En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Comment ne pas tirer sur des civils ou ses propres soldats ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 min 2 sec
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 44 min 36 sec
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 2 heures 11 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 3 heures 51 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 7 heures 40 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 12 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 26 min 17 sec
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 1 heure 35 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 2 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 4 heures 36 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 7 heures 2 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 10 heures 37 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 12 heures 15 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 12 heures 54 min
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

Publié le 13 juillet 2020
Xavier Bertrand s'en tient à un axe fort afin de tenter de résister à Emmanuel Macron et à Jean Castex qui, par leur positionnement politique, l’asphyxient plus qu’Edouard Philippe.
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bertrand s'en tient à un axe fort afin de tenter de résister à Emmanuel Macron et à Jean Castex qui, par leur positionnement politique, l’asphyxient plus qu’Edouard Philippe.
ATLANTICO :  Quelle est la stratégie que Xavier Bertrand met en œuvre afin de tenter de résister à Emmanuel Macron et à Jean Castex qui, par leur positionnement politique, l’asphyxient plus qu’Edouard Philippe ? Quelles solutions s’offrent à Xavier Bertrand pour tenter d’exister politiquement ?

Jean PETAUX : Xavier Bertrand, mais pas seulement lui au sein de la droite, parmi Les Républicains ou à proximité, est confronté à une obligation et à une contradiction. L’obligation est celle consistant à ne pas disparaitre des écrans radars qui couvrent la scène politique nationale, avant que le calendrier ne s’accélère en décembre 2021 et janvier 2022. La contradiction peut être ainsi résumée : « Comment faire entendre une musique qui plairait auxoreilles de l’électorat de la droite et du centre mais qui serait suffisamment originale pour ne pas apparaître comme un « ersatz » de macronisme, une « pâle copie » du gaullisme social désormais revendiqué par le premier ministre Jean Castex ou encore un vulgaire plagiat d’un modèle social-libéral ? ».  Xavier Bertrand n’est pas le seul dans les rangs de la droite à être confronté à cette situation : François Baroin n’est pas loin d’être dans le même cas, Valérie Pécresse aussi et, dans un registre un peu plus lointain mais proche par l’ambition, Gérard Larcher également. Cela fait pas mal de personnalités en quête, non pas d’auteur pour paraphraser Pirandello, mais au moins en recherche de positionnement politique. A ceci près par rapport aux autres que Xavier Bertrand est désormais totalement affranchi de la « marque » LR et que cette absence d’étiquetage lui ouvre plus d’espace de jeu.

Depuis janvier 2016 Xavier Bertrand s’en tient à un axe fort pour exister politiquement, sur la scène nationale : il se présente comme le « président de la République de Hauts-de-France » et multiplie les initiatives dans sa région d’élection comme autant d’expérimentations transposables à l’ensemble du pays, si « Dieu le veut » à la manière de Georges Pompidou, évoquant en février 1969 la question tabou de l’après-de Gaulle. Cette stratégie n’est pas du tout stupide, elle contribue à le maintenir actif sur la scène nationale tout en accréditant l’idée que l’homme est ancré dans une réalité territoriale, qu’il y agit avec volonté et détermination et qu’il est une sorte de dernier rempart contre le Rassemblement national dans cette partie du pays.

ATLANTICO :  Xavier Bertrand adopte-t-il une bonne stratégie en termes de communication politique à travers cet entretien ? Quels sont les principaux enseignements de cette interview ?

Jean PETAUX : L’élément le plus marquant dans l’entretien que Xavier Bertrand a accordé au JDD est la vigueur du ton à l’égard d’Emmanuel Macron. Ce dernier est successivement et alternativement « taxé » de grandiloquent qui « emploie des grands mots » dont les Français sont las ; de procrastination et de temporisation alors que la « maison France » brûle déjà des flammes du chômage chronique qui va provoquer plus de 800.000 demandeurs d’emploi en plus en septembre 2020 et  last but not least  de totale irresponsabilité dans la mesure où sa théorie du ruissellement qui ne marche déjà par temps calme, est totalement inopérante voire dangereuse, en face d’un tsunami. Ce sont-là les termes employés par Xavier Bertrand. On constate nettement que le président de la région Hauts-de-France ne trouve aucune vertu à l’action engagée depuis plusieurs mois par Emmanuel Macron et ne s’attend, de la part de ce dernier, à aucune annonce positive lors de son intervention prévue le 14 juillet. En d’autres termes : Bertrand pose un certain nombre d’ultimatums à Macron, le met au défi de reprendre certaines de ses propositions et traite ainsi d’égal à égal avec le locataire de l’Elysée. Il est clair qu’il s’agit tout autant ici d’une stratégie de positionnement face à ses concurrents, à droite et au centre droit, avec la mention rappelée à la toute fin de l’entretien : « C’est un gaulliste social qui vous le dit ». En ayant juste indiqué  qu’il n’a pas l’intention de laisser à la « gauche la plus radicale le monopole de la lutte contre les inégalités ».

Xavier Bertrand en fait « tire le premier » pour les présidentielles de 2022. Il entend ne pas se laisser « bordurer » par un président qui essaie de venir, encore plus qu’avec Edouard Philippe à Matignon, chasser sur les terres du « gaullisme progressiste », celui de la participation et de la régionalisation que revendique justement l’ancien directeur de cabinet de Xavier Bertrand, Jean Castex, nouveau premier ministre, auquel le président des Hauts-de-France, ancien patron donc de l’hôte de Matignon, rend un hommage d’autant plus appuyé dans l’entretien accordé au JDD qu’il est sévère et très critique envers celui de l’ Elysée.  

ATLANTICO : Les solutions proposées par Xavier Bertrand vont-elles lui permettre de se positionner idéalement afin de relever les défis de la crise du Covid-19 à la rentrée prochaine et pour les futures échéances politiques ?  

Jean PETAUX : Xavier Bertrand joue, en quelque sorte, sur « du velours ». Les conseilleurs en politique ne sont jamais les payeurs. Ce n’est pas lui qui est en charge de affaires de l’Etat. Il peut donc proposer n’importe quoi, il n’en est ni comptable ni responsable. Si le président Macron reprend ses propositions, et que celles-ci produisent des effets positifs il pourra en revendiquer la « paternité » et expliquer aux Français qu’il avait eu raison avant tout le monde. Si l’exécutif reprend ses idées (baisse de la TVA dans la restauration et dans le BTP pour être au taux de 5,5%) et que celles-ci ne fonctionnent pas, il pourra toujours dire qu’elles auront été mal mises en pratique ou trop tardivement appliquées ou mal comprises parce que mal expliquées… Si le gouvernement ne retient aucune des propositions de Xavier Bertrand et que la situation s’améliore, il se sera écoulé suffisamment d’eau sous les ponts de Lille ou d’Amiens pour que les Français retiennent que le président des Hauts-de-France avait hurlé au loup pour rien et joué les Cassandres uniquement pour « faire son intéressant » afin d’exister politiquement, au début de l’été 2020, à 20 mois de la campagne présidentielle de 2022. Si Xavier Bertrand est totalement ignoré par l’exécutif et que tout se dégrade, il pourra évidemment se présenter comme le « sauveur laissé de côté » pour de sombres raisons politiciennes alors qu’il avait tout prédit. Il y gagnera en crédibilité, en capacités prophétiques et en reconnaissance de son attention à l’égard des plus fragiles. Ce sera alors tout bénéfice pour lui.

Quoi qu’il en soit, finalement l’opposition a ceci de bon, et cela de manière invariante, intemporelle et incontestable : « Critiquer encore et toujours : ça ne coûte rien et ça peut rapporter gros ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas59
- 14/07/2020 - 15:47
2022
La question est que Macron est profondément démonétisé contrairement aux sondages bidonnés qui minimisent son
Impopularité. Il est probablement pas en mesure de passer un premier tour si tout reste en l'état. La crise économique qui
Déferle ne vas pas l’aider.Ainsi les parrains qui gouvernent et les 13% d'électeurs qui profitent du système cherchent d’urgence
Un plan B. Les divergences politiques sont inexistantes dans cette histoire.La question est de conserver le pouvoir à tout prix et de refaire le coup de 2017 en faisant élire un singe bonobo en permettant le FN et sa présidente incompétente d’arriver au second tour.
A ce titre n’importe lequel de la bande des seconds couteaux du LR fera l’affaire . Les medias seront là pour diriger l’enfumage comme ils l’ont déjà fait.
Bon voyage
spiritucorsu
- 14/07/2020 - 15:47
Même pas à 30 contre 1!
Encore une fois clo-ette a vu juste,il y aura effectivement pléthore de candidatures pour 2022.Le parcours de celui qui est arrivé par effraction à l'Elysée par effraction judico -médiatique alors qu'il n'aurait jamais du dépasser la fonction de placier de produits financiers pour clientèle de luxe chez Rothchild,a aiguisé plus d'un appétit chez notre très médiocre personnel politique.Déjà certains s'échauffent avant le signal de départ qui vont mener la vie dure à celui qui de favori pour la course présidentiel,est passé à outsider,et qui fait figure à présent de tocard dont la cote ne dépasse pas le 30 contre 1.
hoche38
- 14/07/2020 - 06:56
Même avec un "axe fort"!
On voit mal comment, un Xavier Bertrand qui n'a pu gagner sa dernière élection régionale qu'avec le hara-kiri des socialistes, pourrait la gagner cette fois sans celui des macroniens. Alors, pour la présidentielle, Emmanuel Macron sera-il assez mûr pour un hara-kiri en faveur d'un Xavier Bertrand ou même d'un Nicolas Sarkosy?