En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

07.

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

01.

La Libye, l'autre pays des droits de l'homme ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 13 heures 46 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 15 heures 12 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 15 heures 44 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 18 heures 21 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 19 heures 8 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 21 heures 59 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 13 heures 59 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 15 heures 28 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 16 heures 21 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 18 heures 39 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 19 heures 34 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 20 heures 58 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 21 heures 45 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 21 heures 59 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 21 heures 59 min
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
© CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

Publié le 05 juillet 2020
« L'Otan sans la Turquie ? Cela voudrait dire la fin de l'alliance », a martelé mercredi l'ambassadeur de Turquie en France, Ismail Hakki Musa, devant les membres de la Commission des Affaires étrangères du Sénat, alors que les tensions entre Paris et Ankara sont des plus vives. L'ambassadeur a cru bon de souligner aux parlementaires français que sans la Turquie, l'OTAN ne saurait « traiter l'Iran, l'Irak, la Syrie, la Méditerranée au sud, le Caucase, la Libye, l'Egypte »... soit tous les conflits diplomatiques ou militaires où elle défend avant tout ses intérêts et où son impérialisme, manifeste depuis plusieurs années en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient, met sérieusement en péril l'avenir de l'Alliance atlantique.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
« L'Otan sans la Turquie ? Cela voudrait dire la fin de l'alliance », a martelé mercredi l'ambassadeur de Turquie en France, Ismail Hakki Musa, devant les membres de la Commission des Affaires étrangères du Sénat, alors que les tensions entre Paris et Ankara sont des plus vives. L'ambassadeur a cru bon de souligner aux parlementaires français que sans la Turquie, l'OTAN ne saurait « traiter l'Iran, l'Irak, la Syrie, la Méditerranée au sud, le Caucase, la Libye, l'Egypte »... soit tous les conflits diplomatiques ou militaires où elle défend avant tout ses intérêts et où son impérialisme, manifeste depuis plusieurs années en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient, met sérieusement en péril l'avenir de l'Alliance atlantique.

Il a fallu un incident grave le 10 juin dernier en Méditerranée pour que les Européens semblent enfin prendre la mesure des conséquences de l'activisme militaire d'Ankara. En cause, la mise en joue par la marine turque, au sud-ouest de la Crète, de la frégate française Courbet, sous commandement de l'OTAN dans l'opération de surveillance « Sea Guardian ». Celle-ci semble s'être intéressée de trop près à un cargo battant pavillon tanzanien, suspecté de transporter des armes vers la Libye, et escorté par deux frégates turques utilisant abusivement l'identifiant radio de l'OTAN. L'incident est intervenu alors que l'escalade des tensions entre les deux pays s'était déjà cristallisée ces dernières semaines autour du conflit libyen. La Turquie apporte depuis janvier dernier un soutien militaire actif au Gouvernement d'Union Nationale face au maréchal Haftar qui, pour sa part, bénéficie de celui de la Russie, de l'Egypte et des Emirats Arabes Unis... et de la France, qui conserve néanmoins une discrétion ambigüe sur ce dossier. Si elle ne livre pas d'armes, elle ne ne réagit pas non plus aux violations de l'embargo des Nations Unies, et apparaît, du moins aux yeux du ministère des affaires étrangères turc, comme « le sous-traitant de certains pays de la région ». 

Néanmoins, la réaction de la marine turque, aussi rare que violente, a légitimement surpris les Européens, pourtant alliés d'Ankara au sein de l'OTAN. La France a fait part à l'organisation de sa décision de se retirer de l'opération « Sea Guardian » tant que des réponses ne seraient pas apportées. Comprendre : tant qu'une réflexion ne serait pas menée sur « le problème turc ». 

Outre que le conflit libyen se « syrianise » - Ankara a envoyé près de 7000 mercenaires syriens combattre en Libye aux côtés du GNA - les chantages de la Turquie face aux Européens sont désormais légions. De l'accueil des réfugiés aux blocages des « plans de défense gradués » prévus face à la Russie, et ardemment souhaités par les pays baltes et d'Europe de l'Est en échange de la reconnaissance par l'OTAN des milices kurdes de l'YPG comme organisation terroriste, la Turquie ne suit plus que son propre agenda, et manifeste un activisme de plus en plus agressif en la matière. De la Syrie à la Libye, en passant par l'Irak, cet interventionnisme témoigne clairement du jeu personnel d'Erdogan, totalement investi dans son projet de reconquête de l'espace vital de l'ancien Empire ottoman tout autour de la Méditerranée. 

L'explication se trouve sur la scène domestique turque : mis en grande difficulté par une économie défaillante, l'affaiblissement de son parti, l'AKP, après son échec aux dernières élections municipales, mais aussi par les derniers revers subis en Syrie et la fragilité de son alliance avec la Russie, Erdogan a décidé d'opter pour l'expansionnisme militaire afin de consolider son pouvoir. Et pour mieux justifier cette hyperactivité, quoi de mieux que de faire vibrer la corde nationaliste ? Erdogan considère ainsi l'intervention turque en Libye comme « la défense de nos descendants, nos frères anatoliens », l'inscrivant dans un récit « néo-ottoman » irréaliste, mais qui plaît à sa base électorale. 

Dernier symbole en date de ce « néo-ottomanisme » délétère, la volonté du président turc de transformer l'église Sainte-Sophie, construite par les Byzantins il y a 1500 ans et reconvertie en musée par Atatürk, en mosquée. Très sensibles à la question religieuse, les Européens et surtout les Américains ont exprimé de vives critiques face à cette éventualité, dont l'issue sera connue sous quinze jours. 

Néanmoins, au-delà du story-telling, nul n'est dupe des ambitions, cette fois énergétiques, de la Turquie en Méditerranée orientale, qui recèle de précieux gisements gaziers au large d'Israël, de l'Egypte et de Chypre. Bien que des coopérations se soient nouées entre ces deux derniers pays, sans oublier le projet de gazoduc EastMed entre Chypre, Israël, la Grèce et l'Italie, qui permettrait d'exporter 16 milliards de mètres cubes de gaz vers l'Union européenne, la Turquie – comme la Russie - entend bien se servir. C'est surtout la signature, le 28 novembre dernier, d'un protocole d'accord sur la délimitation de leurs eaux économiques respectives entre le GNA libyen et la Turquie qui a suscité rapidement l'inquiétude des pays concernés, l'Egypte, Chypre, et la Grèce, membre de l'OTAN.  A la lumière de cette problématique, on comprend mieux le maintien de la présence turque en Libye... et l'urgence d'une réaction européenne. 

La Turquie cherche à devenir incontournable. Mais suffit-il, pour s'imposer, de marteler à l'envi qu'aucun projet géopolitique ne pourra se faire sans elle, tout en continuant une politique agressive ? Dans un contexte où l'ordre mondial est totalement bouleversé, face à des Américains hésitants et plutôt enclins à l'isolationnisme, et un Erdogan qui tire profit de leur inaction et de leur faiblesse, l'Europe et l'OTAN se trouvent, avec cette gestion du « problème turc », face un moment déterminant pour leur crédibilité diplomatique. 

Il n'échappe à personne que le sujet peut offrir à l'Union européenne, et singulièrement à la France, l'occasion de s'émanciper de la tutelle américaine pour gérer elle-même ses propres affaires intérieures. Les propos particulièrement virulents d'Emmanuel Macron à l'égard de la Turquie indiquent clairement cette volonté. La démarche n'est pas critiquable. Que ce soit dans ses relations avec la Turquie, ou par exemple pour tenter de sauver ce qui reste de l'accord sur le nucléaire iranien, l'indépendance des Européens, surtout face au retrait manifeste des Américains de la plupart des enjeux géopolitiques actuels, est désormais plus que souhaitable : elle est indispensable. 

Pour autant, arriveront-ils à dépasser leurs dissensions internes et à s'entendre sur une stratégie commune ? La France demande une discussion « sans tabou » de l'Union européenne sur sa relation avec la Turquie... tandis que les propos de diverses sources diplomatiques bruxelloises, en rappelant que « la Turquie avait toujours sa place dans l'OTAN et que le traité ne prévoyait aucune clause de suspension », apparaissent beaucoup plus mesurés. Sur ce sujet, comme sur tant d'autres, les éternelles hésitations des Européens risquent de leur coûter cher. L'absence de réaction d'envergure de leur part serait un exemple de plus de la « mort cérébrale » de l'Alliance atlantique, un échec qui aurait sans conteste de graves conséquences sur les équilibres géopolitiques du pourtour méditerranéen. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gré
- 06/07/2020 - 00:13
Dans six mois peut-être ?
L'Allemagne est en position de force pour six mois dans l'UE. Ne cherchez pas qui rappelle que « la Turquie a toujours sa place dans l'OTAN et que le traité ne prévoit aucune clause de suspension » ...
patafanari
- 05/07/2020 - 17:18
Leur claquer la Sublime porte au nez ?
OTAN en emporte Levant.
hoche38
- 05/07/2020 - 14:42
Dommage, il aurait pau servir à cela!
Il semblerait que la déliquescence de l'OTAN soit déjà trop avancée pour pouvoir prendre une quelconque décision contre Erdogan.