En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 1 heure 55 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 7 heures 40 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 8 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 9 heures 44 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 11 heures 17 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 11 heures 17 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 4 heures 22 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 9 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 8 heures 21 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 2 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 10 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 11 heures 15 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 11 heures 19 min
© STR / AFP
barrage des trois-gorges Chine Hubei
© STR / AFP
barrage des trois-gorges Chine Hubei
Trois-Gorges

Le barrage qui nous indique la stratégie à suivre dans la nouvelle guerre froide qui nous oppose à la Chine

Publié le 17 juillet 2020
Le barrage géant des Trois-Gorges, dans la province du Hubei en Chine, montre d'importantes faiblesses douze ans après sa mise en service. Une pression financière et technologique pourrait-elle être exercée face au Parti Communiste chinois, plus faible qu’il n’y parait ? La Chine a-t-elle réellement les moyens d'affronter le monde occidental ?
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le barrage géant des Trois-Gorges, dans la province du Hubei en Chine, montre d'importantes faiblesses douze ans après sa mise en service. Une pression financière et technologique pourrait-elle être exercée face au Parti Communiste chinois, plus faible qu’il n’y parait ? La Chine a-t-elle réellement les moyens d'affronter le monde occidental ?

Atlantico.fr : Construit "pour durer 10 000 ans", le barrage chinois desTrois-Gorges construit il y a 12 ans montre déjà de nombreux signes de faiblesse. Alors que les démocraties occidentales ont vaincu le Parti Communiste soviétique grâce à la pression financière et technologique exercée sur une URSS à bout de souffle, la même stratégie devrait-elle être employée face à un Parti Communiste chinois plus faible qu’il n’y paraît ?

Edouard Husson : Plus exactement, les autorités chinoises ont promis, il y a dix ans, lors de l’inauguration du barrage des Trois Gorges, qu’il serait capable de contenir la pire inondation des 10 000 dernières années. Vous avez raison, c’est une langue assez typique des régimes totalitaires. L’Occident, qui pensait faire de bonnes affaires, n’a jamais voulu voir qu’un parti communiste au pouvoir reste toujours, même un peu assagi, un régime dont le potentiel totalitaire peut se réveiller à tout moment. En 1989, après Tian An Men et les 400 autres répressions à travers le pays, nous avons passé un pacte faustien avec le régime communiste chinois. Alors que nous assistions à la fin du bloc soviétique et de l’URSS, nous avons autorisé la survie du régime communiste chinois, qui avait été tout aussi barbare et liberticide que le régime soviétique. Nous avons même fait bien pire: nous leur avons, en aménageant la formule de Lénine, fourni la corde qui devait leur servir à nous pendre. Loin de soumettre le parti communiste chinois à quelque pression technologique que ce soit, les Etats-Unis et le monde occidental, tout à la mondialisation naissante, ont mis en place une division du travail où la Chine est devenue l’atelier du monde. Ce système a connu son apogée durant la présidence de Barack Obama, avec son « tournant asiatique », qui signifiait surtout que les USA s'éloignaient de leurs racines libérales européennes pour se lier encore plus étroitement au despotisme chinois et à son « bolchevisme consultatif ». Donald Trump, qu’il est de bon ton, de tourner en ridicule ou de haïr, est le premier président américain lucide sur le danger chinois. Il a compris que la société américaine était en train d’être dévorée à petit feu et allait perdre son âme à force d’abandonner toujours plus d’emplois et de transférer toujours plus de moyens financiers et de nouvelles technologies vers la Chine. Avec un instinct très sûr, Trump a compris, aussi, que la Chine était plus fragile qu’elle n’en avait l’air. Un régime communiste obtient par la coercition ce que nous savons produire en nous appuyant sur la liberté. Le barrage des Trois Gorges, sur le fleuve bleu, est typique du pharaonisme des régimes communistes. Des centaines de milliers d’individus ont été recrutés pour construire le projet; au moins un million de personne a été déplacé; aujourd’hui, des millions sont affectés par des inondations en amont et une sécheresse en aval du barrage. Il y a là un immense gâchis de vies humaines et de capitaux dans un pays dont le régime méprise, ontologiquement, la vie humaine. Et l’on apprend, malgré les dénégations du régime, que le barrage est beaucoup plus fragile qu’il n’y paraît. 

La Chine a-t-elle réellement les moyens d'affronter le monde occidental ? La crise du coronavirus a-t-elle agi comme un révélateur des failles du PC chinois ?

Beaucoup d’observateurs sont convaincus que la crise du Coronavirus est une étape de plus dans la marche en avant de la Chine vers la suprématie mondiale. Je suis certain, pour ma part, que nous assistons exactement au contraire: nous commençons à voir les failles du communisme chinois. Premier constat: le régime s’est durcit jusqu’à redevenir néo-totalitaire sous Xi Jiping. Le régime a peur de la montée des classes moyennes qui vont réclamer la démocratie, inévitablement. Mais plus le régime se durcit, plus il est susceptible de reproduire les comportements habituels des régimes communistes: prédominance de la peur, gaspillage des ressources, mépris de la vie humaine. La crise du Coronavirus a été mal jugulée parce que les fonctionnaires locaux du parti ont eu peur de faire remonter l’information et interdit qu’on prenne les mesures appropriées. L’épidémie s’est répandue largement en Chine, dont les chiffres sont sans doute les plus élevés au monde en termes d’infections et de morts. On en a eu quelques indices quand on a repéré le nombre d’incinérations à Wuhan ou la résiliation d’abonnements de téléphones portables. Lorsque l’épidémie se répand à Pékin ou Shanghai, les autorités sont obligées d’en parler. Ailleurs, c’est la censure la plus complète. il n’est pas question que l’Occident vienne mettre son nez dans les affaires chinoises. Non pas que les médecins chinois n’aient été admirables; ni que la population ne souffre de l’oppression. En fait, la société chinoise est soumise à des répressions terribles: le confinement a été mené avec une brutalité inouïe. Et le répression à Hong Kong en dit long sur le souci des autorités chinoises de détruire ce qui était l’une des principales sources de vérification de l’état de la RPC pour les Occidentaux. Nous avons tous pu observer la violence de la propagande chinoise à l’étranger, sur le coronavirus. En fait le régime chinois, déjà mis sous pression par Trump, a très peur que l’Occident désinvestisse de Chine. 

Comment pouvons nous anticiper la nature des relations sino-occidentales à venir ?

Est-ce que nous tenons encore à la liberté? Est-ce que nous sommes authentiquement universalistes et pensons que la société chinoise a mérité la démocratie autant que nos sociétés occidentales? Depuis trente ans, il y a un racisme implicite des progressistes occidentaux, qui considèrent qu’il ne vaut pas la peine de se battre pour la démocratie en Chine. Il vaut mieux faire des affaires avec ce régime qui nous a longtemps fourni une manoeuvre corvéable à merci. A présent, la nomenklatura chinoise et ses « barons brigands d’Etat » pense pouvoir se venger une nouvelle fois du colonialisme occidental, réaliser un peu plus avant la revanche de Mao, et acquérir de larges pans de l’économie occidentale, la coloniser à leur tour. Nous devons sortir de cette logique mortifère pour nous et pour la société chinoise. Retirons-nous lentement mais sûrement de Chine, relocalisons nos industries, réinvestissons ailleurs. Maintenons le régime communiste chinois dans une logique qui fut celle de nos pères durant la Guerre froide: les relations peuvent être bonnes pourvu que le régime respecte les doits de l’homme. Mettons sous pression le régime chinois pour permettre à la société chinoise de le renverser quand elle en aura les forces. Il ne s’agit pas d’ingérence mais de ramener la Chine populaire au rang de toutes nos autres relations internationales. il ne peut plus être question, comme ont fait les USA depuis Nixon, d’accorder un statut privilégié à la Chine. Gardons-nous, bien entendu, de fournir au régime chinois des arguments pour dénoncer l’ingérence extérieure. En revanche, cessons de donner au régime communiste les moyens de survivre, économiquement, pour opprimer son peuple. Soyons sur nos gardes dans un esprit de « guerre froide » éventuelle, au cas où la Chine ait des bouffées d’agressivité. Et renouons avec l’esprit de liberté des origines, commun à l’Europe et aux USA, au service d’une diffusion planétaire de la démocratie - sans ingérence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 19/07/2020 - 13:19
Gorbatchevisation
En somme Mr Husson demande à ce que la Chine se saborde sur le modèle de la Russie dans les années 80, s'ils refusent c'est que ce sont des affreux méchants et il faut que nous nous mettions au garde à vous derrière Trump le grand ...
Et les intérêts de la France dans tout çà ...
Les maoistes auxquels nous devons nous prendre, plutôt que ceux imaginaires de Pekin, ce ne serait pas ceux qui ont fait sos-racisme et toute l'idéologie qui en découle : nous devons consentir à notre remplacement, ne pas défendre ce que nous sommes, notre civilisation, notre identité, sinon c'est le retour de la Vichy, de la bête immonde (n'est ce pas BHL) ...
Le gorille
- 18/07/2020 - 19:12
Souffrance
Il n'est pas indiqué de retourner le couteau dans la plaie car beaucoup de gens ont souffert. Dans les média, on n'en parle plus. Dans cette saga, il y a des torts partagés, et il est difficile de crier haro sur le baudet unilatéralement. Il est cependant vrai que pour la fiabilité et l'exploitation opérationnelle, les bateaux ont du subir une véritable opération de remise à niveau.
pierre de robion
- 17/07/2020 - 22:42
@Le Gorille
Racontez nous la saga des bateaux chinois svp!
Pour les 3 gorges je vais demander à mon fils qui a supervisé des chantiers en Chine.
Mais relocaliser, certes, mais à quel prix? Celui du prix de revient par ex!