En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 29 min 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 3 heures 31 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 3 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 4 heures 23 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 5 heures 4 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 5 heures 28 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 42 min 36 sec
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 3 heures 4 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 3 heures 27 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 3 heures 38 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 4 heures 12 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 4 heures 57 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 5 heures 6 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 6 heures 5 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 6 heures 33 min
© PEDRO PARDO / AFP
© PEDRO PARDO / AFP
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

Publié le 08 août 2020
Durant le confinement, le portable et les réseaux sociaux ont été des espaces d’expressions sexuelles pour de nombreux adolescents. Cette explosion du "sexe virtuelle" est une véritable bombe à retardement.
André Corman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Docteur André CORMAN est médecin sexologue et andrologue et directeur d'enseignement à la Faculté de Médecine Toulouse III
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Durant le confinement, le portable et les réseaux sociaux ont été des espaces d’expressions sexuelles pour de nombreux adolescents. Cette explosion du "sexe virtuelle" est une véritable bombe à retardement.

Atlantico :  Durant le confinement, le portable et les réseaux sociaux ont été des espaces d’expressions sexuelles pour de nombreux adolescents. Une situation qui existait avant le confinement mais qui a été catalysé par celui-ci. Quels sont les risques que cette situation a exacerbés ? 

André Corman : « Faute de grives, on mange des merles », une vieille métaphore pour illustrer une des conséquences de l’extrême modernité numérique. C’est pourtant ce qui s’est passé pendant le confinement : l’impossibilité de la relation réelle, concrète, celle de la découverte et de l’échange avec l’autre, mobilisant les sens et la parole, devenant impossible, la voilà remplacée par une relation, elle possible, virtuelle et numérique. Ce qui n’était qu’un plus devient l’unique. « Sexe virtuel ou pas de sexe du tout » fut l’équation du confinement pour la plupart des ados d’où l’explosive consommation de ces pratiques. Certes, nous savions déjà  qu’à côté de l’usage passif de la pornographie, nous avions  un certain nombre de jeunes qui en étaient aussi devenus acteurs avec l’usage des Sexting (échanger des messages, photos et vidéo à caractère sexuel), les After Sex Selfies (Selfies après l’amour), le Live show sexuel (faire un striptease ou un spectacle érotique devant sa webcam), la Sextape (tourner une vidéo porno maison) et, le pire, le Revenge porn (se venger de l’autre en postant des photos porno d’elle (lui) sur les réseaux sociaux. Mais, ce qui n’était que l’apanage de quelques délinquants (cette dernière pratique relève de la loi) s’est répandu dans la vie sexuelle de presque toutes et tous. C’est l’ignorance qui fait le lit des victimes et c’est à mes yeux le principal risque de ce remplacement (virtuel versus réel) qui s’est opéré pendant le confinement.

L’échange de photos à caractère sexuel est l’un des soucis majeurs de cette situation. Qu’est-ce qui pousse les adolescents à faire cela ? Pourquoi est-ce un problème ?

Le danger réside dans la confusion entre ce qui nous semble intime, donc secret et qui en fait devient public. Quand les ados s’échangent des photos « intimes » entre eux, ils sont persuadés que ça restera entre eux et, du reste, c’est ce partage du secret qui est le principal moteur de l’excitation (Il/elle se donne à moi) et de ce fait la raison de ce partage. Mais, ils ignorent alors les complexités et les contradictions des logiques qui gouvernent notre monde. Par exemple, l’idéal, pourtant positif, de transparence fait du rejet du secret sa règle et étale en son nom des intimités sur les réseaux sociaux. Or, c’est le secret qui délimite nos espaces de vie : le public, l’intime et le privé. L'intime désigne ce que j’offre à autrui de mon propre gré, donc ce que je peux garder secret et dissimuler – mes pensées secrètes et ma nudité –, tout ce qui, aujourd’hui, est considéré comme inviolable et donc à l’abri du regard extérieur de la société. Ce qu’ignore l’ado, c’est qu’en s’exposant, l’intime perd ainsi son pouvoir protecteur.

En somme, si les adolescents ont toujours exploré leur sexualité et utilisé l’ensemble des outils dont ils disposent pour ce faire, aujourd’hui, ils passent une grande partie de leur vie en ligne et cette découverte l’a rendu plus publique. Si la plupart des messages resteront privés, les recherches montrent que 10% seront partagés ou transférés.

Une telle situation peut-elle influencer l’adolescent dans ses relations humaines futures ? Est-ce un problème que l’on retrouvera dans sa vie professionnelle ? 

Oui, avec deux situations différentes :

L’échange de contenus sexuels s’est bien passé, l’ado en a retiré du plaisir et pas de conséquence immédiate. Il a alors le sentiment d’une normalité. Il (elle)ne se dénude plus par contrainte extérieure, mais par besoin auto-généré (Seul compte ce qui s’affiche sur l’écran et capte l’attention. « Je suis vu, donc je suis ») Et c’est ainsi que « le besoin de s'exposer sans honte dépasse la peur de devoir abandonner sa sphère privée et intime ». Le risque est alors de basculer à un autre moment dans la deuxième situation :

L’échange se passe mal, les images sortent du privé et sont diffusés sur les réseaux sociaux et on imagine bien les risques de harcèlement voire de chantage. C’est ainsi que les ados vont vivre un véritable abus et basculer dans des souffrances jusqu’à l’extrême.

Voilà pour le présent mais ces échanges peuvent laisser des traces dans le temps et le problème réapparaître chez l’homme ou la femme dans son existence d’adulte. Ces images d’intimité peuvent réapparaître et être utilisées pour jeter l'opprobre sur cet adulte dont le nom sera mis en pâture dans le tribunal du buzz bien qu’il n’ait commis aucun délit et entacher sa réputation toute sa vie, puisqu'il n'y a pas de droit à l'oubli. C’est une menace pour chacun(e). « A bon entendeur, salut ! »

 Selon un sondage réalisé par BVA pour Wiko en 2019, chez les 15-17 ans, ils sont 18% à avoir déjà reçu ou envoyé des sextos, et 39% des 12-14 ans reconnaissent que les messages ayant une connotation sexuelle constituent une pratique répandue chez les adolescents. Pensez-vous que ces chiffres seront en augmentation ces prochaines années ?

Il est difficile pour le scientifique face à des moments aussi inédits que ce qui est vécu dans cette période de Covid 19 de regarder l’avenir avec expertise. Comme le disait il y a plus de 30 ans le grand biologiste Jean Bernard, « vous allez vivre le déséquilibre entre la rapidité de la technologie et la lenteur de la sagesse ». Nous y sommes. L’intervention du numérique dans les relations humaines ne va cesser d’augmenter comme c’est le cas du télétravail, des réunions en visio et, pour mon propre compte, la fulgurante explosion des téléconsultations. Si rien n’est fait, la sexualité évoluera au gré des trouvailles de la technologie. C’est ainsi par exemple que se vivra l’arrivée des robots sexuels. Cette diminution du contact présentiel ne peut pas ne pas retentir sur la vie sexuelle. Ma conclusion par rapport à ce phénomène est pour les parents et plus généralement tous ceux qui éduquent : « ne fermez plus les yeux ». Ce n’est pas l’outil qui est dangereux, c’est l’usage qu’on en fait et cet apprentissage s’appelle l’éducation. Elle doit d’abord concerner l’usage de l’outil lui-même et son application dans la construction de la sexualité de chacune et chacun de nos ados et, pour cela, il faut qu’il dispose d’une vraie éducation à la sexualité, au désir, au plaisir, à l’émotion du partage et à l’amour.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 08/08/2020 - 14:42
Briser la future carrière ?
Dans quelle profession ? Dans celle d’acteur porno? Parce que sur l’écran du smartphone, on voit les choses en tout petit et que confrontés
à la réalité, Ils vont s’ apercevoir que les organes reproducteurs mesurent plus de 2 cm ? (en général) .
evgueniesokolof
- 08/08/2020 - 13:39
ARTICLE PARMI LES PLUS LUS!!!!!
Eh oui mon Ganesha, les papys atlantico ne pensent qu'à ça mais.....on est les seuls à commenter!!! Cloette? Muette et ne parlons pas de Forbanova....
Mais imagine que Ferjou aille demander à Rocco Siffredi un truc genre " J'ai pris Marion Cokignare par tous les trous"....là les abonnements explosent!!!!Sûr que même DSK et Denis Baupin se pointent ! Il a ps le sens des affaires Ferjou mais JMS et Jacquet n'osent pas le lui dire
evgueniesokolof
- 08/08/2020 - 13:31
ganesha
"Désormais, les adolescents s'échangent plutôt leur propre image."
T'as raison!!! la vérité sort de la bouche de Ganesha....Tu pouvais fantasmer sur le sexe de Rocco Siffredi ou les fesses de Laure Sinclair.....maintenant c'est mademoiselle Martin notre pain quotidien, aujourd'hui et pour les siècles des siècles.....au fait ....qui a dit à l'Ange Gabriel de faire crac crac avec Marie ? Parce que si c'est le Bon Dieu ben ...il devait en avoir des cassettes!