En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

07.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 14 heures 15 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 15 heures 42 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 16 heures 14 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 18 heures 51 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 19 heures 38 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 21 heures 11 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 22 heures 29 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 14 heures 29 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 15 heures 58 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 16 heures 51 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 19 heures 9 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 20 heures 4 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 21 heures 28 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 22 heures 15 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 22 heures 28 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 22 heures 29 min
© OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP
© OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

Publié le 09 juillet 2020
La réforme des retraites retrouve sa place au coeur du débat public, après la longue parenthèse imposée par le confinement.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réforme des retraites retrouve sa place au coeur du débat public, après la longue parenthèse imposée par le confinement.

À la surprise générale, Jean Castex a annoncé vouloir clore rapidement le dossier avec les partenaires sociaux, en accord avec les propos précédents d'Emmanuel Macron. Les soutiens du gouvernement comme la CFDT et le MEDEF sont hostiles à ce retour aux clivages du monde d'avant. Mais Bruxelles laisse-t-il le choix à l'exécutif français ? L'heure des vraies additions commence. 

 

Jean Castex a surpris son monde hier en annonçant son intention de rouvrir le dialogue sur la réforme des retraites. Ce sujet explosif ne paraît guère prioritaire sur la scène intérieure, d'autant qu'il risque de diviser fameusement des salariés inquiets par la mauvaise tournure des événements économiques. La CFDT et le MEDEF ont commencé à monter au créneau pour dissuader le gouvernement de rouvrir une plaie mal fermée par le confinement. Mais Castex semble bien décidé à consacrer son été à traiter ce dossier épineux. Mais pourquoi cette soudaine précipitation ?

Bruxelles impose la réforme des retraites

La solution n'est pas à chercher dans une quelconque lubie qui s'emparerait du nouveau Premier Ministre, mais dans une discrète et mal assumée exigence bruxelloise à l'approche du conseil européen du 17 juillet où Merkel, nouvelle présidente de l'Union pour 6 mois, doit faire valider le plan franco-allemand à 500 milliards de dettes mutualisées. Il n'y a évidemment qu'en France où des esprits naïfs croient que nos partenaires septentrionaux qui combattent farouchement depuis plus de dix ans toute mutualisation des dettes se seraient ralliés à des positions contraires sans aucune contrepartie. 

La réalité de l'Europe est un peu différente, et même si, en France, il est de bon ton de vanter l'Europe sans comprendre nos voisins, les faits sont têtus. Pour l'instant, seuls les Pays-Bas ont entrouvert la porte à une solution sur les 500 milliards du plan franco-allemand. Mais Mark Rutte, le Premier batave qui a fait tomber la dette publique néerlandaise autour de 40% du PIB après un effort budgétaire important, demandera des contreparties. 

Et parmi celles-ci, la réforme des retraites est la plus visible et la plus immédiate. La France bat en effet des records mondiaux avec 14% de son PIB consacrés à ses retraités, quand la moyenne flirte plutôt avec les 10%. Il n'est donc pas envisageable que les Européens avancent sur la question des coronabonds si la France ne se met pas en ordre de bataille pour diminuer ses dépenses publiques. 

Les Français sont hors sol sur la question des dépenses publiques

Au demeurant, les exigences de nos partenaires sur nos dépenses publiques et nos déficits abyssaux n'ont rien de choquant. Nous sollicitons leur solidarité, et ils nous demandent un effort en échange. Il n'y a qu'en France où la notion d'équilibre des comptes publics est perçue comme un gros mot ou une pensée vulgaire, et on peut reprocher à nos élites de partager cette insouciance bien commode, qui leur permet de conserver leur pouvoir sans susciter de vague dans l'opinion. Il est vrai que la "pédagogie du changement" et l'art de la réforme ne font guère partie des compétences déployées par la technostructure qui nous dirige. Il est plus facile de recourir à la dette pour maintenir un statu quo ruineux qui profite aux fonctionnaires et se justifie au nom du "ce pays n'est pas réformable". 

Les frugaux vont nous imposer une cure d'austérité

Pour nos voisins septentrionaux ou germaniques qui sont attachés à la maîtrise de leurs dépenses publiques, ce laxisme français, et singulièrement ce laxisme des élites françaises n'est guère soutenable. Pour obtenir un financement généreux de son probable plan de relance et de ses dettes inextinguibles destinées à assurer sa réélection, Emmanuel Macron devra montrer, la semaine prochaine, à ses partenaires européens, sa détermination à préserver de grands équilibres par des réformes structurelles. 

Pour l'exécutif français, la situation est assez simple : pas de dettes mutualisées sans réforme systémique des retraites. Sans réforme systémique des retraites, pas de dettes mutualisées. 

La grande naïveté des Européens est de croire que la réforme engagée par Emmanuel Macron permettra de réduire les dépenses et de rétablir l'équilibre des comptes. Elle n'a jamais été présentée sous ce jour jusqu'ici, et il va falloir opérer un sérieux retour en arrière, condamné par avance par la CFDT, pour y parvenir. 

Négocier pendant l'été, la grosse ficelle du monde d'avant

Pour parvenir à ce revirement drastique très orthogonal avec la promesse macronienne du "quoiqu'il en coûte" et du "je n'augmenterai pas les impôts", Castex recourt à une grosse ficelle de l'ancien monde : négocier entre le 14 juillet et le 31 août, au moment où les Français sont sur la plage et ne peuvent plus battre le pavé. 

En soi, ce choix est toujours perçu comme une forfaiture. Il y a des règles dans ce pays. En août, on se baigne, on ne négocie pas d'accord dans le dos des absents. Pour les raisons que nous venons d'exposer, Castex n'a guère le choix du calendrier, mais il a un intérêt objectif à faire vite désormais, quitte à laisser des traces durables dans ses relations avec l'opinion. 

Mais il est vrai que la période est tragique, même si les Français ne s'en rendent pas compte. Il faudra faire des choix impopulaires. Et après tout, Castex est recruté pour ça : faire le sale boulot sans demander son dû. 

Négocier pendant l'été, la grosse ficelle du monde d'avant

Pour parvenir à ce revirement drastique très orthogonal avec la promesse macronienne du "quoiqu'il en coûte" et du "je n'augmenterai pas les impôts", Castex recourt à une grosse ficelle de l'ancien monde : négocier entre le 14 juillet et le 31 août, au moment où les Français sont sur la plage et ne peuvent plus battre le pavé. 

En soi, ce choix est toujours perçu comme une forfaiture. Il y a des règles dans ce pays. En août, on se baigne, on ne négocie pas d'accord dans le dos des absents. Pour les raisons que nous venons d'exposer, Castex n'a guère le choix du calendrier, mais il a un intérêt objectif à faire vite désormais, quitte à laisser des traces durables dans ses relations avec l'opinion. 

Mais il est vrai que la période est tragique, même si les Français ne s'en rendent pas compte. Il faudra faire des choix impopulaires. Et après tout, Castex est recruté pour ça : faire le sale boulot sans demander son dû. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 09/07/2020 - 14:35
Farces et attrapes.
Cette histoire de dettes mutualisées est, pour la France, une farce, elle n'est pas concernée, elle n'en bénéficiera presque pas. La seule chose qui compte pour nous, c'est la politique de la BCE, le reste c'est de la com destinée à faire croire que Macron obtient quelque chose de l'Europe.
La réforme des retraites, qui à la fin, va ajouter plus de coûts que d'économies est une grosse farce aussi. Pour acheter l'accord de la CFDT , Castex va ajouter des milliards non financés et on ajoutera quelques trimestres en plus pour avoir le " taux plein" pour compenser; l'Etat-Bercy fera main basse sur les réserves des régimes complémentaires déjà sollicitées pour compenser l'absence de cotisations pendant ce confinement absurde et on baptisera l'ensemble comme une grande réforme digne d'être gravée dans le marbre.
Ganesha
- 09/07/2020 - 12:59
Prétexte ou Caprice ?
Cet article ne relève pas un argument, pourtant essentiel : cette réforme des retraites n'entraînera de toutes façons aucune baisse des dépenses avant plusieurs années.
Faux prétexte ?
Qui fait des caprices ?
Macron ou Merkel ?
Ganesha
- 09/07/2020 - 11:34
Atlantico
Vous devriez relire ce texte : il y a un doublon, à partir de :
''En soi, ce choix est toujours perçu comme une forfaiture''