En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

07.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 13 heures 25 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 14 heures 52 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 15 heures 24 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 18 heures 1 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 18 heures 48 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 21 heures 39 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 13 heures 38 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 15 heures 8 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 16 heures 1 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 18 heures 18 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 19 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 21 heures 25 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 21 heures 38 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 21 heures 39 min
Smartphone de nuit
Smartphone de nuit
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

Publié le 05 juillet 2020
Nous sommes nombreux, à la moindre minute de libre, à faire défiler à toute vitesse les pages d'accueil de nos réseaux sociaux et on ne se rend pas compte de l'impact sur notre santé de cette action anodine.
Sylviane Barthe-Liberge
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylviane Barthe-Liberge est psychologue clinicienne et psychothérapeute. Elle anime et publie sur son site personnel : www.consultations-psychologue.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nous sommes nombreux, à la moindre minute de libre, à faire défiler à toute vitesse les pages d'accueil de nos réseaux sociaux et on ne se rend pas compte de l'impact sur notre santé de cette action anodine.

Atlantico.fr : Nous sommes nombreux, à la moindre minute de libre, à faire défiler à toute vitesse les pages d'accueil de nos réseaux sociaux. Comment les applications ont-elles réussi à nous rendre aussi addicts ?

Sylviane BARTHE LIBERGE : Tout d’abord, grâce à la révolution technologique de ces dix dernières années, les moyens de communication sont devenus accessibles à tous, avec une utilisation particulièrement simple.

Ensuite, les réseaux sociaux utilisent tous des notifications qui stimulent notre cerveau en permanence par un système de récompensent (les “like”, vues, commentaires, partages...). Le même système de récompense que l’on retrouve dans l’addiction (quelle qu’elle soit).

Des études ont montré que les utilisateurs des réseaux sociaux consultent en moyenne leur smartphone toutes les dix minutes, notamment sollicités par l’apparition des notifications qui les incitent à se connecter aux réseaux. Et souvent de manière machinale, inconsciemment.

Enfin, il est très facile de prendre une photo avec son téléphone et de la mettre immédiatement en ligne, ou de partager ses pensées, ses idées... dans l’attente de réactions - positives le plus souvent. Pourquoi ? Généralement, un besoin de reconnaissance, un sentiment d’existence et d’appartenance à un groupe. Peut-être aussi un désir, plus ou moins caché, d’accéder à la célébrité (comme les influenceurs).

Les réseaux sociaux ont ainsi réussi à toucher aux fêlures narcissiques et donnent l’illusion de les combler. Plus vous avez de réaction, plus vous en demandez.

Sylviane BARTHE LIBERGE : Cette addiction a été mise en évidence dans une étude américaine, dirigée par le psychologue Adam Alter (en 2017). Il demandait à des jeunes adolescents de faire un choix théorique entre voir leur smartphone se faire détruire ou se faire briser les os de la main. 46% ont répondu qu’ils préféraient se faire briser les os de la main plutôt que de voir leur téléphone réduit en miettes. Autrement dit, près de la moitié de ces adolescents seraient prêts à endurer des souffrances physiques, aux conséquences lourdes, afin de pouvoir rester connectés ! C’est totalement délirant mais explicable au regard de l’incertitude affective générée par ces réseaux sociaux : ces jeunes sont en permanence en attente de l’approbation “des autres”, sans jamais la moindre pause naturelle. Pour certains, ne pas exister sur les réseaux sociaux, c’est ne pas exister du tout.

Quels sont les risques d'une consommation abusive des réseaux ? Quelles conséquences sur notre santé mentale ?

Sylviane BARTHE LIBERGE : Quand la première chose que vous faites en vous réveillant le matin est de consulter les réseaux sociaux, même chose le soir, quand c’est la dernière chose que vous faites avant de vous endormir… vous pouvez vous poser des questions.

Quand vous demandez à votre enfant d’attendre sans lever le nez de votre téléphone parce que vous consultez vos réseaux…

Ou encore quand vous préférez la discussion avec vos “amis” sur vos réseaux plutôt de profiter de la soirée au restaurant avec votre moitié ou votre groupe d’amis…

On parle alors de “frénésie” de la consultation des réseaux sociaux, voire d’aliénation.

Autant de signes inquiétants car ils vous amènent à un repli sur vous, contrairement à ce que vous pourriez imaginer. Les réseaux, consommés avec excès, génèrent une déconnexion de la réalité. Le monde devient totalement virtuel et factice.

Il y a également une exposition de l’intime sur la sphère publique : nombreux sont les cas de harcèlement suite à un post malheureux, ou une photo détournée.

De nombreuses études de différents pays affirment que nous sommes plus engagés face à un système de récompenses variées que face à un système de récompense fixe. Comme si l’imprévisibilité captivait l’humain. Ainsi, les “like”, les nombres de commentaires, de vues, de partages... nous gardent rivés aux écrans afin d’évaluer notre approbation sociale (autrement dit, la récompense).

Or cette incertitude liée au processus d’approbation des réseaux sociaux nous ligote et suscite une certaine dépendance - comme le ferait une drogue.

Que dire alors du manque d’approbation sociale ? Il va créer de l’anxiété, une dévalorisation avec perte d’estime de soi et, à terme, aboutir à une dépression, en particulier chez les jeunes dont l’assise narcissique est fragile.

Ainsi, les réseaux sociaux apparaissent comme un facteur de risque suicidaire chez les 15 - 29 ans. Les recherches du Docteur M. Twenge (de l’université de San Diego) montrent une corrélation entre le temps passé sur les écrans et le risque dépressif. A vouloir donner la meilleure image de soi dans le virtuel, on finit par se dénigrer dans la réalité car il est impossible d’atteindre la perfection. Ce qui engendre un profond mal-être.

A noter que les filles semblent plus fragiles face à l’approbation sociale des réseaux sociaux (selon les études menées par The Lancet Child) avec un impact direct sur leur santé mentale. Notamment en ce qui concerne le harcèlement ou encore les troubles du comportement alimentaire (comme l’anorexie).

Par ailleurs, les chercheurs de l’université de Pittsburg ont mis en évidence une autre incidence des réseaux sociaux : cette fois, sur le sommeil. Selon leur étude, 31% des personnes utilisant les réseaux sociaux plus d’une heure par jour, souffriraient de troubles du sommeil : la lumière bleue, émise par les écrans, retarderait la sécrétion de mélatonine (l’hormone du sommeil). Notre cerveau recevrait ainsi des informations erronée lui faisant confondre le jour et la nuit.

Avec une situation si particulière depuis le début de l'année 2020, les informations anxiogènes sur les réseaux sociaux fusent : c'est l'overdose pour certains, aussi appelée "doomscrolling". Quels conseils donneriez-vous afin de ne pas tomber dans ce phénomène ?

Sylviane BARTHE LIBERGE : En moyenne, les jeunes passent neuf heures par jour sur leur téléphone, les adultes quatre heures. La majorité des gens ne font pas attention à la quantité de temps qu’ils passent sur les réseaux sociaux chaque jour. Nombreux sont ceux qui sous-estiment cette durée. Il est important d’en être plus conscient et de faire un meilleur suivi de notre consommation. Il existe des applications pour aider à évaluer cette utilisation.

Vous pouvez désactiver les notifications des réseaux sociaux. Ainsi, vous ne les consulter que lorsque vous en avez envie, ou vous imposer de ne les consulter que deux ou trois fois par jour. Même chose avec les mails.

La nuit, vous pouvez mettre votre téléphone en mode avion, ou l’éteindre et revenir au bon vieux réveil pour vous sortir du lit le matin.

Vous pouvez également utiliser une montre pour consulter l’heure… au lieu de l’horloge de votre téléphone.

Vous pouvez également supprimer toutes les pages ou groupes qui ne vous intéressent plus, vous désabonner des profils qui ne vous apportent pas de contenus utiles et pertinents, ou qui sont anxiogènes. Privilégiez les informations qui vous donnent le sourire et vous apportent de la joie et de la bonne humeur. Revisiter votre fil d’actualité dans ce sens (sans pour autant “supprimer” les personnes). Facebook a d’ailleurs développé une nouvelle fonction appelée “Prendre mes distances”.

Pensez aussi à faire des pauses des réseaux sociaux. Les écoles primaires invitent les élèvent à des semaines sans écrans. Vous pourriez faire de même. Un bon test pour évaluer votre degré de dépendance.
 

Prenez le temps de définir ce qui est le plus important dans votre vie, dans le réel. Et gardez du temps pour réaliser vos rêves.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 06/07/2020 - 14:32
C'est de très bon conseil
Je suis très agacé quand , dans mon entourage, je m'adresse à un sourd car il/elle est scotché à son mobile. Mais, à la réflexion, ils n'usent que ma patience et je peux très bien me passer de leur compagnie.
Infiniment plus nuisibles sont les "logues" de tous poils excroissances parasitaires d'un système éducatif cancéreux qui a déversé ses métastases sur l'économie, tuant dans ce pays ce qui est utile et produit ainsi une nuée de femmes savantes et de professeurs Nimbus à la recherche de qui voudra bien leur servir de porte-voix mais toujours payés directement ou indirectement par la sueur des Gilets jaunes. Ce pays entretient des inutiles mais que l'on se rassure: d'ici quelques années , une bonne partie de ceux qui sont accrocs au téléphone iront faire le serveur à Bombay ou la pute à Pekin et n'auront plus de temps à consacrer à leurs vices!En plus comme elles seront logues ce sera des putes savantes !
Au fait...si l'auteur se sent visée...elle n'a pas tort.