exclut pas des prises de participations de la Puissance publique au goût et saveur de nationalisations indirectes.

Enfin, ce plan s'accompagne d'étalements de paiements de certains impôts et de charges sociales.

Concernant son plan de relance, l'Allemagne a tracé un sillon cher aux méso-économistes : autrement dit, des aides structurelles répondant à un plan de cohérence sectorielle.

En France, selon les propres dires de Jean Castex, il risque de s'agir d'un plan de relance de type saupoudrage sans véritable portée contra-cyclique qui est pourtant son carburant intellectuel premier. Pour ceux qui sont friands d'histoire économique, c'est exactement l'erreur qui fût commise en 1975 par le plan Chirac-Fourcade qui n'est pas parvenu à éviter la forte hausse de la sinistralité industrielle (Creusot-Loire, etc).

S'agissant du plan du 24 Août (la Saint-Barthélémy…) la France escompte que l'Union européenne lui finance 40% des 100 milliards ce qui nous imposerait de dédier 30 milliards au volet vert de ce plan.

Il n'est pas inutile de rappeler que le trop fameux plan européen de 750 milliards comporte des points de conditionnalité sur lesquels le président Macron est resté silencieux.

Dans la mesure où le plan européen requiert l'accord des 27 parlements, un temps certain va donc s'écouler avant que les mesures fassent véritablement effet.

Quid des 40 milliards (au sein des 100) et de leur disponibilité en 2020 ?

Depuis le nouveau gouvernement, la France a des dirigeants qui parlent beaucoup, à l'inverse des conseils de retenue verbale de feu Jacques Pilhan, et qui sont brouillés avec le calendrier. Pendant ce temps-là, on ne peut que constater que l'Allemagne décide, exécute et avance. Et qu'en plus, son recul du PIB est inférieur de près de 4 points (- 10,6%) au nôtre.

Ce ne sont là que des faits assortis d'une amertume issue de " l'impuissance publique " française qui avait été décrite par Denis Ollivennes et Nicolas Baverez.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 10/08/2020 - 05:49
Perdu !
La France ne s'en remettra pas.