En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

03.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

06.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

07.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 8 heures 17 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 9 heures 45 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 16 heures 26 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 19 heures 51 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 20 heures 8 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 9 heures 2 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 16 heures 3 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 18 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 18 heures 50 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 19 heures 7 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 19 heures 37 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 19 heures 56 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 20 heures 9 min
© Eric Feferberg, JOEL SAGET / AFP
Emmanuel Macron Marine Le Pen vote
© Eric Feferberg, JOEL SAGET / AFP
Emmanuel Macron Marine Le Pen vote
Macron - Le Pen

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

Publié le 02 juillet 2020
Un sondage Ifop place Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la prochaine élection présidentielle en 2022, loin devant tous les autres concurrents. Si en apparence, la situation politique conduit à un match retour entre les deux protagonistes de l’édition précédente, plusieurs points laissent imaginer un tout autre scénario.
William Thay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Thay, est Président du Millénaire, think tank spécialisé en politiques publiques, travaillant à la refondation idéologique de la droite. 
Voir la bio
Marion P.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marion P. est Secrétaire générale du Millénaire.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sondage Ifop place Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de la prochaine élection présidentielle en 2022, loin devant tous les autres concurrents. Si en apparence, la situation politique conduit à un match retour entre les deux protagonistes de l’édition précédente, plusieurs points laissent imaginer un tout autre scénario.

Le rapport de force n’évolue pas malgré la crise sanitaire

Le rapport de force évalué par le sondage Ifop publié le 22 juin dernier ne diffère pas de celui de l’enquête précédente menée en octobre 2019, bien que le contexte ait largement évolué avec la crise sanitaire à laquelle s’ajoute une inévitable crise économique et sociale. Cela peut s’expliquer notamment par une cristallisation des supporters du camp présidentiel comme de ceux de Marine Le Pen. D’un côté, ceux qui était déjà convaincu par le président de la République le reste, et ceux qui s’opposait déjà à lui, continue à le faire. Le premier enseignement du sondage est que la crise sanitaire n’a pas bouleversé cette équation.

Toutefois, plusieurs signaux d’alerte se posent à la fois pour Emmanuel Macron et pour Marine Le Pen à deux ans de l’échéance présidentielle. Les Français ne souhaitent pas dans une large majorité (80%) un duel entre ces deux personnalités, comme le soulignait un sondage Elabe publié en février dernier. Cette donnée peut être mise en lien avec un sondage du même type réalisé sous le quinquennat précédent qui révélait que 75% des Français ne souhaitaient pas d’un duel entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. De plus, des indications permettent de souligner les faiblesses d’un hypothétique match retour.

Marine Le Pen n’a pas de dynamique

Avant chaque élection présidentielle, le score de Marine Le Pen estimé par les sondages bénéficie de sa notoriété nationale et du flou qui entoure le choix du candidat de l’opposition. Lors des précédentes élections, à une année de l’échéance, la candidate du Rassemblement nationale obtenait ainsi systématiquement des sondages plus favorables que son score final. En avril 2011, Harris Interactive et OpinionWay laissait entrevoir la possibilité pour elle d’accéder au second tour de l’élection présidentielle de 2012, ce qui ne fut plus le cas après la désignation de François Hollande, vainqueur de la primaire socialiste en 2011.  De même pour l’élection présidentielle 2017, Marine Le Pen était régulièrement testé aux alentours de 30% avant de retomber progressivement à 21% suite à la désignation de François Fillon en novembre 2016. 

De plus, l’accession au second tour de l’élection présidentielle pour Marine Le Pen devait conduire dans la logique de l’élection présidentielle à deux tours, à son inscription comme la principale opposante à Emmanuel Macron. Cette stature aurait pu conduire son parti à bénéficier ainsi de la prime qui profitent aux partis d’opposition lors des scrutins locaux et obtenir de meilleurs résultats aux élections intermédiaires. Pourtant, les résultats des dernières élections européennes et des élections municipales ne reflètent pas une progression mais, au mieux, une stagnation du Rassemblement national en comparaison avec les scrutins de 2014.

Emmanuel Macron n’a pas de certitude

De son côté, l’analyse du sondage permet de tirer deux enseignements sur le vote macroniste. D’abord, le président de la République a durablement décroché auprès d’une partie de son électorat de gauche qui l’avait soutenu à l’élection présidentielle de 2017, mais qui est retourné à gauche lors des dernières élections européennes 2019. Par ailleurs, l’expérience des élections municipales a démontré que, de manière similaire, lorsque la droite républicaine était en capacité de l’emporter, les électeurs préféraient gagner sous leur propre couleur plutôt que d’accorder leur suffrage aux candidats de la majorité présidentielle. L’électorat potentiel du président demeure donc très volatile, quand il ne s’est pas déjà détourné.

L’analyse historique révèle également des signaux d’alerte pour le chef de l’État. En effet, l’alignement du mandat présidentiel et législatif avec la mise en place du quinquennat réduit les perspectives pour le président de la République d’instaurer une politique de long terme, en commençant par l’opportunité de réaliser deux mandats. Si Emmanuel Macron était réélu en 2022, il serait le premier depuis le général de Gaulle en 1965 à le faire en ayant toujours une majorité parlementaire. Un second fait souligne que les présidents sortants lorsqu’ils étaient de nouveau candidat font un moins bon score à la seconde élection (excepté François Mitterrand en 1988 mais qui bénéficiait de la cohabitation). La configuration actuelle du gouvernement joue ainsi en défaveur du chef de l’Etat pour l’élection à venir.

Des perspectives pour les autres

Le décrochage d’Emmanuel Macron sur sa gauche libère un espace politique. Toutefois, il existe une compétition pour le leadership de ce positionnement entre les verts (qui pourraient profiter de leur dynamique aux élections intermédiaires), le Parti socialiste et la France insoumise. Les polémiques entourant Jean-Luc Mélenchon ont réduit ses chances à prétendre être un nouveau François Mitterrand, particulièrement dans ses capacités à incarner la fonction présidentielle. Pour les deux autres formations politiques, les résultats aux élections municipales, départementales et régionales pourraient consacrer le leadership dans un sens ou dans l’autre. C’est ainsi un duel entre le PS et EELV qui commence ce dimanche, avec une attention soutenue pour les conquêtes politiques des écologistes. Une victoire dans plusieurs métropoles pourrait ainsi permettre à un candidat écologiste de prendre le leadership sur la gauche comme François Mitterrand l’a prise dans les années 70.

De l’autre côté, le score des deux candidats de la droite testés par Ifop, même s’il n’est pas important, ouvre des perspectives. En effet, contrairement aux figures de proue du RN et de LREM, les candidats testés sont encore inconnus pour une partie de la population. En effet, dans une enquête IPSOS de juin 2020, plus 25% ne se prononce pas sur l’action de Xavier Bertrand et plus de 28% sur François Baroin (contre respectivement 3 et 6% pour Emmanuel Macron et Marine Le Pen). Ces chiffres sont encore plus marqués sur les catégories d’âges les plus jeunes, puisque plus de 40% des moins de 35 ans ne souhaitent pas porter un avis sur ces deux candidats. Ainsi, il n’est pas choquant en prenant ces paramètres que ces deux candidats recueillent si peu d’intention de vote dans ces catégories d’âges. Cette donnée ne doit pas, par contre, conduire la droite à faire l’économie du travail sur son projet politique, puisque la dernière élection présidentielle avait souligné son incapacité à s’adresser à tous les électeurs, par son ciblage de certaines catégories (les plus aisés, les seniors, etc.)  

Si l’explosion de la scène politique en 2017 rend les oppositions difficilement lisibles pour l’instant, au fur et à mesure que l’échéance présidentielle s’approchera, il est probable que les écarts d’intention de vote se resserrent. L’affaiblissement du socle électoral du président de la République sur sa gauche et l’expérience des élections municipales laissent envisager un espoir pour ces candidats. En raison de la fragmentation du système politique, il est ainsi possible que nous ne retrouvions ni l’un ni l’autre des deux favoris au second tour de la prochaine élection présidentielle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
L'Imprécateur
- 04/07/2020 - 05:03
J'ai fait un rêve....
Surprenant. C'est la deuxième fois que je lis aujourd'hui, dans mes courriels, des articles qui ont un train de retard... Le premier sur le successeur d'Edouard Philippe à Matignon, ici sur une éventuelle candidature verte à la présidentielle 2022, avec une petite chance d'aboutir, alors que de nombreux commentateurs ne leur laissent à ce jour que peu d'espoir.
C'est un doux rêve, de mon modeste point de vue un cauchemar.
Le vote EELV à ces municipales ne représente rien - 10% sur l'ensemble des deux tours?- qui puisse laisser espérer cette malheureuse issue.
Et d'ici 2022, EELV sera arrivée à se faire cordialement détestée par ceux qui ont eu la mauvaise idée de leur accorer aujourd'hui quelque crédit.
Il y a ici un article qui va dans ce sens: "Le faux nez des écologistes...".
spiritucorsu
- 02/07/2020 - 17:56
Pas de joker écologique pour le roitelet en 2022(suite)
Pour ce qui est de la cheffe de file du R.N.,malgré les affaires à charge qui sortent régulièrement et dont on voit bien qu'elles sont orchestrées par le pouvoir,elle conserve son socle électoral contre vents et marées et la colère des citoyens pourrait bien faire voler en éclats le fameux plafond de verre que les islamo-bobbos gauchistes malgré les mantras qu'ils récitent chaque jour à l'heure de la prière ad nauseam.Les khmers verts adeptes de l'écologie punitive se sont engouffrés dans le vide idéologique du en même temps laissé par le roitelet et son parti d'ectoplasmes et pourrait bien devenir pour l'occasion le principal challenger du R.N.,avec le renfort de la gauche caviar, des bobos des centres villes et des islamistes des cités.Pendant ce temps,le roitelet n'a d'autre solution que de s'essayer au recyclage des débris et déchets seules traces encore tangibles laissés par la secte en marche,symbole pathétique de ses illusions perdues.
spiritucorsu
- 02/07/2020 - 17:39
Pas de joker écologique pour le roitelet en 2022
Le résultat des élections municipales vient de bousculer l'hypothèse d'un duel entre la représentante du R.N. et le roitelet dont le parti a été quasiment rayé de la carte,les quelques marcheurs rescapés se déplacent à présent en déambulateurs ou sur des moignons,quant au prince,il n'a toujours pas pas compris aveuglé qu'il est par son narcissisme pathologique,qu'en vert,en rouge ou en bleu,2 Français sur 3 le rejettent lui et sa manière de faire et de penser,pire ils le vomissent.L'allergie est là,irrépressible et terrible,au point qu'à présent tout ce qui touche de près ou de loin à sa petite personne fait l'objet d'une mise en quarantaine sans appel.Depuis maintenant 3 ans,comme le chante Pierre Perret dans sa truculent et irrévérencieuse chanson,les électeurs qui ont été pris pour des cons finis par le locataire de l'Elysée se confinent en masse dans l'abstention pour manifester leur colère,leur dégoût et leur réprobation.